Réponse au SDF Franck Courais qui hésite à accepter l’aide d’adhérents de RR…


Réponse au SDF Franck Courais qui hésite à accepter l’aide d’adhérents de RR…

.

Des adhérents de RR me proposent un hébergement, mais…

Bonjour, Riposte Laïque, rédaction et lecteurs.

J’espère bien volontiers que tout le monde se porte bien. Je vais ni bien ni mal en ce qui me concerne. J’ai la santé quelque peu défaillante, en effet. Je me permets de vous adresser ce courriel afin de vous soumettre d’autres pensées, si vous les acceptez. Cela me démange et me manque. Et puis, j’ai reçu tellement de bons commentaires, autant de précieux encouragements. Je relaie ici plusieurs pensées, que j’ai déjà abordées dans les cinq précédents articles. Alors, par quoi commencé-je ?

Je voulais vous parler de cette proposition que j’ai reçue de la part de lecteurs de Résistance Républicaine, par le biais de Christine Tasin, Michèle et Gérard. Je les ai donc contactés, et cela s’est plutôt bien passé. Je leur ai tout de même demandé un délai de réflexion. Car je fonctionne comme cela, je pèse le pour et le contre, je regarde les avantages et les inconvénients. Ils vivent à 80 kilomètres environ de Clermont-Ferrand. Si j’adore la solitude, notamment afin de me ressourcer, je ne veux pas non plus me couper du monde. Clermont est devenue une cité particulièrement invivable et inhumaine. Ce n’est pas peu de le dire, de l’admettre. Bref, ces gens que je ne connais pas m’ouvrent leur porte, ce que ne ferait pas ma propre famille ou ma mère, non sans rechigner. J’imagine même mon beau-père qui lève les yeux au ciel. Mon père vit à Lyon, et je m’imagine encore bien moins d’aller vivre dans une ville pareille.

Alors, je ne sais pas encore quoi décider au juste. C’est peut-être stupide de ma part, alors que j’adore par-dessus tout la campagne. Étant tout jeune, j’ai beaucoup vécu à la campagne, loin de tout et de tous. Je ne calcule plus le nombre d’escapades effectuées en plein cœur de la nature, dans la chaîne des Puys en l’occurrence. Mes grands-parents étaient natifs du monde rural. Récemment, j’ai découvert que ma grand-mère paternelle était née à Paris, seule pièce rapportée de la famille. Bref, si je suis quelqu’un qui est indépendant, ce qui ne veut nullement dire individualiste, je ne suis pas facilement apprivoisable. Il m’arrive de ne pas voir l’ami qui m’héberge pendant plusieurs jours. Il m’a ouvert sa cave, fort salubre au demeurant, une pièce de vie agréable que le propriétaire voulait améliorer. Donc, je puis être parfaitement autonome, tout à mon aise. D’ailleurs, si je n’ai pas à sortir pendant deux ou trois jours, je ne m’en prive pas. Quoi qu’il en résulte, je m’efforce tout bonnement de prendre la vie du bon côté. En sus, je n’ai pas perdu tout de mon humour, il m’arrive même de faire de l’auto-dérision.

Je désirais aborder dans ces lignes plusieurs sujets. En aurai-je l’espace suffisant, cependant ? Je suis partisan de la communication positive. Bref, si je n’ai pas suffisamment de place, je reviendrai ultérieurement. D’autant plus que je sais que cela fera plaisir à quelques-uns d’entre vous. J’apprécie également de répondre au mieux à vos commentaires, le plus justement possible. J’ai pris des notes, ce que je fais rarement habituellement, mais j’éprouve un peu de mal à éclaircir mes idées. Mais quand ça me taraude… Lorsque les migrants arrivaient en force sur le sol européen, certaines personnes se mobilisaient en suggérant qu’il fallait loger ces personnes chez nous, à notre domicile. Or, nul ne l’a suggéré pour nos SDF ! Je me souviens d’avoir entendu dire de la bouche de monsieur François Mitterrand que les immigrés étaient nos invités ! Ah ! « Le bruit et les odeurs », disait un autre homme politique. « Ce n’est pas être raciste que de dire cela », lançait cet autre. On fait trop d’amalgames, de généralités, c’est dangereux. Je pense que les gens manquent de culture et d’intelligence, de discernement et de sagesse aussi. Je n’ai pas non plus pour habitude de me montrer partial. Je ne supporte pas l’injustice et je déteste les procès d’intention. Au sein de ma famille, on m’a souvent accusé de choses fausses. Par la suite, on m’a encore reproché mes manquements et mes erreurs. Des années après ! Bien sûr, j’ai fugué, j’ai volé, j’ai menti, j’ai mal parlé à mes parents, j’écrivais des lettres d’amour lorsque j’avais douze ou treize ans. Un jour, j’ai grillé volontairement un stop. Les gendarmes en Renault 4 à l’époque, m’ont arrêté. Mais je savais qu’ils étaient garés là. Je ne me suis pas dérobé, je leur ai dit que je l’avais fait exprès, sachant pertinemment qu’ils étaient en faction ici. Alors, pour quelle raison ai-je fait cela, me suis-je vu demandé ? J’ai expliqué que ça se passait fort mal à la maison. Ils m’ont demandé d’attendre, et ils sont allés voir mes parents. Ils n’ont pas menti, la Renault bleue était garée devant le portail. À mon retour, je ne vous raconte pas les représailles ! Mais je passerai sur les détails, pudiquement. Par la suite, j’ai revu ces agents de la maréchaussée. Nous bavardions alors régulièrement.

C’était une tout autre époque ! Dans cette petite ville située au nord de Clermont-Ferrand, il y avait même ce policier de la police municipale qui circulait à mobylette. Il était très apprécié par tout le monde, même des voyous. Afin de vous planter le personnage, j’ai pris un sens interdit en mob, et lui est arrivé. Il m’a arrêté, c’est son boulot, mais il ne m’a pas rabroué ni invectivé, et il ne m’a pas davantage mis d’amende. Nous avons bavardé, tout simplement, bon enfant. Force est d’admettre que l’on ne voit plus guère ce genre de rapports entre policiers et citoyens. Ou alors, c’est fort rare. Le respect était palpable. Il y a de cela de nombreuses années, on pouvait voir un gardien de la paix en train de patrouiller tout seul en arpentant les rues Clermontoises. Il taillait la bavette à tout le monde, badauds, commerçants, jeunes désœuvrés, clochards. Ce serait totalement irréalisable aujourd’hui ! Un matin, je me suis pris une gamelle en sortant de discothèque. Des gens ont appelé les pompiers, comme si j’avais perdu un œil. La police est arrivée avant. De manière absolument inattendue, je me suis vu me proposer soit le dégrisement, soit que l’on me ramène chez moi. J’ai donc opté pour la seconde option. Et ils ont tenu parole ! Je logeais à l’hôtel, à l’époque. Devant les Roms, je jubilais d’arriver en étant encadré par une aussi bonne compagnie. Je ne pense pas qu’il faille mettre tous les flics dans le même panier. Il y a les bons et il y a les mauvais. C’est comme partout, comme dans tout. Je me conforme au nombre insensé de suicides au sein de la police rien que pour l’année passée.

Je regarde l’être humain et non l’uniforme. J’ai toujours détesté les étiquettes, les cases. Voilà, j’arrête pour aujourd’hui, je ne veux pas faire chialer dans les chaumières. J’espère que cette nouvelle lecture vous aura plu. En tous cas, j’ai pris grand plaisir à l’écrire. Bien cordialement…

Franck Courais

https://ripostelaique.com/des-adherents-de-rr-me-proposent-un-hebergement-mais.html

.

Réponse de Christine Tasin

Mon cher Franck, comme traduire le soupir de lassitude qui m’est sorti de la poitrine en lisant le titre de ton article ci-dessus paru sur Riposte laïque ?  Que veux-tu, j’ai une réputation terrible, je dis toujours ce que je pense et je ne fais jamais semblant, et je ne suis pas patiente, aussi exigeante avec autrui qu’avec moi-même… Je ne prends pas plus de gants avec toi qu’avec le musulman confit en dangereuses coraneries depuis son enfance et qui n’est pas fichu de changer de voie. Chacun est responsable de sa vie, de ses choix, en-dehors  des accidents, des maladies… des hasards malheureux.

.

Il est des dictons qui, comme tous les dictons, ne sont pas dénués de fondement « le train ne passe qu’une fois », « il faut savoir saisir sa chance »…

Je n’ai même pas le courage de lire ton fort long texte, parce que ton titre m’a lassée, agacée… tout simplement. 

On te publie, tu racontes ta vie difficile de SDF, je te mets en contact avec des gens de chez nous prêts à t’aider à t’en sortir… et on sait, toi, eux et moi que, seul, quand on est à la rue depuis des années, c’est dur, très dur, pour ne pas dire impossible.

.

Et voilà que tu hésites, que tu ergotes, que tu pèses le pour et le contre, ce que tu gagnes, ce que tu perds…  

C’est normal, tu es un être humain, tout changement majeur dans l’existence fait peur. Et plus encore à celui qui a pris l’habitude de la rue, de la solitude et du dénuement. Mais le mieux n’était-il pas de dire franchement à Gérard et Danielle que tu hésitais, que tu leur demandais quelques jours ou semaines, que sais-je, avant de décider, plutôt que de rendre tes émois publics ? Ils passent pour quoi, Gérard et Danielle ? Et que peuvent ou pourraient penser d’autres SDF qui nous liraient et se demanderaient bien à quoi tu joues ?  Et puis, merde, Gérard et Danielle ne sont pas à ta disposition, ils sont très actifs, très occupés… 

Soupir… Soupir de lassitude. De fatigue. Aide-toi et le ciel t’aidera. Sauf si tu n’as pas envie de sortir du cycle de l’échec. Mais dans ce cas, il ne faut pas t’épancher sur le net… L’écriture qui te sert de psychanalyse ? Pourquoi pas ? Mais alors dis clairement à ceux qui te tendent la main que tu ne veux rien changer. 

Je te le dis comme je le pense, ce soir tu m’as gonflée.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


22 thoughts on “Réponse au SDF Franck Courais qui hésite à accepter l’aide d’adhérents de RR…

  1. Avatarvademeccum

    Mme Tasin, vous vous fatiguez pour rien, un looser reste toujours un looser même quand le train s’arrête devant lui, il ne verra que les rails.

    1. AvatarJean-Paul Bourdin

      Vademeccum, autant la réponse de Christine Tasin, bien qu’elle soit lassée des atermoiements de Franck Courais, est pleine d’intelligence et d’humanité, autant votre commentaire simplificateur est frappé au coin de la bêtise la plus crasse. Ça se reconnaît aux termes utilisés.

  2. MichèleMichèle

    Bonjour à toutes et à tous,

    Tout-à-fait d’accord avec toi, Christine!

    Moi, non plus, je n’ai pas lu la littérature de Franck jusqu’au bout.
    Je viens d’ouvrir l’ordinateur, avant de téléphoner à Franck, pour lui proposer de le rencontrer demain, puisque je fais des courses à Clermont, mais, au vu de sa littérature, peut-être que je vais hésiter, comme lui et réserver mes moyens d’action (nos moyens d’action, à Michèle et à moi) pour des gens qui ne se situeront pas le cul entre deux chaises.

    Si j’écris, quelques fois, sur RR, c’est pour faire avancer les choses et non pour épancher je ne sais quelle humeur.

    Donc:
    A suivre, ….

    Fraternelles salutations à toutes et à tous,
    Michèle et Gérard

    1. AvatarJolly Rodgers

      bonjour @ michèle et gérard ,
      est ce une bonne ville Clermont ferrant ? les gens sont t’ils gentils ? est ce que c’est préservé des cpf et des muzz , ainsi que de la gentrification ? et niveau emplois et loyer c’est cher ou raisonnable ? c’est calme ?
      je me permet de vous poser ces questions , parce que j’ai faillit aller y’vivre , et la régions a l’air vraiment belles et boisés . mais bon faut t’il encore que les gens du coins soient gentils et que ce ne soit pas envahi d’allogènes ? mare de vivre dans une régions ou l’incivilité est monnaie courante !

  3. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Oui, on est très souvent déçu quand on tend la main, et parfois même on se prend une gifle dans la gueule de la part de celui ou de celle à qui on tend la main. C’est comme quand on voit un SDF qui vous supplie de lui donner une pièce pour manger et à qui vous allez acheter un bon sandwich, sandwich qu’il vous renvoie dans la gueule en vous couvrant de nom d’oiseaux (c’est du vécu). Ces gens aiment se plaindre et pleurnicher ils se confortent dans ce statut de victime et n’ont aucune envie d’en sortir, finalement ils sont bien comme ça et quand on leur dit :
    « allez je te file un coup de main, bouge toi et tu vas t’en sortir »
    Ils s’enfuient car en définitive ils ne veulent rien changer, ils sont « bien » comme ça .

  4. AvatarMichel Lapaix

    Ce que vous dites, Christine, est ce que j’ai vécu avec une personne dans le même cas que Franck.
    Une grande fragilité s’installe , profondément, chez ces personnes en profonde rupture à tout point de vue. On en ressort déçu, oui, mais le chrétien que je suis prie pour lui, toujours, car nous ne pouvons rien faire d’autre, tant que lui, ne veut pas changer.(ou ne peut pas)
    Enfin, le problème de Franck , c’est le même que pour chacun de nous :
    tant que nous avons le choix, nous ne changeons pas, nous optons pour la solution qui nous semble la moins douloureuse (et qui ne l’est pas forcément sur le long terme, bien sûr).
    Le RSA a tout emporté en vérité.
    Ne pas bosser, se faire héberger gratos, finalement, c’est pas si mal sur le moment, mais le danger est que cela dure, dure, dure….et à un moment donné, le grand sursaut doit se produire…et ne se produit pas…un p’tit coup , deux p’tits coups (de gnole, de 16…) , etc….
    « non je ne bois pas, pas plus qu’il n’en faut »…phrase entendue si souvent…
    Mais, pourquoi pas, ne jamais juger, car qui sommes nous, nous, d’abord ?
    Chez ces personnes qui mentent souvent, le mensonge est si profondément installé qu’ils se mentent souvent à eux mêmes, et gagnent du temps…ça ne vous rappelle pas TOUTE la classe politique actuelle quant à l’islam (ou bien la nécessaire rechristianisation de la France?) et l’immigration galopante, le grand remplacement ?
    Franck est à l’image de la classe politique actuelle : il a le choix
    de ne rien faire
    de ne rien changer
    et le RSA et les bonnes âmes pourvoient à toute nécessité….
    Travailler ? un jour, oui , sans doute….
    En attendant, rien ne se construit, par peur profonde, instinctive, face à ce monde qui a pu faire énormément de mal aux plus sensibles d’entre nous.
    Franck est un hyper sensible, ne nous y trompons pas.
    Il a raison de prendre le temps du discernement, aussi, oui, bien sûr.
    Mais il est à l’image de tous ces gens en « direction » du pays…

    1. AvatarAnne-Marie G

      Je suis d’accord avec votre analyse. Les gens qui sont à la rue depuis longtemps peuvent changer difficilement de mentalité, ils ont pris leurs habitudes, leurs repères et se trouvent totalement dépaysés dans la société normale. Ce sont de grands inadaptés. Moi aussi son dernier texte m’a agacée, mais je sais aussi le poids de tout ce que vous développez si bien. Je me garderais donc de lui faire des remontrances qui partent souvent de bonnes intentions mais qui ne peuvent convaincre de telles personnes. Il faudrait des institutions qui les prennent en charge en leur apportant une aide quand ils en ont besoin en échange de petits services pour les habituer mais sans critique car ces écorchés sont restés d’éternels enfants. Ces profils ne tombent pas dans la violence, ils sont pacifiques et sans méchanceté. Dans mon village, longtemps dirigé par une mairie de gauche, pas mal d’individus vivent aux dépens des services sociaux, en pleine santé physique, ils ne savent pas que faire d’eux et certains sont tombés dans l’alcoolisme ou les maladies de la sédentarité : obésité, abrutissement. C’est une dégradation terrible de l’être humain, certains ont passé toute leur vie adulte dans l’oisiveté alors qu’un petit job aurait pu les tenir en bonne santé morale et physique. J’ai vu des gens qui laissant tomber un job qui ne leur plaisait pas dont un cordonnier qui après s’être cassé une jambe a feint de ne pouvoir revenir au travail et sont tombés dans la déchéance et l’alcoolisme, parfois en mourant de façon prématurée. Quels dégâts la démagogie de gauche a causés dans le peuple !

      1. AvatarMichel Lapaix

        Oui, ces personnes n’ont pas été tenus correctement par des parents, parfois non assez structurés par mort prématuré des parents, par divorce douloureux, par absence des parents, trop pris par le boulot…aussi.
        L’ami dont je parle ici était très confortable dans un boulot très bien payé dans la pub, mais sa vie dissolue, tromperies, adultères ou mensonges répétés ont sans doute fini par tout emporter.
        Récemment il a été diagnostiqué bipolaire, mais pour moi il s’est encore plus enfoncé, niant son alcoolisme.
        La vie communautaire a été une chance pour lui, il était heureux, chacun payant le restaurant pour lui, et lui,…malheureusement cachant son alcoolisme. IL aidait par des petits boulots un maximum autour de lui. Il était incapable de se faire payer, puis a fini même par dénigrer ce lieu qui l’avait accueilli, avec beaucoup de générosité de la part de chacun (dont des religieux ou laïcs consacrés…)
        Ils sont réellement pris par des forces du mal, et trop de péchés ont fini par leur bouffer le cerveau.
        Cependant, leurs péchés seront effacés par le repentir…
        L’orgueil chez eux est leur pire défaut, comme pour tout un chacun, mais chez eux il peut être particulièrement enflé…
        Mais je ne peux / veux pas juger, je peux comprendre leur cheminement et pourquoi ils en sont là…

    2. AvatarJolly Rodgers

      @ michel lapaix !
      salaud de pauvre , non de diou !
      puisque le rsa c’est super , pourquoi ne vous y mettez vous pas ? rsa plus apl ça fait 762 eurs par mois , avec ça vous allez allé loin , surtout lorsque le loyer , edf, l’eau , l’assurance .. tombent en même temps ! j’ai eu étais au rsa , croyez moi c’est pas une vie . c’est simple vous ne pouvez plus rien faire , même pas inviter une copine a sortir !
      c’est pas du tourisme que nous avons besoins dans nos villes et régions , mais d’industries . sinon , on se retrouvent dans des villes fantômes , qui vivent que 4mois dans l’années , avec des emplois saisonniers précaires et on tournent en rond , chômages , puis rsa , puis un autre boulot a contra court et retour a la case chômages , puis rsa … a vitam !
      les prières ça vas pas faire revenir les industries et le pleins emplois !
      j’ai lu la lettre de franck courais , je ne savais même pas qu’il tenait une rubrique sur rr . c’est sympas ! pourquoi n’écrirait t’il pas un livre ,sur sont parcourt … ça pourrait être intéressant !

  5. AvatarVerdammt

    Bonjour Christine,
    Ce pauvre homme, personne ne peut rien pour lui car ce n est pas un battant dans la vie.
    J ai suivi comme d autres sont témoignage:
    Sa vie est décousue. Quel a été sa jeunesse ?
    sa famille si injuste et pourquoi ?
    Les absents ont toujours tord, je veux dire sa famille.
    La vie est rude et n est pas un monde de bisounours.
    Chez moi nous étions élevé a la dure pour éviter ce genre de situation.
    « Bonne journée les amis » comme le dit un certain ?? ha je ne sais plus
    son nom LOL.

  6. AvatarChristian Jour

    Quand on veut vraiment ce sortir ,le cul des ronces, on peut………..lui il ne veut pas.
    A moi aussi il m’a gonflé.

  7. AvatarJeanVal

    le mec aime ecrire des tartines pour faire sa psychanalise gratos, pas de temps pour ces conneries.

  8. frejusienfrejusien

    j’ai été frappé par son histoire d’adolescent, déjà marginal et voulant se faire remarquer par la police, pourquoi ?
    en général les petits voyous fuient la gendarmerie

    il raconte d’ailleurs plusieurs histoires où les flics sont si gentils, si attentionnés, à ses petits soins, de vrais angelots qui communiquent avec les gens sans discrimination, qui l’épaulent, ils vont chez ses parents pour leur parler de lui, ils le raccompagnent à l’hôtel, etc…

    est-ce que vous croyez à ces histoires ?? de par chez moi, je n’ai jamais rencontré de flics de ce type,

  9. Avatarkarr

    Je comprends votre réaction Christine,vous êtes généreuse, tout comme ce couple prêt à accueillir Franck.
    Une générosité spontanée est bon signe,nous ne nous habituons pas à l’injustice sociale,toutefois certaines personnes ont besoin d’un accompagnement particulier,cela est peut-être le cas de Franck.
    Attention aux donneurs de leçons,aux jugements péremptoires,qui peut décider qu’un homme est un looser?
    Si une personne me demande une petite pièce je suis libre de la lui donner ou non,par contre je n’ai pas à lui retirer sa dignité en allant lui acheter de la nourriture,si cette pièce lui sert à boire un coup cela le regarde,que ferais-je dans sa situation?
    En lisant le premier témoignage de Franck j’ai contacté une association afin de l’aider,je ne demeure pas en Auvergne, malheureusement je n’ai reçu aucune réponse.
    Comme nous l’enseigne l’Evangile: »Que votre générosité ne se lasse pas! »

  10. AvatarNon mais quel culot !

    Quand j ai vu l article j ai cru rêver, le mec on lui propose de l héberger gratis et ainsi le sortir de la galère et le mec il est là à peser le pour et le contre. Je vais vous donner un conseil Mr acceptez l hébergement et bien sûr c est pour une durée très limite, il ne faut pas abuser de la gentillesse des gens et chaque jour c est lever à 6 h 00 du mat pour aller vite trouver un travail puis un logement et le soir après avoir prospecté toute la journée, vous aidez les gens qui vous hébergent dans les tâches ménageres et vous vous faites tout discret et suivez les règles de l’ hôte. Peser le pour et le contre non mais quel époque de fous c est incroyable comment les gens deviennent des sans gênés et n ont honte de rien ! Et croyez moi c est un phénomène global qui touchent également les fds qui deviennent de vrais fainéants ! Bravo Mme Tasin pour l article qui remet les pendules à l heure !

  11. AvatarDuglandier

    Je trouve que vous vous emportez un peu vite essayez un peu de comprendre. On lui propose certes un hébergement gratuit mais pour cela il faut qu’il abandonne tout ce qu’il connait « amis », endroits fréquentés… Pour aller vivre chez des personnes qu’il ne connait pas dans un endroit tout aussi inconnu. C’est normal d’hésiter. Si on vous dis la semaine prochaine vous abandonnez tous ce que vous avez et vous pouvez aller vivre dans un pays dans Islam et ultra gauche je ne suis pas sûr que vous aller répondre youpi.
    Je pense qu’il faut que Franck parle de ses doutes avec les généreuses personnes qui lui on proposé de l’aide.
    Je suis convaincu que s’il veut trouver un travail et un logement cela passe par la campagne. Mais pour cela il faut un coup de pouce et se fixer des objectifs.
    Déjà il ne faut pas être a 10/15 km des emplois potentiels pour ne pas dépendre de ses hôtes pour aller travailler. Ensuite se fixer des limites par exemple avoir un emploi dans les 6 mois puis si il y a un contrat moyenne ou longue durée avoir un logement dans les 6/12 mois suivant. Je pense que s’il n’y a aucun emploi décroché durant la période choisi il faudra accepter « l’échec » et soit voir avec une personne ou retourner a Clermont.
    En fixant un cadre clair au départ cela permettrai de repartir sur de bon pieds avec une petite et saine pression.

  12. Avatarbm77

    J’ai lu le texte de Frank Courais et si parfois je me suis reconnu en lui sur certains de ses traits de caractères , je n’ai pas « goûté » ses atermoiements et cette façon d’hésiter qui peuvent être diversement appréciés par des gens qui eux s’engagent concrètement!
    Car , si pour lui ,cela sera un changement , je pense que pour ses hôtes les choses ne seront pas faciles et je comprend cette mise au point de Christine Tasin et sa lassitude devant ce qui q s’apparente à une fin de non recevoir et une façon légère de traiter les choses . Dans tout ce qu’il a raconté, il y a un point qui n’a rien à voir avec tout cela, qui a suscité en moi une réflexion, ce sont les relations qu’il a entretenu avec la police et ses interrogations sur ce qu’elle devrait ou ne devrait pas faire. Je ne veux pas m’adresser à lui seul,mais j’ai remarqué chez les générations qui ont suivi la mienne que tout le monde se croit obligé de donner sa version de ce que devrait être ou ne pas être, la police.
    Les gens devraient déjà se conduire en responsables avant de donner des leçon aux fonctionnaires qui font leur métier car quand je vois des délinquants notoires nous expliquer que les policiers sont mal formés et ne savent pas fair leur métier , j’ai envi de dire que c’est l’hôpital qui se fout de la charité.
    Je vais mettre tout le monde d’accord , les policiers ne sont pas là pour faire les éducateurs de rue et personne ne veut qu’ils le soient,sauf ceux qui ne veulent plus de flics dans les rues pour des raisons bien évidentes. Ils sont là pour réprimer les délits et leurs auteurs point barre! ils sont payés par la société pour cela . et heureusement qu’ils sont parfois présents pour éviter le pire! Ce sont souvent les derniers remparts avant la barbarie! Après, l’utilisation politique des forces de l’ordre , c’est autre chose! La non intervention dans les quartiers de non droit , par exemple ,les tirs ciblés sur des gilets jaunes pacifiques quand dans le même temps, on évite soigneusement les casseurs . L’utilisation de la police par les politiques n’est pas toujours faite pour rassurer le citoyen !! En tout cas pour moi il n’y a pas d’ambiguïté, ils sont là pour faire respecter nos lois Républicaines, et cela a toujours été le cas sauf sous la période d’occupation et de puis qu’une certaine population remet en cause nos valeurs républicaines et laïques , sa mission se retrouve , remise constamment en question, par les uns et les autres surtout depuis l’intensification de l’immigration . Les uns pour des raisons bien compréhensibles d’islamisation de la société ainsi que les trafics divers et variés dont les forces de polices devaient être éloignées et les autres lobotomisés par la pensée gauchiste qui s’est diffusée, de façon pernicieuse ,dans toute la société,même chez certains qui s’en défendent !
    Auparavant mêmes les caïds de la pègre acceptaient les règles du jeu ainsi que tous les Français qui les outrepassaient , en dehors de tout jugement moral , d’où la fameuse peur du gendarme!

  13. PacoPaco

    La seule manière de s’approcher d’un peu plus près, c’est de faire une stage intensif bitume. Pas pris en charge par les assedic ou la sécu…Médaille fond de poubelle à jean val pour son commentaire : »le mec aime ecrire des tartines pour faire sa psychanalise gratos, pas de temps pour ces conneries.

Comments are closed.