L’islam a chassé les non-musulmans des cités : mais  les responsables se présentent toujours comme les victimes !

Publié le 26 janvier 2020 - par - 13 commentaires

Garges-lès-Gonesse  : qui aimerait vivre au milieu de cela ?

 

Un récent  article du Parisien s’intéresse  aux quartiers.

Le problème est la conclusion, comme d’habitude : il faut mettre des moyens, et tout va s’arranger.

Quelques faits relevés présentent pourtant un certain intérêt, pour peu qu’on les remette en ordre, même si nous n’avons évidemment pas les mêmes explications que les «journalistes* » ni les mêmes solutions aux problèmes évoqués.

Et surtout aucune sympathie pour ceux qui pleurnichent sur leur sort et leur quartier, après en  avoir chassé les autres en deux générations.

*«journalistes» entre guillemets : car,  soit ils nous prennent doucement pour des …, soit ils ne peuvent pas tout dire :  critiquer l’islamisation de la France n’est pas vraiment bien vu par les temps qui courent…

 

.

« Vivre-ensemble » mais entre musulmans ! Les autres, du balai !

Garges-lès-Gonesse. Ils sont près de 7000 à vivre à la Dame-Blanche-Nord sur les 42 000 que compte cette commune de l’est du Val-d’Oise où se côtoient 70 nationalités. Garges-lès-Gonesse est une des villes les plus modestes de France avec un taux de pauvreté de 39,5% et près de 40% de chômeurs.

 

Ils font mine de regretter le passé, quand les habitants d’origine n’avaient pas été encore remplacés à 90%.

A cette époque régnait un certain savoir-vivre remplacé depuis lors par le repli sur soi et les incivilités.

Ce n’est plus le quartier de leur enfance. Celui où tout le monde se connaissait, où la mixité sociale, ethnique, religieuse, existait encore. Ce constat, c’est celui dressé par les habitants de la Dame-Blanche-Nord (DBN) à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) que nous avons rencontrés. Un territoire parmi les 272 « quartiers prioritaires de la politique de la ville ».

Si la plupart des personnes rencontrées lors de notre reportage se disent attachées à leur quartier, elles n’en dressent pas pour autant un portrait angélique. De la Cité des Peintres dans les années 1970, à la « Zone 4 » aujourd’hui (en référence aux zones de transports), la magie ressentie par les premiers habitants s’est envolée.

 

Interdit de parler de « remplacement » : entre gens bien élevés, on parle de  « sociologie » !

Le « remplacement » observé par tout un chacun dans les faits mais  nié par nos élites se retrouve forcément sur le terrain de façon criante. On parle alors de « sociologie ». Une autre façon de dire poliment que  les petits non-musulmans d’avant ont été purement et simplement chassés de certains territoires.

«Petit à petit la sociologie du quartier a changé» : mais on ne lira nulle part la cause réelle : l’islamisation d’un quartier fait qu’il devient invivable pour les autres.

 

Pour Mohamed, 40 ans, le constat est clair : « la mixité a disparu » à la Dame-Blanche-Nord où vit toujours sa mère. « Quand j’étais petit, il y avait des Blancs, des Noirs, des Arabes, des juifs, des chrétiens, des musulmans… On s’amusait tous ensemble. On est d’ailleurs toujours amis, des frères de cœur. Mais aujourd’hui, les gens ne se connaissent même plus » regrette-il.

[la faute à ceux qui ont été chassés ?]

Françoise (le prénom a été modifié), 64 ans, croisée à quelques mètres d’une barre en démolition. Elle s’est installée dans un F3 il y a 35 ans avec son mari. « J’ai vu la cité changer. Dans mon escalier par exemple, on est maintenant les seuls blancs. »

Hussein Mokhtari

«A notre installation, on trouvait ça incroyable, c’était le Hilton pour nous !»

La famille algérienne  de Hussein Mokhtari faisait partie de ces nombreux « mal logés » parisiens qui découvraient alors un « appartement de rêve ». « C’était tellement grand. On était dans un F6, quatre chambres, deux salles de bains, une grande cuisine… C’était incroyable, c’était le Hilton. Aujourd’hui tout ça paraît normal, à l’époque c’était révolutionnaire. »

.

Il y avait cette vue imprenable sur Paris, des voisins de tous horizons : « des Français, des Portugais, des Italiens, des Maghrébins. On était minoritaires d’ailleurs à cette époque ». « Tous les pères travaillaient voire les deux parents dans les familles de classe moyenne », se remémore Hussein Mokhtari. Le quartier comptait alors beaucoup de fonctionnaires, des bénéficiaires du 1 % patronal via les hôpitaux, les PTT (La Poste), tous attirés par la proximité avec Paris. [et surtout chassés par l’islamisation du quartier]

Cette classe moyenne a progressivement déserté jusqu’à disparaître. « À cause du surloyer, croit savoir Hussein Mokhtari [explication très partielle et partiale !!!] . Ces familles préféraient s’éloigner et devenir propriétaires… Petit à petit la sociologie du quartier a changé. »

[Si on va jusqu’au bout du raisonnement, faut-il comprendre que Monseigneur regrette les non-musulmans qui sont partis ? Les chrétiens, les Juifs, les athées qui composaient la « classe moyenne » ? Ils étaient présents au début !  ]

Monseigneur a l’honnêteté de reconnaître que la France n’a pas logé sa famille dans un taudis (même si on  oublie juste de mentionner que tous les « arrivants » d’Algérie n’ont pas été logés à la même enseigne).

Il fait surtout l’aveu que le problème ne vient pas des conditions matérielles.

Le journal écrit noir sur blanc : « A son arrivée dans le quartier à 4 ans, Hussein Mokhtari, candidat aux municipales de mars, avait été époustouflé par son appartement ».

Alors Monseigneur, que peut-on faire pour vous ?

  • L’eau de la douche est-elle moins  chaude qu’avant ?
  • Les pièces  des appartements ont-elles rapetissées en 40 ans ?
  • La mise en place d’un room-service par le contribuable  serait-elle appréciée, peut-être ?

A moins que le problème soit ailleurs, si les non-musulmans ont déserté le quartier ? Mais cela, vous n’aurez pas l’honnêteté de le dire, préférant vous plaindre du manque de moyens.

Scoop du jour : personne ne veut aller habiter au milieu des barbus et des voilées !

Selon un sondage réalisé par Odoxa et dévoilé dans « Le Parisien », le constat reste dur : les banlieues sont perçues comme « pauvres », « communautarisées » et « dangereuses » par une nette majorité de Français.

.

 

S’il fallait un dernier indicateur de l’islamisation et de ses douceurs :

«S’installer à Garges pour une famille juive serait une erreur de casting»

 

Au fil du temps, la communauté juive a elle aussi tourné le dos à DBN. Alain Bensimon, président de l’association cultuelle juive, reçoit dans son bureau de la synagogue. « Les familles sont parties il y a une dizaine d’années parce que rien n’est fait pour qu’elles restent. Il n’y a pas d’écoles juives, plus de commerçants casher… »

Il se souvient d’un temps où les jours de fête, la synagogue était pleine.

« 600 fidèles pour quatre offices, sourit-il. Maintenant c’est aux trois quarts vide. »

Comment expliquer ces départs? « C’est tout un contexte économique et social, répète-t-il. Bien sûr l’insécurité a joué, surtout après que notre synagogue a été prise pour cible en 2014 et en 2017. Aujourd’hui ça va mieux. Mais s’installer à Garges pour une famille juive serait une erreur de casting. »

 

L’islam responsable de la fuite des autres : oui…mais non !

Encore un scoop (interdit de rire) :

«Le repli identitaire, c’est pour répondre à la stigmatisation des musulmans» (sic)

Marie (le prénom a été modifié), habitante depuis 8 ans et membre du collectif Garges pour la Paix, constate « de plus en plus de femmes voilées. Dans un premier temps il m’a semblé qu’il y avait une revendication identitaire chez certaines jeunes. C’est aussi, il me semble, pour répondre à un malaise lié à la stigmatisation des musulmans. Mais je ne parlerai pas de repli sur soi religieux ».

Garges compte sept lieux de prières pour les musulmans (!!!)

« À chaque communauté la sienne, lâche un observateur. Il y en a pour les Algériens (l’imam n’a pas donné suite à nos nombreuses sollicitations), les Marocains aux Doucettes, les Turcs, les Pakistanais, les Indiens… »

C’est dans cette ville aussi que la liste estampillée « Démocrates musulmans » a réalisé son meilleur score aux dernières élections européennes  [Tiens, tiens !].

Dans le seul café du quartier, L’Assoce, où plusieurs groupes d’hommes discutent, l’évocation de la religion musulmane agace autant que le sujet du communautarisme.

 

Jamais assez d’argent : les exigences sont toujours à la hausse.

En juillet 2019, le programme de renouvellement urbain a été signé…pour la somme colossale de 400 millions d’Euros aux frais du contribuable.

 « On veut faire croire qu’on est replié sur nous-mêmes, qu’on est des terroristes, c’est faux. Tout est mélangé, islam et radicalisation. Le vrai problème ici c’est la pauvreté, le chômage », réagit Mohamed, 22 ans.

Ben voyons. Pas assez de moyens ! Faites passer la monnaie pour le jeune homme !

 

La France aux musulmans !

Vidéo à voir !

Quartier Beauval à Meaux. 

Print Friendly, PDF & Email

13 réponses à “L’islam a chassé les non-musulmans des cités : mais  les responsables se présentent toujours comme les victimes !”

  1. Avatar pier dit :

    Je préfère voir les mini shorts des siamoises
    un peu de détente ce dimanche

    https://www.youtube.com/watch?v=xPd-UJyHL54

  2. Avatar Christian Jour dit :

    A Villeneuve sur lot pas moyen d’avoir une petite maison comme une villa, car elles sont toute prise par les muzzs. On ne sait pas comment ils font, ils ne travaillent pas et ils achètent des maison ou ils louent à des prix qui frôlent un smic. Autrefois ces villas étaient fleuries et il y avait même des concours de jardins et c’était à la famille qui aurait le jardin le plus jolie, le balcon le plus fleuri. terminé, plus de fleurs, des détritus, des mauvaises herbes et des pièces de voitures et même des carcasses pour pièces surement, sont le lot quotidien de ces jardins dans ces villas ou les volés n’ont plus jamais été repeint. Voilà, c’est à l’abandon. Merci la diversité, le multiculturalisme et le vivre ensemble. Mais ils ont la priorité, sur tout, chez nous. C’est à vomir.

  3. Avatar Samia dit :

    Vivre au milieu de ceux qui ont adopté l’islam comme ligne de conduite est du même accabit que vivre en enfer.
    Dernièrement, j’ai rencontré une idiote qui m’a insulté de tous les noms car ayant eu le malheur de dire à coté d’elle que nous avions passé un bon Noël, que ma fille adorait fabriquer des décos pour notre sapin. Cette naze a entendu la conversation qui ne lui était pas destinée et s’est permise de me traiter de sale kouffar qui irait pourrir en enfer. La bonne blague, comme si cela allait me faire trembler, ou m’impressionner. Idem, au boulot, lors d’une réunion pendant le ramadan, on nous avait proposé de boire un jus de fruit pour se rafraichir, bien sûr j’ai accepté cette proposition, et j’ai eu droit au regard noir d’une des participantes, qui à votre avis prêtait allégeance à qui ? Vous donnez votre langue au chat ! L’islam comme d’habitude, jamais de chrétiens bizarre ni de juifs re bizarre et encore moins de bouddhistes !!! Bizarre bizarre vous avez dit bizarre !!!

  4. Avatar Saint Thomas dit :

    « Qui aimerait vivre au milieu de celà »?
    Certainement pas ces MM de l’Elysée ou autres acteurs et chanteurs qui pourtant soutiennent les migrants et le vivre ensemble (bien à l’écart cependant de ces endroits)
    ils affectionnent particulièrement Neuilly Auteuil Passy et les zones résidentielles Yvelines et autres…. ils pourraient en loger pas mal de migrants ces gens là dans leurs vastes demeures et propriétés! il faut les comprendre, ils sont soit en tournage de films, en tournée, faire bronzette dans les tropiques…. ils ne sont pas souvent chez eux, mais qu’est-ce qu’ils sont solidaires envers tous ces mgrants! je me demande si on ne les empêche pas d’accueillir tout ce beau monde chez eux!!! c’est peut-être la raison pour laquelle ils ne les logent pas chez eux! ça c’est pas sympa!

    • frejusien frejusien dit :

      tu as bien raison,
      on devrait leur déverser des tombereaux de migrants ramassés à la Chapelle ou à Calais, dans leurs quartiers huppés, et leur demander de faire avec

      ou mieux autoriser les migrants à squatter ces riches demeures, après tout ils l’ont bien mérité,
      pourquoi est-ce que ce serait toujours aux mêmes d’assumer, surtout quand ils n’en veulent pas ??

  5. Avatar Michel dit :

    L’installation de l’islam (la merde verte) en France (comme partout dans le monde) est une erreur de casting.

  6. Conan Conan dit :

    Et nos enfants obligés de passer par des bailleurs privés pour se loger, alors que les générations précédentes ont pissé le sang pour réaliser tous ces logements sociaux ….
    Et ça continue à bien voter !!….

  7. Avatar Hamon dit :

    Il faut bouger voter FRANÇAIS POUR NOS ENFANTS REPRENDRE LA FRANCE SOIT PAR LES VOTES  » SOIT PAR LA FORCE🇫🇷🇫🇷🇫🇷

  8. Avatar bm77 dit :

    Il n’y a pas de stigmatisation des étrangers arabes ou autres, il y en a trop , c’est tout. Et c’est l’inverse qui se passe ce sont les blanc qui sont stigmatisés de racisme au rythme de cette immigration à flux continue. Tout simplement parce que les gens font des constats de bon sens et de réalité . du genre:  » Tu as vu le quartier c’est devenu l’Afrique ou Alger! » . On ne peut leur donner tort puisque c’est la réalité. Parce que avant tous ces immigrés il y avait une vie dans ces quartiers . Oui le vivre ensemble et la vraie diversité ont existé c’était avant le communautarisme ! Les clans , les bandes et la charia voilà ce que ces politiques pompiers pyromanes ânonnent comme « vivre ensemble » !

  9. Avatar F. FERRANTE dit :

    C’est la mafia perpétuelle avec ces envahisseurs sur nos terres !
    Depuis que ma résidence a été rachetée (2008) par un organisme de logements sociaux, nous sommes passés de deux familles étrangères à 17 sur 20 logements… Les visites annuelles des plombiers (musulmans) ne s’effectuent que chez les habitants musulmans. Les autres doivent réclamer pour avoir un plombier… De façon générale ils ont tout investi : boulangerie, épicerie, boucherie(halal) je m’en fiche je suis végétarienne et je fais toutes mes courses à CARREFOUR. Mais pour les personnes sans voiture, il faut faire avec.
    J’ai fait passer le message que je suis juriste à la retraite. Donc ils me fichent la paix et mon regard dit bien que je ne me laisse pas faire. La police est efficace et je connais quelqu’un de haut placé au commissariat et ça se sait.
    Je suis obligée de faire mes pompes tous les jours et un peu de gymnastique pour être capable de me défendre au cas où. Si Macron n’avait pas fait sauter 25% de mes revenus en 2018, j’aurais déjà déménagé… Maudit soit-il !

    Autres conséquences : je ne vais plus faire de longues balades à la campagne par crainte de croiser un « déséquilibré », j’ai de plus en plus peur des racailles sur la route, au moins je les vois au mieux je me porte.

    Au lieu de consacrer ma retraite à assouvir mes passions, je me prive de beaucoup de sorties et de loisirs, car ils sont partout et que je n’en peux plus de les voir. Maudits soient tous les politiques immigrationistes, que la lèpre foudroyante et les MST les ravagent de l’intérieur et qu’ils tombent en lambeaux au défilé pendant le 14 Juillet !!
    A notre tour de rigoler….

  10. Avatar LULU LE GAULOIS dit :

    BONJOUR A TOUS
    JE SUIS DE 1943 ENGAGE VOLONTAIRE A 18 ANS 1/2
    ILS ONT VOULU LEUR INDEPENDANCE, ET BIEN MAINTENANT ILS RESTENT CHEZ EUX AU LIEU DE VENIR VIVRE SUR NOTRE DOS

  11. Avatar F. FERRANTE dit :

    Je profite que les commentaires sont encore ouverts pour vous rappeler que nos pourritures politiques ont appelé le Maghreb « EUROPE DU SUD », et cela dès les années 1990 (à ma connaissance).
    C’est pourquoi un maximum de plateformes téléphoniques sont là-bas et que la qualité en est douloureusement (pour le client) détériorée. Leurs salaires étant inférieurs aux nôtres de moitié.
    Pour 90% des contacts, les problèmes ne sont pas résolus parce que pas compris. Ou alors on a des personnes arrogantes au bout du fil. Avant j’essayais de redresser le tir, maintenant si le « conseiller »ne me convient pas et ne respecte pas les règles de base du savoir-vivre, je lui raccroche au nez.
    Donc nous sommes bien envahis partout : dans les rues, les transports (Merci Mon Dieu j’ai ma voiture), les ascenseurs encombrés par les poussettes greffées aux poignets de ces « thons »…, et donc même au téléphone ! RAS LE BOL !!

Lire Aussi