Pour lutter contre l’islamisme, c’est simple, il faut imiter l’anti-cléricalisme de la Belle Epoque


Pour lutter contre l’islamisme, c’est simple, il faut imiter l’anti-cléricalisme de la Belle Epoque

.

Voici ce que dit Benoît Rayski à propos du  « plan contre l’islamisme »  que Macron doit annoncer :

Macron prépare un plan contre l’islamisme!
Et il sera prêt – pure coïncidence? – avant les municipales

Manifestement il y a urgence. Bizarrement depuis qu’il est au pouvoir (mai 2017) le chef de l’Etat avait d’autres priorités…

C’est le Journal du Dimanche qui nous l’apprend avec un gros titre à la une: «Macron prépare un plan contre l’islamisme». Le journal a interrogé l’entourage présidentiel. Celui-ci est formel: «Le plan n’est pas encore ficelé mais il sera prêt avant les municipales».

Le Journal du Dimanche, pourtant très bienveillant avec Macron, écrit que le pouvoir prend ainsi le risque d’être « accusé d’électoralisme ». Loin de nous l’idée de donner du crédit à cette affreuse accusation. Nous voulons croire à la totale bonne foi du Président de la République.

C’est pourquoi nous souhaitons l’aider à « ficeler » son plan contre l’islamisme et faire en sorte qu’il réussisse là où Hollande et Sarkozy ont échoué. Comme la loi de 1905 est toujours en vigueur, il serait bon que Macron revienne aux fondamentaux et se replonge dans l’anti-cléricalisme virulent de la Belle Epoque.

En ces années-là, féroce et sans concession, la presse républicaine n’y allait pas de main morte avec les curetons abhorrés. Des caricatures montraient le Pape sous la forme d’un vautour étendant ses ailes noires sur la France. On pouvait voir aussi des moines gras pendus à une potence. Et les prêtres catholiques étaient représentés sous une forme de corbeaux ou de chauves-souris. Les dessinateurs de Charlie Hebdo ont été assassinés pour bien moins que ça…

Le cléricalisme était alors l’ennemi à abattre. On le définissait comme étant l’intrusion de la religion « dans le temporel ». Il y a aujourd’hui en France une religion qui ne se contente pas d’empiéter sur le temporel: elle est le temporel à elle toute seule!

Comme islamisme rime joliment avec catholicisme, nous nous permettons de suggérer à Macron de revenir à l’anti-cléricalisme des années 1900. Des dizaines de congrégations religieuses furent alors dissoutes par décret. Des centaines d’écoles catholiques furent contraintes de fermer leurs portes. Et des milliers de prêtres, de moines et de bonnes sœurs durent s’exiler dans des pays plus hospitaliers comme l’Italie et l’Espagne.

Si nous rappelons ici les événements de cette période, c’est pour éviter à Macron et à ses conseillers des recherches fatigantes et inutiles. Il y a là tout ce qu’il faut pour son plan. Et nous ne doutons pas qu’il en concoctera un deuxième, bien plus dur, juste avant les élections présidentielles de 2022…

https://www.atlantico.fr/decryptage/3586112/macron-prepare-un-plan-contre-l-islamisme-et-il-sera-pret–pure-coincidence–avant-les-municipales-benopit-rayski

.

Sur le même sujet, lire aussi :

Quadrature du cercle pour Macron : 150 quartiers tenus par des islamistes mais faut pas stigmatiser !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




12 thoughts on “Pour lutter contre l’islamisme, c’est simple, il faut imiter l’anti-cléricalisme de la Belle Epoque

  1. AvatarChristian

    Plus de pognon, plus de problèmes.
    On les fait crever de faim et vous verrez qu’ils viendront nous manger dans la main car ils n’ont pas de fierté.
    Macron va nous pondre un islam de France alors que l’islam n’a pas de frontières et il va bien séparer islam et islamisme alors que c’est kik-kif.
    On ferme tous les commerces tenus par des musulmans (halal, garages,…), on supprime les allocs à la 1er connerie de leurs mioches, on expulse les sans papiers, les pseudos imam, on ferme les mosquées,… Facile si on a les couilles de le faire mais comme je dis souvent Macron à des couilles au cul mais….. ce ne sont jamais les mêmes.

    1. AvatarAardvark

      Tout cela est exact et réaliste, mais ne comptons sur aucun gouvernement pour agir dans ce sens, à fortiori les « socialisants »

  2. AvatarJim

    Le texte de Benoît Rayski rappelle en creux que la laïcité n’est en rien une neutralité mais est une attaque féroce contre l’Eglise catholique.

    1. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

      Il est certain que la laïcité n’est pas NEUTRE, ce que nos islamo-collabos tentent de faire croire !
      Au début, des congrégations furent expulsées, il fallu un accord avec le Vatican pour régler leur retour avec des prétentions réduites à ce qu’elles devaient être !

    2. AvatarDorylée

      Vous réagissez exactement comme les musulmans ! Ils ont tout envahi, ils sont partout et sitôt que quelqu’un s’avise de les recadrer, ils hurlent à la discrimination, à l’islamophobie… La France grouillait de Mr LEFEBVRE qui régissaient tout, partout, tout le temps. La loi de 1905 les a remis à leur vrai place et leur a ordonné d’y rester, ce qu’ils faisaient jusqu’à ce que l’âne Jospin les remette en selle dans les comités d’éthique scientifiques où ils ont bloqué les recherches sur les cellules souches et les cellules embryonnaires. Depuis, ils reprennent de la place en supportant l’islam ou en se faisant porter par l’islam. Avec François, l’imam catho du Vatican, ils vont finir par s’entendre comme cochons sur notre dos pour nous ramener au Moyen âge.

  3. Avatarmyrtille

    Le seul plan contre l’islam (isme) possible est de tarir la source de l’immigration musulmane: fi du droit du sol, du regroupement familial, des bi nationaux

  4. AvatarMichel

    L’islamisme est une arme utilisée par certains gouvernements occidentaux pour préparer un génocide en Europe. Certains décideurs (financiers et politiques) impatients, trouvent que ça ne va sans doute pas assez vite et comme par hasard, pour accélérer le processus d’élimination des populations, un nouveau virus « inconnu », provenant soi-disant de Chine (coronavirus), serait susceptible d’être mortel par simple transmission. Comme par hasard… Il ya eu le déclenchement du sida et autres saloperies et maintenant, ce virus mortel. Comme c’est étrange… Pas de panique, le macron dira que le virus s’est arrêté à la frontière, sauf qu’il n’y en a plus.

  5. frejusienfrejusien

    Très amusant !
    merci d’avoir ressorti ces illustrations de l’époque,
    il nous suffit donc de remplacer les curetons par les imams barbus, et le tour est joué,
    avec les expulsions , les fermetures d’écoles coraniques etc.. tout le tintouin,

    alors là ! on verrait les réactions des uns et des autres,
    mais surtout commencer par fermer le robinet, ça soulagerait les charges des GJ

    1. AvatarBoronlub

      Bonjour
      C’est ce que je me disais aussi, mettons un imam à la place du curé se ‘soulageant’ sur le globe, et on pourra réutiliser le slogan bien trouvé de la courageuse petite lycéenne: « l’islam c’est de la m… » (ou c’est dlam comme disent les collègiens)

  6. Avatarzipo

    C’est tout simple pas de religion dans notre démocratie ,toute cette parasitose dehors ,arrétons de lobotomiser nos enfants avec ces allégories de soumission a un dieu qui n’existe que pour nous soumettre et faire de nous des esclaves d’une oligarchie qui veut nous diriger alors dieu n’est’il pas amour !
    Aucun enfant n’a choisi sa religion ,il la subit .Votons une loi interdisant d’enseigner une religion a tout mineur quel-qu’il soit .Une fois majeur il sera libre de ce faire ce qu’il veut ,agnostique,croyant ou pas!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. AvatarJolly Rodgers

    l’anti cléricalisme existe toujours il y’a qu’a regarder du côté du torchon le bien mal nommé : la libre pensée . il vont vous critiquer les chrétiens , les juifs, les boudhistes …. mais jamais un mot sur l’islam .
    tenez , je suis tombé sur un vieux numéro du magazine Actuel , bien a l’époque ce magazine n’y allez pas de main morte avec l’islam , ainsi qu’avec toutes les autres religions . mais voilà aujourd’hui ils oseraient plus . trop lâche!

Comments are closed.