L’infantilisme profond, pathologique et aliénant d’un chef d’État… (1/2)


L’infantilisme profond, pathologique et aliénant d’un chef d’État… (1/2)

.

L’homme dépourvu de toute éducation et sens des valeurs se vautre en permanence dans la vulgarité et des comportements de voyou des banlieues…

« L’infantilisme profond, pathologique et aliénant d’un chef d’État…»

Dire que c’est un chef d’État, nul ne peut le contester. La sacro-sainte loi démocratique en a décidé ainsi, même si la campagne électorale a été une odieuse caricature et si c’est plutôt l’argent des banques qui a gagné cette élection.

Mais ni le monde ni les gens ne sont parfaits. Il est néanmoins important de s’interroger sur le vieillissement des systèmes politiques, des institutions et des lois électorales et sur la perversion de certains politiciens aux fins de contourner tout ça…

Nous le savons tous, nos chefs d’État et nos élus ne sont jamais des innocents à la blancheur virginale. La politique est un monde où règne tout sauf la droiture, l’honnêteté, la vertu, l’honneur et la dignité. Et pour parvenir au niveau de premier magistrat de France, il faut faire énormément de promesses qui n’engagent que les imbéciles qui les croient, de concessions opaques, de compromis douteux, d’arrangements fumeux et en plus abdiquer tout amour-propre et toute dignité.

Cette page est intéressante, car elle fait le bilan des promesses tenues ou non tenues par Manu :
https://www.luipresident.fr/emmanuel-macron/toutes-promesses?filtres={%22verdict%22:[%22tenu%22],%22type%22:[],%22field_theme%22:[],%22searchbox%22:%22%22}

On ne vient pas en politique par idéal. L’idéal, c’est entre 16 et 20 ans, dans les bistrots étudiants.
Ensuite, l’idéal se transforme en spéculations politiciennes et en ambitions démesurées pour accéder au pouvoir et à l’argent, car l’un ne va pas sans l’autre. Et croyez-moi, sans l’argent au bout de la route, ils ne s’agiteraient pas autant.
C’est pour cela qu’ils se battent comme des lions.
On devient très vite orgueilleux, arrogant, méprisant, suffisant et condescendant envers les autres, le peuple, les électeurs, ceux qui « ne sont rien. » (Le mépris de Manu, 29 juin 2017 – https://www.youtube.com/watch?v=mlxXW95qeK4)

L’électeur, c’est le mouton. Et ce mouton, si on veut le manger, il faut le séduire, l’attirer, l’aguicher, le courtiser, le faire rêver et lui raconter des fables, exactement ce qu’il veut entendre. C’est-à-dire que vous êtes un dieu et que vous allez faire des miracles pour lui, comme dans les pubs à la télé, ce qu’un gosse de cinq ans ne croirait pas et le ferait se rouler par terre de rire.

Nous avons donc à l’Élysée, en cet an 2019 de l’ère chrétienne, un individu qui se prend pour Dieu et qui pense avoir tous les pouvoirs divins et être là pour 1000 ans, comme tous ses prédécesseurs…

Nous le nommerons Manu, par commodité…
En réalité, l’homme est faible, fragile et assez complexé.
Sans ce pouvoir démesuré et absurde pour un seul homme (quand donc aurons-nous un présidium composé de plusieurs élus de sensibilités politiques différentes ?), il ne serait rien.

Né dans une famille bourgeoise du Nord, d’un couple de médecins, il fait des études scolaires générales assez brillantes.
Il échoue ensuite à deux reprises au concours d’entrée à Normale Sup et en 2001 sort diplômé de Sciences Po.

(Peu importe les détails précis, c’est le portrait psychologique de l’homme que je veux brosser, les détails sont ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron).

« Puis, l’ENA à Strasbourg dans la promotion Léopold Sédar Senghor (2002-2004).
Sorti de l’École nationale d’administration (ENA) en 2004, il devient inspecteur des finances. En 2007, il est nommé rapporteur adjoint de la commission pour la libération de la croissance française (« commission Attali »). L’année suivante, il rejoint la banque d’affaires Rothschild & Cie, dont il devient associé-gérant en 2010.
 » (Source Wiki).

« Plus tard, des éléments de sa biographie publiés dans les médias feront l’objet d’incertitudes et de contradictions. Ainsi, Emmanuel Macron semble avoir entretenu pendant un certain temps l’ambiguïté sur son prétendu passage par l’École normale supérieure. Par ailleurs, il indique avoir réalisé un mémoire sur l’intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, sous la direction d’Étienne Balibar, mais ce dernier déclare ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode… » (Source Wiki).

Le mensonge, la dissimulation et la manipulation sont des traits permanents du caractère infantile de la personnalité du citoyen Manu.

« Proche du Mouvement des citoyens (MDC) puis membre du Parti socialiste (PS) de 2006 à 2009, il participe à la campagne électorale de François Hollande pour l’élection présidentielle de 2012, qui le nomme après sa victoire secrétaire général adjoint de son cabinet. Alors encore inconnu du grand public, Emmanuel Macron devient en 2014 ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique ; en 2015, il fait adopter une loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron ».
En 2016, il fonde son propre mouvement politique, baptisé En marche, et démissionne du gouvernement. Il adopte un positionnement hostile au clivage gauche-droite et se présente à l’élection présidentielle de 2017. Il l’emporte au second tour face à la candidate du Front national, Marine Le Pen, avec 66,1 % des suffrages exprimés.
À 39 ans, il devient le plus jeune Président français et le plus jeune dirigeant d’alors du G20. À la suite de son élection, son parti remporte les élections législatives de 2017. Le début de son mandat est marqué par une réforme du Code du travail, une loi de réforme de la SNCF, l’affaire Benalla, le mouvement des Gilets jaunes et le Grand débat national.
 » (Source Wiki).

Le personnage est intéressant sous le microscope d’un psychologue, d’un sociologue ou d’un psychiatre.

Il possède des qualités intellectuelles certaines (notamment une grande mémoire) qui lui ont permis de poursuivre ses études et d’accéder à une situation élevée.
Ce sont des études où seule la mémoire intervient vraiment.
Il n’y a rien à comprendre, contrairement aux sciences et aux mathématiques.
Mais nous verrons aussi que la mémoire seule est loin de suffire à former un esprit brillant. D’autres capacités cérébrales sont indispensables pour avoir un discernement clair des choses et une aptitude à faire des liens entre les informations. Sans parler de l’aspect moral, affectif et humaniste qui semble absent chez cet homme.

Par exemple, en 1993, lycéen de 15 ans en classe de seconde, il s’est entiché de sa professeur (je refuse le féminin dans certains mots) de lettres, Brigitte Trogneux, de 24 ans son aînée, mariée et mère de trois enfants.
Qui d’entre nous, fille ou garçon, n’a pas eu un béguin d’adolescent ou de jeune adulte pour un ou une de ses professeurs ? C’est humain.
Mais c’est le plus souvent resté une amourette sans suite et sans conséquence, oubliée dès les grandes vacances…

Chez Manu, les choses n’ont pas du tout été sans suites.
Elles ont engendré un scandale familial auquel ses parents ont vainement tenté de mettre un frein et un terme.
Cela a fait exploser un couple marié et semé le chaos dans cette famille.

Le jeune Manu n’a eu aucune conscience du mal qu’il avait fait et des blessures que cela avait pu provoquer.
On voit déjà qu’à l’âge de 15 ans il était déjà dans un état mental et affectif de grand désordre et de grand mépris pour les autres. Il n’a aucune capacité à discerner le bien du mal. Seul compte son seul intérêt à lui.
En bref, il voulait sauter sa prof et le reste n’avait aucune importance. Peut-être un rite de passage…

Il semblerait que cet enfant ait pu être victime du syndrome de « l’enfant-roi », concept gauchiste idiot aux conséquences désastreuses ayant eu cours des années 50 à 70.
L’enfant-roi était à cette époque de débilité sociale l’abdication de tout engagement et préoccupation éducative envers les enfants.
Il était bon élève et avait de bons résultats à l’école. Que peuvent demander de plus des parents par ailleurs très absents et trop occupés et sollicités par leurs carrières ?

Il a manqué de modèles parentaux et de l’autorité directrice bienveillante d’un père.
D’où ce transfert d’affection pour ce professeur chez laquelle il a trouvé une autre maman qui s’est occupée de lui.

Le problème est que cette situation n’était pas normale et en tous cas pas dans l’ordre naturel des choses pour un adolescent de 15 ans probablement en perte de repères.

On a l’impression que les jeunes filles de son âge ne l’intéressaient pas ou peu. Mais on ne dispose pas de témoignages. Peut-être les estimait-il trop versatiles et superficielles…

D’un autre côté, Brigitte Trogneux n’a pas non plus tenu avec rigueur son rôle et sa place de professeur envers son élève en lui dictant les limites de la bienséance et de la loi dans ses élans de cœur.
Elle a en effet commis un délit grave et pénalement sanctionnable de prison dans le cadre du détournement de mineur par enseignant ayant autorité sur un mineur, même de plus de 15 ans.
Mais les parents n’ayant pas porté plainte, l’affaire n’a pas été jugée.
La situation n’en était pas moins ambiguë, immorale et problématique.

Manu et sa vieille maman

On peut également imaginer qu’il a eu une sexualité particulière avec cette femme nettement plus âgée et expérimentée que lui. Elle n’était plus toute jeune et cela a dû rapidement émousser ses ardeurs amoureuses et, de surcroît, être une entrave définitive à lui donner descendance, car elle ne souhaitait pas, près de la quarantaine, avoir d’autres enfants.
L’homme a donc subi une frustration de plus, en admettant qu’il ait eu envie d’avoir des enfants, ce qui n’est pas du tout certain, compte tenu de son grand égoïsme.

Pour le reste, Manu a toujours été exagérément encensé par sa famille et ses maîtres et en a gardé un orgueil et un mépris profond envers les autres.

Ayant échappé au service militaire en fin d’existence, on peut également déplorer que le personnage ait manqué cette excellente occasion de lui inculquer les valeurs de l’ordre, de la discipline et le respect des anciens et des plus gradés que lui.
Ce qui n’a pas manqué de se révéler lors de sa sortie particulièrement insultante envers le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, le 13 juillet 2017, au sujet d’une coupe budgétaire pour l’armée de 850 millions d’euros.

Manu n’aime pas la France et n’aime pas l’armée et a exprimé volontairement son manque de respect au général de Villiers en lui rappelant sèchement « Je suis votre chef », comme si ce militaire ne le savait pas…
Manu n’est pourtant qu’un avorton et un gosse mal élevé devant le général de Villiers dont la carrière au service de la France devrait faire rougir de honte le petit teigneux minable de l’Élysée.

Les Français ont pu le constater, depuis son accession à la présidence, Manu n’est pas un homme de cœur. Il n’a pas de cœur, pas d’empathie, pas d’émotions, pas de compassion pour ceux qui souffrent, pas de pitié, aucun regard sur l’autre.
À la place du cœur, un iceberg et une machine comptable.

Mais il a reçu une formation psychologique et comportementale et il a appris certains gestes, paroles et attitudes pour berner son interlocuteur et lui faire croire qu’il l’écoute et qu’il le reçoit cinq sur cinq et prendra en sa faveur les mesures ou dispositions qui s’imposent. La main sur le bras de son vis-à-vis, le visage grave, le regard droit dans ses yeux, alors qu’il se fiche complètement de ce que l’autre lui raconte et qu’il aura oublié dans la seconde.

Tout le monde a d’ailleurs pu observer son regard vide et inexpressif, proche du regard d’un drogué ou d’un dément…

Un regard vide, inexpressif, comme un drogué ou un dément hors de contrôle

C’est un homme frustré et rempli de haine, pour avoir eu des comportements aussi haineux et méprisants envers la France et les Français en les insultant clairement à chaque occasion d’un voyage à l’étranger.

Le visage de la haine qu’il voue à la France et aux Français

Vous pourrez lire la seconde partie de cet article dans les prochains jours dans :

« L’infantilisme profond, pathologique et aliénant d’un chef d’État… (Partie 2/2) »

Laurent Droit-Perrault

https://ripostelaique.com/linfantilisme-profond-pathologique-et-alienant-dun-chef-detat-1-2.html

 

Deuxième partie ici : https://resistancerepublicaine.com/2019/11/22/linfantilisme-profond-pathologique-et-alienant-dun-chef-detat-2-2/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Laurent Droit

Ancien militaire et patriote

Articles du même thême

2 thoughts on “L’infantilisme profond, pathologique et aliénant d’un chef d’État… (1/2)

  1. Avatarmateo

    Depuis des années je ne cesse de répéter que ce gamin a eut sa jeunesse massacré par cette horrible femme
    Elle en a fait un refoulé agressif qui n’a pas eut de jeunesse l’esprit de La mentalité de beaucoup d’enseignants en dit long sur leurs humanismes
    Il finira en grande dépression
    C’est elle qui tire les ficelles et le manipule
    L’épreuve de vérité approche et on va voir comment va réagir ce pauvre gamin le 5 décembre
    Si la partie mémoire est bien développée il en est rien sur la partie analyse et filtrage de la pensée
    Sa seule chance a été l’absence d’opposition
    a suivre

  2. Avatarpalimola

    Le plus consternant c’est qu’il ait été élu et ceux qui se plaignent aujourd’hui ont pour la plupart voté pour lui , il n’est pas le seul a connaître des problèmes de comportement ……………quoi qu’il en soit quand je vois le  » couple présidentiel  » je ne suis vraiment pas fier d’être Français mais bon avec les deux pitres précédents c’était pas mieux !

Comments are closed.