Claude Habib: «Le voile choque tant en France parce qu’il s’oppose à notre culture galante»


Claude Habib: «Le voile choque tant en France parce qu’il s’oppose à notre culture galante»

Du Figaro :

TRIBUNE – Adopter le multiculturalisme anglo-saxon serait renier la spécificité française de mixité des sexes, argumente le professeur émérite de littérature à l’université de Sorbonne nouvelle*.

Par Claude Habib

L’apparition du voile dans la société française et son installation progressive n’ont cessé d’enflammer l’opinion depuis une trentaine d’années. La première affaire a éclaté à Creil, lorsque trois collégiennes furent exclues de leur établissement pour avoir refusé d’ôter leur voile. Les jeunes contestataires furent réintégrées le mois suivant, mais durant quinze ans, le serpent de mer allait resurgir, jusqu’à la loi de 2004 sur l’interdiction des signes religieux à l’école. De l’aveu même de ses détracteurs d’alors, cette loi apporta l’apaisement dans la communauté éducative.

Hors de ses murs, la partie a continué de plus belle. Sous diverses variantes – burqua dans la rue, burkini à la piscine – de jeunes musulmanes n’ont cessé depuis lors de tester la tolérance sociale, qui était faible initialement, et qui s’est encore affaiblie depuis les épisodes terroristes de 2015 et 2016. Avec l’aveuglement des gens de partis, ces jeunes femmes voient là une stratégie toujours gagnante: en cas de laisser-faire, elles accroissent la visibilité de l’islam. En cas de répression, elles croient faire la preuve du racisme français, tout en endossant le statut de victime – une posture geignarde, difficile à supporter dans un pays où l’islamisme fait des morts. Il est probable que les femmes voilées suscitent autour d’elles une réprobation sociale et qu’elles en souffrent. Mais il y a plus grave qu’ôter son foulard ou changer de maillot, tel est le sentiment diffus.

.

Exagérées ou non, leurs doléances font leur effet. Elles divisent l’opinion. Que faire? Démocratie plutôt que République, renforcement des communautés plutôt qu’assimilation des individus, respect inconditionnel des coutumes et des costumes: la norme anglo-saxonne n’a pas manqué de relais en France. Nombre de voix se sont élevées pour défendre une vision libérale et multiculturelle, soit parce qu’elle serait meilleure en elle-même, soit parce qu’elle serait devenue inévitable dans un pays en archipel.

.

Les hommes, plus souvent que les femmes, tendent à dédramatiser le « bout de tissu ». Il ne risque pas de leur tomber dessus

 

Dès aujourd’hui le poids de la communauté musulmane serait tel qu’il faudrait composer. Réformer le modèle français, ou du moins l’infléchir pour mieux accueillir la «deuxième religion» de France: cette volonté d’ouverture est présente aussi bien à gauche qu’à droite. Elle conduit à minimiser le port du voile -Alain Juppé le comparait au fichu de sa mère, Aurélien Taché au serre-tête BCBG, Jean Clair, en historien de l’art, aux tableaux de la Vierge Marie. Les hommes, plus souvent que les femmes, tendent à dédramatiser le «bout de tissu». Il ne risque pas de leur tomber dessus. Parmi les femmes, on n’entend guère, en défense du voile, que des radicales en quête d’intersectionnalité, impatientes de conjuguer des revendications de femmes et ce qu’il leur paraît être la juste cause des ex-colonisés.

.

Face à ces positions compréhensives, l’argumentaire adverse est rodé: il consiste d’abord à présenter le voile comme le symbole de l’infériorité des femmes. Il s’attache aussi à lui dénier son caractère de liberté. Certes, des femmes peuvent souhaiter se voiler. On se souvient qu’en Iran, elles ont manifesté en portant le tchador pendant la révolution khomeiniste. Mais on voit qu’aujourd’hui, il n’est plus possible pour les Iraniennes de se dévoiler: des peines sévères frappent celles qui s’y risquent. La liberté de se voiler n’en est pas une, puisqu’elle est à sens unique. Mobiliser les droits humains à ce propos, c’est se moquer. En France, il existe une part, certes minoritaire, mais réelle de femmes contraintes de porter le voile. Enfin, la pudeur n’ayant pas de borne, ces demandes n’auront pas de fin. Ce sont des réformes à cliquet, chacune préparant la suivante: si l’on autorise le burkini à la piscine, l’exigence d’horaires de non-mixité suivra – il n’est pas dur de le prédire puisque la demande est déjà apparue.

Encourager le fait communautaire, comme certains élus sont tentés de le faire, revient à accroître la séparation des modes de vie sous prétexte d’en prendre acte, et à distendre le rapport aux lois, supposées indéfiniment révisables ou contournables à l’aune des nouveaux «besoins».

.

Ces arguments ont leur poids. Ils n’expliquent pas que le voile nous pose un problème spécifique. Manifestement, nos voisins s’en accommodent mieux. Le hidjab a son émoticône dans les claviers de nos smartphones. Pourquoi cette réaction irascible et répétée dans laquelle l’historien Patrick Boucheron dénonce une «crispation française»? Crispation coûteuse qui plus est: de ce fait la France est la cible des prédicateurs salafistes sur Al Jazeera, et des railleries américaines dans le Herald Tribune. La nation s’expose à la fois à l’incompréhension des libéraux, qui est vexante, et à l’exaltation des fanatiques, qui est mortelle.

.

Le voile est le symbole d’une séparation des sexes, plus ou moins rigoureuse mais toujours nécessaire, tandis que la galanterie est un modèle unique, et pour une part utopique, de mixité apaisée

.

Cette particularité peut se déchiffrer sur fond de la culture galante – un phénomène qui n’est pas cantonné dans le lointain passé et les livres qu’on ne lit plus. Les hôtesses d’Air France furent les seuls équipages au monde à pétitionner pour avoir le droit de ne pas porter de foulard lors des escales en Iran. Le voile est le symbole d’une séparation des sexes, plus ou moins rigoureuse mais toujours nécessaire, tandis que la galanterie est un modèle unique, et pour une part utopique, de mixité apaisée. Le voile affirme que les hommes et les femmes ne doivent pas se mêler, qu’ils ne peuvent jamais se fréquenter sans risque ni se croiser sans précaution. Sous le voile et grâce à lui, la femme tient les hommes à distance. Mais c’est en endossant la responsabilité des désirs qu’elle suscite.

La galanterie, à l’inverse, exalte la beauté des femmes, qui ne sauraient jamais se rendre trop jolies. En contrepartie, elle exige ou suppose la retenue des hommes. Un galant homme ne saurait oser un geste inconvenant. C’est donc une mixité particulière: joueuse, légère, érotisée. Elle est inconcevable dans le monde islamique ; elle est incomprise dans le monde anglo-saxon. Ce jeu nous isole mais nous y tenons, et nous restons collectivement allergiques à l’hypocrisie rigoriste. Si le voile crispe en France, c’est qu’il est perçu comme un risque. Il pourrait augurer la fin de la récréation galante, la prohibition de la coquetterie heureuse: la perte d’un bonheur français.

* Spécialiste du XVIIIe siècle, Claude Habib est, en particulier, l’auteur de «Galanterie française» (Gallimard, 2006). Dernier ouvrage paru: «Comment peut-on être tolérant?» (Desclée de Brouwer, 2019).

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/claude-habib-le-voile-choque-tant-en-france-parce-qu-il-s-oppose-a-notre-culture-galante-20191024

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




14 thoughts on “Claude Habib: «Le voile choque tant en France parce qu’il s’oppose à notre culture galante»

  1. Avatarvieux bidasse.

    Il est vrai que chez nous, la FEMME, nous avons plutôt l’habitude de l’admirer au lieu de la cacher, car nous savons que nous n’avons pas besoin d’un âne.

  2. Avatarwar gear

    La femme étant notre égale mon propos déplairait a PASCAL pour cela j’ajouterais qu’elle nous est supérieure en bien des domaines elle n’as pas besoin de ça pour être respectée si elle le portais il ne la protégerais pas il ne ferait que l’enlaidir . le voile était plutôt réservée a nos ancêtres les beaux qui le portaient sur leur bras ou a la pique de leur lance et grâce a leur bravoure il permettait a leur belle de savoir qui était ces vaillants et séduisant chevaliers.

  3. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Ce n’est pas une coutume Française, c’est tout au-delà de tout ce qu’il peut représenter, mais ce qu’il représente n’est pas Français non plus c’est même le contraire, pas besoin d’épiloguer là-dessus finalement, c’est clair comme de l’eau de roche.

    Si on se dit Français, on prend les us et coutumes du pays, c’est simple. Dans les pays du Moyen-Orient on n’a pas le droit même de se mettre en short… alors.

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Magnifique ZINEB EL RHAZOUI !

    – » Zineb El Rhazoui : «Ne cédez jamais à la terreur … ne soyez même pas effleurés par la calomnie des fascistes qui vous traitent de racistes, d’islamophobes» « –
    :::: http://www.fdesouche.com/1284465-zineb-el-rhazoui-ne-cedez-jamais-a-la-terreur-ne-soyez-meme-pas-effleures-par-la-calomnie-des-fascistes-qui-vous-traitent-de-racistes-dislamophobes

    IMG : Text
    :::: http://www.fdesouche.com/wp-content/uploads/2019/10/68D4D72C-CCEC-49D0-83C8-869385B393AC.jpeg

  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Zineb El Rhazoui
    :::: https://www.facebook.com/821500067/posts/10162510772005068?sfns=mo
    24 October at 04:37 ·

    IMG : portrait de Zineb El Rhazaoui
    :::: https://tinyurl.com/y3ev3cz4

    A l’heure où les islamistes et leurs complices communautaristes s’émeuvent de cette « maman voilée humiliée devant son enfant », les pires sévices, mortels, me sont promis publiquement sur les réseaux sociaux, et personne ne s’en émeut à part vous tous, mes amis et soutiens laïques, humanistes et républicains.

    Comme si je n’étais pas moi aussi une maman, comme si mon enfant qui lirait un jour les menaces des défenseurs de l’islam, « Nik Ta mer la gross putte », « On te retrouvera égorgée dans ta baignoire », « Tu seras violée par tous les trous », n’en éprouverait aucun traumatisme, ceux qui volent au secours de la hijabiste du Conseil régional se taisent sur ce que je vis au quotidien. Un silence qui en dit long sur les dégâts de la terreur islamique sur l’inconscient collectif français.

    Les menaces, les insultes, les humiliations publiques, les diffamations sont si nombreuses, quasi incessantes ces dernières semaines, que je n’ai même plus le temps de les compiler, même plus les moyens de les poursuivre toutes.

    Pour autant, je ne ressens pas que « ma vie a été détruite » comme le prétend la menteuse hijabisée. Au contraire, voir mon pays, celui que je lèguerai à mon enfant, sombrer dans cette aliénation islamiste, le voir trembler devant ce retour de l’inquisition sous une autre étiquette religieuse, me donne le courage de continuer, de me battre avec encore plus de force qu’auparavant. C’est mon devoir de femme, de citoyenne et de mère.

    Comme moi, ne cédez jamais à la terreur, ne faiblissez pas devant l’intimidation, ne soyez même pas effleurés par la calomnie des fascistes qui vous traitent de racistes, d’islamophobes, de « putes », « pédés » et autre injures qui vont avec et qui leur servent d’arguments. Résistez! C’est vous les plus forts.

  6. Avatargregory

    Les croisades n’ont pas permis d’éradiquer ce fléau qui vient nous narguer à demeure!
    J’ai envie de crier aux armes!
    Mais j’ai l’impression de n’entendre que l’écho de ma propre voix!
    Debout les morts!
    Car les maures sont encore debout!

  7. frejusienfrejusien

    La galanterie, je n’y avais pas pensé, mais c’est une belle façon d’expliquer notre allergie au voile islamique,

    une chevelure féminine qui flotte dans le vent , qui peut prendre des reflets blonds, roux ou noir profond, qui dégage un parfum subtil, qui auréole un visage féminin,

    nous aimons cette vision, et nous en avons l’habitude, c’est notre société, et c’est notre culture,

    la coquetterie des femmes françaises qui fait qu’elles aiment être regardées , admirées,
    et que, nous les hommes , nous les respectons pour leur beauté, et pour l’effort qu’elles mettent en oeuvre pour nous plaire, et pour rendre notre environnement plus beau, plus esthétique, plus attrayant,

    il y a mille raisons qui font que nous refusons le voile islamique,

    n’est-ce pas macron ??, il y a une CULTURE FRANÇAISE et tu ne pourras pas nous l’enlever

  8. frejusienfrejusien

    Et puis, si on parlait des coiffeurs et des coiffeuses, ce métier bien occidental qui consiste à mettre en valeur la chevelure,
    sous un voile, nul besoin de coiffeur, nul apprêt n’est demandé,

    on peut arranger les cheveux de mille façons, suivant l’humeur et la personnalité de l’artisan coiffeur ou de l’artiste qui apprête . Evidemment pour cela il faut qq notions d’esthétique, un gout pour la beauté ,

    et que connaissent-ils de l’esthétique ces barbares arriérés qui veulent étouffer la chevelure ??? ceux qui ne supportent ni l’art, ni la culture ??

    Décidément, ces sauvages n’ont vraiment rien à voir avec notre civilisation, rien à faire chez nous, à part le désir de nous détruire, leur immense désir haineux de démolir ce que nous avons construit,

    accepter ce voile c’est accepter la destruction de ce que nous sommes à plus ou moins brève échéance

  9. AvatarAnne Lauwaert

    La burqa est blasphème.
    Les patriciennes avaient le droit de se couvrir et donc de se soustraire aux offenses des mâles, par contre les esclaves étaient à la merci des libidineux en tout genre…
    Le prophète Mahomet qui, selon ses biographes E. Dinet et El Hadj Sliman ben Ibrahim, «préférait en ce monde la prière, les femmes et les parfums» a souhaité pour toutes les femmes le droit de couvrir leur intimité et ainsi de se protéger contre les violences.
    Aujourd’hui, ceux qui sont plus catholiques que le Pape ont transformé ce droit en obligation… C’est une idéologie qui passera comme toutes les autres..
    Mais il y a un aspect dont on ne parle jamais et qui dérange ceux qui n’aiment pas les références à notre nature animale.
    Pourtant c’est une réalité physiologique.
    En amont des questions de civilisations, éducations, traditions etc., les humains sont des mammifères comme les chats, chiens, vaches, chamois, etc.
    Quand la femelle atteint sa maturité sexuelle, chez les humains les premières menstrues vers 12 ans, elle va en chaleur et se cherche un mâle pour la féconder.
    Exemple: les comportements extravagants des adolescentes à la sortie de l’école: criailleries, rires hystériques, habillements provocateurs, maquillages excessifs etc. pour attirer l’attention des mâles. Ce comportement se retrouve jusqu’à la ménopause chez les femmes qui sont en chaleur, en chasse, aguicheuses, tentatrices, enjôleuses, entraineuses, excitantes, fatales… etc.…
    Mais oui, Eve séduit Adam, les femmes séduisent les hommes, dans la nature c’est comme ça. Pour ce faire elles sont aidées par des hormones: les phéromones qui sont des odeurs qui attirent les hommes. On a même inventé des parfums qui emploient les mêmes stratagèmes…
    Quand les biches sont en chaleur elles émettent des phéromones qui provoquent le rut des cerfs. Une fois la femelle fécondée, ses phéromones s’apaisent et les mâles s’en vont tranquillement de leur côté jusqu’à la prochaine chaleur des femelles. Les mammifères ne vivent pas en couple.

    Les musulmans qui veulent couvrir leurs femmes se justifient en disant que c’est pour préserver la pudeur des femmes et aider les mâles qui ne sont pas capables de se maitriser… Nous résolvons ce problème avec l’éducation.
    Cependant couvrir les femmes est totalement illusoire car les phéromones sont des odeurs qu’aucun tissu ne saurait arrêter. Pour arrêter les phéromones il faudrait enfermer les femmes dans des bulles hermétiques…
    Toutefois, une question se pose:
    Si les femmes séduisent les hommes avec leurs phéromones, c’est que le Créateur les a créées ainsi…
    Que se passe-t-il quand les homme s’opposent à la volonté de leur Créateur?
    Eh bien, ils commettent le péché…
    Conclusion: la burqa est un blasphème.
    Question subsidiaire: que se passe-t-il avec ceux qui commettent le péché?
    Pendant leur vie ils emm… tout le monde. Pendant leur mort ils vont en enfer.

Comments are closed.