Erdogan va bouffer les Kurdes parce qu’il fait partie de l’OTAN… qui veut bouffer la Syrie


Erdogan va bouffer les Kurdes parce qu’il fait partie de l’OTAN… qui veut bouffer la Syrie

.

Comme pour la lutte contre  DAESCH, on joue à : trêve, à couloir, à cessez le feu… mais en réalité ceux qui devraient s’arrêter et qui sont les mêmes qui sifflent la mi-temps, en profitent pour avancer et faire ce qu’ils ont affaire.

Erdogan peut-être tranquille il va bouffer les Kurdes parce que c’est un homme de l’OTAN et que l’OTAN veut bouffer la Syrie.

Non ! Non ! Ils n’en n’ont pas terminé avec la Syrie et ils veulent la faire tomber. Ils jouent comme pour le BREXIT ; des faux-semblants et pendant ce temps, les billes roulent et vont là où ils ont décidé qu’elles devaient aller.

Syrie: les forces turques se retirent de Ras al-Aïn, la ville serait sous contrôle turc

:::: https://fr.sputniknews.com/international/201910201042292017-syrie-les-forces-turques-se-retirent-de-ras-al-ain-la-ville-serait-sous-controle-turc/

Les combattants kurdes sont en train de quitter la ville assiégée de Ras al-Aïn, dans le nord syrien, conformément à l’accord de trêve turco-américain, a annoncé Ankara. Selon la télévision d’État syrienne Ikhbariya, les forces turques sont entrées dans la ville.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par les Kurdes ont entamé leur retrait de la ville de Ras al-Aïn, dans le nord-est syrien, en vertu d’un accord de trêve négocié par les États-Unis, a annoncé le ministère turc de la Défense.

«Un convoi d’environ 55 véhicules est entré dans Ras al-Aïn et un convoi de 86 véhicules en est parti en direction de Tell Tamer», a indiqué un communiqué du ministère, lequel a également diffusé des images de l’évacuation.

Selon la télévision d’État syrienne Ikhbariya, les forces turques sont entrées dans la ville.

La semaine dernière, le ministère turc de la Défense avait déclaré que l’armée turque, épaulée par ses supplétifs syriens, avait pris le contrôle de Ras al-Aïn. Dans le même temps, un porte-parole du FDS avait déclaré que le retrait des forces de la frontière turque commencerait après l’évacuation des combattants et civils de la ville.
Offensive turque dans le nord de la Syrie

La Turquie a lancé le 9 octobre une offensive dans le nord de la Syrie qui visait, selon elle, à créer une «zone de sécurité» près de sa frontière après de multiples discussions infructueuses avec Washington. Le territoire situé du côté syrien était contrôlé par les Kurdes des Forces démocratiques syriennes, qu’Ankara considère comme affiliées au Parti des travailleurs du Kurdistan (jugé terroriste et interdit en Turquie).

La décision américaine de retirer ses troupes du nord de la Syrie a ouvert la voie à l’offensive turque et poussé les Kurdes, qui ont instauré une région «fédérale» dans cette zone, à demander l’aide de Damas.

Après le retrait des Américains, les forces gouvernementales syriennes se sont déployées dans le nord de la Syrie, notamment à Minbej et à Ras al-Aïn.

Le 17 octobre, les États-Unis et la Turquie ont conclu un accord pour mettre en œuvre un cessez-le-feu de 120 heures dans la zone visée par l’offensive afin de permettre le retrait des forces présentes. Malgré cette trêve, la Turquie et les Kurdes se sont mutuellement accusés d’avoir violé le cessez-le-feu.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


13 thoughts on “Erdogan va bouffer les Kurdes parce qu’il fait partie de l’OTAN… qui veut bouffer la Syrie

    1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

      Bonjour @jojo ( le plombier ) ;

      Un peu plus d’infos sur le rappel.

      L’Otan derrière l’attaque turque en Syrie
      par Manlio Dinucci -(Géographe et géopolitologue. )-

      Plusieurs membres de l’Otan pleurent toutes les larmes de leur corps sur le sort des Kurdes masquant ainsi qu’ils ont validé à l’avance l’opération « Source de paix ». Pour lever les doutes, le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, est venu en personne à Ankara, trois jours après le début des combats, apporter le soutien de l’Otan à la Turquie.

      Allemagne, la France, l’Italie et d’autres pays, qui en tant que membres de l’UE condamnent la Turquie pour son attaque en Syrie, sont avec la Turquie membres de l’Otan, laquelle, tandis qu’était déjà en cours l’attaque, a renouvelé son soutien à Ankara. C’est le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, qui l’a fait officiellement lors d’une rencontre le 11 octobre en Turquie avec le président Erdoğan et le ministre des Affaires étrangères Çavuşoğlu
      …/…
      ____________________________________________

      La Turquie et l’OTAN. Malgré les divergences politiques, les intérêts stratégiques priment 
      :::: https://ovipot.hypotheses.org/15252
      AUTEUR : Antoine Aucuit
      15 mars 2019

      En Turquie comme en Occident, des voix s’élèvent pour qu’Ankara se retire de l’alliance militaire.
      Mais la coopération et l’assistance mutuelle sont toujours d’actualité entre la Turquie et l’OTAN.
      Le pragmatisme devrait prévaloir sur les dissensions politiques.

      La Turquie sortira de l’OTAN et les bases américaines seront fermées »1, promettait en mai dernier le candidat du Parti de la Patrie (VatanPartisi) Doğu Perinçek en cas de victoire aux élections présidentielles turques de juin 2018. « La Turquie ne peut plus être un pays soumis au système atlantique. Sa place est en Eurasie », poursuivait-il. De nombreux acteurs politiques et observateurs occidentaux partagent cette ambition, mais pour d’autres raisons. Là où le candidat du parti communiste et nationaliste turc, dont les résultats aux élections minorent par ailleurs la portée de ses déclarations2, militait pour l’indépendance nationale et tournait le regard vers l’Asie centrale, les partisans occidentaux de la sortie de la Turquie de l’OTAN déplorent avant tout l’instabilité de l’alliance avec la Turquie et la faible fiabilité d’Ankara compte tenu de ses engagements dans les conflits au Levant. En France3 comme aux États-Unis4, certains regrettent l’incapacité de l’OTAN et de ses pays membres à mettre fin aux interventions turques à la frontière syrienne contre les Kurdes, alliés des Occidentaux en première ligne dans la guerre contre les groupes djihadistes. Au point de remettre en cause la présence turque au sein de l’alliance atlantique depuis 1952.
      Reprendre le contrôle du nord de la Syrie

      …./….

      SOURCE : https://tinyurl.com/Reut-OTAN-Turk

      ____________________________________________

      « La Turquie est importante pour l’OTAN », selon le … – Dailymotion
      https://www.dailymotion.com/video/x7mo8jy

      14 oct. 2019 … Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a défendu lundi … la Turquie contre les activistes kurdes dans le nord-est de la Syrie, … Déclaration conjointe à la presse avec M. Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l’.

      ____________________________________________

      Stoltenberg de l’OTAN défend l’attitude de la Turquie en Syrie
      :::: https://news-24.fr/stoltenberg-de-lotan-defend-lattitude-de-la-turquie-en-syrie/
      14 octobre 2019

      ____________________________________________
      Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants
      :::: https://www.atlantico.fr/decryptage/3578896/syrie–les-vraies-raisons-derriere-l-avertissement-d-erdogan-a-l-europe-sur-une-nouvelle-vague-de-migrants-alexandre-del-valle

      _____________________________________________
      «Si l’Europe était capable de faire quelque chose» face à la Turquie «ça se saurait»
      :::: https://sptnkne.ws/Aa6C -(sputniknews)-
      11.10.2019

      Tout semble indiquer que la France et l’Europe n’ont aucun levier pour faire revenir le Président turc sur sa décision d’intervenir militairement dans le nord-est de la Syrie. Les Européens ont-ils perdu déjà la partie d’échecs face à Erdogan? Sputnik France fait le point avec Alexandre Del Valle, spécialiste des relations turco-européennes.

      « Beaucoup de pays ont peur du pouvoir de nuisance de la Turquie qui en use beaucoup »

      Comme nous l’expliquions dans un article paru la semaine dernière, les relations entre la France et la Turquie se dégradent à vue d’œil. Suite à l’intervention lancée par le Président Erdogan dans le nord-est de la Syrie, les rapports entre les deux pays membre de l’OTAN atteignent un niveau de crispation inédit. Il est désormais discuté dans le débat public d’imposer des sanctions économiques à un pays membre de l’alliance transatlantique, voire de l’expulser.

      _____________________________________________
      SITE : Investigaction.net
      ARTICLE :Vérifiez ici si vous ne devez pas vous ré-inscrire.
      La logique déroutante derrière le retrait de Trump en Syrie
      URL : https://www.investigaction.net/fr/la-logique-deroutante-derriere-le-retrait-de-trump-en-syrie/
      AUTEUR : M.K. Bhadrakumar
      DATE : 10 Oct 2019

      Le président américain Donald Trump n’est pas connu pour pratiquer le judo. Mais il est possible qu’il ait appris quelques techniques de son homologue russe Vladimir Poutine, ceinture noire. En effet, ce que Trump vient de faire au président turc Recep Tayyip Erdogan découle directement d’un concept physique utilisé en judo. Tirer parti de l’élan de son adversaire est une technique intelligente du judo. S’il vous charge et que vous restez planté sans rien faire, il vous renversera. Mais la vitesse qu’il gagne peut être simplement utilisée contre lui en le tirant vers le haut, ce qui le fera valser à la renverse. Vous pouvez ainsi économiser beaucoup de temps et d’énergie si vous tirez parti de l’élan de votre adversaire.

      Erdogan avait bruyamment menacé d’envahir la Syrie et de décimer les Kurdes syriens alignés sur l’armée US et installés dans les régions du nord limitrophes de la Turquie. Au cours de l’année écoulée, les États-Unis ont tenté tour à tour d’apaiser Erdogan, de le cajoler ou même parfois de le menacer pour qu’il ne lance pas une incursion dans le nord de la Syrie, à l’est de l’Euphrate. Des poches résiduelles de groupes jihadistes s’y trouvent toujours et des milliers de combattants de Daesh sont détenus dans des camps, sous la surveillance de la milice kurde, ennemie implacable d’Erdogan.

      Erdogan perd son sang-froid

      …/…

      ____________________________________________
      SITE : lopinion.fr
      ARTICLE : «Kurdistan syrien: un problème d’irrédentisme ottoman». La tribune libre de Philippe Fabry
      URL : https://www.lopinion.fr/edition/international/kurdistan-syrien-probleme-d-irredentisme-ottoman-tribune-libre-196207
      AUTEUR : Philippe Fabry
      DATE : 13 Septembre 2019

      Ce à quoi l’on assiste aujourd’hui n’est qu’une manifestation d’une ambition nationale turque qui remonte à la dislocation de l’Empire ottoman.

      Alors que les Etats-Unis et la Turquie ont récemment concrétisé la première phase de leurs patrouilles communes devant permettre la mise en place d’une « zone tampon » ou « corridor de la paix » à la frontière entre le territoire turc et les régions contrôlées par les Kurdes du nord de la Syrie, on peut s’interroger sur la pertinence et la pérennité de cet accord arraché par les Etats-Unis pour éviter une intervention unilatérale des troupes turques contre leurs plus efficaces alliés contre l’Etat islamique en Syrie. Est-on enfin arrivé à un modus operandi satisfaisant pour les deux parties, susceptible de mettre fin à une question qui empoisonne les relations entre les deux alliés possédant les plus grandes armées de l’Otan, ou ne s’agit-il que d’un énième expédient par lequel les Américains espèrent retenir le bras turc de frapper les milices kurdes ?

      En réalité, il faut comprendre que le problème est insoluble, car la crainte affichée de la menace kurde n’est, pour la Turquie d’Erdogan, qu’un voile dissimulant une ambition séculaire.

      …/…

      1. Avatarjojo ( le plombier )

        Bonjour, merci et félicitations pour ce fond d’archives. Avec çà si certains continuent à croire a la pièce de théâtre que l ‘ on veut nous vendre …

    1. AvatarRinocero

      Les Américains ne sont pas complètement partis du nord de la Syrie même s’ils ont retités l’essentiel de leurs troupes repliés vers l’Irak . Si l’on en croit Le Monde ils garderaient quelques troupes dans le Nord Est de la Syrie pour sécuriser une zone pétrolière.

    2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

      Bonjour @Joël ;

      En effet, j’ai vu des infos sur le sujet également. Gugus Erdogan avait menacé en plus de déverser tout ce beau monde en Europe ; de l’envahir de migrants tous très propres sur eux, des victimes….

      Tiens ! Ça me fait penser également à cette info du même acabit : Un angelot, victime, tout tremblant, fragile, soldat de Daesch et quatre Julieaesch, peut-être les dodones à gugus vont traduire en justice l’Europe pour exiger leur rapatriement.

      Ce monde est devenu complètement tapé. Les anciens, je pense deviendraient fous dans ces sociétés modernes sans foi (presque, presque ☺) ni loi ; en tout cas anarchiques ou dicte ses règles celui qui a le plus d’applomb. On peut bazarder tous les codes civils, les législateurs… A ce petit jeu, le seul code qui va perdurer c’est celui d ela charia parce qu’à celui-là, les plus intéressés n’y renonceront pas.

  1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    ECOLOGIE : Greta au secouuuuurs !!!!

    La pêche électrique ravage les fonds marins
    :::: https://www.euractiv.fr/section/plan-te/news/la-peche-electrique-ravage-les-fonds-marins/
    Stéphanie Senet | Le Journal de l’Environnement
    17 oct. 2019

    Moitié moins d’espèces dans les fonds marins, voici ce que révèle une étude britannique à paraître et qui analyse l’impact de la pêche électrique sur les écosystèmes. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

    Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques du Cefas, l’équivalent britannique de l’Ifremer, ont comparé deux zones de pêche britanniques de taille et de composition sédimentaire similaires. Et dont les écosystèmes sont semblables. Seule différence : des chalutiers à perche, notamment électriques, opèrent dans la première. Ils ont ensuite analysé l’importance et l’état des espèces halieutiques à l’aide de chaluts (dix à panneaux et un de fond). « C’est la méthodologie standard pour étudier l’impact d’un engin de pêche sur les écosystèmes. C’est le même protocole qu’avait suivi le Cefas lorsqu’il avait documenté les impacts du chalut classique à panneaux », note Didier Gascuel, professeur en écologie halieutique à Agro Campus Ouest.

    57 % d’espèces benthiques ont disparu

    Résultat : la zone de pêche électrique affiche une biodiversité beaucoup plus réduite que sa voisine. Les prises effectuées par le chalut de fond montrent qu’il y a 57 % d’espèces en moins. Celles des chaluts à panneaux révèlent pour leur part une réduction de 21 %. « Cette étude est importante, car elle est la première du genre à évaluer les impacts in situ », précise Didier Gascuel. En envoyant des décharges dans des sédiments, les chalutiers à perche capturent plus facilement les poissons plats, mais détruisent au passage la moitié des espèces benthiques (de fond).

    Les soles disparaissent aussi

    Les chercheurs ajoutent que 17 espèces de fond observées dans la zone de référence ont disparu de la zone d’activité de chalutiers à perche électrifiés. Et les espèces présentes sont fortement touchées. Les soles communes y sont 2,6 fois moins nombreuses et les raies bouclées moitié moins. L’incapacité des chalutiers électriques à remplir, l’an dernier, leur quota de soles n’est peut-être pas étrangère à cette dévastation.

    Stress général de l’écosystème

    Cette zone abrite en revanche beaucoup plus d’ophiures fragiles — proche de l’étoile de mer — et de bernard-l’hermite, cette dernière espèce étant un charognard. « Cela montre que les peuplements benthiques sont fortement perturbés. L’invasion de ces espèces est le signe d’un stress général de l’écosystème, qui perd en biodiversité et en résilience », explique l’écologue halieutique.

    Interdiction totale en juillet 2021

    Interdite en Europe par le règlement du 30 mars 1998, la pêche électrique bénéficie encore de dérogations accordées « à titre expérimental » à chaque État membre à hauteur de 5 % de sa flotte de chalutiers à perche. Une brèche dans laquelle se sont essentiellement engouffrés les Pays-Bas (84 navires en 2018), mais aussi l’Allemagne (dont 6 bateaux à capitaux néerlandais pêchent la sole), le Royaume-Uni et la Belgique. Tous opérant dans le sud de la mer du Nord. En février dernier, l’UE s’est montrée plus ferme en interdisant définitivement cette pratique de pêche, dans toutes les eaux européennes, dès le 1er juillet 2021. Une victoire obtenue grâce à la forte mobilisation de l’ONG Bloom. Les Pays-Bas ont pourtant décidé d’attaquer cette interdiction devant la Cour de justice de l’UE le 9 octobre dernier.

    VOIR AUSI : Fin de la pêche électrique et d’autres techniques de pêche contestées
    :::: https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/meps-confirm-electric-fishing-ban-despite-eleventh-hour-dutch-effort/
    Gerardo Fortuna | EURACTIV.com | translated by Marion Candau
    18 avr. 2019

    __________________________________
    AFFAIRE À SUIiiiiVRE sans doute !

  2. Avatarbm77

    On joue à un jeu dangereux.Si on regarde bien les choses en face ,on fait faire à la Turquie islamiste, le travail que les mondialistes derrière l’OTAN ne pouvaient plus faire , je veux parler de ceux qui sont prêts à pactiser avec les pires islamistes , bloqués que l’on était par ces « emmerdeurs » de Kurdes qui avaient créé un cadenas ou un nœud à la frontière turco syrienne ? Il fallait faire sauter celui-ci et c’est chose faites . et comme par hasard qui a profité à fond de cet opportunité? Les prisonniers islamistes issus de DAECH, qui vont donc se retrouver dans la nature prêts à reprendre la Kalach contre Bachar!!. Une façon sur l’échiquier de faire avancer ses pions contre Poutine qui avait marqué des points, en empêchant les islamistes de Daesh d’aller trop loin, qui risquaient de partitionner la Syrie. Le même DAESH qui était l’allié objectif sur le terrain de ceux qui voulaient la tête de Bachar El Assad dont nous faisions parti, nous, la France de macron!!! Avec les kurdes on a bien compris que nos protestations envers la Turquie qui n’étaient pas suivies d’actes étaient simplement de l’ordre de la posture à destination de l’opinion nationale qui n’aurait pas compris ce soutient à un Erdogan vindicatif , toujours prêt à casser du Kurde .Les Turcs étant toujours dans la logique de l’empire Ottoman dont la gauchiasserie ne trouve rien à redire . C’est vrai que les nations et les empires même ceux qui ont fait de génocides,, c’est bien pour les autres pas pour la France! Sommes -nous encore dans le camps du bien? Tiraillés que nous sommes par une donne qui n’est pas sans conséquence sur nos choix internationaux ; la présence au niveau national d’une population fortement islamisée; et les menaces directe mises à exécutions contre le peuple Français, quand les choses ne vont pas dans le sens de l’Oumma !!!

  3. frejusienfrejusien

    Ainsi donc, le nouvel Hitler musulman commence à étaler ses cartes,

    on a essayé de nous faire croire pendant des années que c’était Bachar le méchant et Erdogan le gentil qui nous aidait, et bla et bla, « on » voulait même faire entrer la Turquie dans l’Europe coûte que coûte, et que de millions gaspillés dans ce but ridicule et déphasé, un véritable contre-sens à l’Histoire !!

    A quoi jouent les américains ??
    les Kurdes n’ont pas de pays propre, il serait temps qu’ils en ait un,

    Et la Turquie devrait être virée de l’OTAN

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Haber Turk : « Accord historique turco-russe sur la zone de sécurité »
    :::: https://www.trt.net.tr/francais/revue-de-la-presse-turque/2019/10/23/revue-de-la-presse-turque-252-1292935
    23.10.2019

    Un accord a été conclu avec la Russie après les Etats-Unis. Conformément à l’accord établi par le président Recep Tayyip Erdogan et le chef d’Etat russe Vladimir Poutine, les membres de l’organisation terroriste séparatiste YPG/PKK sortiront d’une bande de 30km de profondeur à la frontière turque dans les 150 heures. Des patrouilles turco-russes commenceront dans cette région.

    Sabah : « Ministère de la Défense nationale : Nous n’avons plus besoin d’une nouvelle opération »

    Le ministère de la Défense nationale a annoncé qu’il n’y avait plus besoin d’une nouvelle opération en dehors de la zone d’opération Source de Paix, au nord de la Syrie. « Au terme des 120 heures, les Etats-Unis nous ont annoncé que le PKK/YPG avait achevé son retrait » a-t-il indiqué.

    Hurriyet : « L’Organisation mondiale de la santé a rejeté les assertions de phosphore blanc »

    Le porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Christian Lindmeier s’est exprimé sur les photos partagées par les partisans de l’organisation terroriste YPG/PKK et reprises par certains médias occidentaux pour accuser l’armée turque d’avoir utilisé du phosphore blanc. Lindmeier a fait savoir que les degrés de brulures sur les photos mensongères, sont les mêmes que ceux rapportés avant l’opération Source de Paix par certains hôpitaux en Syrie.

    Star : « Journaliste britannique de Times : Le PKK porte atteinte aux Kurdes et aux Turcs »

    La journaliste du quotidien britannique The Times, Sara Tor, s’est révolté face à l’approche unilatérale de l’opinion publique britannique vis-à-vis de l’opération Source de Paix. « Avec les terres qu’il contrôle en Syrie et encore plus de terrorisme, le PKK/YPG/FDS cherche à forcer le gouvernement turc à donner une partie de la Turquie. J’ai vu de mes propres yeux les dommages causés par le PKK aux Turcs et aux Kurdes. Une zone de sécurité doit être absolument instaurée » a affirmé la journaliste de Times.

    Yeni Safak : « Les saveurs turques vont être présentées dans le monde avec des séries »

    La diversité de produits augmente dans le tourisme. Outre le tourisme de santé et de croyance, le tourisme gastronomique contribuera également à l’objectif de 75 millions de touristes pour 2023. Dans ce cadre, des produits gastronomiques seront introduits dans les séries et films turcs qui suscitent un vif intérêt à l’étranger. Les saveurs régionales attireront ainsi des touristes.

  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Washington annonce l’évacuation totale des milices kurdes de la zone sous contrôle turc en Syrie
    :::: https://fr.sputniknews.com/international/201910231042307989-washington-annonce-levacuation-totale-des-milices-kurdes-de-la-zone-sous-controle-turc-en-syrie/

    Les milices kurdes ont quitté la zone de sécurité sous contrôle turc en Syrie et des discussions sont en cours entre les États-Unis et la Turquie sur un cessez-le-feu permanent, selon le vice-Président américain Mike Pence.

    Les milices kurdes ont été évacuées de la zone contrôlée par la Turquie en Syrie, a annoncé le vice-Président américain Mike Pence intervenant à l’Heritage Foundation à Washington.

    «Aujourd’hui nous avons reçu un message du commandant des forces syriennes (kurdes) selon lequel toutes leurs forces armées ont été retirées de la zone de sécurité contrôlée par les militaires turcs», a-t-il détaillé.

    Il a fait savoir qu’une équipe américaine «poursuivait les consultations avec les deux parties [les Kurdes et les Turcs, ndlr] dans l’espoir d’instaurer prochainement un cessez-le-feu permanent».

    …./….

  6. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Trump décide de verser 4,5 millions de dollars aux Casques blancs en Syrie
    :::: https://fr.sputniknews.com/international/201910221042307624-trump-decide-de-verser-45-millions-de-dollars-aux-casques-blancs-en-syrie/

    Après le départ des soldats américains de Syrie, la décision d’octroyer 4,5 millions de dollars d’aide aux Casques blancs a été prise par Donald Trump, a fait savoir la présidence américaine.

    4,5 millions de dollars (4,04 millions d’euros) d’aide financière ont été assignés par le Président Trump aux controversés Casques blancs opérant en Syrie. Cette décision a été prise par Washington après que les troupes américaines ont quitté la zone du conflit militaire suite au début de l’offensive turque contre les Kurdes.

    «Hier, le Président Donald Trump a autorisé l’octroi d’une aide de 4,5 millions de dollars à la Défense civile syrienne [les Casques blancs, ndlr] pour que les États-Unis continuent de soutenir le travail important et très apprécié de l’organisation dans ce pays», a affirmé la porte-parole de la Maison-Blanche Stephanie Grisham dans un communiqué.

    L’organisation Casques blancs, qui se présente comme une structure ayant pour vocation de sauver la population civile dans les zones de guerre, est accusée par les autorités syriennes d’entretenir des contacts avec les groupes radicaux.

    En outre, la diplomatie russe l’a accusée de faire partie d’une campagne de désinformation visant les autorités syriennes et russes pour, entre autres, discréditer les actions de la Russie dans la zone de désescalade d’Idlib. L’organisation est également soupçonnée d’avoir été responsable de la provocation qui avait donné un prétexte à l’Occident pour accuser Damas d’avoir utilisé des armes chimiques dans la ville syrienne de Douma en avril 2018.

Comments are closed.