Même à l’école nos enfants risquent leur vie : Arthur, tabassé et violé dans les toilettes du collège…


Même à l’école nos enfants risquent leur vie : Arthur, tabassé et violé dans les toilettes du collège…
.
Non, ce n’est pas un fait-divers.Non, ce n’est pas un « non évènement » comme diraient Duhamel et July.

http://resistancerepublicaine.com/2019/09/13/la-mort-de-timothy-un-non-evenement-pour-duhamel-et-july/

.

C’est d’une gravité insoutenable.

Vous êtes rassurés quand vous enfants sont à l’école, vos enfants pour qui vous tremblez en permanence, parce que menacés sur le chemin de l’école, menacés dans la rue… Vous vous dites qu’ils sont encadrés, en permanence, par des adultes responsables ; vous vous dites que la cour, les toilettes, la cantine… sont sous surveillance, que vos enfants sont dans de bonnes mains…

.

Je t’en fiche !

.

L’exemple d’Arthur est terrible. Terrifiant. Révoltant. Les parents vont porter plainte, ils ont raison mais ça commence mal avec la justice, qu’on en juge.

.

La scène se passe au collège François Truffaut de Rive-de-Gier, dans la Loire.

Les protagonistes :

-Arthur, collégien de 13 ans, en 4ème. Gentil gamin, un peu dyslexique… Rien de particulier.

-3 condisciples dont on ne connaît ni les noms ni les origines ni les motivations.  Sauf qu’ils sont sadiques, violents, mauvais comme la gale. 2 garçons et une fille.

Les faits :

Le 13 septembre, Arthur a le malheur de demander son cahier à un camarade, en classe pour rattraper un cours après une absence. Il se fait violemment insulter, et, dans la cour, une fille lui balance un coup de poing.

Que croyez-vous qu’il arriva ? Rien.

.

Le 16 septembre, Arthur est littéralement lynché et violé dans les toilettes du collège. Couteau sous la gorge, compas planté dans le front, roué de coup, obligé de baisser son pantalon, violé (un doigt dans le rectum). Il réussit à s’enfuir.

Une vingtaine de collégiens assistent à la scène. Personne ne bouge. Personne ne va prévenir des adultes.

Que croyez-vous qu’il arriva ? 

Le principal de l’établissement se tait. Pas d’appel à la police, pas d’appel aux parents, pas d’appel au médecin. Elle se contente de mettre Arthur à l’écart, à l’abri de nouveaux coups jusqu’à midi, heure de sortie du collège, où il préviendra ses parents.

Le procureur de la République refuse d’engager les poursuites pour viol, jugeant qu’il n’y aurait pas assez d’éléments pour cela…

.

Les parents se retrouvent seuls à lutter pour faire reconnaître agression et viol. Et c’est leur fils qui est déscolarisé pour échapper à ses bourreaux.

La mère d’Arthur est très remontée : « Rien n’a été fait pour protéger mon fils suite au premier incident. » Elle a porté plainte pour viol aggravé et violences volontaires aggravées. Arthur, de son côté, par peur de représailles, a dû être déscolarisé tandis que ses agresseurs ne seront pas entendus par le juge pour enfants avant le mois de novembre. Le jeune homme, qui a aujourd’hui le courage de témoigner, dit ne pas comprendre pourquoi « ces personnes s’en sont prises à lui ». Il assure « n’avoir jamais eu aucun problème avec elles », ni même connaître les garçons qui l’ont agressé.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-calvaire-d-un-ado-de-13-ans-tabasse-dans-les-toilettes-de-son-college-25-09-2019-8159946.php

.

.

Voilà le sort de nombre de nos jeunes. Entre harcèlement menant au suicide, agressions diverses sur le chemin de l’école ou de la maison, racket… l’école n’est plus, depuis des lustres, le lieu d’abri, d’asile, où la vie des adultes et des délinquants n’entrait pas.

C’est terminé.

Serions -nous condamnés à raser les murs, à nous interdire de sortir le soir ( et pas que les femmes) , à apprendre à nos enfants à filer doux, à payer la jiziah pour acheter la paix, voire à se convertir pour ne pas se faire tabasser ?

.

Non. Il n’y a pas de fatalité, malgré Macron. Il n’y a que des lâches. 

Les lâches, en l’occurrence, ce sont les autres parents qui se taisent, qui ne manifestent pas devant le collège pour exiger la sécurité.

Celui qui se tait est complice. 

Et c’est à cause de ces lâches, de ces complices, que la vie devient de plus en plus difficile, de plus en plus risquée pour les nôtres.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


17 thoughts on “Même à l’école nos enfants risquent leur vie : Arthur, tabassé et violé dans les toilettes du collège…

  1. AvatarCeltillos

    on en arrive a un moment ou il va falloir finir par faire justice soit même pour pallier a la défaillance d’une justice devenue inutile voir complice des coupables, un prof de combat de canne m’a dit un jour  » il vaut mieux être jugé par 12 que porté par 6″, plus le temps avance et plus il a raison!

  2. AvatarVictoire de Tourtour

    « Sadiques, violents, mauvais comme la gale  » ? Appartenance probable à la secte des « déséquilibrés ».
    Les parents n’interviennent pas ? Même secte, peut-être .
    Dans certains établissements scolaires du Frankistan, le pourcentage de séides de la secte des « déséqulibrés » avoisine les 99%.

  3. frejusienfrejusien

    Un doigt dans le cul, c’est signé !

    le procureur ne retient pas le viol, doublement signé,
    les agresseurs sont de la caste des protégés de la Ripoublique, et des juges corrompus

    mais enfin que font les parents ? pourquoi sont-ils toujours là , à attendre que les autres fassent les choses à leur place ???

    ce sont les premiers concernés et ils ne font RIEN, ensuite ils se plaignent que personne ne fait rien, inquiétant….

    La mère en question, pour ma part, je serais venu au collège, attraper la gamine par les cheveux, lui filer deux bonnes baffes et la menacer pour la suite, et tout aurait été stoppé,
    il faut agir au premier signe, avant que les petites frappes s’enhardissent,

    que cette femme vienne geindre,alors qu’elle n’a pas levé le petit doigt pour protéger son fils, c’est vraiment la France d’aujourd’hui,
    la France qui se fait enculer et qui sait juste pleurnicher et allumer des bougies

    1. AvatarLjee

      J’espère que ces sales mômes seront punis sévèrement ,sinon c’est vraiment que la justice est pourrie ,et ceux qui ont laissé faire,autres gosses et profs idem ,écoeurant.

    2. AvatarAnge L. Mariani

      Cela n’arrive que dans hexagone , parce que la grande majorité des français non plus de testicules et sont soumis aux barbares sauvages qui ont envahi le pays . Ici en corse nous nous faisons respecter , quiconque portant atteinte a nos proches , a nos valeurs et a nos traditions sont neutralisé définitivement , la corse va donner exemple de ce qu’est la priorité au travail, et a intégration. Désormais la corse sera réservée a ceux qui le mérite. Ange M.

  4. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Les autres parents sont complices et j’ajoute surtout les autres élèves.

    C’est cela qui est le plus abject : aucun camarade pour le défendre ???

    1. frejusienfrejusien

      tout le monde s’écrase, ça devient tellement odieux !!
      de la base au plus haut niveau, on facilite vraiment le djihad islamique,

      et en ce moment, l’étalage omniprésent des compliments lancés à Jacquot , le cocorico, me donne la nausée

    2. AvatarKarl der Hammer

      « le plus abject : aucun camarade pour le défendre ? »
      Les enfants peuvent-ils être plus courageux que les adultes?
      Ce qui est tout à fait insupportable c’est le laxisme voire l’absence de réaction des « pouvoirs publics » face aux violences d’une façon générale et ici face aux violences scolaires – d’ailleurs cela ne concerne pas seulement les élèves, combien de plaintes de professeur victimes d’agression sont réellement instruites par la « justice »?

  5. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je suis écoeurée de lire cela.

    C’est incroyable, la lâcheté de tous, la justice (petit « j ») qui n’en est plus (un tel geste est bien caractérisé comme « viol » donc réponse là incompréhensible du juge), l’environnement que l’on nous impose (« mixité sociale »…).

    C’est fou, cela devient la loi de la jungle.

    Je me dis aussi que les gens vont être obligés de faire justice eux-mêmes oui, s’ils veulent tout simplement « survivre » (c’est là leur droit le plus strict).

  6. la moutarde me monte au nezla moutarde me monte au nez

    Si j’avais été le père de cet enfant, j’aurais laissé passer un délai raisonnable, pour ne pas être mis en cause.
    Puis tous les belligérants auraient eu au fil du temps des accidents graves.

  7. frejusienfrejusien

    Il faut se défendre, on voit bien que tout est fait pour nous démolir,
    réagissons que diable !!!
    ne laissons pas ces gauchiasses nous imposer les parasites ravageurs sans broncher !!

    même les enfants ne sont plus à l’abri dans l’école, normalement institution de la République à laquelle on confiait autrefois les enfants , les yeux fermés, avec des instituteurs irréprochables et des petits tous bien élevés et obéissants, tremblant devant le maître d’école,

    aujourd’hui, l’école est devenue le lieu où s’éclate la racaille en toute impunité, et ça prend des proportions de plus en plus inquiétantes,
    je parie que même dans les pays arabes, ces choses ne se produisent pas

    1. AvatarHellen

      Il y a longtemps que je me demande qu’attendent tous les Français qui se font agresser pour se défendre, et surtout défendre leurs enfants…
      Il va falloir réagir, car ce n’est pas ainsi que ça s’arrangera, bien au contraire, ces gens-là prennent plus de poils de la bête à chaque fois qu’ils agressent un Français que ce soit un enfants, une femme ou un homme, et que’ personne ne réagissent…
      il faudrait devenir violent, montrer que ça suffit et qu’il y en a marre et que s’ils veulent continuer, on s’y mettra aussi, pour les dégoûter d’être dans ce pays…
      à force de courber la tête, on ne se rend pas service…
      il faudrait presque créer un comité de défense des citoyens Français, contre tous les autres délinquants, et ceux à qui nos hommes politiques donnent tout ce qui nous appartient…
      Nous sommes chez nous, ils ne sont pas chez eux, ils sont chez nous…

  8. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Ça aurait été Mohamed ou Mamadou qui soit agressé par 3 gamins blancs et français, vous auriez déjà entendu la bronca médiatique, les interventions outrées du recteur, du préfet, du procureur, de Castagnette et les cris d’orfraie d’autres pourritures de politicards islamo-collabos. Mais là ce n’est qu’Arthur, un kouffar fils de kouffar qui s’est fait casser la gueule et mettre un doigt au cul alors ce sera un autre « non événement » pas de quoi en faire un plat dans cette France agenouillées devant l’islam

  9. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Je suis très peinée pour ce gamin. J’avoue que dès la rentrée, sans être prophétesse, je m’attends toujours à apprendre de nouveaux cas de harcèlements… Nous ne sommes qu’au début de l’année… Il y aura d’autres drames avant la fin de l’année scolaire…

    Oui, ce qui est révélateur de la société actuelle c’est la lâcheté généralisée. Où est le temps ou Cézanne prenait la défense de Zola dans la cour de récréation ?

    Je serais parent aujourd’hui j’inscrirais mon enfant aux cours par correspondance.

  10. AvatarFomalo

    Rive de Gier? Communauté Urbaine de Saint-Etienne (rappelez -vous sa mort) et place forte des racailles à mi-distance de celles de Villeurbanne . En dehors des petite et grande ceinture de Paris, c’est les frontaliers de l’Est de la France qui sont sous harcèlement, comme au Nord, au Sud, au Sud est, Sud ouest. On rêve que les Français de souche comprennent enfin qu’il s’agit tous azimuts d’une copie larvaire, provisoirement, du Mur de l’Atlantique. Cette copie touche aussi la Bretagne et la Vendée, n’ayez aucun doute. Pauvre jeune garçon, Arthur! Les sbires de la direction du collège, l’assistant(e) sociale(e) devraient être virés immédiatement et placés en garde à vue. Les gnards et leurs parents condamnés à prison ferme, amendes majeures et établissements de « correction ».Et si ce sont des »bi- nationaux », à l’expulsion définitive.

  11. AvatarJonathan

    Les métastases de ce cancer qu’est l’immigration s’étendent désormais à tout le corps social.
    Chacun d’entre nous peut être attaqué, n’importe où, à n’importe quel moment, là et quand on s’y attend le moins.
    Et comme le démontre encore ce cas précis, il ne faut compter pour nous défendre si la structure sociale où l’on se trouve (ici, l’école, mais ce pourrait être l’entreprise ou n’importe quel lieu public), ni sur la magistrature (évidemment…), ni sur la police qui par définition ne peut intervenir (si elle intervient…) qu’avec un temps de retard.
    Les français devront : 1) arrêter de croire qu’îls peuvent encore passer entre les gouttes, 2) apprendre à se défendre, 3) ou tout simplement se résigner à crever.

Comments are closed.