Affaire Benalla : ce grade de lieutenant-colonel qui ne passe pas auprès des gendarmes …

Après l’implication de deux réservistes de la gendarmerie dans des violences commises lors d’une manifestation le 1er mai, une note interne détaille fonction et grade de chacun. Et annonce déjà les sanctions.

Pour apaiser le trouble naissant dans les rangs de la gendarmerie après l’affaire Benalla-Crase qui implique deux réservistes, la direction de la gendarmerie a publié samedi une note interne – diffusée sur le réseau de communication consacré aux réservistes dit « Minotaur » – que nous dévoilons.

On y apprend que le principal mis en cause, Alexandre Benalla, était bien un engagé de la réserve opérationnelle mais « radié » à « sa demande en 2017 » puis réintégré par la direction de la gendarmerie au titre d’« expert ».

Il a intégré alors un groupe de 74 personnes qui font office de consultants à la demande de la gendarmerie, auxquels elle fait appel pour des besoins particuliers lorsqu’elle ne dispose pas de ces ressources en interne ou parce qu’elles ne sont pas disponibles en temps et en heure. Le même dispositif existe dans d’autres corps de l’Etat comme la Défense.

Son titre de lieutenant-colonel n’est qu’un «grade temporaire»

Après les incendies de plusieurs casernes et agressions de gendarmes, à l’automne et durant l’hiver, la gendarmerie a mis en place une mission de travail. Alexandre Benalla a été recruté au vu de ses qualités après avoir été le garde du corps d’Emmanuel Macron pendant la campagne électorale. Pourtant, rien dans son cursus n’indique qu’il est doté d’une compétence légitime dans ce domaine. Selon nos informations, il n’a d’ailleurs jamais été utilisé à ce titre par la gendarmerie.

Des violences du 1er mai aux dernières révélations, retour sur l’affaire Benalla

Quant à son grade de lieutenant-colonel qui fait grincer des dents dans les rangs de la gendarmerie, il est lié là aussi à sa fonction « d’expert ». Il s’agirait d’un « grade temporaire » qui ne donne « aucune prérogative de commandement » et dont il ne peut se prévaloir comme un officier d’active. Il ne s’agit pas non plus d’un titre honorifique comme c’est le cas dans la réserve citoyenne, outil de promotion de liens sociaux avec la gendarmerie. Une situation que la gendarmerie a prévu de clarifier dès lundi face aux commandants des régions.



Ces deux réservistes feront l’objet de sanctions comme l’annonce déjà cette note.

LE TEXTE DE LA NOTE DE LA DIRECTION DE LA GENDARMERIE

« Deux personnels, par ailleurs réservistes de la gendarmerie nationale, sont mis en cause dans une affaire de violences en service de maintien de l’ordre à Paris. Ils n’étaient pas employés en mission par la gendarmerie nationale lors des faits reprochés commis le 1er mai dernier.

Il paraît important de vous donner quelques informations sur la situation.

L’un d’entre eux (Alexandre B.) est engagé dans la réserve opérationnelle depuis 2009. Il n’a pas été employé depuis 2015. En 2017, il a été radié à sa demande de la réserve opérationnelle, et a été intégré comme spécialiste expert pour apporter un éclairage sur la fonction protection. Ce vivier peu connu est constitué de 74 personnes recrutées pour leurs compétences particulières (informaticiens, linguistes, communicants, juristes, spécialistes ressources humaines, cadre de sécurité etc…). Ce statut ne permet pas d’être employé en dehors de son domaine de compétence, et exclut toute mission opérationnelle. Le grade d’Alexandre B. (Lieutenant-colonel) lui a été conféré au titre de son niveau d’expertise et pour le seul exercice de sa mission. Il n’a jamais été employé par la gendarmerie nationale dans ce cadre.

Le second (Vincent C.), chef d’escadron de la réserve opérationnelle, a quant à lui intégré cette dernière en 1996. Il a effectué régulièrement des missions de formation et d’encadrement.

Les faits reprochés à ces deux personnes, commis en dehors de tout lien avec le service de la gendarmerie, auront pour autant des conséquences disciplinaires et statutaires sur leur qualité de réserviste. »

Faits diversElyséeManifestation du 1er Mai

 62 total views,  1 views today

image_pdf

26 Commentaires

  1. et pourquoi pas la Legion d Honneur pour c tartuffe ha mais non il ne joue pas au foot et il ne chante pas oui mais comme « chance des quartiers » peut être

  2. expert benhajia, je ne crois pas ses techniques sont mauvaises et innapropriées, par contre un infiltré oui ,

  3. La vidéo d’Aldo Sterone met les choses en place,
    j’aime bien quand il dit qu’il n’y a pas de vocabulaire en France pour désigner ce genre d’individus et il est obligé de trouver des référents dans les pays arabes, Maroc Egypte,
    la république bananière qu’est devenue la France mérite un coup d’état à l’africaine

  4. Expert en quoi ? en conneries comme c’est malheureusement le cas dans nombreux domaines touchants nos manchots de la politiques , leur philosophie c’est la règle de transparence totale coté peuple et opacité totale coté pouvoir , nous le voyons en se moment . Au milieu il y a les médias aux ordres qui nous font croire le contraire le tout dans un climat particulier où toutes vérités qui dérangent est combattues par une armées d’associations bien nourries par le pouvoir en place . Ce système gère 66 millions de citoyens qui se croient toujours en démocratie bien que de jour en jour ce peuple doit constater que ses libertés sont de moins en moins présentes dans sa vie de tous les jours . Moralité la tonte des moutons a encore de beaux jours et les chiens ne manquent pas pour encadrer le troupeau nous le voyons encore dans cette spectaculaire et malheureuse affaire de barbouze .

  5. Hé, les flics et les gendarmes, qu’attendez-vous pour réagir ?
    Quant la coupe sera t-elle pleine ?

  6. Je vais raconter ça à ma fille qui vient nous rendre visite mercredi et qui est , elle » colonel dans l’armée….

  7. Vraiment, on cherche vraiment des poux à Macron…
    Il ne fait que d’utiliser les compétences des élites des quartiers… Au moins, là ils ne brûlent pas de voitures et assurent la sécurité dans les manifs.

    Il faut bien se préparer à la république islamique que projette Micron !

    :-))

  8. J’ajoute que dans la vraie réserve, on passe par les grades successifs après examens et temps d’activités tout comme dans l’active.
    Les exceptions concernent des difficultés de recrutement dans certains domaines spécifiques et se font uniquement sur « titres », c’est-à-dire diplôme équivalent à la fonction et au grade.

    • Pour la petite histoire, dès 81 la GAUCHE, avec Mimi, a mis en place les promotions par tour extérieur…
      Très vite, des compétences extraordinaires se sont révélées…
      Et on dit la GAUCHE anti-catho, là encore c’est une fadaise, il suffit qu’il soit « progressiste » comme il se dit pour faire la différence…

      C’est donc cet Inspecteur Général de l’Education Nationale (IGEN) en histoire…
      Le pauvre n’était jusqu’alors pas pris en considération pour sa vraie valeur :
      – Licence de Théologie
      – 2 productions littéraires importantes et fort connues, deux biographies, celle de Jésus Christ et …. la SIENNE !

      J’ai pu assister ou vérifier par exemple des promotions à la hors classe dans l’EN pour mérites exceptionnels, genre élu conseiller municipal de telle ville… Un plus énorme pour un prof pour sa compétence professionnelle !

  9. C’est avec cet état d’esprit que Macron demande aux entreprises du CAC40 de recruter dans les quartiers……

  10. Je rejoins palimola sur ses questions. Expert en quoi? Et qui est cet homme, de quelle origine? bi-national ou quoi? et de qui est-il le sous-marin, pour que toutes les portes lui soient ouvertes?

    • Idem,
      voir la vidéo d »‘Aldo Stérone, il y dit en gros ceci: ce genre de schéma (homme à tout faire qui fait ce qui bon lui semble, prince qui le protège) est un grand classique des pays du tiers-monde.
      Voir sa vidéo très éclairante ici :
      https://youtu.be/AgCAu9LBwkw

  11. Il devient gendarme adjoint de réserve militaire du rang avant d’obtenir le grade de brigadier-chef et a pour responsable un certain Sébastien Lecornu, lieutenant de réserve de la gendarmerie et maire de Vernon (Eure), devenu depuis secrétaire d’État à la Transition écologique. Contacté, celui qui était le chef de peloton de « Ben » n’a pas répondu à nos sollicitations.
    C’est sur proposition de l’Élysée que le brigadier-chef de réserve a en effet été nommé en 2017 lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle, la plus prestigieuse, au titre « de la sécurité des installations » sans aucune référence militaire ou universitaire reconnue ou même professionnelle. Une promotion vertigineuse surtout pour son âge.
    http://www.fdesouche.com/1046729-benalla-originaire-du-maroc-il-aurait-modifie-son-prenom-pour-le-franciser

    C’est sûr qu’à ce train-là et sans cette affaire, il était bon pour la prochaine promo de la LH.

    • sans aucune référence militaire ou universitaire reconnue ou même professionnelle.
      ———————–
      L’université des quartiers, ce n’est pas rien !
      Casseur est une sacrée formation professionnelle…
      :-))

  12. Expert ????? mais en quoi ???? Mais qui c’est ce type pour que toutes les portes lui soient ouvertes ????

      • R.I.B : Raiepublique Islamo-Bananière.

        sans oublier que RIB signifie aussi Relevé d’Identité Bancaire, celui des Français de souche pour le financement de celle-ci.

    • Ce type sait probablement des choses sur Macron , à tel point , qu’il le coince contre le mur . Ce qui expliquerait , les avantages dont il bénéficie.

    • Expert à 26 ans MDR, il aurait du faire journaleux, ça pullule dans les médias les « experts » tout comme chez les philosophes.
      Ou alors tourner dans la série télé du même nom.

    • héhé, en bon Aimant, il a su magnétiser Manu et Brizitte pour les attirer a lui….

      « Il a intégré alors un groupe de 74 personnes qui font office de consultants à la demande de la gendarmerie »

      « la Cible des Septante » !! mais bien sûr 😆

      mais rassurons nous, en France on connait le traitement de ces scandales: il vient d’ être commée une COMMISSION d’enquête….

      dont le destin sera le même que celui de ma grosse « commission » de ce matin aux WC
      elle disparaitra aprés avoir tiré la chiasse

    • @ palimola
      Je me posais la même question…
      Peut-être en tous genres, vu les nombreuses casquettes à son actif, il ne lui manquait plus qu’à être nommé sous-préfet à 26 ans alors que le minimum légal est de 35 ans, et ce à la suite d’une candidature dont l’Élysée himself l’a encouragé à déposer à laquelle, finalement, il a dû renoncer à cause des remous – justifiés – qu’elle suscitait.
      À qui profite le crime ?

Les commentaires sont fermés.