Trump au Président mexicain : si tu ne veux pas payer le mur, pas la peine de te pointer à la Maison Blanche

Ma foi c’est clair et net. Pas de salamalecs.
Trump conseille à Pena Nieto d’annuler sa venue s’il ne veut pas payer pour le mur. Et il rappelle que tous les accords entre USA et Mexique se font aux dépends des premiers qui payent et perdent des emplois.
La mondialisation, l’assistanat des grandes puissances pour les petites, c’est terminé, qu’on se le dise. Chacun se débrouille.

Mais Trump s’explique, comme on le voit dans l’article mexicain à la fin de ce post.

 On notera entre autre, l’accent mis sur les victimes et leurs familles ainsi que la chasse aux trafiquants de drogue. La comparaison entre la politique française sur ces sujets est à relever.

Le président mexicain confirme qu’il ne se rendra pas à Washington pour rencontrer Trump

Le président américain a fait monter la tension avec le Mexique en conseillant à son président Enrique Pena Nieto d’annuler sa visite s’il ne souhaite pas payer pour la construction du mur à la frontière. Ce dernier a confirmé qu’il ne viendrait pas.

Le chef d’Etat mexicain Enrique Pena Nieto a annoncé dans un communiqué officiel qu’il ne se rendra pas à Washington pour rencontrer Donald Trump, ce qui devait être prévu pour dans cinq jours.

«Ce matin, nous avons informé la Maison Blanche que je ne participerai pas à la réunion de travail prévue pour mardi prochain avec le POTUS», a déclaré Pena Nieto sur Twitter, en référence à Trump.

«Le Mexique réaffirme sa volonté de travailler avec les États-Unis pour parvenir à des accords qui favorisent les deux nations», a-t-il tout de même ajouté.

Plus tôt dans la journée, ce dernier l’avait invité à rester chez lui s’il restait sur ses positions hostiles à la participation financière du Mexique dans la construction du mur à la frontière entre les deux pays, un des points clefs de la campagne de Donald Trump.

«Si le Mexique n’est pas prêt à payer pour le mur qui est vraiment nécessaire, ce serait mieux d’annuler la rencontre à venir», a tweeté le président des Etats-Unis. 

«Les Etats-Unis ont un déficit commercial de 60 milliards avec le Mexique. Depuis le début de [l’accord de libre-échange nord américain] Aléna, c’est un accord qui ne va que dans un sens, avec énormément de pertes d’emplois et d’entreprises», a-t-il ajouté. 

Sous la pression de l’opposition mexicaine qui l’a exhorté à annuler son déplacement à Washington, le président mexicain a indiqué qu’il attendrait le retour d’une délégation de haut niveau à Washington avant de prendre une décision.

«Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui, depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise», a-t-il déclaré dans un bref message vidéo diffusé mercredi soir sur son compte Twitter.

Donald Trump a signé mercredi 25 janvier un décret initiant la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour endiguer l’immigration clandestine, la promesse la plus emblématique de sa campagne.

Cette décision polémique de Donald Trump intervient au moment où les ministres mexicains des Affaires étrangères et de l’Economie se trouvent à Washington pour préparer la rencontre entre les deux chefs d’Etat, cinq mois après une visite du candidat Trump à Mexico qui avait scandalisé les Mexicains.

Il faut dire que les relations entre les deux chefs d’Etat ne sont pas vraiment cordiales. Très loin de faire des ronds de jambe, Enrique Pena Nieto avait déjà en mars 2016, comparé Donald Trump à Hitler et Mussolini.

 https://francais.rt.com/international/33021-trump-conseille-pena-nieto-dannuler-sa-visite

 
Et Trump ne manque pas d’arguments selon un webzine mexicain :
http://www.milenio.com/internacional/donald_trump-muro-mexico-usa-frontera-mensaje-orden_ejecutiva-migracion-noticias_0_890911042.html
Quel sera le coût et comment se paiera la construction du mur voulu par Trump ?
– Trump a dit que ces mesures « aideraient le Mexique à dissuader la migration des centre-américains ; nous sortirons les mauvais, les criminels. Notre relation avec le Mexique n’en sera que meilleure  »
– A la conférence donnée à Washington, il a annoncé que seront recruté 5 000 officiers et patrouilleurs frontaliers pour augmenter la sécurité à la frontière ainsi que des bureaux d’immigration et de douane.
–  » Notre décret met fin à la politique de capture aux frontières et inclut que les autres pays réintègrent leurs criminels ; il élimine les ‘villes sanctuaires’, donne pouvoir aux policiers d’évacuer des personnes qui nuisent à la sécurité  » ; a-t-il expliqué.
– Le mandataire étasunien dit aussi que la vie de beaucoup d’étasuniens a été affectée par des crimes commis par des immigrants.
– « Jamais on ne fait mention des familles des étasuniens séparées pour toujours. Jamais on ne mentionne ces familles qui ont compté des victimes, et en tant que président, je n’ai d’autre devoir que celui de protéger la vie de ces citoyens  » ; a-t-il affirmé.
– Trump a réaffirmé que toutes ces mesures seront bénéfiques pour nos deux nations.
–  » Cela aidera également le Mexique pour dissuader la migration des centre-américains. Comme je l’ai dit, nous allons sortir les mauvais, les criminels, les trafiquants de drogue, les gangs, les leaders de bandes et alors il n’auront plus rien à faire dans ce pays « .
============================
NB : On notera entre autre, l’accent mis sur les victimes et leurs familles ainsi que la chasse aux trafiquants de drogue. La comparaison entre la politique française sur ces sujets est à relever.

 94 total views,  2 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Evidemment un chef d’état qui parle des victimes , ça ne plait pas du tout à l’umps qui est toujours du côté de la racaille.
    Les collabos de la chaine comique bfm-cnn-al jazeera sont en train de s’étouffer d’horreur .

  2. OH LA LA mais il stigmatise et met en avant les victimes americaines et leurs familles…. ah si on en avait un (ou une 😉 ) comme ca…

    • @Gaviva, bonjour !
      Ah ! bon sang que le début de votre commentaire m’amuse ! Tout y est ; l’ambiance qui est la nôtre, l’accent, le vocabulaire : « une antienne »
      Très, très suggestif ! Et comme c’est tristement cela la réalité.
      Curieux que ce triste état de fait ne soit risible que lorsqu’il est repris par un commentaire comme le vôtre sur des sites patriotes.

  3. La chasse aux gangs, aux dealers et aux cartels va commencer, Chouette. Je rêve de la même chose en France.

  4. Great ! Congrats ! Bien parlé tonton Donald 🙂 Voilà une bonne méthode pour remettre les dirigeants malhonnêtes à leurs place.
    Le Mexique, a longtemps tiré profit de l’immigration clandestine aux USA, mais finira d’une façon ou d’une autre par payer cette immigration/invasion Hispanique que l’Amérique subit depuis déjà beaucoup trop longtemps.
    Que cela serve d’avertissement aux Saoudiens et aux Qataris.

Les commentaires sont fermés.