Les agriculteurs n'ont rien à perdre avec l'arrivée du FN au pouvoir

La crise agricole n’est pas un mythe :

Vœux de la MSA Bourgogne : « Une crise agricole sans précédent »

Alors que la crise risque de mettre sur la paille de plus en plus d’agriculteurs, les résultats de la mutualité sociale agricole de Bourgogne (MSA) continuent, fort heureusement, de s’améliorer. Voici ce que l’on peut retenir de la cérémonie des vœux, ce lundi après-midi, à Dijon. 

Jean-Paul Baudin (1er vice-président), Dominique Bossong (président) ; Jean Boissière (Directeur général) et Gabriel Duthu (Président du comité départemental 21). Photo Damien Renoulet
18 médailles d'honneur agricole ont été décernées ce lundi à l'occasion des vœux de la MSA. Six récents retraités ont été honorés. Photo Damien Renoulet
Jean Boissière (directeur général) quittera ses fonctions le 1er juin. Photo Damien Renoulet

Jean-Paul Baudin (1er vice-président), Dominique Bossong (président) ; Jean Boissière (Directeur général) et Gabriel Duthu (Président du comité départemental 21). Photo Damien Renoulet

 

La Mutualité sociale agricole (MSA) doit avoir les épaules suffisamment larges pour soutenir au mieux les agriculteurs français en pleine détresse économique et morale. Une conjoncture plus que morose qui a malheureusement frappé la région Bourgogne, en 2016. 
« Toutes les filières sont touchées », déclare d’emblée Dominique Bossong, président de la MSA Bourgogne, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux. « La crise est sans précédent », complète Jean Boissière, le directeur général.

De plus en plus d’agriculteurs ont besoin d’aide

Les chiffres qu’il cite font froid dans le dos : « Le nombre de demandes de RSA (Revenu de Solidarité active) a progressé de plus de 8% au cours de l’année », explique-t-il. Et de poursuivre : « Celui des bénéficiaires de la prime d’activité (PPA) a explosé, passant de 943 à la fin du 1er trimestre à plus de 2600 début décembre. Plus de 30% de nos chefs d’exploitations ont déclaré un revenu 2015 inférieur à 4248 euros, soit 350 euros par mois. 620 d’entre eux ont demandé le report de leurs cotisations par manque de trésorerie. »
Du coup, la MSA Bourgogne a dû faire face à un « afflux de demandes nouvelles dans les services largement supérieur aux prévisions » entraînant notamment « un allongement des délais de paiement et une inflation des réclamations que les moyens mobilisables et mobilisés, mais bien inférieurs aux besoins, n’ont pas permis d’enrayer. » Seule lueur dans ce ciel noir, les résultats de la MSA Bourgogne. « Notre coût de gestion en 2015 s’élève à 145,20 euros pour un coût national moyen à 146,70 euros (la MSA Bourgogne se classe au 13ème rang) », indique Jean Boissière.

2017, l’heure du « changement » ?

Question avenir, le directeur général parle d’une année de « changement. » Il évoque notamment le « projet de mutualisation » des activités des MSA de Bourgogne et de Franche-Comté. Il reste encore du pain sur la planche. Il parle d’un calendrier « resserré ». Dans les prochaines semaines, tout ce petit monde devra « définir vérifier et planifier les différentes étapes ainsi que les moyens alloués. » Un gros chantier en perspective – en plus du soutien aux agriculteurs – pour celui qui prendra sa retraite en 2017. Il sera remplacé, le 1er juin, par Armelle Rutkowski.

http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2017/01/09/voeux-de-la-msa-bourgogne-une-crise-agricole-sans-precedent

De plus, les agriculteurs sont méprisés par des élites pro-UE et pro-mondialisation.
Les agriculteurs n’ont rien à perdre de l’arrivée du FN au pouvoir.
J’ai le souvenir d’une conférence d’un ancien enseignant de Sciences po qui avait déclaré qu’il n’y a plus d’Etat de droit en France car on ne sanctionne plus les violations de la légalité, en pren ant comme exemple les manifestations d’agriculteurs !
http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2017/01/09/voeux-de-la-msa-bourgogne-une-crise-agricole-sans-precedent

 87 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. On remercie, au passage, la Christine Lagarde, pour sa taxe sur le halal, qui a fait exploser sa vente et sa production,
    Alors qu’il aurait dû y avoir une interdiction pure et simple, eu égard à notre législation.

  2. C’est bien le ministre le foll qui avait annoncé qu’il préférait encourager l’importation de tomates du Maroc plutôt que protéger les producteurs français pour la simple raison que ces gens là votaient prioritairement FN !..
    Jusqu’où va se nicher leur sectarisme !!….

  3. « Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France »
    Nos politiciens l’ont bien oublié,
    Ou ne l’ont jamais su,
    Pourtant ils sont les premiers à en bénéficier, dans leurs restaurants 5 étoiles des différents palais parisiens,
    Ces restaurants qui ne s’approvisionnent pas au supermarché du coin, mais font venir directement de province des viandes de qualité, sélectionnées, qui ne risquent pas d’être halal, donc non contaminées.
    (Le halal , c’est pour le peuple de couillons que nous sommes)
    Ils sont fort aise de profiter du labeur de tous ces paysans qui courbent l’échine sans se plaindre, et finissent par se suicider tristement quand les charges sont trop lourdes, et les dettes écrasantes, sous les normes débiles des bureaucrates de Bruxelles, qui n’ont jamais marché dans la boue.
    Paysans de France et de Navarre, réveillez-vous !!
    Cela fait 30 ans que l’UE vous écrase et vous méprise !
    Prenez votre destin en mains !
    Ne votez plus pour les énarques qui vous détruisent !
    Aidez-nous à sortir la France des griffes des financiers multimilliardaires ( les copains à micron), et de la toute puissance des lobbys de Bruxelles !

  4. Pour commencer avec Marine nos exportations reprendrons avec la Russie , ces exportations sont indispensables a la survie de nos agriculteurs , et aussi sachons qu’elles ne reprendrons pas avec aucun autre candidat ! trop soumis a la politique européenne influencée par madame Merkel . Notre agriculture est un bloc d’inertie de notre PIB nous devons donc a tous prix garder ce bloc garant de notre sécurité alimentaire et de notre indépendance, conclusion nos campagne doivent voter Marine sans aucune hésitation il en va de votre survie .

  5. J’en suis parfaitement convaincu , pour ma part , petit producteur au régime du forfait agricole sur une surface d’un hectare en bio , les mentalités passent doucement du Front de gauche au Front tout court , trop doucement à mon goût
    J’ai du mal à convaincre , reste beaucoup de travail à faire , donc merci Maxime
    pour cet article .

  6. Que les agriculteurs soient honnêtes, le triste personnage qu »ils ont élus président de leur principal syndicat, n’est pas le paysan qui travaille 15h par jour 7 jours sur 7 pour ce dégager un salaire très inférieur au smic, mais un parvenu bouffant à la gamelle des socialopes responsables de leur malheur.
    Maintenant il existe des agriculteurs qui perçoivent des dizaines de milliers d’€, voire plus, annuellement de l’Europe.
    Alors Messieurs tapez à la bonne porte pour sauver votre métier!

  7. Si MLP n’obtient pas le Trone de France en Mai, ça va cogner tres tres fort ils sont au bout du rouleau et non plus rien a perdre, (suicide comme jamais en 2015 ). contacts perso

Les commentaires sont fermés.