L'immigration arrive. Les supermarchés s'en vont. (+ vidéo)

Depuis jeudi, les 30.000 habitants de Grigny ont perdu leur unique supermarché. Un coup dur pour cette ville sans centre, où nombre de commerces ont déjà fui la violence. Les habitants vont devoir se déplacer dans les villes aux alentours pour faire leurs courses.
L’autoroute A6 y sépare deux grands ensembles: la Grande Borne avec son dédale de logements sociaux, et les tours de Grigny 2. Dans le centre commercial, « on a vu défiler ED, puis Leclerc, maintenant Casino. Tout le monde s’en va », explique une habitante.
La Grande Borne est un quartier très peu fourni en commerces. Le bureau de poste a déserté la place face aux violences. La mairie assure pouvoir trouver un repreneur dès cet hiver et éviter un scénario similaire à celui d’Argenteuil. Sur la dalle de cette ville du Val d’Oise, le Franprix – marque du groupe Casino – avait également fermé en invoquant des violences en septembre 2015. Il a fallu un an pour convaincre une autre enseigne et le site s’apprête seulement à rouvrir.


Le maire communiste, Philippe Rio, fulmine. En juillet, il était reçu à Matignon pour entériner un plan d’urgence avec l’Etat afin de redresser Grigny. Et voilà qu’à la rentrée, il perd le poumon commercial de la commune. « Casino crée l’apartheid commercial de cette ville », lance-t-il à l’AFP.
Malgré plusieurs réunions depuis neuf mois, « le groupe ne nous a pas laissé le temps de trouver un repreneur », alors que la mairie négocie avec une autre enseigne et que « deux mois de plus nous auraient suffi », assure le maire. « Si on nous avait dit clairement: en novembre, on a quelqu’un pour reprendre la suite, on serait resté », rétorque un porte-parole de Casino. Le groupe explique qu’il maintient ce magasin depuis des années, malgré les vols, les violences récurrentes et l’explosion du budget sécurité, qui a rendu le magasin très déficitaire. Il promet de reclasser les 36 salariés du supermarché en son sein, en fonction de leurs souhaits.
France Info

 123 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Un Maire coco, il a là un bon exemple du vivre ensemble…Si les racailles des quartiers de Grigny n’étaient pas protégés par cette justice de gauche, les habitants auraient sans doute encore leur super marché. Mais là où les cocos sont aux affaires, c’est comme avec les socialos ou les verts, c’est LE BORDEL….

  2. Gaffe que le repreneur ne fasse pas des lieux un souk comme c’est le cas dans plusieurs villes !

  3. Ils foutent le pays en l’air si on ne se soulève pas ils vont massacrer la France

  4. NORMAL POUR UNE FAVELA au bresil voir police militaire et actions reprise du terrain et les bresiliens n ont pas le probleme de l islam en plus juste une question politique CENTRE COMMERCIAL D ETAT avec services medecins pharmacie couplee avec force militaires patrouillant et faisant comme au bresil en cas d emeutes riposte dure arrestations en centres speciaux les habitants n ont qu a voter pour le front national MEME A HAITI LES POLICIERS INTERVIENNENT DANS CITE SOLEIL

  5. Mahomet était déjà un menteur et un voleur, et les mahométans copient tous Mahomet…

  6. ils ont raison , ce sont des hommes d affaires ,,,l evaluation du Risque a bien ete faite ,,,meme si les Français ont patiront aussi . voila quand les lois sont pas Appliquees

Les commentaires sont fermés.