Pendant ce temps, les journaleux continuent de nous intoxiquer avec les 3 tombes musulmanes de Nice

J’ai l’habitude de voyager sur le net, en particulier sur les médias pour y porter une vision différente du politiquement correct qui y sévit !
Avant-hier, je suis allé sur courrier international, un article concerne une info. ancienne…
http://www.courrierinternational.com/article/islam-il-y-mille-trois-cents-ans-des-musulmans-vivaient-deja-dans-le-sud-de-la-france
D’ailleurs RR avait publié un commentaire de Maxime sur le sujet :
http://resistancerepublicaine.com/2016/02/27/3-tombes-musulmanes-trouvees-pres-de-nice-halte-a-la-desinformation/

L’intérêt de mon article, n’est pas dans l’info., mais dans l’analyse que je crois pouvoir faire de l’admiration de nos journaleux pour une supposée tolérance passée entre chrétiens et musulmans, (comprenons nous bien, pour nous sermonner sur notre intolérance !).

L’auteur, anonyme, reprend un article en anglais* considérant extraordinaire la présence de musulmans dans le sud de la France au début du 8è siècle. Ainsi la découverte de 3 tombes musulmanes à Nîmes au sein d’un cimetière.
* : http://arstechnica.com/science/2016/02/medieval-muslim-graves-in-france-reveal-a-previously-unseen-history/
Cet article, rédigé dans une optique multiculturaliste, avance l’existence d’un vivre ensemble insoupçonné. En somme, le haut moyen-âge plus tolérant que nos temps modernes ! Notre journaleux reprend sans hésiter une partie de la traduction d’Ars Technica : »Pour les chercheurs, ces tombes montrent la complexité des relations entre les communautés au cours de cette période, qui ne peuvent être résumées en une simple opposition entre chrétiens et musulmans”.
Voilà ce que nous assène la dénommée Annalee Newitz, Tech Culture Editor chez Ars Technica.
L’article est lui-même inspiré d’un article scientifique du 26 juin 2015, publié le 24 février 2016, source originale des articles qui en TROIS JOURS ont fleuri dans la presse française…
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0148583
En cette occurrence, on peut s’amuser de la rapidité peu commune de la presse en relater l’info. !
Dans sa précipitation notre historien en herbe répercute la conclusion du Daily Mail : la découverte de Nîmes confirmerait ce que les historiens soupçonnaient depuis longtemps (des faits  relatés et connus même si les sources ne sont pas toutes en accord) : l’islam est arrivé en France avant la période mentionnée par les textes (Laquelle et lesquels ?) – entre 719 et 752. Surtout, la découverte de ces tombes aux côtés de celles de chrétiens montre que les musulmans avaient intégré la communauté beaucoup plus tôt que ce que l’on imaginait”.
Pas d’autres arguments appuyant l’intégration des musulmans à la communauté (sous entendu unique) !

Quelque peu impertinent, je me suis fendu d’un commentaire relevant les erreurs des journaleux. La PREMIERE COLONISATION du sud de la France eut lieu de 719 à 759. Elle s’acheva en 759 avec la prise de Narbonne par Pépin le Bref (après la prise de Nîmes en 752)…
(Pour l’excuse de nos journaleux, des sources parfois contradictoires, une somme considérable d’événements : certains à cette époque avaient guerre et pillages dans le sang… aujourd’hui aussi en certaines régions !)
Ce commentaire avec ses autres détails fut « supprimé » !

Avec deux autres commentaires., je me suis interrogé sur l’absence d’esprit critique des journaleux au service de leur engagement idéologique.
Nos spécialistes du rappel à la CONTEXTUALISATION des faits s’en gardent bien ici s’ils n’en sont incapables.  En ce haut Moyen-âge : seigneurs chrétiens et musulmans ont des mœurs et des pratiques proches, en somme des civilisations assez similaires.

– La polygamie chez les carolingiens et wisigoths. L’Église n’imposera la monogamie que bien plus tard, quand elle sera assez puissante pour substituer une cérémonie religieuse, le « sacrement de mariage », à une cérémonie familiale (1215 – IVè concile de Latran)*. En conséquence, paradoxalement pour nous, des « liens » se sont tissés pour alliances militaires ! Ainsi des chrétiens se sont battus contre d’autres chrétiens aux côtés de musulmans et inversement dans ce sud de ce qui n’était pas encore la France… Par extension, l’Histoire de l’Espagne en recèle un exemple célèbre. Le Cid Campeador -toujours victorieux- était même mercenaire !

* : Par voie de conséquence le divorce au lieu de la répudiation.

 – Régime féodal partagé : mieux connu en Espagne, des seigneurs chrétiens étaient vassaux de princes musulmans. Après la sévère défaite musulmane de Las Navas de Tolosa en 1212, au début du XIIIe siècle, à l’inverse nombre seigneurs musulmans se sont déclarés vassaux des rois chrétiens (pour éviter leur expulsion d’Espagne avant 1492).

– Le servage était proche de la dhimmitude hors l’aspect religieux. Le seigneur donne sa protection au serf contre le produit de son travail…

– Enfin, les armées carolingiennes n’étaient guère mues de considérations humanistes. Les soldats de Charlemagne ne plantaient pas leur épée dans l’eau ! Ses guerres de christianisation* n’avaient rien à envier à celles d’islamisation : quelques pyramides de têtes saxonnes, des prisonniers émasculés à Verdun (par des médecins juifs à qui était imposé ce sale boulot) avant d’être vendus aux … musulmans ! La différence, le mode de conquête, les armées carolingiennes lourdes et puissantes, les musulmanes rapides, des modes  d’occupation différents…

* : Ces guerres de christianisation ont suscité les premiers raids normands, dès la fin du 8è siècle, visant en principalement les monastères et les églises…

Mais la différence fondamentale entre chrétiens et musulmans, des chrétiens ne suivant pas les préceptes des Évangiles, des musulmans suivant (et toujours aujourd’hui) ceux du Coran… Lentement l’Église (et les hommes la composant) s’est rapprochée de ses textes fondateurs pour en imposer l’essence*.

La conséquence : des civilisations qui se sont éloignées, en forte opposition aujourd’hui.

 * : pas toujours de manière heureuse contrairement à nos jours où elle en arrive en avoir une interprétation naïve !

 

Reste à traiter de l’imbrication des lieux de sépultures. Les raisons ne manquent pas.

– Les squelettes sont ceux de berbères islamisés depuis moins d’un siècle dans un islam encore inachevé (à part le Coran proche de son écriture actuelle, les hadiths et la sîra n’existent encore pas -probablement début 9è siècle- idem pour la sharia s’appuyant sur l’ensemble auquel il faut ajouter  fatwas et divers jugements…).

– Les règles de la dhimmitude ne doivent pas être guère plus dures que le servage,  Nîmes à la limite de l’extension musulmane, les musulmans n’ont pas intérêt à susciter trop d’hostilités à leur encontre, d’autant qu’ils ne doivent pas être très nombreux (colonisations rapides et importantes ==> troupes dispersées)…

– Le califat Omeyyade est lointain, le dernier des Omeyyade s’installe à Cordoue après 750… La rigueur doctrinale n’est certainement pas encore affirmée !

Suffisamment de raisons pour l’inexistence d’un carré musulman !

A chacun d’apporter des compléments, voire quelques rectifications à cette analyse !

J’espère cependant avoir donné quelques arguments à opposer aux idiots utiles et même à les ridiculiser…

 77 total views,  1 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. Oui bravo et merci à tous ces érudits qui nous permettent de connaître un peu plus l’origine complexe des créations des pays du Septentrion. Ce continent merveilleux qui s’appelle Europe.

  2. Bravo Christine pour cette analyse étymologique sacrément fouillée …
    Je crois que cette histoire de tombes avait déjà été reprise dans une émission pseudo historique dont FR3Corse nous avait bourré le mou, il me semble en Févr 2015, intitulée « Nos ancêtres les sarrasins » !!!….
    A part quelques viols encouragés dans leur pratique religieuse, je ne pense pas qu’il y eut un réel brassage dans l’île avec ces barbares.
    Mais, tout ceci est bien conforme avec la ligne propagandiste de FranceTV . C’est fou ce qu’ils peuvent distiller comme désinformation avec nos impôts !!…

  3. Merci pour ce superbe article qui allie science et conscience, rectitude et engagement.
    Et quand Christine y ajoute son coup de patte linguistique, on en prend plein les neurones !

  4. Donc on a 3 « peknos » (eskuzez l’aurtografe) qui ont loupé le retour à la Mecque en ferry, sont décédés pour avoir mangé des lardons peu frais car il paraît que leur identification musulmane viendrait de tessons de poterie dans la tombe.
    A l’inverse, il peut s’agir de plongeurs ayant découvert ces tessons à Aigues-Mortes! (quoique la ville fut construite par l’ami Godefroid – inventeur du Bouillon d’onze heures)
    Donc, faites attention lorsque de retour de voyage en Egypte vous ramenez un magnet gravé de hiéroglyphes, précisez bien à votre famille de ne pas vous inhumer avec ces souvenirs pour ne pas fausser l’histoire future.
    Pourquoi ces précédentes élucubrations ?
    Rappelons-nous: TREIZE SIECLES DE PRESENCES ARABO-ORIENTALES EN FRANCE.
    BARIZA KHIARI (vice-présidente du Sénat) sur Public Sénat, présente le colloque France-Maghreb le 01/01/2014.
    Extraits:
    (…)FRançois Clement ( Historien arabisant spécialiste de l’occident musulman médiéval…maître de conférence à l’université de Nantes)
    On a très peu d’écrits sur cette période,
    …On sait que les populations Narbonnaises avaient le statut de dhimmis, on sait que les populations locales chrétiennes versaient le jiizia c’est à dire l’impôt de capitation donc de tributaires habituels que l’on retrouve d’un bout à l’autre du califat.
    (…)Les traces archéologiques sont infimes, on a quelques monnaies.
    Ont été retrouvés des tampons qui servaient à sceller les sacs de butin, sur lesquels il est parfois marqué en arabe:
    « butin licite et de l’autre butin partagé à Narbonne (!) ».
    Quelques autres petits objets comportant des inscriptions en arabe, ont été découvert du côté de Nîmes.
    (lien toujours actif ce jour)
    http://www.publicsenat.fr/vod/colloque/colloque-france-maghreb/tam-tran-huy/144933
    Nous apprenons à l’instant que la commune de Sisco (Corse) vient de connaître des troubles suite au fait que trois maghrébins ont agressé des personnes prenant des photos sur lesquels ils seraient présents.
    Les Corses n’ont pas toléré !
    Quel scandale, ces têtus Corses ne veulent pas comprendre que allah a interdit les photos, la musique (sauf le tambourin pour les mariages).
    Faut tout leur dire à ces Corses!

  5. C’est çà, nos comics vont nous dire un jour que les musulmans étaient là avant les esquimaux en Alaska.
    Que ces gens là ont idées, çà les regardent, mais en démocratie on impose pas, l’immigration si le peuple veut et par référendum.
    Tout çà ne sont que excuses bidons, pour ne pas demander l’avis du peuple par référendum.

  6. Ils sont forts les mecs !!!!! quatre os pourris et ils savent que c’était des musulmans !!!! et qu’ils étaient installés là !! Donc en auscultant une personne venant de la Dass ou un amnésique ils sont capables de dire d’où il vient et qui il est , ils sont peut être même capables de dresser son arbre généalogique ……ils sont forts quand même ..!!!

  7. Pour précision, les armées carolingiennes n’étaient pas plus féroces que les autres, leurs comportements étaient ceux de toutes les armées de cette époque…
    Je me suis vu contesté sur l’esclavagisme, l’esclavage aurait été interdit au milieu du 7è siècle sous l’influence de la reine Bathilde, épouse de Clovis, elle-même ancienne esclave. C’est effectivement vrai mais l’esclavage a perduré, le sort des prisonniers de guerre n’était guère enviable.
    Ci-dessous un lien le confirme avec toute l’horreur qu’il peut inspirer :
    https://savoirsdhistoire.wordpress.com/2015/07/23/castration-et-servitude-au-moyen-age-deux-bourses-pour-un-harem/
    Contesté aussi sur les excès des armées de Charlemagne à l’encontre des saxons païens. Il s’agissait d’une propagande nazi* anti-carolingienne. En effet les nazis ont élevé un monument en mémoire des 4500 saxons massacrés à Verden non sans une impulsion néopaganiste. De fait, les terribles guerres de christianisation contre les saxons ont duré plus de 30 ans, conversions et apostasies se sont succédées avec bien des meurtres, colons carolingiens assassinés suivis de rétorsions… Charlemagne avait édité une loi punissant de mort tout païen qu’il a cependant abrogée (critiques de l’Eglise elle-même ?) ! Les choses ne furent définitives que vers 804 ! Heureusement que ces temps sont lointains, espérons que nous n’y retournons pas !
    * : On peut relier cette propagande anti-carolingienne nazie au fameux livre de Sigrid Hunke « L’occident sous le soleil d’allah » dont nous avons parlé concernant le mémorial de la victoire de Poitiers de Charles Martel. Si on rajoute les accointances entre Hitler et le Mufti de Jérusalem Al Husseini, la boucle est bouclée !

  8. Bonjour,
    Il y a eu dans l’émission archéologique de « France Culture » (« le Salon Noir ») une émission visant, de même, à démontrer le passé musulman de la France.
    A la fin de l’émission le bilan, de mon point de vue, était NUL:
    -Une bourse retrouvée à Aurillac contenant de la monnaie musulmane.
    -Deux fours dont le type était répandu de le Chine au Moyen-Orient.
    -Deux ou trois tombes comme ci-dessus.
    Donc bilan vraiment NUL.
    Pas pour les archéologues de l’émission, emportés par la démence islamophile actuelle, qui déclaraient, en fin d’émission, que « le champ, à explorer, de l’archéologie musulmane en France était immense ».
    Certainement des sommes folles sont dépensées par l’ INRAP et autres au service de l’imposture chiraquienne des « racines musulmanes de la France ».

    • Parfaitement les racines mahométanes de la France sont le nouvel opium du peuple que nous vend notre establishment politicard déjanté et corrompu.
      On veut la vérité ?
      Le sol de la France est d’origine profondément celtique , et le terme de Gaule et de Gaulois, ne fut en fait inventé que par Jules César lui même, ayant remarqué les emblêmes en forme de coq que les tribus celtes combattantes affichaient en avant du gros des troupes !
      Le terme de gaulois est une création artificielle de César , car en latin le coq s’appelle …GALUS !
      La mains mise de l’empire de Rome , consacra l’avênement d’une civilisation mixte , et surtout la fondation de la cité de Lutéce qui n’existait pas auparavant sur l’ile du fleuve Seine, ou les populations romaines nouvellement importées et les celtes locaux , continuaient à se différencier par leurs accoutrements vestimentaires différents !
      Plus tard , le territoire de cet espace dit gallo-romain, vit l’arrivée militaire triomphante de la tribu authentiquement germanique des francs saliens , dont le chef Clovis , appelé à être notre premier vrai monarche , parlait une langue germanique antique, ressemblant à l’ancien neerlandais .
      Donc de part sa race primitive la France est une alliance celto-romaine, mais les origines politiques fondant les tous premiers temps de l’état monarchie, nous viennent bien de la Germanie de l’est du fleuve Rhin!
      L’islam et les arabes , ne sont donc en rien les fondateurs de notre culture originelle !

      • Pas du tout d’accord UTR la nom GAllia existait bien avant César, on en a des traces au deuxième siècle avant JC, il est probablement d’origine celte et désignait les Celtes. Des pistes intéressantes sur wikipedia. Au Moyen Âge, l’historien Richer de Reims donne une étymologie pittoresque au nom propre Gaule dans ses Historiae : « j’ai jugé à propos de n’indiquer que les parties d’une seule partie de l’Europe, la Gaule. Son nom lui vient de la blancheur parce que ceux qui en sont originaires présentent la caractéristique d’un type très blanc. »6 .
        On ne connaît pas avec certitude l’étymologie du terme latin Gallia, mais il pourrait être lui-même un emprunt au celtique. Peut-être s’agit-il d’un type *galiā, d’un radical *gal-, qui devait désigner la force, terme restitué d’après le vieil irlandais gal « fureur guerrière », également radical du gallois gallud « pouvoir », breton galloud, idem7. Les Galli seraient donc « les forts », « les puissants » ou « les furieux »8. Le radical *gal- ou *gali- serait en outre à l’origine des mots français jaillir (< bas latin *galire)9 et gaillard10. Ce n'est qu'à la Renaissance que le nom latin Gallus est associé par analogie chez les érudits à son homonyme latin gallus « coq » (latin gallus > ancien français jal, jau « coq », l’étymologie de ce gallus-coq le faisant peut-être remonter à une racine signifiant « faire du bruit, chanter »). C’est pourquoi il est devenu l’animal emblématique de la France lors de la redécouverte de « nos ancêtres les Gaulois »11.
        Si les mots français Gaule et gaulois sont bien les traductions usuelles des mots latins Gallia, Gallus et Gallicus, il existe deux thèses pour leur étymologie12. En effet, le passage apparemment évident de Gallia à Gaule présente deux difficultés : le G- initial dans le groupe /ga/ aurait dû subir une palatalisation selon les règles d’évolution du latin à la langue d’oïl (cf. gallus « coq » > ancien français jal « coq », forme régulière). C’est dire que Ga- aurait dû faire place à Ja- (sauf en normanno-picard). Ensuite, la palatalisation en [ʎ] de la latérale [l] (ou [ll]) suivie de yod aurait dû se produire (voir contexte général des consonnes suivies d’un yod), puis [ʎ] aurait dû se muer en [j] à partir du xviie siècle (cf. ALLIU > ail [aj]), d’où *Jail- (cf. jaillir ci-dessus), phénomène d’ailleurs attesté dans la toponymie française pour ces exemples précis, ainsi trouve-t-on : La Jaille-Yvon ([Yvo de] Gallia en 1052 – 106813) et le type toponymique Jailly (Nièvre, Côte-d’Or) de *GAL[L]IACU ou Jallais (Maine-et-Loire, Galiscus vers 1130).
        Une première explication se base sur le terme par lequel les Germains désignaient des peuples non germaniques situés à l’ouest ou plus au sud, c’est-à-dire des Celtes ou des locuteurs de langue latine, à savoir *Walha « les Celtes » ou « les Romans » (cf. Walh et *walhisk > Welsche dans les dialectes allemands du sud et signifiant « Romans, Français, Italiens » et les noms anglais pour les territoires celtiques Wales et Cornwall)14,notes 1. C’est bien ainsi que le germanique *Walha est à l’origine de wallon et de Wales, Galles, gallois. Mais ceci n’explique pas bien l’ancienne diphtongue [au], qui est un développement régulier de [al] devant une consonne (cf. cheval ~ chevaux et latin alter > autre ), car la consonne germanique h tend à disparaître rapidement en français, comme le montre le a conservé dans wallon et Galles, de même que dans le nom de famille Wallois présent dans le Pas-de-Calais, à la limite de la Flandre et de la zone romane, et également issu du francique *Walha. Cependant, *Walha a dû passer au stade *Wahla par métathèse, le h vélaire s’est vocalisé en u, comme dans l’exemple parallèle du mot saule issu de *salha15. Il est possible que le toponyme Plaine des Vaulois à Saint-Ouen-le-Mauger (Seine-Maritime) ait cette origine car le w initial ([w]) est régulièrement passé à v ([v]) au xiie siècle en normand septentrional.
        Cependant Gallia n’a pas forcément été soumis à cette évolution du langage parlé car il a rapidement disparu du langage populaire pour être remplacé par Francia / Francie / France, remplacement initié dès les mérovingiens et bien achevé sous les carolingiens12. Gallia n’est alors plus utilisé que dans les ouvrages savants ou littéraires pour faire référence aux temps de l’Empire romain, sous une forme qui finit par être francisée.

  9. je me demande comment ils ont défini la « musulmanité de ces trois squelettes..
    les sarrasins , et ça tout le monde le sait, sont arrivés en France en 732…et continuent d’ ailleurs
    cette soumission bienveillante a l’ islam conquérant, plus que jamais, ne s’ explique que par des faits qu on nous cache soigneusement du coté de « l’ islamo obsessionel » de la place Beauvau
    entre autres des 15 a 18 millions de Musulmans qu on s’ évertue a nous vendre pour 5 millions depuis tant d’ années…

    • Avant 732: siège de Toulouse en 721, premier arrêt notable de l’invasion musulmane!

  10. 3 tombes musulmanes du haut moyen age ?
    Je me demande comment nos journaleux peuvent d’un seul coup se transformer et experts des pratiques funéraires en vigueur dans cette période assez obscure, ou en fait énormément d’éléments historiques , ou des habitudes de vie quotidienne nous sont mal connues
    En réalité , le haut moyen age des périodes carolingiennes et encore pire mérovingiennes, recéle encore bien des mystéres , car hélas nous manquons de beaucoup de témoignages écrits traitant de ces périodes passablement troublées . En ces temps malgré tout obscures, l’écriture était surtout pratiquée par les autorités écclésiastiques et les moines de monastéres, qui ne pouvaient , par définition, rendre compte de tout concernant leur siécle d’existence .
    J’ai bien peur que ces apprentis archéologues – historiens , fassent preuve d’une imprudence notable , surtout marquée par la volonté évidente de se conformer à l’idéologie autorisée imposant l’idée centrale du « vivre ensemble », et celle que les musulmans modérés seraient les premiéres victimes du djihadisme
    Cependant prenons patience , à force de propagande journalistique la plus extravagante, ils finiront pas tenter de nous faire avaler que le coran mahometan était secrétement enseigné aux étudiants de la Sorbonne au 13° siécle, dans le cadre de leur formation théologique de base !
    Plus rien ne peut désormais nous stupéfier de la part de ces « journaleux » , devenus les fantassins besogneux , de l’islamo obsessionnel traînant ses guêtres dans les couloirs de la place Beauvau !

Les commentaires sont fermés.