À propos de la violence islamique : oubliez le coran, feuilletez simplement l’Histoire


À propos de la violence islamique : oubliez le coran, feuilletez simplement l’Histoire

Ce que l’islam enseigne vraiment est en fin de compte académique : les faits sont les faits.

9 août 2016 par Raymond Ibrahim

http://www.frontpagemag.com/fpm/263785/islamic-violence-forget-koran-look-history-raymond-ibrahim

Initialement publié par PJ Media.

 Raymond Ibrahim est un collègue de Robert (Bob) Shillman au Centre « David Horowitz Freedom Center ».

Le débat autour de la violence musulmane se concentre bien trop souvent sur la doctrine, sur ce que le coran et les hadîth-s signifient et disent réellement. Ce qu’on oublie est que les écritures islamiques ne sont pas nécessaires pour déterminer si l’islam enseigne ou non la violence et la guerre contre les non musulmans.

 

L’Histoire y suffit.

Considérons quelques  faits, attestés tant par des sources historiques musulmanes que non musulmanes : à peine une dizaine d’années après la naissance de l’islam au VIIème siècle, le jihad a jailli de l’Arabie. En juste deux décennies, les musulmans avaient définitivement conquis ce qui constituait alors les deux tiers du monde chrétien. Le cœur du monde musulman contemporain, des nations comme l’Égypte, la Syrie, toute l’Afrique du Nord, la Turquie et bien d’autres, formaient, au VIIème siècle, le cœur de la chrétienté.

Puis une guerre continuelle s’est déclenchée contre l’Europe chrétienne. Parmi d’autres nations et territoires attaqués et/ou tombés sous la domination musulmane au cours des siècles, nous trouvons, selon leurs noms modernes et sans ordre particulier, le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie, la Sicile, la Suisse, l’Autriche, la Hongrie, la Grèce, la Russie, le Pologne, la Bulgarie, l’Ukraine, la Lituanie, la Roumanie, l’Albanie, la Serbie, l’Arménie, la Géorgie, la Crète, Chypre, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine, la Biélorussie, Malte, la Sardaigne, la Moldavie, la Slovaquie et le Monténégro.

Moins de trente ans après la date traditionnelle de la fondation de l’islam (622), trois des cinq centres (sièges épiscopaux) de la christianité d’origine, fondés par les apôtres, Alexandrie, Antioche et Jérusalem, avaient été à jamais avalés par l’islam ; le quatrième centre, Constantinople, a vaillamment résisté aux attaques islamiques pendant des siècles, pour être finalement conquis au nom de l’islam en 1453. Bien que saccagée et incendiée par les musulmans dès 846, la distante Rome, (le Vatican), cinquième siège épiscopal des chrétiens, a résisté à la conquête.

Les quelques régions européennes qui ont échappé à l’occupation directe des musulmans à cause de leur éloignement géographique comprenaient la Grande Bretagne, la Scandinavie et l’Allemagne. Cela ne veut évidemment pas dire qu’elles n’ont pas été attaquées par l’islam. En fait, plus loin encore vers le nord ouest de l’Europe, en Islande, les chrétiens priaient Dieu qu’il les préserve de la « terreur turque ». Rien à voir avec de la paranoïa. Vers 1627, des corsaires musulmans ont attaqué cette île nordique, faisant 400 prisonniers qui ont été vendus comme esclaves sur les marchés d’Alger.

L’Amérique n’y a pas échappé. Quelques années après la formation des États-Unis, en 1800, des navires de commerce américains traversant la Méditerranée ont été pillés et leurs équipages réduits à l’esclavage par des corsaires musulmans. L’ambassadeur de Tripoli a expliqué à Thomas Jefferson que c’était le droit et le devoir de tout musulman de faire la guerre aux non musulmans partout où ils se trouvaient et de réduire à l’esclavage autant de prisonniers qu’ils pouvaient faire.

En ces temps-là, il n’y avait aucun mystère à propos de l’islam. Déjà au VIIème siècle, le théologien et chroniqueur byzantin Théophane le Confesseur écrivait dans sa Chronographie : « Il (Mohamet) a enseigné à qui voulait l’entendre que celui qui tuait l’ennemi, ou qui était tué par l’ennemi, entrerait au paradis [Coran, sourate 9:111]. Et il a dit que le paradis était charnel et sensuel, avec des orgies de mangeailles, de boissons et de femmes. On y trouvait aussi une rivière de vin… et les femmes étaient d’une toute autre sorte, la durée du sexe grandement prolongée et ses plaisirs sans fin [sourates 56: 7-40, 78:31, 55:70-77]. Et toutes sortes d’autres absurdités ».

Six cents ans plus tard, au XIVème siècle, l’empereur byzantin Constantin XI Paléologue a dit à un érudit musulman : « Montrez moi juste une chose que Mohamet aurait apportée qui serait quelque chose de nouveau,  et vous ne trouverez que des actions malfaisantes et inhumaines, comme le commandement de répandre par l’épée la foi qu’il a prêchée ». Telle était l’honnêteté du dialogue entre dignitaires dans ces temps-là.

Il faut le répéter sans cesse, selon les normes de l’historiographie, l’ébauche historique qui précède est irréfutable et attestée tant par des sources musulmanes qu’européennes, depuis le début traditionnel de l’islam jusqu’à nos jours.

En bref, quel que soit ce que le Coran et les autres écritures islamiques veulent réellement dire, depuis en gros un millénaire, marqué par les croisades que l’Ouest moderne s’efforce de dévaloriser, les musulmans ont fait une guerre inexorable à l’Occident, et ils continuent à le faire au nom de l’islam.

Et voici le hic : aujourd’hui, qu’il s’agisse de l’enseignement dans les lycées ou les universités, que cela vienne du portrait fait par Hollywood ou les médias, le récit historique prédominant est que les musulmans sont les « victimes » historiques des chrétiens occidentaux « intolérants ».  (Écoutez ma réponse lors d’une interview sur Fox News sur le pourquoi de la « persécution » des musulmans par les chrétiens).

Voilà donc où nous en sommes, payant le prix d’être une société foulant l’Histoire aux pieds : quelques jours après les attentats du 11 septembre (2001), tout simplement sans doute le tout dernier jihad depuis des siècles contre l’Occident sur tous les continents, les Américains ont élu (deux fois) pour président un homme portant un nom et un héritage musulmans, un homme qui autorise ouvertement la même idéologie islamique que des guerriers occidentaux ont combattue pendant des siècles.

Les ancêtres européens des Américains, qui à une époque ou une autre ont chassé l’islam ou ont subi sa conquête, doivent certainement se retourner dans leurs tombes.

Mais tout cela c’est l’Histoire, dites-vous ? Pourquoi la rabâcher ? Pourquoi ne pas passer à autre chose, ouvrir un nouveau chapitre de tolérance et de respect mutuels, même s’il faut « revoir » un peu l’Histoire ?

Ce pourrait être une position quelque peu plausible, sinon pour le fait que, partout dans le monde, les musulmans font encore preuve de la même impulsion impériale et du même  suprématisme intolérant que leurs ancêtres conquérants. La seule différence est que le monde musulman est actuellement incapable de battre l’Ouest dans une guerre conventionnelle.

Mais cela n’est même pas nécessaire. Grâce à l’ignorance de l’Histoire par l’Occident, les musulmans sont autorisés à inonder l’Europe, si bien qu’il se passe désormais rarement un jour sans l’annonce de violence d’un musulman contre un ou des non musulmans. Le plus récent, ou tout au moins au moment d’écrire cet article, étant l’invasion d’une église en France par des musulmans, ayant forcé le prêtre à se mettre à genoux et lui ayant coupé la gorge.

Tout cela mène à un point tout aussi important : si la véritable Histoire de l’Ouest et de l’islam est mise en pièces, quelles autres « vérités » historiques colportées de nos jours sont également fausses ? Tout ce qu’on écrit sur la tranquillité prétendue de l’islam est seulement remis en question parce que le monde voit des musulmans commettant la violence au quotidien. Mais il existe certainement d’autres forces abominables et séditieuses qui sont suffisamment intelligentes pour ne pas s’exposer ?

Dans un certain futur (quel qu’il puisse être) les histoires écrites sur notre époque se demanderont vraisemblablement comment notre ère, ironiquement dénommée « l’âge de l’information », n’aura pas été un âge au cours duquel les gens étaient particulièrement bien informés, mais plutôt un âge pendant lequel la désinformation était tellement répandue et non remise en question que les gens vivaient dans des cocons de réalités alternées, jusqu’à se faire finalement rouler.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


16 thoughts on “À propos de la violence islamique : oubliez le coran, feuilletez simplement l’Histoire

  1. AvatarLo La

    Très instructif ! je ne pensais pas qu’ils avaient réussi à conquérir autant de nations. A part ça, ils veulent nous faire croire qu’ils sont très pacifiques et tolérants.

    Quant à leur religion, la récompense au paradis est uniquement basées sur la luxure et la goinfrerie. Religion ultra patriarcale et de gros machos attardés, créée par un soi disant prophète qui ne devait pas tourner bien rond.

  2. AvatarLili

    Depuis sa création cette m;;;e n’a fait que semer le chaos, la souffrance et la mort…La mort dans tous les sens, celle de la culture, de la pensée, de la créativité..
    Les musulmans, incapables d’inventer quoique ce soit, ont pillé, volé, violé et falsifié tout ce qu’ils ont pris dans les razzias.
    L’islam des lumières n’est qu’une légende .
    Imaginez que si ils n’avaient été dégagés d’Italie au XIe siècle, il n’y aurait pas eu De Vinci, Raphaël, Michel-Ange etc…., pas de musiciens…; aucun artiste !!
    Partout où l’islam s’installe, il tue tout comme un poison violent !
    Ce qu’ont fait nos ancêtres pour le vaincre, de quelques origines qu’ils soient, nous pouvons et devons le faire ;

  3. Avatarpacharli

    Comment ont-ils pu se rependre aussi vite et aussi loin (extrême orient, Afrique…) ?
    personne ne parle de leurs techniques de combat, de conquêtes, de contrôle durable des populations.
    Cette rapidité est unique dans l’histoire de l’humanité et les explications rares….

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      La réponse à votre question, qui est fondamentale, se trouve dans le récit que les musulmans eux-même font de la vie de Mahomet, c’est-à-dire la Sira, dont vous pouvez lire la plus ancienne qui nous soit conservée aux éditions Fayard:

      http://www.fayard.fr/la-biographie-du-prophete-mahomet-9782213617534

      A la lecture on comprend clairement que l’islam est un système totalitaire extrêmement bien conçu pour se propager par la terreur.

      C’est un peu comme la machinerie des virus …

  4. EVAEVA

    Il ne faut JAMAIS oublier le coran.
    Car l’histoire chrétienne a aussi été émaillée de certaines violences à certains moments.
    Mais cette violence n’était pas dans les Evangiles, et Jésus n’a jamais tué, ni ordonné de tuer.
    Tandis que la violence des musulmans est dans le coran, et a été pratiquée par Mahomet, qui a vécu le sabre à la main à partir du moment où il s’est auto-proclamé prophète.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Oui, chère Eva, mais je suis totalement d’accord avec Raymond Ibrahim : l’islam se comprend beaucoup mieux quand il est inscrit dans l’Histoire.

      Le Coran est totalitaire mais anhistorique.

      Je trouve d’ailleurs la lecture de la Sira supérieure au Coran pour saisir vraiment la mécanique totalitaire de l’islam.

      1. AvatarLili

        Les chrétiens ont commis des horreurs quand ils se sont éloignés de leus textes.
        Les musulmans commettent des horreurs parce qu’ils se rapprochent de leurs textes……

      2. EVAEVA

        Oui Antiislam, je trouve que la vie de Mahomet est édifiante, et je conseille la lecture de la « sira » de Mahomet avant la lecture du coran.
        Mais le titre de l’article disait:
        « Oubliez le coran, feuilletez simplement l’histoire »
        Or je pense que le coran étant la parole de Dieu aux yeux des musulmans, et le coran ordonnant l’extermination des non-musulmans, il ne faut jamais le mettre de côté, car les musulmans s’engouffreront dans la brèche pour rappeler que le christianisme aussi a eu une histoire émaillée d’épisodes violents.

  5. Avatarhathoriti

    Bien dit, Lili ! Ne confondons pas l’Evangile de Jésus et le coran du mahomet ! Si des fanatiques religieux chrétiens ont commis des horreurs, ils ont désavoué la Parole du Christ et de toute façon, c’était il y a des siècles… Quant à la saloperie islamiste, elle se répand comme une diarrhée fétide à tous les sens du terme ! Ils ne passeront pas !!! L’Espagne les a virés au bout de quelques siècles et grâce eu Cid Campéador ! Nous, en France, dans les périodes cruciales et gravissimes, nous avons toujours eu LE personnage providentiel : Charles Martel et la mémorable branlée qu’il leur a infligée, Jehanne D’Arc qui a amorcé l’expulsion des Anglais, on pourrait aussi, citer De Gaulle à qui l’on peur reprocher beaucoup de choses, mais qui aimait la France viscéralement…! Eh bien ! Attendons le prochain…car, muselés , bâillonnés et ligotés comme nous le sommes par ce gouvernement, le pire que la France ait connu, nous ne pouvons rien faire …Ah ! Si nous avions un Louis XIV…je ne crois pas que les muz seraient aussi exigeants…d’ailleurs, il n’y en aurait pas des masses en France…

  6. pikachupikachu

    Apologie de la civilisation judéo-chrétienne.

    En l’occurrence de ses racines juives. Je voudrais apporter à votre connaissance, un récit du Talmud à l’état brut.
    En préambule, j’adresse cet avertissement au lecteur :
    Lecteur, si tu es Juif, tu peux (ou non, mais avec c’est mieux) coiffer ta kippah.
    Lecteur, si tu n’es pas Juif, tu peux agrémenter ta lecture d’un saucisson-pinard, parce que le but de cet article n’est pas de faire du prosélytisme, mais de fournir de quoi mettre en perspective Judaisme et Islam, dans l’attente de lire un article qui en fera de même pour Christianisme et Islam.

    Pour poser le cadre : le Talmud constitue la somme juridique du judaïsme et représente la mise par écrit de la tradition orale l’ayant précédé.
    Dans le corps du Talmud, on distingue deux fils qui s’enchevêtrent en permanence : la discussion juridique (« halacha ») et la discussion homilétique (« hagadah » ou légendes).
    Certaines de ces légendes véhiculent certaines valeurs et une sagesse de vie qui est parfois savoureuse.

    Je vais ici, rapporter une de ces légendes avec cette intention avouée : permettre au lecteur de Résistance Républicaine de comparer deux religions :
    l’une antique, l’autre très récente, chacune ayant un rapport au divin et à la liberté très différent.

    Nota bene, le point le plus percutant de cette histoire est sa chute qu’on pourrait résumer en disant que le Dieu d’Israël n’est pas (toujours) le plus fort (Akbar) et qu’il le vit très bien !

    Voici l’extrait :

    Talmud de Babylone Traité Baba Metsia page 59 b

    On enseigne que Rabbi Eliezer apporta toutes les réponses du monde pour prouver son opinion mais les rabbins refusèrent.
    Il leur dit : « si j’ai raison que ce caroubier le prouve » et le caroubier se déplaça de cent coudées (certains disent quatre cents).
    Ils lui dirent : « on n’apporte pas de preuve des caroubiers ».
    Il continua : « si j’ai raison que la rivière le prouve », et la rivière changea son cours.
    Ils lui dirent : « on n’apporte pas de preuve des rivières ».
    Il dit : « si j’ai raison que les murs de la maison d’étude le prouvent ». Alors les murs commencèrent à s’affaisser.
    Rabbi Josué gronda: « si les disciples de sages discutent de la halakha [=loi], en quoi cela vous regardent-ils? »
    Les murs ne tombèrent pas en l’honneur de Rabbi Josué mais ils ne se redressèrent pas en l’honneur de Rabbi Eliézer et ils sont toujours ainsi.
    Il leur dit: « si j’ai raison que les cieux le prouvent ». Alors une voix céleste proclama: « pourquoi vous opposer à Rabbi Eliézer, alors que la halakha suit toujours son opinion? »
    Rabbi Josué se leva et dit: « elle n’est plus dans les cieux ».
    Que signifie (Deutéronome 30): « elle n’est plus dans les cieux »?
    Rabbi Jérémie répond: « du fait que la Tora a été donnée au Sinaï, on ne tient plus compte de la voix céleste puisqu’il est dit dans la Tora (Exode 23): « vous suivrez la majorité ».

    Rabbi Nathan rencontra le prophète Elie. « Que fit Dieu en entendant le propos? »
    et Elie de répondre: « Il riait en disant: Mes enfants m’ont vaincu, Mes enfants m’ont vaincu ».

    Traduction: Philippe Haddad.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Cher Pikachu je suis très fatiguée sans doute mais je ne comprends absolument rien à cette histoire. Je la laisse en commentaire pour voir si les autres commentateurs y voient goutte et dans ce cas c’est moi qui suis bouchée ou si c’est l’histoire qui est obscure

  7. AvatarMarc

    Je pense comme Eva que tout ce qui est dissimulé garde sa nuisance au plus haut degré. Etant donné que le coran est l’alibi de la violence islamique, il est difficile de l’ignorer.

    Sinon les faits les plus simples sont les meilleurs guides :
    « LES NAZIS SONT LES MEILLEURS AMIS DE L’ISLAM » a dit le grand Mufti de Jérusalem.
    Voilà qui mériterait d’être placardé sur toutes les mosquées en guise d’avertissement.

    Le matériel historique est immense, avis aux historiens désoeuvrés. Pas trop éloigné de nous, le visionnaire que fut André Malraux, résistant et militant antifaciste ( d’après extrait de TIME du 03/06/1956 ) :
    « LE MONDE OCCIDENTAL NE SEMBLE GUERE PREPARE A AFFRONTER LE PROBLEME DE L’ISLAM…PEUT-ETRE SERAIT-ELLE POSSIBLE ( la solution ) SI, POUR NOUS BORNER A L’ASPECT FRANCAIS DE LA QUESTION, CELLE-CI ETAIT PENSEE ET APPLIQUEE PAR UN VERITABLE HOMME D’ETAT. LES DONNEES ACTUELLES DU PROBLEME PORTENT A CROIRE QUE DES FORMES VARIEES DE DICTATURES MUSULMANE VONT S’ETABLIR »

    Comme vous pouvez le constater, il y a bien longtemps qu’on s’en inquiète, a juste titre, comme nous l’indiquent les faits présents

    L’islam n’est pas civilisateur ( D’ailleurs il n’a jamais pu imposer sa langue ni en Perse, ni en Inde, ni partout où la culture des indigènes était trop supérieure à la sienne ), il ronge tout humanisme par l’intérieur. Il n’a aucun respect des faibles, des animaux, des enfants ou des femmes.
    Il n’a été que mensonge et agression, au Proche orient, en Afrique, en Eurasie…il s’est surpassé en Inde où les massacres perpétrés par les musulmans dépassent en nombre, selon des historiens tous les massacres connus au cours de l’histoire. Les musulmans, comme les turcs, non seulement n’ont jamais reconnus leurs génocides, mais considèrent l’Inde comme une affaire à terminer. Certains pays, comme l’Arabie saoudite, dépensent sans compter pour convertir les hindous à l’islam. ( On estime qu’environ 80 millions d’hindous furent assassinés durant environ 5 siècles, chiffre qui s’aggrave encore en comptant les famines et autres horreurs ).

  8. Avatarpatito

    dans l’histoire de l’expansion de la peste verte il est un fait qui doit être enseigné e en priorité
    lorsque le chamelier pas encore pédophile mais gigolo a fuis la Mecque avec quelques hommes il a été accueilli à Médine par les tribus juives de la ville qui lui ont ouverts les bras ; donné des terres et protection
    elles n’ont pas que le temps de comprendre ce qui leur arrivait qu’elles ont été massacrées dès que les mahométans ont été assez forts

    ceci ne vous dit rien ??

Comments are closed.