Indonésie : castration chimique pour les violeurs sur mineur et violeurs en série ?

On lira avec intérêt l’argument de Rafi, un des opposants à cette mesure : on accorderait trop d’importance aux viols d’enfants… parce que l’on aurait le culte de l’enfant-roi. Authentique.

Sans doute que  son auteur est musulman et qu’il voit avec effroi disparaître la possibilité d’imiter le beau prophète marié avec Aïcha quand elle avait 6 ans et qu’il a déflorée à 9. Sans parler de tous les savants de l’islam qui encouragent même la sodomie des bébés…

http://resistancerepublicaine.com/2015/12/02/lislam-encourage-la-pedophilie-meme-avec-des-nourrissons/

L’Indonésie expérimente la castration chimique

Après le viol d’une fille de 14 ans en avril, l’Etat a pris une mesure radicale contre les délits sexuels sur mineur.

Plus d’un mois après le viol et le meurtre d’une adolescente de 14 ans sur l’île de Sumatra, le président indonésien, Joko Widodo, a annoncé que les pédophiles, les violeurs en série et les auteurs de viol collectif sur mineur pourront désormais être punis par une castration chimique. «Nous espérons que cette loi aura un effet dissuasif pour les délinquants», a déclaré «Jokowi». Début avril, l’adolescente avait été enlevée alors qu’elle rentrait chez elle, violée puis tuée par un groupe de jeunes. Son corps avait été retrouvé trois jours plus tard, nu et attaché. Les responsables feraient partie d’un gang, et sept d’entre eux, mineurs, ont été condamnés à dix ans de prison ferme.
Face à ce que les médias indonésiens ont estimé être une peine trop légère, le président Jokowi a souhaité apporter une réponse rapide et ferme. Depuis plusieurs années, les crimes sexuels sont en augmentation dans le pays, sans pour autant qu’un débat national n’ait été lancé. Pour la première fois, dans les médias, de nombreux Indonésiens ont tenté, après l’affaire, de trouver des réponses à l’horreur. Presque tous les soirs, des débats télévisés autour de cette question : «Comment lutter contre l’abus sexuel ?» Arwa, 37 ans, commente un débat dans un café de Jakarta avec ses cousins. Ils ont, comme des milliers d’Indonésiens, signé la pétition réclamant une loi pour sanctionner la violence sexuelle. «Il faut que Jokowi soit ferme. Cette histoire, c’est abominable. Sous la dictature, ce genre de crimes n’aurait pas eu lieu, Suharto les aurait tous tués»,juge Arwa.
Pour Rafi, membre d’un groupe punk politisé, cette mesure est pourtant une nouvelle régression : «Je crois que Jokowi ne comprend pas le concept des droits de l’homme.»Surtout, selon lui, le président indonésien se trompe de cible. «La mesure répond à la question des abus sexuels sur mineur, parce que l’enfant est roi ici. C’est le fait que l’on touche à un mineur qui choque. Pas que ce soit une femme ni qu’elle ait été violée. Nous devons avoir un vrai débat sur la question de la femme et du sexe. Par exemple, quand une femme couche avant le mariage ici, on dit que c’est une pute. Lorsque c’est un homme, tout le monde s’en fiche.» Avant d’être interrompu par l’une de ses proches qui souhaite quitter le lieu, gênée par la discussion : «On ne parle pas de sexe, ça ne se fait pas.»
Gurvan Kristanadjaja (à Jakarta)

http://www.liberation.fr/planete/2016/05/31/l-indonesie-experimente-la-castration-chimique_1456476

 76 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Plutôt l’ ablation de la tête, plus de pulsion sexuelle post mortem !!!!! Mdr…..

  2. tu a raison Philippe le Routier,
    la castration chimique n’est pas au point suite amie que j’ai dans le secteur médical est elle m’en ont parlé que c’est pas au point et sache que l’internement à vie ne nous sert pas au contraire ça fait payer les cochons de payeurs Français que nous sommes tous y compris les Entreprises ,donc cet argent irez mieux dans la formation d’un chômeur bien de chez nous que dans un salopard de pédophile qui s’attaque à nos enfants ,donc mon remède qui guérie de suite et rapidement une balle entre les deux yeux et l’affaire est régler ou deuxième solution qu’ont donne aux parents a qui sa arrive ce ou ces salopards voilà mon opignon et pas de pitié pour des salopards comme ça.D’ailleurs ont est trop gentil avec des sous merdes humaines pareil et sache que même dans le secteur hospitalier eux même disent ils sont comme des chiens enragés et seul médicament et celui que je viens de t’écrire ,qui touche un enfant mlérite la peine capital ! Basta .Bonne journée Philippe le Routier.Roland L’Alsacien .

  3. @Philippe le Routier,
    L’homme s’est peut être suicidé pour fuir sa culpabilité. Sa demande de castration aurait pu être effective suite à une chimiothérapie. Ils pouvait aussi demandé à être hospitalisé en psychiatrie et avec son consentement ou celle du médecin être isolé. Un juge peut décider une obligation de soin pour toute personnes considérée comme malade et dangereuse pour elle-même et la société.
    Si le malade refuse son traitement par voie buccale, l’administration se fera par voie injectable avec ou sans son consentement.
    Effectivement la castration chimique ou chirurgicale donne lieu à des controverses http://www.ouvertures.net/la-castration-volontaire-une-solution-radicale-pour-maitriser-ses-pulsions/. Il est clair cependant qu’elle s’accompagne d’une baisse de la libido laquelle peut être impérieuse et la thérapie résoudra certains problèmes. Un suivie psychothérapique s’impose par la suite.
    Beaucoup de crimes sexuels sont dus au phénomène de groupe ou/et à l’ingestion de toxiques alors que ces criminels n’ont pas de déviances sexuelles avérées. La menace d’une castration physique ou chimique peut alors être extrêmement dissuasive. Car ces hommes s’identifient à leur virilité.

  4. ni castration chimique, ni castration tout court,
    Castration de la tête, on sera sûr qu’il ne récidivra plus jamais!
    Les victimes, c’est pour le restant de leur vie qu’ils sont marqués!

  5. Je suis perplexe concernant la castration chimique.
    Il y a peut-être eu des avancées médicales que j’ignore, mais il me semble que si on arrête le traitement… Les pulsions sexuelles reviennent.
    Et comment être sûr que le « patient » va bel et bien le prendre ce traitement ?
    J’avais vu, voilà longtemps a la télé, un reportage sur des pédophiles au Canada.
    C’était surprenant car la majorité des détenus REFUSAIENT d’être libérés un jour, ils avaient conscience de ne pas être capables de réfréner leurs pulsions, et ce, même s’ils avaient suivi des thérapies longues et avaient pris conscience que ce qu’ils avaient fait était ignoble.
    Je me souvient même que l’un d’eux, un type assez âgé ayant purgé une très longue peine, demandait une CASTRATION PHYSIQUE, car, si le traitement qu’il recevait en prison était suffisant, d’après son témoignage ça ne suffisait pas pour faire cesser ses fantasmes contre nature, en clair, cet homme n’avait plus la possibilité physique de violer… Mais l’envie sous jacente de le faire était toujours là.
    Parenthèse rapide, cela lui a été refusé (droits de l’homme etc) … Il a trouvé la solution … Il s’est suicidé trois ou quatre jours avant sa libération.
    Mais la castration physique ne me semble pas la panacée non plus malgré tout, car ce genre de troubles vient -je pense- essentiellement du cerveau.
    Ça reviendrait donc a créer un mec impuissant …
    … Mais toujours capable de violer (torturer donc) avec ses doigts ou n’importe quel objet a sa disposition.
    Pour des gens atteints de telles déviances, il me semble qu’il n’y ait que DEUX solutions,
    – l’internement à vie.
    – ou la peine capitale.
    Ça ne veut pas dire que je suis contre cette proposition indonésienne …
    … J’ai juste de gros doutes quant a l’efficacité de la chose.

Les commentaires sont fermés.