Une cinquantaine de cas de radicalisation dans l'armée surveillée par le ministère de la Défense

DÉFENSE – L’armée n’est pas épargnée. Un rapport d’information, daté du 22 juin dela commission défense de l’Assemblée nationale, analyse « la présence et l’emploi des forces armées sur le territoire national ». Présenté par Olivier Audibert Troin (député du Var LR) et Christophe Léonard (député des Ardennes PS), celui-ci a été mis en ligne mercredi 29 juin, rapporte L’Opinion.

Dans ce document très dense, plusieurs informations relatives à l’emploi des forces sur le territoire nationale sont exposées, notamment concernant le coût et le nombre de soldats déployés sur le territoire, comme le note Philippe Chapleau, spécialiste Défense pour Ouest France. Mais outre ces enseignements, le rapport fait état d’un sujet autrement plus sensible: la radicalisation au sein de l’armée. Et selon ce document parlementaire, la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD) suit « en priorité » une cinquantaine de cas dans les rangs des armées tricolores.

« La première brique de la lutte antiterroriste »

Pour prévenir les cas de radicalisation dans l’armée française, la première mesure -qui tombe sous le sens- est d’accroître la vigilance au moment du recrutement des soldats. Et c’est ce qui ressort de ce rapport d’information. « Selon le général Jean-François Hogard, 92% des candidats à l’engagement bénéficient d’un avis ‘sans objection’ de la DPSD, les 8 % restant se voyant attribuer d’un avis ‘restrictif’ ou ‘défavorable’ lié à une vulnérabilité ou à un antécédent constitué », détaille le document parlementaire. Ce faisant, la DPSD considère qu’elle « constitue la première brique de la lutte antiterroriste ». Ce qui est plus délicat, ce sont les cas de radicalisation chez des soldats déjà engagés. Pour les recenser, la DPSD compte sur les signalements émis en interne.

Ainsi, « le général Jean-François Hogard a indiqué que la DPSD suit en priorité ‘une cinquantaine de dossiers de radicalisation' », poursuit le rapport qui précise que ce nombre « évolue en permanence », les signalements émis n’étant pas forcément tous probants. Une fois le signal reçu, la DPSD engage des « opérations de renseignement de durée variable, les investigations se menant systématiquement à charge et à décharge ».

« Le traitement des signalements doit être prudent, car il faut éviter de stigmatiser certaines personnes, faute de quoi on risque de les pousser dans les bras de l’ennemi », a aussi précisé le général Jean-François Hogard cité par le rapport. « Pour les mêmes signes extérieurs ‒port de la barbe, refus de parler à une femme, etc.‒, il faut savoir distinguer des cas de réelle radicalisation de ce qui peut n’être que l’expression d’un refus de la discipline ou d’un simple mal-être, et veiller à limiter les effets de stigmatisation, qui nuisent à la cohésion dont ont besoin les armées », a encore indiqué l’officier.

Aucun détail en revanche n’est communiqué sur la façon dont l’armée traite ces cas (mesures disciplinaires ? renvois ?). Interrogé sur ce sujet au moi de mai par Le HuffPost, le ministère de la Défense s’était refusé à tout commentaire. En juillet 2013, cette question préoccupait déjà la DPSD.

Un phénomène qui touche d’autres armées européennes

L’armée française n’est pas la seule a être confrontée à ce genre de problématique. Au mois d’avril, le contre-espionnage allemand a rendu public un rapport portant surune infiltration jihadiste dans ses rangs. Les chiffres évoqués alors étaient supérieurs à ceux communiqués par l’armée française puisque le document recensait pas moins de 320 soldats sous surveillance au sein de la Bundeswehr.

Idem du côté de la Belgique. Au mois de mai, nous apprenions que « quelque 60 membres de la Défense présentent un comportement suspect » dans l’armée belge. Toutefois, « aucun soldat n’a été démis en raison d’extrémisme islamique » et « tous les soldats, éventuellement concerné ont quitté l’armée de leur propre initiative ou ont été licenciés pour d’autres raisons », faisaient savoir les autorités belges.

Pour l’heure, aucun cas de renvoi de soldats radicalisés n’a été communiqué côté français. Tout juste sait-on que cette question préoccupe au haut plus niveau et qu’une cinquantaine d’individus sont surveillés pour cette raison.

http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/30/radicalisation-armee-francaise-ministere-de-la-defense_n_10750408.html

 99 total views,  1 views today

image_pdf

18 Commentaires

  1. Que c’est fatiguant toutes ces sous-estimations numériques, surtout et y compris celle-ci ! 50 hein, ouais c’est ça, et mon derrière, c’est du jambon. C’est simple, le nombre réel est égal au nombre d’on sait quoi, et je n’en ai rien à foutre que ça ne plaise pas car c’est ainsi.
    Surveiller que ça dit ?Quoi surveiller ! Tu surveille rien du tout, tu chope et tu met hors d’état de nuire illico presto. T’attends pas d’avoir des morts parce qu’il ne faudrait surtout pas stigmatiser et toute ces merdes habituelles, mais les pourritures stigmatiser et insulter et tuer les Français(es) pur jus, aucun souci hein ! Et toi, qui est directement concerné, ben t’as certainement pas envie d’attendre de te retrouver avec une balle dans le dos, si ce n’est la gorge tranchée par une de ces pourritures, tout comme tu n’as pas plus envie ça et surtout à proximité, c’est clair ou faut dessin ?
    Te faut des Gars sur qui tu peux compter et pas des putains de terroristes en attente, qui en attendant de passer aux choses sérieuses bien évidement te font chier avec ce qui plus que fâche et gonfle et te pourrissent tout en exigeant ci et ça et bien évidement tout en n’étant pas foutu de faire leur boulot, et comptant bien sur les sans couilles ne voulant surtout pas stigmatiser donc les insubordinations, au mieux, c’est la fête !
    Plus que marre mais marre de devoir supporter l’insupportable d’importation qui ne nous ressemble en RIEN, et que nos vies soient sciemment mises en danger par des vendus de traîtres de vassaux qui sont parfaitement conscients des risques, mais bien décidés eux aussi à ou nous faire régresser au niveau de ces obscurantistes, ou nous tuer/faire tuer, parce que ça sert leurs intérêts et ceux qui tirent leurs ficelles. Qu’ils s’y mettent eux directement en danger pour changer et aillent eux traficoter avec les crocos, mais sans nous car ne sommes des suicidaires !

  2. C’était inévitable étant donné qu’il est interdit de « stigmatiser »… Et quand le ver est dans le fruit… Et là, pas de pesticide possible à moins que les autorités sachent réagir de manière, elles aussi, « radicale », sinon les armes se retourneront contre eux et contre nous… Chronique annoncée d’un génocide.

  3. Moi non plus,je ne comprends pas pourquoi des gens comme « ceux-là » sont intégrés dans la police et l’armée ! On sait qu’ils peuvent être dangereux ou qu’ils le sont réellement et sont « en sommeil » , alors pourquoi les engager ? C’est mettre le peuple en danger ! C’est de la haute trahison !

  4. comme dans la sécurité ! se que je comprend pas ! enfin si je comprend, ils ( les fous qui nous gouvernes) veulent notre anéantissement! car cela est simple de changer la constitution et d’ interdire toutes fonctions qui touche a la sécurité du pays au musulmans.

  5. Une cinquantaine de cas? officiellement! donc en gros on multiplie par cent pour avoir une vision plus proche de la réalité
    Il y a pourtant une façon simple de se débarrasser de ça

  6. Oui toutes les institutions sont gangrénées par ces radicaux actuellement en sommeil, mais pour combien de temps??? L’Armée, La Gendarmerie et la Police sont les principaux corps atteints par ce cancer.

  7. Pour le moment ce n’est rien. Attendant quelques années pour apprécié la paix et la tolérance.

  8. Je suis un ancien militaire de carriére , et l’annonce de seulement 50 cas de radicalisation ne peut que susciter mon désaccord fondamental, car je sais à quel point l’islamisme accomplit des progrés terrifiants , soumettant les armées à des périls désastreux !
    50 cas radicalisés ? Cela signifie tout simplement que les organes de surveillance ne …FONT PAS LEUR BOULOT !
    La surveillance accrue des cadres de contact , devrait déboucher sur des alertes sévéres , mettant en lumiére des évolutions mentales évidentes et qui doivent conduire à l’annulation des contrats d’engagement et …VITE !
    Quant au fameux général Hogard appelant à éviter la sempiternelle « stigmatisation » , je lui réponds qu’il faut immédiatement couper les branches pourries de l’arbre sans état d’âme, afin que ce dernier survive
    L’armée est un corps humaine vivant! dont il faut urgemment extraire les éléments organiques corrompus , afin de le maintenir sain !
    Demains verrons nous un élément non controlé et radicalisé ouvrir le feu contre une synagogue , avec ses armes de service , et ce drame nous permettra de récuser les arguments falacieux de ce générale Hogard, qui par mimétisme envers nos politicards gauchisants, s’obstine à rejeter toute « stigmatisation » pourtant dans bien des cas étudiés, bien venue !

    • Je suis absolument d’accord avec vous au sujet de la stigmatisation. Parce que c’est en essayant de les comprendre qu’ils ne se radicaliseront pas ? S’ils en sont venus là, c’est qu’à la base ils partagent les mêmes idées que ce coran de merde. Alors quand un arbre à une branche malade, on la coupe pour éviter que cela ne se propage. Ce n’est pas comme s’ils ne savaient pas qui se radicalise. Ils ont le nom, ils le surveillent. Il fait un pas de travers ? Expulsion et Interdiction du territoire.
      J’en ai rien à faire de la stigmatisation. C’est ça ou laisser encore des dizaines d’innocents mourir.

    • Salut d’un ancien baroudeur Para! Comme vous dites vrai! Quand cela va leur péter dans la figure,avec gros dégâts , il sera trop tard pour « éviter de sigmatiser! « 

    • pourtant je peut vous dire que soit des arabes ou des occidentaux radicalisés ça se vois comme un nez au millieux de la figure;
      nul besoin de déployer des moyens énormes un islamiste ça se repére a milles lieues a la ronde ;il y a qu’a voir leurs accoutrement et leur comportement pour comprendre.
      Donc il y a bien une volonté de laisser faire;
      Je vois l a la sncf c’est pareil le nombre de musulmans c’est affreux heureusement que j’y suis plus,j’aurais refuser de travailler avec ça.
      LA FRANCE EST MORTE

  9. Dans l’armée il y a une marine, dans la mer il y a des requins à nourrir…soyons écologiques.
    Mais l’armée n’est-elle pas plus largement infiltrée par un gouvernement qui protège ces éléments radicaux? Dieu que notre époque est complquée!

  10. Oui et je ne comprendrais jamais pourquoi des musuls se retrouvent dans l’armée et dans la police, quand on sait que l’islam pourris tout.

  11. ce n’est que la partie visible, l’armée comme la police et tous les services sont infiltrer .

Les commentaires sont fermés.