Des musulmans racistes sont prêts à défendre les Noirs pour mieux diviser et implanter l'islam

http://resistancerepublicaine.com/2016/06/16/orlando-temoignage-dune-survivante-le-terroriste-a-epargne-les-noirs/

Les noirs ont au passage pas mal souffert aussi de l’islam et bien plus longtemps d’une traite des esclaves par les arabo-musulmans (cf.l’ouvrage de l’historien Tidiane N’Diaye) et d’un esclavage dont l’islam n’a jamais remis en cause l’existence dans ses écrits (à la différence du Nouveau Testament).
Le Coran parle d’esclaves sans qu’il y ait une seule ombre de réprobation de cet état de fait, les chroniques d’un grand historien et géographe arabe et musulman comme Ibn Khaldoun sont marquées d’un sceau de mépris vis-à-vis des populations noires subsahariennes, leur conférant un statut les rapprochant de l’animalité (ce n’est pas du racisme ça ?) ; même converti, le Noir reste aux yeux des arabo-musulmans des « descendants d’esclaves »‘abid, comme un Ayman Al Zawahiri qualifiait par exemple le président métis Obama.Voyez le sort des Noirs en Algérie, au Maroc, en Irak, voyez s’il ya du mélange.
Mais l’islam qui connaît bien le principe du diviser pour régner a très bien compris l’intérêt qu’il avait à utiliser les souffrances historiques de certains groupes humains, pas seulement les Noirs pour se constituer une force d’appoint aux coeur des sociétés qu’il veut détruire.C’est une constante de tous les totalitarismes que d’utiliser souffrances et ressentiment pour en faire des bras de leviers(y compris le racialiste nazisme qui pouvait s’allier avec des « non aryens » pour arriver à ses fins), l’islam ne s’en prive pas.
Les conquêtes musulmanes ont dévasté des royaumes d’Afrique Noire prospères+(Makouria etc… généralement chrétiens, qui avaient des relations commerciales avec l’empire byzantin et l’empire perse non islamique des sassanides).

On se plaît à accuser le monde »blanc » seul de racisme mais il suffit de lire certains passages de l’ »Iliade » où les Noirs évoqués sous le vocable d’ »Ethiopiens » « hommes au visages brûlés » ou abyssiniens sont désignés comme d’autres peuples sans aucune dimension péjorative (l’Antiquité fut parfois moins « raciste » que le monde contemporain ne connaissant que des « barbares » en termes linguistiques et culturels.)

Sur le thème du racisme, de l’esclavage et bien d’autre sujets, ce faux universel qu’est l’islam totalitaire est un énorme mensonge.

Aux Etats-Unis, ce qu’on ignore c’est que bien souvent les plus farouches opposants à l’islam sont aussi des sénateurs afro-américains du Parti Républicain et ils ne sont pas les moindres des patriotes, comme une grande partie de la population noire qui vote encore Démocrate mais pour combien de temps?

La résistance à l’islam n’est pas une affaire d’ethnies mais de simple bon sens.

 35 total views,  1 views today

image_pdf