Hollande promet un musée de l'esclavage, bientôt des milliards pour les descendants des esclaves ?

Illustration : Le Marchand d’esclaves, Charles Boullay, graveur, 1788.
Eau-forte, 44 x 52 cm, BnF, département des Estampes et de la Photographie, AA-3 BOULLAY (Charles)
© Bibliothèque nationale de France
Naturellement ne nous attendons pas à y voir figurées et évoquées des représentations de l’esclavage arabo-musulman qui a fait régner la terreur et sur nos côtes et en Afrique noire pendant plus d’ un millier d’années .
Ne nous attendons pas à y voir reproduits les textes comme celui qui est ci-dessous :
La pratique de l’esclavage se retrouve sur plusieurs continents et frappe des populations d’origines diverses. Même les Européens peuvent en être les victimes. La course barbaresque subsiste toujours au XVIIIe siècle : les otages pris sur mer par les Ottomans ou les Barbaresques sont emmenés en captivité pour en tirer rançon lorsque les familles peuvent payer, sinon pour en faire des galériens ou les vendre comme esclaves. On lit dans les Observations sur la religion, les lois, le gouvernement et les mœurs des Turcs de James Porter (1769) : « La guerre fournit un grand nombre de femmes que l’on fait prisonnières. Les Turcs dans leurs excursions sont très ardents à s’en saisir. » Voltaire évoque cela dans Candide, alimentant bien des fantasmes. Ici, le marchand d’esclaves, cagnotte en main, propose quatre jeunes belles Européennes bien dévêtues à trois Turcs.

Non, rien de tout cela, mais un musée dédié à la honte de la civilisation occidentale, histoire de culpabiliser un peu plus les visiteurs du futur musée.

Naturellement Tin, du Cran , ne se sent plus de joie et imagine déjà les réparations. Dans sa tête de moineau  qui dit musée dit reconnaissance qui dit reconnaissance dit réparation… Et il est en train de compter les milliards qu’il va demander ( et obtenir si Hollande est encore aux manettes, si c’est Juppé ce sera pareil) aux entreprises qui ont pu  bénéficier, il y a quelques siècles, des mannes de l’esclavage.

Il ne lui vient pas à l’esprit que le simple bon sens voudrait que l’on ne fît pas payer aux descendants, héritiers, repreneurs d’entreprises les actes de leurs propriétaires d’il y a trois ou quatre cents ans…

Il ne lui vient pas à l’esprit que, avec son système, les descendants des Barbaresques et autres Turcs devraient payer des milliards à la France pour compenser les femmes et jeunes garçons enlevés sur ses côtes pendant un millier d’années pour remplir harems d’esclaves sexuelles et d’eunuques, sans parler des janissaires…    N’oublions jamais la perversité turque qui consistait à enlever nos jeunes enfants sur nos côtes, à les castrer et à en faire des soldats d’élite au service de la puissance ottomane… contre leur propre pays, leurs propres parents, frères et soeurs !

Par ailleurs plusieurs associations (dont beaucoup de locales) ont dressé un «programme d’action pour les réparations», avec diverses revendications: mise en place d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage, abondée par l’État et les entreprises ayant bénéficié de la traite, instauration d’un jour férié le 10 mai, travail sur les programmes scolaires, lutte contre les violences policières…

Naturellement, la place, exorbitante, faite à l’esclavage dans les programmes scolaires, ne suffit pas à tous ces Jean-Foutre. Il va falloir consacrer tout le temps scolaire à  la fabrication de parfaits petits  blancs culpabilisés. Quant à la lutte contre les violences policières, on ne se demandera pas quel rapport elle a avec la reconnaissance et les réparations de l’esclavage. Il est évident que, dans la tête de ces névrosés qui puent la haine du blanc et de la France, il faut donner tout pouvoir aux non blancs de faire ce qu’ils veulent, fût-ce contre la loi, afin de compenser les très hypothétiques victimes parmi leurs ancêtres.
Vous êtes noir ? Vous êtes musulman ? Alors la France vous permet de jouer les potentats nègres sur son territoire afin de racheter colonialisme et esclavagisme occidental.
Quant au colonialisme et à l’esclavagisme arabo-musulman, un autodafé de tous les livres osant l’évoquer sera proposé. Et leurs auteurs conduits au bûcher.

 78 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. qui a commencé et intensifié l’esclavage, les peuples africains eux-mêmes, alors mare de ce gouvernement qui accuse toujours la France de tous les maux, d’ailleurs on ne revient pas sur l’histoire, sinon cela est un puits sans fond

    • A vomir,mais il n’a vraiment rien d’autre a foutre a part penser a son éléction de merde…..

  2. Et un musée pour les descendants des rescapés du génocide vendéen, c’est pour quand?

  3. Boycott de ce musée, tout simplement.. Pas la peine d’aller dépenser son argent s’il n’y a pas TOUTES les formes d’esclavages (et la description, bien sûr, histoire de voir les tortures infligées aux esclaves par les arabes sur les blancs.)

  4. Donc l’état socialope et les associations bobo goachos auraient pour ambition d’organiser le remboursement de l’esclavage par les ….entreprises et les descendants des hommes d’affaires s’étant enrichis sur ce commerce honteux!
    Non mais là on hallucine totalement ! car d’une part les sociétés maritimes ayant établi le commerce triangulaire n’existent plus depuis des siécles , mais encore les trés , trés lointains descendants de ces commerçants criminels, sont pour la plupart certainement difficilement identifiables et de toute maniére , ne sont en rien personnellement responsables pénalement !
    Donc on nage littéralement en plein délire ! Nous savions Hollandouille bien capable de se lancer dans des entreprises clientélistes audacieuses , traduisant sa soif de réélection, mais là franchement il pousserait « le bouchon un peu trop loin » et ses adversaires auraient vraiment tord de se priver de l’occasion de l’épingler sur ce sujet ubuesque !
    Bien évidemment la grande histoire de la piraterie sur les cotes de France , d’ Espagne et d’Italie dans le but de rapporter des captifs sera éludée, mais sera aussi passé sous silence le cas des arabes de la péninsule arabique , qui eux aussi de leur coté , pratiquèrent le commerce des esclaves africains prélevés sur les cotes du soudan et d’Ethiopie
    Ce musée sera également d’autant plus …FOIREUX qu’il n’évoquera pas les cas avérés d’esclavagisme moderne , que l’on trouve bien sur en Arabie et dans d’autres pays pourris du moyen orient, et pas du tout au sein de la société français, que l’on se plait pourtant à couvrir d’immondices

  5. Et le musée pour les esclaves Chrétiens comme les Français, Italiens et Espagnols, c’est pour quand.

    • Un musée où il y aurait toutes les traites, de toutes les époques.
      Ne rêvons pas, il n’y aura jamais d’exposition sur les traites, cela remettrait en cause les idées qu’essaie de nous inculquer la gôche.
      Imaginons qu’un musée expose la traite arabo-musulmane, que n’entendrions-nous pas !
      La traite négrière entre l’Afrique noire des rois nègres et l’Amérique du Nord ET du Sud, car il y a eu plus de traite vers le Sud que le Nord, car elle a duré plus longtemps, jusqu’à la fin du 19e siècle.
      Des razzias sur le sud de l’Europe par les barbaresques pour emmener des populations en esclavage ; c’est une des raisons de l’intervention des Français en Afrique du Nord en 1830 et des Américains avant comme celle de Louis XIV qui fut un fiasco.
      N’oublions pas qu’au Royaume de France, sur le sol de France, il n’y avait pas d’esclave, ceux-ci n’étaient que dans les colonies ; en France il y avait des noirs libres ! À la révolution il y avait environ 2000 noirs à Paris et pas que de petites gens, le chevalier de Saint Georges en est un exemple.

  6. L’Histoire de France vue par les socialopes…. : débute en 1789…. et l’Europe n’a pas de racines Chrétiennes….

Les commentaires sont fermés.