L'Ambassadrice américaine en Hongrie : « Virez Assad, accueillez des réfugiés et luttez contre la Russie ! »

De quoi je me mêle ?

Le 7 mai 2016, par Daniel McAdams et l’Institut RonPaul.

 L’Ambassadrice américaine en Hongrie : « Virez Assad, accueillez des réfugiés et luttez contre la Russie ! »… ou quoi alors ?

 

http://conservativepapers.com/news/2016/05/07/us-ambassador-to-hungary-overthrow-assad-let-in-refugees-and-fight-russia-or-else/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+TheConservativePapers+%28The+Conservative+Papers%29

Si vous voulez savoir ce qui va de travers dans la politique étrangère américaine, commencez par le discours de l’ambassadrice des États-Unis en Hongrie, Coleen Bell, vendredi dernier, au comité des affaires étrangères du parlement hongrois. En pur langage diplomatique, on a eu droit aux bouquets de fleurs sur les valeurs partagées, la pêche dans les mêmes eaux (?), et à des  tournures poétiques comme : « ensemble, à la sortie de l’hiver nous forcerons le printemps » puis « ensemble, nous ferons partie de la plus grande force militaire et de la plus splendide alliance politique ».

Mais ne vous y trompez pas, dans le gant de velours de l’ambassadrice Coleen Bell se trouve une main de fer, prête à frapper au cas où le gouvernement à l’esprit ennuyeusement indépendant de Washington perdrait la tête sur les gros problèmes. Et par les « gros problèmes » il faut bien comprendre que les États-Unis pensent aux problèmes considérés dans l’intérêt de leur propre politique étrangère, non pas dans l’intérêt de la Hongrie. Message à la Hongrie : faites ce qu’on vous dit ou vous le regretterez.

Avant d’être ambassadrice, Coleen Bell était productrice  de feuilletons pour la télévision, mais d’avoir réussi à encaisser plus de deux millions de dollars pour l’élection de Barack Obama lui a fait « mériter » ce poste de haute diplomatie en Hongrie. L’ancienne productrice de télévision ne sait toutefois pas exactement ce qu’il faut dire. Elle a parlé aux Hongrois de la Syrie, leur expliquant que ISIS et Assad étaient tous les deux aussi malfaisants et responsables du désastre en Syrie.

ISIS a prospéré en Syrie, a-t-elle dit aux Hongrois, parce qu’il a « exploité le chaos de la guerre civile, un conflit qui a fait plus de 250 000 morts », sans mentionner que c’était le « changement de régime » en Syrie soutenu par les États-Unis, à partir d’au moins 2006 ainsi qu’on l’apprend de fuites d’un mémo par l’ambassade américaine de Damas, qui a provoqué ce même chaos dont elle accuse ISIS.

En fait, appeler ce qui arrive en Syrie une « guerre civile » est pure propagande, du fait que les forces qui combattent le gouvernement syrien reçoivent toutes de l’aide de pouvoirs étrangers comme l’Arabie Saoudite, la Turquie et les États-Unis. Il s’agit d’une guerre par puissances interposées contre le gouvernement Syrien et non pas d’une guerre civile.
 

Ensuite elle affirme que ISIS ne sera jamais vaincu en Syrie tant que Assad restera en place : « Nous savons qu’il sera impossible de battre Daesh en Syrie tant que nous ne pourrons pas en finir avec la guerre civile et en particulier avec Assad, parce que tant que Assad est là, il reste l’attrait le plus puissant des recrues et combattants étrangers pour Daesh ». Pense-t-elle que les Hongrois sont si stupides qu’ils puissent croire que d’attaquer et battre ISIS à Raqqa, avec l’aide des Russes, fasse que le gouvernement de Assad avantage en fait ISIS ? Autrement dit, d’attaquer ISIS voudrait dire que Assad est aux côtés de ISIS ?

« Depuis février, le cessez-le-feu a réduit la violence en Syrie, permettant à des millions de civils de reprendre une vie normale », a dit l’ambassadrice, sans même préciser ce qui avait réellement permis le cessez-le-feu : à savoir la participation russe aux efforts de l’armée syrienne à décimer les positions d’Al-Qaëda et d’ISIS dans le nord-ouest et le centre de la Syrie. C’est étrangement bizarre que, dans le monde de l’ambassadrice Coleen Bell, et du Ministère des affaires étrangères responsable de la préparation du discours, l’intervention russe contre Al-Qaëda et ISIS n’ait  jamais eu lieu ou ne valait pas la peine d’être mentionnée.

Y a-t-il un seul Hongrois qui soit si mal informé qu’il puisse avaler une pareille absurdité ?

Mme Bell utilise la tragédie en Syrie pour faire pression sur la Hongrie concernant la crise des réfugiés, en fait largement causée par l’Amérique. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, pas du genre à se laisser intimider, a, ainsi que quelques unes de ses contreparties d’Europe centrale, repoussé la demande de Bruxelles, et de Washington, d’accepter en Hongrie des dizaines de milliers de migrants qui, répondant à l’appel de la Chancelière allemande, Angela Merkel, arrivent en Europe et profitent de nombreux avantages gratuits.

Le mois dernier, Viktor Orban a dit à une chaîne de radio hongroise que s’il acceptait le plan de réinstallation de migrants proposé par l’Union européenne, « ce serait décidé, non pas par la Hongrie, mais par Bruxelles dont il faudrait accepter les vues, sans penser à ce que deviendrait à l’avenir la composition ethnique du pays ». Il a rejeté une telle notion.

« Chaque pays a le droit et l’obligation de protéger ses frontières » a dit l’ambassadrice au parlement hongrois, « mais chaque pays, en tant que partie de la communauté internationale, a également une obligation fondamentale d’aider les populations de réfugiés à rechercher la sécurité ».

Traduction : votre souveraineté n’est pas déterminée par vous, mais par nous. C’était une pratique défendue par le journaliste anglais George Orwell (de son vrai non Arthur Blair) dans 1984, dans laquelle une personne pouvait avoir deux pensées contradictoires en même temps, apparemment sans conflit mental.

Mais voilà où la main de fer dans le gant de velours de Oleen Bell luit au soleil. Elle a expressément condamné la position du gouvernement hongrois en faisant l’éloge de ceux qui, en Hongrie, avaient une vue opposée, c’est-à-dire l’opposition hongroise : « Nous admirons l’esprit humanitaire des dirigeants hongrois, de ceux chargés de faire respecter la loi et des militaires, ainsi que des citoyens ordinaires qui répondent à cette crise avec générosité et compassion ».

Puis viennent les ordres de marche venant de Washington : « Nous continuons à affirmer que toute solution à ces challenges de migrations doit s’efforcer de sauver et protéger des vies, assurant que les droits humains de tous les migrants soient respectés, et de promouvoir  des politiques de migration méthodiques et humaines. Cela comprend le soutien de tous les gouvernements membres de l’U.E. concernant l’accord passé avec la Turquie ».

Traduction : la Hongrie doit se conformer à l’accord entre l’U.E. et la Turquie qui permettrait à des dizaines de milliers de migrants de s’installer dans les pays membres de l’U.E., en ce compris, évidemment, la Hongrie.

La problème est que le parlement hongrois a explicitement rejeté les plans d’installation forcée prévus par Bruxelles et que la Hongrie a l’intention de lancer un référendum dans son pays à ce sujet. Mme Belle a ajouté ici que les représentants élus de la Hongrie et même les électeurs hongrois devaient être ignorés et qu’il fallait obéir à Bruxelles.

Pour ce qui est de la Russie, l’ambassadrice a également quelques directives pour Budapest : « Moscou est notre ennemie, ne l’oubliez surtout pas » a-t-elle dit aux parlementaires hongrois. « Ainsi que de nombreux Hongrois me l’ont rappelé, vous n’avez pas besoin qu’on vous explique la nature de l’agression russe. Votre réponse a toujours été de faire preuve de résolution. Nos meilleures armes, en fait, sont la résolution et la solidarité ».

Meilleures armes ? Une expression bien pesante ! Viktor Orban est vu à Washington comme quelqu’un de fort peu enthousiaste à propos des sanctions contre la Russie, lesquelles causent beaucoup de tort aux intérêts commerciaux de la Hongrie. L’ambassadrice Oleen Bell dit fort clairement que la Hongrie doit adhérer aux demandes des États-Unis pour la Russie, même si elles sont totalement incohérentes : « Ainsi que les États-Unis et la Hongrie l’ont souvent déclaré, la Russie n’a qu’une seule solution : respecter totalement le protocole de Minsk ou continuer à subir des sanctions. La Russie doit évacuer ses armes et troupes de Donbass ; la Russie doit garantir le retour des otages ukrainiens ; la Russie doit autoriser l’accès humanitaire aux territoires occupés ; la Russie doit soutenir des élections libres, équitables et surveillées internationalement à Donbass conformément à la loi ukrainienne et, le plus important, la Russie doit rétablir la souveraineté de l’Ukraine ».

Le dernier point devrait signifier que la Russie devrait ignorer la volonté du peuple de Crimée qui a voté en énorme majorité de rejoindre la Russie après quelques 25 années comme partie de l’Ukraine indépendante. Mais pas d’inquiétude, l’ambassadrice américaine est convaincue que Budapest fera tout ce que Washington lui dira de faire : « Qui plus est, la Hongrie n’a d’égale que les grands défis de notre temps et les États-Unis comptent sur vous ».

Pour terminer, l’ambassadrice rappelle aux Hongrois qu’ils font partie de « notre ordre mondial » et qu’ils doivent suivre les grands exemples établis par les États-Unis, notamment : « Notre système international d’institutions économiques, politiques et sociales qui a maintenu la paix et encouragé la prospérité pendant des décennies. Qu’il s’agisse des lois internationales, de la protection de l’environnement, des lois contre la corruption et le travail des enfants, de la sauvegarde des droits de l’homme, de systèmes de santé publique, d’institutions financières internationales, de maintien de la paix par les nations unies ou d’une société civile vigoureuse, ces normes et institutions ont favorisé la vie et la stabilité de notre ordre mondial ».

Concernant l’espionnage d’innocents Américains par la NSA (Agence de sécurité nationale), Guantanamo, les tortures par la CIA, les ventes d’armes aux pires dictateurs de la planète (l’Arabie Saoudite pour commencer), la destruction de l’environnement par la machine de guerre des États-Unis, les opérations de « changement de régime » qui ont violé la souveraineté d’autres états et les agressions sans raison contraires aux lois américaines et internationales (en Lybie, par exemple), la suggestion de Mme Bell que « notre ordre mondial » est le pinacle de la civilisation devrait faire rire la plupart des Hongrois. En fait, de la Lybie à la Syrie, à l’Ukraine, au Pakistan et à l’Afghanistan, la tentative interventionniste des États-Unis de forger un ordre mondial avec du sang et des balles sombrera dans l’Histoire avec les régimes autoritaires du XXème siècle comme l’un des chapitres les plus sombre de l’humanité.

Voici, pour conclure, une courte version de la signification de l’intervention de l’ambassadrice Oleen Bell à Budapest :  « être notre partenaire signifie faire ce que nous disons, que ce soit ou non dans votre intérêt ».

Amusant ! C’était le message de Moscou à Budapest de 1948 à 1989.

 74 total views,  1 views today

image_pdf

21 Commentaires

  1. Madame a parlé et de travers. Et maintenant il faut refuser, nous en Europe, de nous faire marcher sur les pieds par les politiques américains qui souhaitent créer un grand marché commercial uniquement à leurs profits. Qu’elle reste en effet chez elle pour s’occuper des affaires de son pays et non des nôtres et qu’elle y mange ( si elle le veut bien ! ) steack aux hormones, poulet au chlore, burgers infâmes et le tout arrosé de coca cola … Quand à nous, il est probable que le FN ait réglé son accession au pouvoir en baissant la tête devant la bête. Il va nous falloir nous rassembler pour quelqu’un qui pense à sauver la France et nous sauver nous mêmes, homme ou femme qui saura se sacrifier pour la France et les Français !

  2. Qu’elle retourne chez elle bouffer du steak aux hormones , du poulet au chlore , du burger au cholestérol et le tout arrosé au coca !

  3. A la lecture de cet article, il me reste l’impression générale d’une speakerine blonde qui aurait pété nettement plus haut que son cul…
    Mais je ne m’en fais pas pour Viktor Orban, je pense qu’il sait très bien comment réagir. Passer au broyeur à documents la lettre d’accréditation d’une simili-ambassadrice, ça prend 10 secondes. 😉

  4. 1- Hulot en a pris combien sur son île ?
    2- Mme Belle occupez-vous des Mexicains affamés qui veulent traverser VOTRE mur.

  5. on peut comprendre la politique US vis à vis d’un gros concurrent comme l’Europe qu’i faut affaiblir le plus possible ; il est certain que sans Airbus Boing serait à la fête
    mais réduire l’Europe a un ensemble de futur consommateurs de produits made in USA est bien ,mais avec quoi vont ils payer si le système d’état provvidence implose sous le nombre d’envahisseurs non qualifiés et de leurs descendants
    70% des « réfugiés  » accuillis par la grosse bertha sont incapables de travailler

  6. Les règles strictes de sécurité dans les aéroports américains interdisent d’embarquer des liquides en cabine. La cloche a donc dû laisser son cerveau à la consigne. Ça ne devait pourtant pas représenter un gros volume….

  7. Parfaitement d’accord et vous avez raison Chris2a
    les USA sont entrain de perdre leur monopole de première puissance mondiale face aux Chinois et 400 Millions de Ricains ne font pas le poids face à 1,4 Milliards de Chinois et ils en sont conscient alors il cherche à manipuler l’Europe pour à nouveau être dans la première puissance financière sur le marché mondiale mais le Hic sait que les chinois sont déjà entrain d’acheter de l’Or et renflous le marché Américain donc ils cherchent des solutions même si ils sont obliger de créer une guerre mondiale pour ça et c’est ce que obama fait avec le turc Herr Dogan et ils soutiennent en douce tout les deux les islamistes contre les européens pour que la troisième guerre mondiale éclate et qui est voulu par les usa ! appelons un chat un chat et c’est pour cela que les Russes et Poutine dérange parce que ils savent et ont compris ce que le Obama fait actuellement et Poutine lui barre la route pour ça ! donc que les Ricains sache que pas tout les Européens ne ce laisse prendre pour des imbéciles ,voilà la réalité actuellement et la seul chose qui sauvera les USA sera Trumpp parce que il veut faire comme Poutine irradier cette merde sectaire et sanguinaire donc le meilleur moyen que cette troisième guerre mondiale ne viennent pas est que les USA,Russie,Chine,Israël,Europe travaille ensemble pour finaliser et détruire définitivement cette saloperie de secte sanguinaire ,voilà ce qu’il y a à faire.Roland L’Alsacien.

  8. L’oligarchie financière est derrière les US pour transformer la planète en un immense supermarché dans lequel ne sera vendue que de la m…. aux milliards de futurs consommateurs qui ont besoin de tout, et ce, pour un profit maximum…
    Les états-nations encore debout sont un obstacle à la réalisation de cette entreprise…

  9. @ yoniii, je te répond suite à ton écrit !
    je regrette mais c’est faux ce que tu écrit ! les USA sont contre nous actuellement sinon ils ne donnerez pas ordre avec leurs pression du Fric et d’exportation pour la France et que le Musulman Obama est pour nous envoyer tout ces migrants en sachant que ce sont des terroristes islamistes et pas des migrants tel qu’ils ont mentis et fait pression sur les Européens et Merkel et notre hollandouille sont de mèche avec les USA pour détruire nos pays Occidentaux et imposer cette merde sectaire qui est l’islam,si les USA ne serez pas notre ennemie ils ne soutiendrez pas ces islamistes de turc et erdogan pour nous envahir dans toute l’Europe et pour que les USA peuvent dire par après c’est eux qui ont a nouveau libérer l’Europe des envahisseurs islamistes mais en réalité c’est pour le Fric et c’est eux mêmes qui ont organiser ce coup tordu aux Européens pour que la guerre éclate en Europe et que les USA en tire a nouveau profit suite fabrication de l’armement et autres pétro-dollars donc si tu trouve yoniii que les usa ne sont pas contre nous alors qu’ils prennent eux même d’abord ces racailles qu’ils nous envoie et ont verra si les USA vont accepter et tolérer ces tueurs islamistes n’en déplaise à qui veut mais les Russes et Poutine à raison c’est le seul qui défend actuellement notre culture Judeochrétienne et en réalité Obama Hussein Barack le musulman à jouer un double jeu avec l’assistance de tout nos traîtres de dhimmis dirigent en Europe parce que le Fric à acheter leurs âmes qu’ils ont vendu au diable voilà la vrai vérité yoniii et je pense que tu le sait aussi que je t’écris la vrai vérité ! les USA ont commis une grave erreur en trahissant les peuples Européens qui ne sont pas aussi cons comme ils le penser et c’est pourquoi maintenant les Russes et Poutine ont bien plus de confiance des peuples européens que les Américains qui nous ont trahis et imposer cette saloperie de secte sanguinaire qui est l’islam et le seul qui pourra redonner espoir et reconnaissance aux USA et le Donald Trumpp qui est pour les Juifs et Chrétiens et Orthodoxe et ils voudra aussi travailler avec les Juifs et les Russes et les Chinois donc avec cet organisation et l’Europe entière avec ces 4 grand Pays qui sont Israel,usa,Russie,Chine et avec toute l’Europe la secte verte sera définitivement vaincu et c’est comme cela qu’il faut faire si ont veut vaincre cet secte sanguinaire qui est l’islam et il faut la supprimer définitivement de notre monde. Shalom yoniii et Ainsi soit t’il .Roland l’Alsacien.

  10. hi
    il serait bon de rappeler que les usa ne son pas nos ennemi
    ce sont les dhimmis democrate qui sont nos ennemis
    toutes americain oeuvrant aux profit de l ennemi muzz
    et notre ennemi
    Coleen Bell mais d’avoir réussi à encaisser plus de deux millions de dollars pour l’élection de HUSSEIN Barack Obama
    TOUS CEUX QUI OEUVRE POUR UN MUZZ SONT DES TRAITRE
    ET DOIVENT ETRE TRAITre comme tel
    by
    vivement que les patriote des tea party prennent le pouvoir aux us
    et que l on vire ces chien de dhimmis democrate
    by

  11. De tout cœur je souhaite que la Hongrie et le groupe Visegrad ne lâcheront rien.

  12. Amis hongrois, si vous avez écouté le discours de cette femme, alors surtout FAITES LE CONTRAIRE DE CE QU’ELLE DIT.
    Vous avez bien raison de vouloir fermer vos frontières et de ne pas laisser entrer n’importe qui en Hongrie. Un pays a l’obligation d’aider les réfugiés ? Quand ce sont de vrais réfugiés, peut-être. Pas quand ce sont des envahisseurs. Et puis, un pays doit d’abord s’occuper de ses propres ressortissants, pas des autres. Virez cette ambassadrice et montrez votre fierté d’être Hongrois.

  13. Elle produisait quoi comme feuilleton télé? « Les feux de l’amour »?
    Quelle nunuche…..

  14. Un sacré toupet cette greluche ,de quoi se mêle t’elle , la Hongrie n’a pas d’ordre ni de leçons à recevoir des usa , ni même l’europe , que le gouvernement us commence par s’occuper de ses 22 millions de chômeurs et de sans abris et donné l’accès aux soins aux plus démunis, après ils pourront venir ramener leurs grandes gueules , si on les y autorise, la dictature américaine dans toute sa splendeur comme celle qui s’installe en europe ,il est temps que le peuple américain vire leurs sinistres corrompus et traîtres qui même leur nation et le monde à la faille et promeuve l’invasion des muzzz!

  15. encore une folle qui est en manque de B..e ! comme la Merkel !
    de quoi ce mêle tel cet greluche hein ?
    Hongrois vous laisser pas faire et vous avez raison de fermer vos frontières et ne les laisser surtout pas rentrer dans votre pays parce que vous aurez la même merde comme chez nous en France avec ces crétins qui dirige notre pays et lèche babouche et traîtres à notre culture Française .
    Cher(e)s Hongrois les Russes ont Raison et Poutine aussi n’écouter pas cet idiote d’américaine c’est une ingérence dans votre pays ne l’accepter pas nous les Français le vrai peuple ont vous donne raison vous les Hongrois ne vous laisser pas faire ou vous aurez les même soucis de terrorisme et d’agressions comme en France actuellement pas ces migrants qui envahissent notre pays . Vive la Hongrie et Poutine vous aiderez certainement au cas ou les USA vous emmerderez .Roland L’Alsacien .

  16. La pseudo ambassadrice Mme Cloche (traduction) qui se permet de dicter aux Hongrois leur ligne de conduite…. Personne à Bruxelles pour appeler ça de l’ingérence pure et simple ; n’est ce pas la chef de gang, Merkel ?
    Mme Cloche, rentrez chez vous, car vous n’avez aucune légitimité ! et bien le bonjour à LC Waikiki….

Les commentaires sont fermés.