Il est condamné à payer 2400 euros à ses voleurs dont il a abîmé la voiture…

Publié le 18 décembre 2015 - par - 8 commentaires

Dans le genre incroyable mais vrai :
Aquitaine / Pyrénées-Atlantiques
Il défonce la fourgonnette des voleurs avec sa pelleteuse, il est condamné à les indemniser
Un agriculteur béarnais, excédé par des vols à répétition sur sa propriété, a foncé sur le fourgon de ses malfrats avec sa pelleteuse, le réduisant à l’état d’épave. Le tribunal a jugé sa réaction  disproportionnée » et l’a condamné à leur payer des dommages et intérêts.

« Eu égard aux moyens disproportionnés qu’il a utilisés pour se défendre, le tribunal l’a condamné au civil à payer 2.400 euros de dommages et intérêts », explique le parquet de Pau suite au jugement rendu par le tribunal mercredi.

Cet agriculteur avait surpris un couple en train de lui voler du matériel d’irrigation, sur son exploitation, à Labastide-Cézéracq, près d’Orthez.
Exaspéré par des vols à répétition, il était alors allé chercher sa pelleteuse à godets pour foncer sur le véhicule du couple le réduisant à néant.
Les deux voleurs ont, eux, été condamnés à verser 449,39 euros à l’agriculteur pour préjudice matériel par le tribunal civil.

Lors d’une précédente audience, devant le tribunal correctionnel cette fois, le couple de voleurs avait été condamné à trois mois de prison ferme pour l’homme âgé de 30 ans, et à 70 heures d’intérêt général pour la femme de 28 ans.
L’agriculteur avait, pour sa part, été condamné à 3.000 euros d’amende avec sursis.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/pyrenees-atlantiques/il-defonce-la-fourgonnette-des-voleurs-avec-sa-pelleteuse-il-est-condamne-les-indemniser-886809.html

Note deChristine Tasin

Moralité :

Laissez-vous voler, violer, assassiner, contentez-vous d’appeler la police après coup (tant pis si vous êtes au cimetière), la justice condamnera votre agresseur à du sursis, et s’il y a indemnité, 9 chances sur 10 pour qu’il ne soit pas solvable…

Bref, tout cela participe de l’entreprise de mise au pas du patriote/Français d’origine, prié de se convertir ou de payer la dîme, en argent, en attitude, en recevant des coups.

Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “Il est condamné à payer 2400 euros à ses voleurs dont il a abîmé la voiture…”

  1. Avatar Christian dit :

    juges pourris, justice pourrie

  2. Laurent P. Laurent P. dit :

    On rappelle que le port d’une arme blanche CHEZ SOI, donc y compris dans son champ, est légal. Par conséquent si, armé d’un bon glaive romain modernisé (voir à la fin de http://resistancerepublicaine.com/2015/cazeneuve-veut-nous-interdire-les-armes-a-feu-bah-il-nous-reste-les-couteaux-et-les-machettes/ ), vous crevez les 4 pneus de la voiture de votre voleur pour lui interdire de fuir avec son butin, qui vous appartient encore, vous êtes dans votre bon droit. Rien là de disproportionné.
    Ce qui se passera ensuite entre le voleur (ou les voleurs), vous et votre glaive, si le(s) dit voleur(s) n’est pas assez malin pour partir en courant à la vue de votre glaive (c’est très très pointu quand même…), ma foi, si le voleur ne peut pas en témoigner ensuite parce qu’il est mort percé de part en part, ce n’est certes pas votre glaive qui témoignera pour contredire le fait que le dit voleur s’est jeté sur vous et s’est embroché tout seul parce qu’il avait manifestement mal estimé le danger, pas habitué qu’il était à faire face à ce genre de défense antique. D’autant que la pénombre ça n’aide pas…

  3. hoplite hoplite dit :

    les juges estimeront certainement qu’il y a homicide involontaire.
    « Le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l’article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, la mort d’autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.
    En cas de violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende. »

  4. Avatar patriote dit :

    Ce genre de jugement n’est malheureusement pas un cas isolé , ce sont les lois qui permettent cela . J’ai connu le cas d’un copain âgé d’une soixantaine d’années qui s’est fait agresser , deux énergumènes lui arrachant sa chaine en or . Ce qu’ils ignoraient c’est qu’ils s’étaient attaqués a un ancien boxeur et les années n’avaient pas altéré sa droite , le premier des agresseurs se fit étaler , la figure quelque peu éclatée , le second voyant l’affaire tournant mal pour eux préféra prendre la fuite . Après avoir récupéré son bien , mon copain se rendit au commissariat signaler les faits , bien lui en prit car a la vue du sang de l’agresseur qui maculait le teeshirt de mon pote ( l’agresseur devait être salement amoché ) les policiers insistèrent pour qu’il dépose immédiatement plainte . Ceux ci lui expliquèrent que s’il ne le faisait point , ces agresseurs part contre pouvaient en déposer une pour coups et blessures et qu’ils avaient déjà vu le cas .Le pire étant que les agresseurs pouvaient obtenir réparation . Voila comment ça fonctionne en France .

  5. Avatar hathoriti dit :

    Condamné à payer 2400 euros à des gens qui sont venus à plusieurs reprises pour le voler, vous avouerez que c’est UN PEU fort de café ! Normalement, les voleurs auraient dû être mis au trou et condamnés, eux à rembourser le propio. Mais taubira veille…

  6. Avatar gentilitas dit :

    N’empêche ! Il faut reconnaître que cette façon qu’a la justice française de circonscrire l’acte d’auto-défense à la seule appréciation du magistrat résume bien comment le citoyen est considéré : un pantin incapable de s’assumer. Il faut tout remettre entre les mains d’un tribunal qui décidera du bien et du mal pour lui.
    Reste le fameux principe de la proportionnalité entre le préjudice subi et la hauteur de la réparation.
    Mais cette proportionnalité est toujours jugée après coup ,quand tout est fini. Le juge pose en réalité sur les faits le regard froid et distant de celui qui n’était pas là, n’a rien vu ni rien entendu. Il ne juge pas les faits, mais ce que les textes lui en disent. En conséquence, il se retrouvera inapte à cerner la colère du plaignant dans ce qu’elle recèle de légitime parce que les textes n’en parlent pas.
    Mais Qu’est-ce qui a déclenché l’exaspération et la colère chez cet agriculteur ? On s’en fout.
    Mais ce n’est pas la première fois qu’il se fait emmerder. On s’en fout.
    C’est forcément la faute réitérée qui finit par provoquer des réponses violentes. Ne faudrait-il pas débuter par là ? On s’en fout.
    L »agriculteur n’ a t-il pas pensé que les libertés des voleurs devaient normalement s’arrêter là où commençaient les siennes ? On s’en fout.
    L’agriculteur n’est donc pas totalement maître chez lui si on l’agresse ?
    NON.
    Le pire, c’est que ça donne encore plus envie de faire justice soi-même.
    .

  7. Avatar agathe dit :

    vous ne pouvez déplorer que « les juges français ne soient pas élus » et vous indigner de certains jugements qui sentent la parti-pris politique (contre Zemmour, Chritine, Pierre, Pascal), car c’est bien la confusion entre le devoir de la profession et le soutin au pouvoir dominant qui est cause de telles injustices. Des juges élus par la dernière majorité seraient encore pires que ceux que nous avons.
    Il faut maintenir et renforcer, au contraire, la séparation du judiciaire et de l’exécutif.
    En revanche , je trouve que vous avez raison concernant les lois portant sur ce que vous appelez ,si je vous ai compris « le droit artificiel »: l’expression d’opinions ou les « incitations » ou les obligations mémorielles.Dans tous ces cas, le législateur est sorti de son rôle, empiétant sur la liberté de ressentir, de penser et de dire, visant des délits virtuels au contenu impalpable, se substituant au travail des moralistes et des historiens.
    De telles lois font des ravages entre les mains de tribunaux politisés.

    • Avatar Maxime dit :

      Je croyais avoir commenté l’article sur la juge américaine… il est vrai que si le juge est élu, il y a un risque qu’il agisse de façon partisane, mais n’est-ce pas mieux que si on le soupçonne de le faire sous couvert de neutralité ? Et le juge devra toujours appliquer la loi de toute façon, c’est seulement dans la marge de manoeuvre dont il dispose que les convictions sur la foi desquelles il a été élu seront importantes. En France, on a une tradition qui consiste à nier le pouvoir des juges, à considérer que la justice est la mise en oeuvre mécanique des lois, alors qu’aux Etats Unis le pouvoir des juges est pleinement reconnu, on se voile moins la face sur la marge de manoeuvre dont ils disposent.
      Cela ne remet pas du tout en cause la distinction de l’exécutif et du judiciaire; il n’est pas question d’élire un maire ou un conseiller régional, mais un juge… cela nous paraît inconcevable mais ce n’est pas plus effrayant que le fait qu’un maire puisse prendre une décision conforme à des convictions politiques connues de ses électeurs. Dans tous les cas, il faudra respecter la loi, la Constitution, etc.

Lire Aussi