Quand j’entends le mot « culture » je sors ma Kalachnikov ! la France risque très très gros…


Quand j’entends le mot « culture » je sors ma Kalachnikov ! la France risque très très gros…

Illustration : Temple de Baalshamin, Palmyre, Syrie

Je lisais dernièrement dans un ouvrage intitulé « gracias Francia » de Jordi Ferrerons, que les Français consacraient une grande partie de leur budget à la culture, sous toutes ses formes, livres, musique, théâtre, cinéma etc. Ce journaliste,  ayant vécu six ans en France comme correspondant d’un quotidien espagnol s’émerveille de « l’exception culturelle française » qui a su résister à l’américanisation de la culture, entre autres, grâce à une production cinématographique efficace. Il note également que paradoxalement, pour un pays jacobin, (le centralisme français étonne toujours les Espagnols) l’offre théâtrale et musicale en province est « abondante, de grande qualité, et avec un haut taux de fréquentation de la part du public ».

Les Français lisent beaucoup, ajoute-t-il, en 2014 sont sortis plus de 80 000 livres nouveaux dans les librairies. Jordi Ferrerons s’extasie :  « la rentrée littéraire, qui correspond au début des cours universitaires, en septembre, est un spectacle de nouveautés éditoriales de tout genre, romans, poésie, et surtout essais, beaucoup d’essais, en plus étrangeté suprême, dans les villes et villages de province, continuent d’exister les kiosques et les bien nommées maisons de la presse ».
« Etre cultivé en France est prestigieux, depuis l’école jusqu’à la retraite, la culture est, en France, un des axes fondamentaux de la société, bien qu’elle est tendance a s’associer, voire même à se confondre excessivement avec la francophonie ». Et quelle que soit la catégorie sociale, il s’amuse du fait que son coiffeur lui fasse un cours sur Henri IV, et qu’un barman lui parle des opéras de Verdi et de Rossini  !

Voilà la vision plutôt flatteuse qu’a de nous un étranger, certes proche de nous, car Espagnols, Italiens, Portugais, nous sommes latins, mais nous pourrions parler des Allemands, Tchèques, Polonais, Scandinaves, frères européens, qui malgré nos différences cultivent cet amour de la particularité nationale, de la langue, qui fait que l’Europe ne peut exister qu’à travers l’exaltation de ses cultures, et que nous ne la reconnaissons pas à travers l’uniformisation des ploutocrates de Bruxelles.

Ce que veulent nous imposer ces laquais de Washington, c’est justement la non-culture en permettant l’envahissement de nos magnifiques pays par des hordes muées par l’idéologie nihiliste qu’est l’islam, où toute référence non musulmane est vouée à la mort. Ce que n’osent pas encore tout à fait « nos » musulmans, sera certainement la règle demain, ce qu’applique Daech actuellement parodiant Goebbels : «Quand j’entends le mot culture, je sors ma kalachnikov »

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain de Catalogne

Responsable Résistance républicaine Espagne


6 thoughts on “Quand j’entends le mot « culture » je sors ma Kalachnikov ! la France risque très très gros…

  1. AvatarLe Chatelain

    Mais les adeptes de l’islam n’ont aucune culture, ils n’ont jamais rien produit et ne produiront rien, tout est stérile et la beaucoup sont analphabèteset/ou illéttrés. Dans les pays islamiques c’est pire, le coran est LE LIVRE à apprendre par coeur et c’est tout !
    Même lorsqu’ils ont eu la chance d’aller dans une école de la République, ils en ressortent sans en connaitre les bases et sans diplôme et ce n’est pas moi qui le dit mais les institutions de recherche !
    Hormis des exceptions, c’est Grandes geules et têtes vides !

  2. AvatarChristian

    Voté hollande, c’est voté musuls et toute notre culture disparaîtra, terminé le théâtre et fini les livres, fini la musique. Elle n’est pas belle la France musulmane.

  3. Avatarpatriote

    Quand je pense qu’ils ont détruit ce temple à Palmyre et sûrement d’autres monuments , en fait il ne doit plus rester grand chose de ce site majestueux qui était classé au patrimoine mondial . Ce n’est pas la première fois que ces sous-hommes s’en prennent a tout ce qui peut représenter l’histoire des civilisations , tout ce qui peut représenter la culture et l’intelligence .
    C’est leur unique programme que de faire régner les ténèbres sur l’humanité , ce sont les forces du mal , et ceux qui fricotent avec ces forces là au lieu de les combattre ont oublié que l’on ne pactise pas avec le diable , il ne respecte jamais aucun pacte .

  4. Avatarmaury

    LES POLITICARDS CORROMPUS SE VENDENT A L ISLAM SANS AUCUN PROBLÈME PENSANT ÊTRE ÉPARGNÉS (POUR UN TEMPS) ILS JOUENT DANGEREUSEMENT!!!CA VA LEUR SAUTER A LA G….LE

  5. AvatarDURADUPIF

    Ce n’est pas Goering, mais Goebbels qui a prononcé cette phrase qui a été filmée d’ailleurs et ou on le voit poser son revolver sur le pupitre joignant son geste à sa parole.

Comments are closed.