Arte reprogramme des films choisis pour culpabiliser les Français de leur refus des « réfugiés » !

Lundi 21 septembre, ARTE nous a donné à voir ou revoir, selon sa formule :  « Le vieil homme et l’enfant », film de Claude Berri, sorti en 1967 – avec pour acteurs Michel Simon, Charles Denner, Luce Fabiole et le jeune Alain Cohen. Car il s’agit en fait d’une histoire vraie, celle de l’enfance de Claude Berri, par lui-même.

Les chaînes savent fort à propos sortir de leurs archives cinématographiques, les films susceptibles d’être en résonnance avec les événements et l’humeur du moment, autrement dit interpeller l’opinion publique, mettre le citoyen au pied du mur, sans en avoir l’air…

Mais, avant d’en venir au fait, il ne vous aura pas échappé, cher téléspectateur, qu’une soirée sans séries ou films policiers n’existe pas, avec leurs cohortes de cadavres, les visites à la morgue et médecins légistes, sans oublier a fortiori les criminels et sadiques. A noter que les femmes sont généralement les victimes de toute cette orgie policière… Mais, restons objectif : si nous voulons échapper à ces horreurs programmées sur pratiquement toutes les chaînes, nous avons juste un autre choix celui, plus vertueux, des documentaires, séries, films, relatifs à la dernière guerre… De nouveau du sang, avec les incontournables héros et collabos et naturellement celui des victimes de la barbarie nazie : les juifs.

Pour en revenir à mon introduction :  au travers de son film,  Claude Berri  nous raconte ses déboires d’enfant dont les parents, juifs, se contraignent à le mettre en lieu sûr à la campagne, chez les parents âgés d’une amie. Avec cette histoire nous tombons pile dans l’inévitable piège, celui du drame de la famille juive qui souhaite échapper à la traque. Nous sommes prévenus par la presse TV : le petit a été recueilli par de braves gens…

Le film est certes excellent, les interprétations, dont celle de Michel Simon, magistrale, sans oublier le talentueux petit acteur. Claude Berri a su faire revivre à cet enfant les phases de son épreuve, depuis l’arrachement du nid familial à son insertion chez « Pépé et Mémé » qui l’on accueilli en ignorant son origine juive.

Pépé (Michel Simon) est antisémite. Ce qui donne lieu aux propos attendus : « les juifs ont le nez crochu, de grandes oreilles, les pieds plats… ». Mais, notre petit Berri ne manque pas de finesse et il sait prendre Pépé au piège de ses propres arguments jusqu’à les retourner habilement contre lui, jusqu’à le traiter de « sale juif ! ». Un exploit : tel est pris qui croyait prendre ! Heureusement, Mémé sait faire retrouver son bon sens à tout son monde.

Mais Pépé, s’il reçoit des leçons de plus petit que lui demeure un indécrottable franchouillard. Même s’il reste antisémite, il a un cœur d’or pour son vieux griffon, Thinou, et il refuse de manger les lapins que son épouse élève dans des clapiers, au fond du jardin.

Le film s’achève sur la Libération : mais Pépé ne peut partager la joie générale, il est triste car il vient de perdre son chien. On le voit, effondré près de la tombe du pauvre Thinou, affectueusement entouré par le petit Berri.  Et nous l’entendons prononcer ces paroles désespérées : « Nous avions les Boches, maintenant les noirs américains ! Demain ce seront les jaunes… La France aux Français »…

2

La dernière image est celle de l’enfant qui repart en train avec ses parents, sous les yeux de Pépé et Mémé, confondus, penauds, d’avoir gardé un enfant juif sans le savoir… Il a appris que les juifs étaient différents de ses idées reçues !

Que nous dit ce film ? Et surtout quel est le message de Claude Berri ? Il est aisé de lire entre les images et les propos des protagonistes qui retrouvent tout leur sens dans une période où les Français sont de nouveau confrontés, malgré eux, à recevoir des étrangers sur leur sol. En cela, le cinéaste n’est pour rien et il ne faut voir que la volonté des médias et peut-être de l’Etat de servir aux Français une image peu reluisante d’eux-mêmes. En voyant ce film, pour la première fois, j’ai compris le sens des mots de la bien-pensance : « une France rance »….

Car, que voyons-nous : une classe bien blanche d’enfants de culs terreux, pas très avantagés, à qui l’on fait chanter en classe : « Maréchal Nous voilà ! » – Mémé, elle-même vénère Pétain. Son portrait trônera dans  le salon jusqu’à la Libération…

Berri nous dit : Pépé détestait les juifs sans les connaître,  il traitait son chien mieux qu’il ne l’aurait fait s’il avait su que j’étais juif ; pépé était compatissant envers les animaux au point de refuser de manger les lapins de sa bourgeoise, mais son discours était haineux envers les hommes, il aurait sans doute préféré voir mourir un juif qu’un lapin

ARTE se met en quatre pour nous dire que les Français n’ont pas changé, qu’ils aiment mieux leurs animaux que les étrangers, qu’ils les cajolent alors qu’ils sont prêts à laisser crever les migrants dont ils ne veulent pas.

Hormis certains mots : « La France aux Français » qu’on peut retrouver aisément dans certains discours de patriotes, existe-t-il réellement une ressemblance entre ces Français, paysans mal dégrossis d’hier, capables de rudoyer leurs propres enfants et les Français d’aujourd’hui ? Surtout, le bouc émissaire d’hier est-il comparable à ceux venus d’ailleurs, depuis quelques décennies et de maintenant ?

Pour moi la réponse est non. Mais pour les Médias et ceux qui nous dirigent, la réponse est positive. Ils s’évertuent à nous faire honte, à vouloir nous prouver que nous sommes stupides, moches, que les discours, les phrases toutes faites des années troubles sont identiques à celles que prononcent ceux qui pensent différemment d’eux. Ils nous disent : « Regardez-vous, vous êtes minables, vous ne valez pas mieux que ces arriérés et nous avons raison de vouloir introduire des gens plus évolués que vous !  Vous pouvez disparaître, nous ne perdrons rien ! ».

Si la caméra est le divan du cinéaste, le cinéma est, bien souvent, le prosélyte de Big Brother.

Olivia Blanche

 132 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Aimer son pays, son identité et sa culture n’empêche pas d’aider les autres ou de les apprécier, mais pas par la force et encore moins de se faire insulter par nos dirigeants pour satisfaire juste leurs caprices, le respect cela existe quand on va chez les gens.
    Les 3 quarts de la planète sont dans la pauvreté, ici ce n’est même pas pour aider les gens, mais pour nous remplacer et de rester à vie chez nous à nos dépend et là ce n’est pas une question d’immigration, mais de survie de notre civilisation, de combattre la pauvreté, l’insécurité, la haine contre nous qui nous sont infligés.
    Dans la passé nous avons été colonisé dans le but de faire prospérer et apporter de la civilisation, aujourd’hui c’est nous qui sommes colonisé, mais pour nous appauvrir et détruire notre civilisation et voulu par nos dirigeants.
    Aujourd’hui moi aussi je dis, « vive l »indépendance  » contre la haine de nos dirigeants envers nous.
    J’ai connu et je connais encore des immigrés qui nous sont reconnaissant de les avoir reçu chez nous, mais mal à l’aise comme s’ils étaient là pour abuser de la situation et surtout en voyant nos pauvres qui ont moins qu’eux et sont dans la rue, de voir aussi d’autres immigrés qui abusent du pays, leur fait honte et ne comprend pas la hargne et la haine de la part de nos dirigeants contre nous les peuples européens.
    Nos dirigeants n’ont pas le droit de nous culpabiliser comme ils le font et de tout vouloir démolir, nous sommes chez nous, l’hospitalité çà se demande cela ne s’impose pas, les peuples européens ne sont pas de la merde.
    Oui on est chez nous.

  2. le maréchal Pétain si c’est de lui que l’on parle est à l’origine des milices qui ont aidé les allemand et qui torturé les Français résistant. Il est à l’origine également de la rafle des Juif du Vel d’hiv en juillet 1942.

  3. J’ai vu ce film il y a longtemps, comme beaucoup de gens je pense, mais j’ai toujours eu l’impression que le pépé, Michel Simon, magistrale comme toujours, se rend compte dès le début que le petit est juif… Mais qu’il choisi de se faire passer pour un antisémite justement pour ne pas éveiller les soupçons de l’occupant.

    Enfin, c’est mon interprétation, suis peut-être complètement à côté de la plaque.

    N’en reste pas moins que c’est un beau film.
    Que les juifs étaient assez peu menacés dans la France en guerre (même si certains Français en ont dénoncé ça n’a pas été général)

    Et que se servir de ce film pour nous faire accepter les musulmans c’est une absurdité !

    Les musulmans seraient menacés ?
    En France ? En 2015 ?
    Non mais c’est une blague ?

    Quand on est menacé on tente de se faire discret…
    … On exige rien, or, eux exigent TOUT !
    – Du halal partout et pour tous !
    – Des mosquées immenses (mais pas d’églises en terres musulmanes)
    – Des horaires aménagés dans les piscines…

    Et leurs vêtements ?
    C’est très discret s’ils se sentent menacés !

    Et les prières de rues ?

    Et le fait qu’ils soient majoritaires dans nos prisons puisque jack lang réclame plus d’imams et plus de repas halal ?

    Menacés les musulmans ?
    Il faut que la police les arrête vingt fois pour qu’un juge ose un jour les condamner, et à délit équivalent, un non musulman prend le triple qu’un musulman !

    C’est simple, en France en 2015… Faire partie du peuple historique et ne pas être musulman, c’est avoir des devoirs mais aucun droit, et être musulman, c’est avoir des droits mais sans aucun devoir.

    Continuez votre propagande de merde messieurs-dames les héritiers de goebbels, mais sachez qu’elle prend de moins en moins, car aujourd’hui les vraies informations on les trouve sur internet…
    … Et là dessus, vous n’avez aucun contrôle !

  4. Intervenants qui s’érigent en intellectuels polémistes patentés .Mais qui ne sont que des pseudo intello goûteurs de merde patenté s et qui prennent les Français pour des moutons de Panurge lobotomises.

  5. Arte ou le militantisme activiste une gauche sectaire qui refusé de de conformer à une demande différente émanant de la majorité du public Français .Arte nie la démocratie mais profite des subventions soit du financement public des dits beaufs qu’elle exècre via ses intervenants.

  6. Si mes souvenirs sont exacts, au début de la dernière guerre, les enfants des écoles de France chantaient « Maréchal nous voilà »., Ces derners sont -ils devenus antisémites et racistes?A titre personnel ,je commence à en avoir marre de la bien pensance de nos donneurs de leçons qui n’ont pas vécu cette époque et qui pensent qu’ils auraient été des héros , auraient sauvé les enfants juifs et leurs familles , bouté les allemands hors de France…ils rêvent ,quand on voit le grand nommbre de patriotes qui défendent notre identité…il y a de quoi se poser des questions§
    Ce film que j’ai vu il a fort longtemps, m’a laissé le souvenir d’un Michel Simon, plein de tendresse,de maladresses, , de bêtise peut-être, mais d’amour vis à vis de ce petit garçon.
    Si le cas des petits français de l’époque , venus du Nord ou de la région parisienne, parceque les péres étaient partis à la guerre, et les mères obligées de travailler, ne peut être comparé à celui des petits juifs dont la vie était menacée, ,il n’en reste pas moins que ces dits gamins se retrouvaiet disséminés en campagne profonde souvent séparés de leur frère ou soeur, et plcés chez de braves gens , très éloignés de leur vie précédente , nullement victimes d’antisémitisme, mais victimes de brimades et autres phrases « : parisien tête de chien, parigot tête de veau », le tout, loin d’être accompagné de la tendresse bourrue d’un personnage campé par MR SIMON

    menacés

  7. Je suis dégoûté d’Arte… la seule chaîne que je regarde parfois.
    Je pense que leurs journalistes n’ont pas vraiment leur mot à dire sur ce coup, car quand j’entends Marie Laborie que j’estime pourtant beaucoup… je me dis que cette propagande ne peut pas sortir de son cerveau.
    Pour ma part, j’ai pollué leur page facebook, je ne me suis pas gêné de leur dire de ce que j’en pensais… c’est la ligne éditoriale du journal qui m’a fait bondir… plus on sera nombreux à s’y mettre, plus cela passera peut-être.
    J’ai dénoncé leur discours moraliste et fait valoir les arguments que les peuples d’Europe sont en droit d’opposer à leurs leçons de morale.
    En tous cas, mon commentaire acerbe n’a pas été censuré, ce que j’ai quand même apprécié.

  8. Je ne pense pas qu’il faille faire une analogie entre ce film de grande qualité, et plein de tendresse finalement, et la situation actuelle qui est totalement différente. Les juifs étaient alors minoritaires en France et en Europe et servaient de boucs-émissaires.L’antisémitisme n’est pas acceptable et, bien sûr, même de « braves gens » peuvent proférer des âneries…

    Je n’aime pas l’islam qui est un totalitarisme, une abjection, et qui ne s’adapte pas aux sociétés occidentales. Mais je laisse toujours une chance aux personnes qui sont capables de se démarquer de leur milieu culturel, voire cultuel.

    La problématique actuelle est celle-ci : La France, ou toute autre nation, est-elle une société anonyme dont tous les membres seraient interchangeables quelles que soient leur culture et leur religion ?

    Par ailleurs le « petit blanc de souche », qui a son « identité » spécifique et ses deux pieds posés sur « son » sol, est-il en voie de devenir le « dernier des mohicans » ?

    Diogène

  9. Eh oui Olivia je l’avais remarqué, des filmes remplie de noirs ou d’arabes ainsi que des pubs plein de noir aussi.Et quand il y a des reportages ou des émissions c’est pleins de noir encore, même que je me demande ou son passé les blancs. C’est comme le foot,il faut cherché les blancs. Il y en a marre.On fini par culpabiliser d’être blanc.

  10. On aime les animaux ? Et alors ? Mme de Staël disait que plus elle regarde son chien, moins elle aime les hommes ! Je préfère les animaux aux sauvages de l’E.I . ça dérange quelqu’un ? Je m’en fous ! Le calife auto proclamé a ordonné de tuer tous les chiens, puisque le chien, pour l’islam est aussi impur que le cochon! Quant aux films « français » qui crachent sur les français, je les boycotte systématiquement. Je préfère… »le seigneur des anneaux » par exemple, qui met en valeur nos racines celtes…Le succès des 3 films et du roman de Tolkien prouve que les français sont, justement attachés à leurs racines. Alors, les estrangers qui veulent nous imposer leur loi peuvent aller se faire voir chez plumeau ! J’aime la France viscéralement, comme les américains aiment leur pays, comme les israéliens aiment le leur, comme les suédois, les norvégiens, les finlandais et d’autres, aiment le leur, un point, c’est tout !

Les commentaires sont fermés.