Quand le BelKacem allemand propose des cours d’islam dans 4 écoles primaires…

Publié le 31 juillet 2015 - par - 2 commentaires

Légende de la photo : Des cours de religion islamique sont assurés en Rhénanie du Nord-Westphalie depuis 2012. Photo : Berg/dpa

Sources : Saarbrücker Zeitung

La Sarre lance des cours d’islam à la rentrée prochaine

Projet pilote du gouvernement du Land dans quatre écoles primaires de Sarrebruck et Völklingen

Sous l’article traduction de commentaires des lecteurs allemands

Ulrich Commerçon, ministre de l’Éducation et des Affaires culturelles, est « content »  d’avoir réussi à proposer un enseignement de l’islam dans quatre écoles primaires à partir de l’année scolaire 2015/16. Mais le nombre de parents qui accepteront la proposition demeure incertain. Toutefois, les élèves du cours préparatoire des écoles primaires de Kirchberg et Füllengarten à Sarrebruck et de la Bergstraße et Haydnstraße à Völklingen, qui participeront aux cours d’islam à partir de la rentrée prochaine, ne seront pas accueillis en arabe au cri « Allahu akbar“ par leurs enseignants musulmans. Car ceux-ci leur apprendront en allemand que « Dieu est le plus grand ».

« L’enseignement dans ce projet pilote sur quatre ans est orienté en fonction de la confession et a lieu en langue allemande », a déclaré hier le ministre de l’Éducation, Ulrich Commerçon (SPD) devant les journalistes rassemblés à la Chancellerie de Sarrebruck. Pour les jeunes élèves en quête de leur propre identité, cette offre est tout aussi importante pour leur recherche que pour leur éducation. Il est content, dit-il, d’avoir réussi à concevoir ce projet pilote en commun avec le groupe de travail des associations musulmanes. Depuis l’automne 2013, des représentants du gouvernement du Land et des fédérations islamiques sous la direction de l’entente islamo-turque Verein Türkisch-Islamische Union der Anstalt für Religion (Ditib) ont travaillé sur ce concept. La chargée d’intégration et ministre des Affaires sociales, Monika Bachmann (CDU), a qualifié ce projet pilote « d’enrichissement pour notre Land ».

Le nombre d’élèves de confession musulmane dans les quatre écoles pilotes n’est pas encore connu avec précision, étant donné que les parents ne sont pas obligés d’indiquer leur religion, dit-on au Ministère. En Sarre, il y a 8 600 élèves musulmans, a précisé plus tard le Ministère de Commerçon.

Commerçon a souligné qu’il n’y aurait pas d’enseignants d’islam diplômés d’État en Allemagne avant 2020, seules trois universités proposant ce cursus. En Sarre, les enseignants d’islam et ceux n’ayant pas eu un parcours professionnel classique sont préparés à leur tâche à l’Institut de formation continue des enseignants. Selon Commerçon, les deux instituteurs appelés à commencer leur enseignement dans les cours préparatoires des quatre écoles primaires seront rejoints par un enseignant supplémentaire à la prochaine rentrée scolaire.

Avocat de Sarrebruck, Rasim Akkaya, chef de l’entente Ditib Saar, se dit heureux de voir débuter à présent le projet pilote. La condition préalable en avait été d’arriver à un accord entre les communautés religieuses islamiques, ce que la faible étendue du Land de Sarre avait rendu plus facile que dans d’autres Länder fédéraux. « Désormais, les musulmans se sentiront encore davantage membres de la société sarroise », a déclaré Akkaya. L’enseignement de l’islam sous contrôle de l’Etat garantit en outre que « l’islam sera enseigné correctement », a souligné Akkaya. Ainsi, on coupait l’herbe sous le pied aux « représentations erronées de l’islam ». Ce à quoi Akkaya faisait allusion sautait aux yeux de tous les participants à la conférence de presse dans les locaux de la Chancellerie à Sarrebruck. Soir après soir en effet, la télévision montre les images de l’horrible terreur des combattants de l’État islamique (EI).

 

Opinion :

Garder le contrôle sur la croyance

Par Dietmar Klostermann, rédacteur de la SZ

 

L’enseignement de l’islam dans les écoles sarroises offre deux avantages déterminants : d’un côté, on prouve ainsi aux musulmans en Sarre que l’État a la même considération pour eux que pour leurs concitoyens chrétiens. D’autre part, les élèves auront très tôt à l’avenir l’opportunité d’apprendre à connaître un islam reposant sur les principes de tolérance et de respect de la personne humaine. Si cette empreinte précoce empêchait à l’avenir les jeunes de « mal » comprendre l’islam et de suivre les prédicateurs de haine, on aurait fait un grand pas vers l’avant. Le président de Ditib Saar, Rasim Akkaya, espère à juste titre que l’herbe sera coupée sous le pied aux « représentations erronées de l’islam ».  C’est maintenant aux parents de savoir s’ils vont offrir cette chance à leurs enfants.

Commentaires des lecteurs (ils ont été supprimés, pour lire l’original en allemand, cliquer ici Kommentare zum Artikel) :

T.G

Pour des spécialistes indépendants de droit constitutionnel, les « saintes écritures » de l’islam et les « théocraties » islamiques existant réellement ne sont pas compatibles avec la loi fondamentale allemande (état théocratique fasciste, charia, misogynie raciste, incitation du peuple à la violence d’une « guerre sainte » contre les « infidèles » etc.). Les expériences dans le Land de NRW (Rhénanie du Nord-Westphalie) montrent que les élèves rejoignent des groupements salafistes malgré ou plutôt à cause d’un enseignement de l’islam et fuient vers la Syrie comme « soldats de Dieu ». Rien que pour cette raison, la plus grande prudence est de mise ! Un enseignement religieux avec des représentations du paradis et de l’enfer est hautement problématique chez des élèves de cours préparatoire (!) et mène à des réactions de peur, qu’il faut canaliser à l’aide d’idéaux religieux irrationnels et qui provoquent une dépendance religieuse chez des enfants. Les Églises chrétiennes pratiquent une politique intéressée repoussante en soutenant les cours d’islam pour l’unique raison de poursuivre leur  propre enseignement religieux issu du concordat avec Hitler. Comme sous Hitler, les Églises se transforment ainsi en danger pour la démocratie et la liberté ! Le thème de « l’islam » est à traiter comme toutes les religions dans le cadre de cours d’éthique et de cours d’histoire, où la genèse réelle de l’islam sera enseignée de manière scientifique, c’est-à-dire de façon historique et critique. Un « enseignement religieux » est une question de foi qui n’a rien à faire dans une institution telle qu’une école, vouée à la transmission de savoir.

Klartexter

Une évolution grave a certainement eu lieu en ce qui concerne la composition de classes scolaires. Comment expliquer autrement que des musulmans et des redresseurs de torts allemands, donc des destructeurs de l’Allemagne, envisagent d’introduire un enseignement de la religion islamique dans les écoles primaires à forte proportion d’élèves musulmans. Bien entendu, cela n’a rien à voir avec l’islamisation de la RFA. Et quelle sera la prochaine étape ? Il est grand temps que les patriotes descendent dans la rue en masse. Mais en Allemagne de l’Ouest, on ne le fera pas, non parce qu’on est favorable à l’islamisation, mais parce qu’on est habitué à courber l’échine.

  1. A.

Il est de notoriété publique que ces deux-là ne sont pas les plus grandes lumières d’un ministère du reste peu reluisant. Enseigner un islam compatible avec notre constitution signifie aux yeux de tout connaisseur de l’islam enseigner un islam gravement édulcoré, ce que les associations refuseront probablement à juste titre.

Chez ces deux rédacteurs de discours qui doivent leur promotion à une protection politique, les livres du Prof. Schachtschneider ou des connaisseurs de l’islam concernant ce thème sont manifestement inconnus. Mais à quoi bon des livres – un ancrage solide au sein du parti est quand même plus important.

  1. S., Israël

Mais c’est formidable ! Maintenant, les immigrants islamiques pourront faire l’expérience d’une démocratie et d’un libéralisme véritables. Car dans les pays d’origine de ces musulmans, il n’existe AUCUNE institution correspondante.

Bien au contraire : quiconque enseigne ou propage le christianisme ou une autre religion dans un pays islamique ou arabe est immédiatement mis à mort.

Deti

Si j’étais un musulman soucieux de m’intégrer, je serais grandement satisfait, mais je « pousserais » toujours à davantage. Faire remarquer la discrimination, exiger des cours d’islam dans toutes les écoles, puis un enseignement séparé pour garçons et filles etc. Maintenir toujours sous pression les gens généreux, et simultanément resserrer les propres rangs, par exemple au moyen de « centres culturels ». Qui aura à les payer, euh, à subventionner, tombe sous le sens.

Cela continue allègrement dans les centres culturels et les mosquées : introduire en douce le port du foulard. « Si déjà les incroyants se mettent en quatre pour l’obtenir pour nous, nous ne devrions pas nous montrer ingrats et tous le porter ». Celui qui ne coopère pas, est exclu.

Mais la cerise sur le gâteau serait : le propre parti ! Dans le meilleur des cas sous forme de coalition avec le SPD et les Verts en matière de responsabilité gouvernementale : ce sera alors un jeu d’enfants de leur extorquer une concession après l’autre. Alors, le plan est approuvé ? Probablement pas, le plan est déjà en cours.

K.B.

C’est logique.
La Turquie fait partie de l’OTAN
Et doit entrer dans l’UE.
Avec toute la générosité voulue.
Sinon, il y aura des problèmes. Car dans ce cas, la Turquie rejoindra les Russes.
Pour éviter cela, il nous faut entendre mainte propagande aux informations. Et le financement sera assuré par un allié bien connu : les Saoudiens avec leur cinq ministères pour l’islamisation.
Déjà dans les années 50, la première main-d’oeuvre turque est arrivée chez nous sur injonction des États-Unis. S’il ne s’agit pas là d’une justice des vainqueurs !

  1. O.

« Dans ce cas, il faudra que les contenus de l’enseignement soient compatibles avec notre loi fondamentale (constitution) ». Mais ils ne le seront pas. Le coran, la bible de l’islam, la parole d’Allah, révélée paraît-il au prophète Mohamed par l’archange Gabriel, est incompatible avec notre constitution ; en de nombreux points, il y a même contradiction directe avec elle. Et comme c’est la parole de Dieu, elle prend le pas pour un musulman croyant sur la constitution, qui est une pure œuvre de l’homme. Avec l’enseignement de la religion islamique, la Sarre introduit par conséquent un enseignement où on apprend aux enfants de parents musulmans à ne pas respecter notre constitution. Il est déjà suffisamment grave de tolérer l’islam anti-constitutionnel en Allemagne, mais qu’en plus l’État le subventionne, voilà qui me semble suicidaire. Et que personne ne vienne me parler de la liberté de religion garantie par la constitution : l’islam ne l’accorde aux autres religions dans aucun État islamique, il n’a donc aucun droit à la revendiquer pour lui chez nous ; de plus, je ne considère pas l’islam comme une religion, mais comme un mouvement politique camouflé en religion pour soumettre le monde entier.

  1. W.

Dans ce cas, la Sarre doit introduire la charia pour la société parallèle qui existe de toute façon.
Des T-shirts portant le sigle « Love Sport, hate Germany » ne peuvent sans doute pas mener à la conclusion que de telles personnes puissent continuer à revendiquer pour eux la « loi humaine ». Dans cette sphère culturelle, on sait bien qu’on traite avec bien moins de délicatesse les escrocs, les meurtriers et autres voleurs que ne le fait la justice allemande.

Qui dit « A » doit dire « B »

Alfred

Les religions sont une chose privée et devraient le rester. Introduire une religion obligatoire ne devrait pas être la mission des écoles à vocation de culture générale.

Un enseignement propédeutique avec référence aux religions les plus diverses serait plus approprié.

@Deti
L’ancienne formule magique « simsalabim » a été remplacée en Allemagne par « discrimination ». Quiconque prononce ce mot voit s’ouvrir toutes les portes et il est comblé de biens de consommations & privilèges déversés par les cornes d’abondance de l’État.

C’est une simple question de temps jusqu’à ce que ceux qui sont obligés de financer cette situation alors qu’eux-mêmes doivent mendier pour tout ne piquent une crise.

http://www.general-anzeiger-bonn.de/bonn/bad-godesberg/godesberg-zentrum/30-Fluechtlinge-bekommen-kostenlosen-Haarschnitt-article1676136.html

http://www.landkreis-wunsiedel.de/buergerservice/pressemitteilungen/rundfluggutschein-fuer-fluechtlinge

http://www.ka-news.de/region/karlsruhe/Ministerium-gibt-Go-Karlsruher-Asylbewerber-duerfen-kostenlos-Bahn-fahren;art6066,1443412

http://www.wochenanzeiger-muenchen.de/aubing-freiham/soziales+%26+ehrenamt/nachrichten/Asyl+im+Hotel,55872.html

http://www.vkz.de/archiv/archiv-lokales/asylbewerber-ins-schloss/

http://www.derfflinger.de/politik/gr%C3%BCne-fordern-wlan-f%C3%BCr-asylanten.html

http://www.merkur.de/lokales/erding/dorfen/stiftung-zahlt-eintritt-fluechtlinge-duerfen-kostenlos-schwimmbad-5078491.html

http://www.infranken.de/regional/erlangenhoechstadt/Der-Asyl-Baumeister-baut-Reihenhaeuser-fuer-Fluechtlinge-in-Eckental;art215,1119835

https://wirtschaft.hessen.de/presse/pressemitteilung/fuehrerscheinerwerb-fuer-fluechtlinge-hessen-erleichtert-0

http://mobil.krone.at/phone/kmm__1/story_id__461482/sendung_id__264/story.phtml

http://www.sz-online.de/sachsen/bautzen-bringt-asylbewerber-in-vier-sterne-hotel-unter-2848699.html

Beaucoup d’Allemands sont obligés de travailler durement toute leur vie pour cela et sont fortement endettés. La politique de générosité nous ruine. Le travail n’est plus rentable, il suffit de ne pas être allemand. La politique pédophile de la Gauche et des Verts est le garant de prochains troubles en Allemagne. Les personnes pouvant revendiquer à juste titre le qualificatif de « réfugié » pour eux sont discrédités à cause de cela.

Le socialisme fonctionne seulement jusqu’au moment où l’argent des autres est épuisé.

 

Traduction par Jean Schoving

Print Friendly, PDF & Email

2 réponses à “Quand le BelKacem allemand propose des cours d’islam dans 4 écoles primaires…”

  1. Avatar justin dit :

    Excellents commentaires, ils devraient aussi parler des nombreux ‘crimes d’honneur’ perpetrés par les Turques en Allemagne, dont les statistiques sont interdites ! Les politiques privilégient par définition les associations bien organisées, sectaires et faisant le calcul des voix électorales. Plus près de nous je signale une tendance toute aussi inquiétante en Belgique ou des subventions de toutes parts (y compris de France) favorisent l’implantation d’écoles islamiques :
    http://www.rtbf.be/info/regions/detail_forest-un-centre-musulman-recolte-un-million-pour-ouvrir-une-ecole?id=9044313
    et l’article parle de l’aumône comme d’un « principe de l’islam » !!! Choquant – alors que ce qui est en jeu ici est plutôt l’impôt traditionnel que tout musulman doit verser – impôt obligatoire !! – levé sur la communauté dans son ensemble – les chrétiens et autres devant payer aussi, mais 1 autre type de taxe. Il y a 1 parallèle immédiat à faire avec le fonctionnement d’une secte dont les adeptes cotiseraient de toute part au dela des frontieres (oumma universelle). Tout ça avec la bénédiction du ministère de l’éducation nationale belge, est-ce que le meme principe est appliqué en France, ou les écoles islamiques (je dirais coraniques car la frontière est mince et les contrôles trop insuffisants pour s’assurer de ce qui s’y fait, voir l’expérience du lycée Averroès) sont en pleine augmentation, et ou le ministère est 1 cheval de Troie pro-islam qui s’assume ?? Inquiétant.

  2. Avatar PUGNACITÉ dit :

    Que le peuple exige d’être respecté dans son identité. Qu’il soit capable d’un soulèvement pour rétablir ses droits et les valeurs qui sont les siennes.
    Sinon il sera soumis.

Lire Aussi