Les croisés n’ont jamais violé : les chrétiennes d’Orient étaient toutes consentantes, forcément !

Chère Agnès, qui avez commenté mon article consacré aux Maghrébins,  je souhaite vous rappeler quelques éléments très importants à propos des croisades et des croisés.

Au sujet des Croisés, vous dites:
« En ce qui concerne la présence franque au Moyen-Orient et l’éventualité des viols, je reste persuadée que dans toute guerre malheureusement, des viols ont lieu. Les musulmans ont violé, les croisés également ».

Contrairement aux musulmans, les Croisés n’ont pas laissé dans cette région le souvenir d’obsédés sexuels. Mahomet était un obsédé sexuel, pas Jésus. Et la réputation d’obsession sexuelle des musulmans subsiste encore aujourd’hui.

A l’heure où je vous parle, des captives non-musulmanes, dont des fillettes, sont en train d’être vendues, violées, puis revendues à de multiples hommes qui vont abuser d’elles. Il faut savoir qu’en islam, plusieurs hommes peuvent se cotiser pour acheter une seule esclave, dont ils se « serviront » à tour de rôle. Les Croisés n’ont jamais agi de la sorte.

Les Croisés n’étaient pas connus pour violer les épouses dans la flaque de sang encore chaude de leur mari, qu’ils venaient d’égorger devant elles. Les musulmans si. Les Croisés n’épousaient pas leurs captives de force, le jour-même où ils avaient massacré leur mari et leur père devant leur yeux.
Nous avons le droit de comparer.

Les Croisés n’ont pas détruit Nemrod, Baalbek, Palmyre, Petra et toutes les merveilles pré-chrétiennes qui étaient à leur portée. Les jihadistes ont entamé ce sinistre travail, dont le but est d’effacer tout ce qui a précédé l’islam.
Mettre tous les guerriers dans le même sac, quelle que soit leur religion et quelles que soient leurs motivations, est une forme de paresse. Là, et pour une fois, on peut légitimement parler d’amalgame !
Et c’est un amalgame que les historiens musulmans encouragent et entretiennent, car il avantage les musulmans, les dédouane des horreurs commises par eux, au motif que tous les guerriers agiraient pareil, ce qui est faux.
De plus, les historiens musulmans oublient de préciser que les crimes commis par les musulmans sont ordonnés par le coran et ont été commis par Mahomet lui-même.
Ils ne disent pas non plus que les crimes des Croisés sont interdits dans les Evangiles, et n’ont pas été commis par Jésus. Ainsi les enfumeurs musulmans font d’une pierre deux coups: dédouaner l’islam tout en salissant le christianisme.

« Le fait qu’ils aient eu de belles femmes et n’aient pas eu besoin pour assouvir leurs besoins sexuels de celles des autres n’a rien à voir : la sexualité masculine est ainsi faite que des hommes ayant de très belles femmes vont souvent voir ailleurs… »

Oui mais pour violer il faut désirer sa victime un minimum. Or les musulmanes à cette époque se mariaient très jeunes, et le mariage musulman étant très déprimant pour une femme, les musulmanes attrapent un bon coup de fourchette post-conjugal, elles se gavent pour pouvoir supporter le carcan de l’islam. Sans parler de celles d’entre elles qui doivent tâcher de trouver le sommeil en écoutant à travers la cloison les ébats de leur mari avec l’une de ses trois autres épouses, ou avec ses esclaves, qu’il peut abuser sexuellement, comme cela est autorisé dans le coran.
Déprimées donc, mais ne se laissant pas abattre à l’heure du repas, leur silhouette s’étoffe, prospère, et devient évasée comme une bouteille de Perrier, mise en valeur par l’immonde bâche qui la recouvre de la tête aux pieds.
Donc les pauvres Croisés voulant tromper Aliénor, Constance ou Aubrée devaient se serrer les dents et penser à la patrie pour parvenir à violer ces monstresses bâchées.

Mes frères m’ont avoué que la simple vue d’une entorchonnée leur donne envie de faire un voeu définitif de chasteté, et d’aller se cloîtrer dans un monastère isolé jusqu’à la fin de leurs jours.
Tout compte fait, les musulmans ont un sens aigu de l’esthétique, qui leur a permis de trouver le moyen le plus sûr de mater toute érection naissante.

Quant aux viols prétendument commis par les Croisés sur les Chrétiennes d’Orient, ils n’ont pas eu lieu, car nous étions toutes consentantes. Nous le sommes encore aujourd’hui. Et nous le serons toujours.
Il faut nous comprendre: avant l’arrivée des Croisés, cela faisait 4 siècles que nous étions violées par des hordes de gueux mahométans hirsutes, qui circulaient en chemise de nuit pendant la journée, comme s’ils se tenaient prêts à aller au lit à tout moment. A peine levés, et déjà prêts à aller se coucher. D’ailleurs ils sont souvent coiffés d’un bonnet de nuit, assorti d’une serpillière à carreaux les jours de grande chaleur.
Et voici que débarquent, à l’appel des chrétiens d’Orient, des chevaliers occidentaux dont le physique et les manières sont autrement plus attrayants que ceux des frustes envahisseurs musulmans. Ces Croisés, chrétiens comme nous, ont infligé une raclée mémorable aux mahométans, au prix de nombreuses souffrances et d’immense sacrifices.
Mettez-vous à notre place: vous auriez préféré partager la couche de Baudoin de Bouillon ou bien celle de Bédouin d’Arabie ?
Personnellement, entre le Cheikh Crevard du Désert et le Vicomte Hubert de la Pâte Feuilletée, mon choix est déjà fait.
Les musulmans, ainsi que les islamo-collabos anti-chrétiens, sont parvenus à tromper les Occidentaux de manière à ce qu’ils assimilent les Croisés à des sauvages. Il faut n’avoir jamais connu la bestialité des envahisseurs musulmans pour oser y comparer les Croisés.

« Des hommes timides, de preux chevaliers rompus à la poésie des cours d’amour se sont révélés être des soudards dans les champs de bataille… »

Les « soudards » dans ce genre sont très prisés par les femmes chrétiennes en Orient. Jusqu’à aujourd’hui. Je me souviens que quand j’étais jeune, mes soeurs, mes cousines et moi observions en cachette de mes parents, à l’aide de jumelles, les soldats occidentaux stationnés dans mon quartier (casques bleus, casques blancs, parachutistes…)
Nous les trouvions si beaux, si nets, si bien élevés, si rassurants, contrairement aux barbus hideux qui nous harcelaient. Leur présence était tellement sécurisante… une bénédiction. Nous aurions voulu qu’ils ne partent jamais, comme nous aurions voulu que les Croisés n’aient jamais quitté l’Orient.
Bien que ces soldats occidentaux aient été là pour observer et pas pour guerroyer, les musulmans les détestaient, et tentaient de les éliminer par des attentats à la voiture piégée. Leur but était de se débarrasser de tout observateur non-musulman, et demeurer en « tête-à-tête » avec leurs compatriotes chrétiens, pour pouvoir les massacrer sans témoins.

Les musulmans aiment répandre l’image d’un islam raffiné, venu apporter une « civilisation » aux peuples envahis. Ils aiment décrire les Croisés comme des sauvages malodorants, obscurantistes et ignares.
C’est faux: les Croisés avaient derrière eux une civilisation brillante et une éducation remarquable, et surtout une religion digne de ce nom. Et ils étaient venus en Orient à la demande insistante des chrétiens d’Orient.
Quant aux envahisseurs musulmans, personne ne les avait sonnés, et leur « religion » est en fait une idéologie criminelle. Ils étaient si « raffinés » qu’ils s’essuyaient le derrière avec des cailloux. Leur remède miracle était l’urine de chamelle. Comment des illettrés violeurs, pédophiles et égorgeurs auraient-ils pu apporter une « civilisation » à des peuples autrement plus évolués qu’eux, dont les ancêtres avaient déjà construit des pyramides, inventé des alphabets, construit des temples, des nécropoles ?

Dans ses mémoires, Anne Comnène, fille de l’empereur byzantin Alexis Comnène, fait un portrait du chef croisé Bohémond de Tarente. (1)
Elle était fascinée par son apparence, empreinte de noblesse et de bravoure. Pourtant elle considérait tous les non-Byzantins comme des Barbares, et le torchon brûlait depuis un moment entre son père et les Croisés. Sa fascination n’est donc pas due à un élan d’amitié envers les Croisés, mais au fait que les Croisés étaient TRES différents des autres ennemis de l’Empire Byzantin, c’est à dire les Arabes et les Turcs Seldjoukides.

Il est de coutume de gloser sur les exactions commises par les Croisés, comme s’il était possible de déloger des envahisseurs musulmans incrustés en terre chrétienne depuis 4 siècles avec des dragées et des pétales de roses !
C’est souvent l’ennemi qui fait le choix des armes, et les musulmans ne reculaient devant rien, y compris le viol des enfants, l’éventration des femmes enceintes et l’extraction de leur foetus pour l’embrocher, ainsi que la torture des personnes âgées. Je dois préciser que les musulmans turcs faisaient preuve de beaucoup plus de raffinement et d’inventivité en matière de cruauté que les musulmans arabes. Là encore, nous avons le droit de comparer.

Même les historiens Occidentaux évitent de souligner l’héroïsme des Croisés, qui ne sont pas venus en Orient par avion climatisé, mais en traversant, avec leurs familles, des étendues arides sous un soleil de plomb, sur des montures inadaptées au climat de la région. Les Croisés ont livré bataille engoncés dans de lourdes armures de métal chauffées à blanc par un soleil impitoyable. Les musulmans empoisonnaient les puits pour les empêcher de boire. Les Croisés ont cruellement souffert de la faim, de la soif, de maladies atroces et de toutes sortes d’épreuves pénibles.
Beaucoup d’entre eux ont été capturés, et sommés de choisir entre se convertir à l’islam ou bien avoir la tête tranchée sur le champ. La plupart d’entre eux ont préféré avoir la tête tranchée. On leur coupait la tête les uns devant les autres, de manière à ce qu’ils voient le supplice de leurs camarades avant qu’arrive le leur, au cas où ça pourrait leur faire changer d’avis. Mais ils persistaient à ne pas vouloir se convertir à l’islam.
Personnellement j’évite de critiquer ceux qui ont résisté à l’islam d’une manière héroïque, même s’ils ont commis des erreurs et des exactions. Je voudrais nous y voir, à leur place: certains d’entre nous ont peur de critiquer l’islam dans une soirée entre amis, par crainte d’être traités d’islamophobes.

Agnès, je ne réfute pas vos arguments parce-que j’ai quelque chose contre vous. C’est plutôt le contraire: j’apprécie vos posts, que je lis avec grand intérêt.
Mais nous ne devons pas croire les musulmans quand ils s’inventent des ancêtres prestigieux, ou quand ils ré-écrivent l’histoire à leur sauce, pour s’attribuer le prestige des peuples envahis. Cette attitude frise le ridicule, comme par exemple quand les Français musulmans prétendent que ce sont eux qui ont reconstruit la France après la seconde guerre mondiale, et que ce sont des musulmans qui sont à l’origine des victoires militaires de la France pendant les deux guerres mondiales, grâce à la présence de soldats musulmans dans l’armée française. Jamel Debbouze a dit que l’islam est présent en France depuis toujours, depuis 3.000 ans, a t-il précisé (!!!!).
En Turquie, les écoliers apprennent qu’Homère et Alexandre le Grand étaient des Turcs, et qu’il n’y a jamais eu de génocide arménien. D’ailleurs la palme d’or de la cocasserie revient à ce brave Recep Tayyib Erdogan, qui a déclaré le plus sérieusement du monde que le premier homme à avoir marché sur la lune n’est pas Armstrong, mais un Turc de l’époque ottomane. Erdogan précise que la NASA a effacé les traces l’exploit turc au moment du lancement d’Apollo 11.

Je vous mets le lien vers l’article:
http://worldnewsdailyreport.com/ottomans-were-the-first-to-reach-the-moon-says-turkish-president/
————————————–
(1) « Alexiade », d’Anne Comnène, éditions Les Belles Lettres, Paris.

Eva

 166 total views,  1 views today

image_pdf

36 Commentaires

  1. @Christine
    Oui je l’ai reçu, je vous renvoie mon texte dans l’après-midi.

  2. @Eva
    J’arrive comme les carabiniers en ce moment mais merci pour ce billet. Je suis très intéressée par le livre de Anne Comnène, j’ai noté les références.
    @Philippe le Routier
    Complètement Ok avec votre commentaire du 13 juillet sous le texte précédent. Oui, ce qui fait la différence ce n’est pas la couleur de peau, c’est la civilisation. La couleur de peau, on s’en fiche. Ce qui compte, c’est l’esprit. Je me souviens avoir fortement sympathisé avec des Africains dans une paroisse à l’étranger. Normal : ils étaient chrétiens. Ils avaient nos standards et nos idées.

    • Sandrine avez-vous reçu mon courriel à propos de l’article que vous m’avez envoyé et que je n’ai pas reçu ?

    • Chère Sandrine,

      Le livre d’Anne Comnène, « Alexiade », coûte cher, mais il en vaut la peine.
      J’ai trouvé sur Amazon une copie usagée bilingue (47 euros quand même !) avec une page en français et une page du même texte en grec. Il s’agit du grec dans lequel Anne Comnène a rédigé ses mémoires, qui n’est pas du tout le grec d’aujourd’hui, mais c’est intéressant quand même d’avoir le texte en grec même si je comprends peu de chose au grec de cette époque-là.

      Anne Comnène est une véritable érudite du Moyen-Age. Elle a rédigé ses mémoires à partir d’un couvent où son frère, Jean Comnène, l’avait fait enfermer pour la tenir loin du Palais.
      C’était une femme très intelligente, mais elle avait comploté pour faire accéder son mari, Nicéphore Bryenne, au le trône de Byzance, alors que l’héritier légitime était son propre frère, Jean.
      Jean est le fruit d’une naissance tardive, donc tant qu’il n’était pas encore né, Anne se voyait comme impératrice de Byzance (son mari Nicéphore aurait été empereur, et elle aurait été couronnée en tant qu’épouse de l’empereur, comme le fut Irène Doukas, sa mère).
      La naissance tardive de ce petit frère lui vola la vedette et contraria ses plans.
      Au lieu d’épouse d’empereur, elle devait se contenter du statut de soeur d’empereur.
      Elle tenta donc de faire accéder son mari au trône, au détriment de son frère, mais son mari fut loyal envers la couronne et refusa.
      La mort de Nicéphore fut un drame terrible pour Anne. Leur union était un mariage arrangé, mais ils étaient néanmoins fous l’un de l’autre.
      Une fois exilée dans ce monastère, Anne reçut régulièrement les visites de sa belle-mère, qui la tenait en haute estime, et qui l’encouragea à écrire ses mémoires.
      Ainsi est née l’Alexiade, qui est un témoignage certes subjectif, car Anne idéalisait son père Alexis, et il nous faut tenir compte de cet élément en lisant ce livre.
      Mais ce témoignage reste un document irremplaçable, car il vient de l’intérieur du Palais, il émane d’un membre de la famille impériale byzantine.
      Il nous décrit une époque révolue, faisant revivre un monde qui n’existe plus.
      Je conseille ce livre.

      Amitiés,
      Eva

      • Passionnant en effet. Peut-être peut-on le trouver aussi en bibliothèque…

    • Je suis d’accord avec vous, Sandrine, mais ce n’était pas le sujet de l’article auquel vous vous referez dans votre réponse à Philippe.
      Le sujet était que les Nord-Africains cherchent à faire croire qu’ils étaient blancs avant les invasions des Arabes musulmans. Je crois que c’est faux.
      Philippe a raison de dire que ce n’est pas la couleur qui importe, mais c’est un autre sujet. Dans cet article, nous parlions de couleur de peau, spécifiquement.

      • Oui, mais je souhaitais répondre à Philippe.
        Je crois que nous nous égarons lorsque nous discutons pour savoir quelle était la couleur de peau des Maghrébins avant l’invasion arabe. Elle ne devait pas être différente d’aujourd’hui. Les Nords Africains et les Africains (j’ en ai connu) qui discutent pour savoir si leur peau est ou a été plus claire ou pas, révèlent un malaise, sur lequel je n’ai pas envie de m’appesantir !
        Je ne crois pas que ce débat apporte beaucoup à notre lutte contre l’islamisation. Ne pourrait-il pas laisser croire à des gens mal intentionnés que nous sommes racistes ?…
        amitiés

        • Bonjour Sandrine,

          J’ai en effet constaté que plusieurs personnes ont éludé le sujet de mon commentaire en disant que l’important ce n’est pas la couleur de la peau, mais la loyauté.
          Ce qui est vrai, mais le sujet était la couleur de la peau, et si nous refusons d’en discuter par crainte d’être vus comme des racistes, alors nous permettrons aux Maghrébins de prétendre des choses que nous pensons être fausses, mais que nous n’osons pas rectifier par peur d’être accusés de racisme.

          C’est un peu la même chose pour l’islam: beaucoup de personnes n’osent pas critiquer l’islam par peur d’être qualifiés d’islamophobes.
          Je ne veux pas laisser les Maghrébins dire que l’islam est une religion de paix, ni qu’ils étaient blancs avant les invasions arabes.
          S’ils sont mal à l’aise avec leur couleur de peau, cela ne veut pas dire que nous sommes racistes.
          S’ils sont mal à l’aise avec leur religion, il ont bien raison, et devraient se poser des questions sur leurs ancêtres, qui n’étaient pas musulmans, ni blancs non plus.
          Les ancêtres des Maghrébins ont été islamisés de force, et leurs descendants, au lieu de profiter de la première occasion pour se libérer de l’islam, nous chantent les louanges de leur prison mentale. C’est triste.

          • @Eva
            «  »Les ancêtres des Maghrébins ont été islamisés de force, et leurs descendants, au lieu de profiter de la première occasion pour se libérer de l’islam, nous chantent les louanges de leur prison mentale. C’est triste. » »
            Bien OK avec ça et avec l’idée de s’accrocher aux vérités historiques.

  3. je me demande comment il a respiré le musulman arrivé sur la lune en 1600 et quelques?et pourquoi n’a-t-il pas bâti une mosquée tant qu’il y était voila qui m’interpelle car apparemment ils n’en ont jamais assez…….

  4. On connait la chanson on l’aura lu des dizaines et dizaines de fois, les musulmans ont inventé les chiffres, l’algèbre, l’alphabet, la philosophie etc etc et aussi la décapitation le viol, l’amputation, les technologies modernes la recherche scientifique, spatiale, médicale, et nous les occidentaux, les grecs les romains n’avons inventer que les conquêtes et les guerres pour agrandir des empires, et avons copier les musulmans, ils sont tellement ignares que même sur le Mont du Temple, ils nient la présence de la pierre du sacrifice dans la mosquée al aqsa la présence du vestige de la pierre du sacrifice où Abraham faillit sacrifier son fils unique avant qu’il en soit empêcher par dieu lui même, et qu’il n’y a jamais eu de premier ni de second Temple à Jérusalem, alors que les recherches archéologiques prouvent le contraire, on voit bien là l’ignarité la mythomanie et l’imposture des musulmans.

  5. Désolé Madame tasin pour les émanations de l’Islam, je suis passé à côté d’une école musulmane par curiosité scientifique, c’est qu’on perd la tête d’une façon ou d’une autre avec l’Islam comme dans le Lotus bleu milles sabords!, avec qu’eux ou sans qu’eux.

  6. Qui va encore s’étonner, et bien si on s’étonne encore, surtout le coup du cosmonaute Turc, je crois surtout que les musulmans sont souvent dans la lune, çà c’est bien possible, là je donne raison à Erdo, mais cela fait longtemps, le simple d’esprit Erdogan doit se faire bien ridiculiser par ceux de son peuple un peu ouvert d’esprit.
    On voit bien que les musulmans n’ont pas grand chose à nous présenter, à part les divagations d’une débilité déconcertante, il suffit d’entendre parler la jeunesse musulmane dans nos rues chez nous, pour s’en convaincre des subtilités et des raffinements délicats musulmane de pet et remède contre l’amour des bédouins du désert et parfum délicats à l’urine de chameau, que nos politiques ont trouvé de si précieux.
    Il faudra prévenir les Chinois que les musulmans avaient construit la muraille de Chine l’année passé avant qu’ils arrivent, un peu de chinoiserie comme d’habitude, et que ben Léonard de Vinci était musulman et la Joconde n’importe quoi, grâce aux témoins culs en l’air à la politique de l’autruche comme leurs histoires de fesses à la prière et qu’ils ont inventé la moutarde de Moncuq au midi de la France et pas à minuit de la France.

  7. Il me semble que ce texte a déjà été traduit en français. Je vais faire une recherche pour trouver la version française, pour économiser du temps à Lavéritétriomphera.

  8. Même la fiction contribue à cette idée répandue que les Croisées étaient des rustres sales et malodorants et les arabes, propres et parfumés…

    J’ai lu les livres de Mireille Calmel, même si je n’aime pas son prosélytisme pour la bi-sexualité, elle a du talent et ses romans sont captivants… Bref, le dernier « Richard Coeur de Lion – Les chevaliers du Graal », qui fait suite à « L’ombre de Saladin », finit par rendre un hommage inattendu au chef musulman en ternissant l’image des croisés. On sent que même les auteurs veulent être tendance et gagner des lecteurs. Mme Calmel est-elle consciente qu’elle abaisse l’estime des Français envers leurs ancêtres ???

    Merci encore Eva, pour cette mise au point. Un petit bémol, je pense comme Agnès que la guerre n’est jamais « propre » et qu’il y a toujours des exactions, de part et d’autre, peu ou prou.

    • Il y a toujours des exactions dans une guerre, suis hélas bien placé pour le savoir.

      Mais il faut ramener les choses à leurs exactes (autant que faire se peut) proportions.

      Est-ce que j’ai été au courant de viols commis par des soldats français ?

      Par honnêteté je suis obligé, même si ça me fait honte, de répondre que OUI.

      Mais je voudrais préciser un truc, et je rappelle que c’est du vécu pour moi.

      Les violeurs n’étaient jamais des combattants !

      A 99% c’était des grattes papiers à qui on avait confié des tâches administratives avec les populations civiles… Des planqués quoi !

      J’ai connu un cas, un jeune lieutenant (sans majuscule) je pense qu’il devait encore avoir des traces de peinture de St Cyr ce petit con.

      Il avait forcé une jeune femme a lui faire une fellation (il était en charge des vivres… Elle avait un bébé)

      Une urgence à fait que son ordonnance a dû entrer sous sa tente… Et il a fait son devoir, il a dénoncé ce jeune salaud.

      Entre notre camp et notre base principale, 150km.

      Le « lieutenant » est arrivé à la base avec 12 fractures…
      … On a jamais su comment, personne n’a parlé pas même lui.

      • Autrement dit, Philippe:
        Il n’y a pas à comparer entre les exactions commises par les soldats occidentaux (ceux d’aujourd’hui comme ceux d’hier).
        La raison de cette différence crève les yeux:
        Quand un musulman viole, pille, égorge, torture, réduit en esclavage…il ne fait qu’imiter l’exemple de Mahomet. Toutes ces horreurs sont légales en islam, à la condition que les victimes soient des non-musulmans (ou bien des « mauvais » musulmans).

        Quand un chrétien commet ces mêmes crimes, il trahit Jésus. Ces crimes ne sont pas autorisés dans les Evangiles.
        Pour les chrétiens, seule la légitime défense peut justifier un meurtre.

        • Ben nous, si on avait un violeur dans notre unité…
          … Le tarif c’était d’arriver devant le tribunal en étant déjà TRÈS amoché !

          Côté musulmans, le viol est une gloire !

          J’ai connu des violeurs musulmans !

          On en fait comparaître AUCUN devant le tribunal de la Haye (c’est fou ce qu’un corps disparaît vite sous certains climats)

  9. très intéressante mise au point Eva cela devrait se savoir à l’école mais certainement pas sous le règne de madame la ministre de la non éducation -scolaire!

  10. à Eva:
    je suis bien contente de savoir enfin ce que signifie ce dessin, mais pour ma part, venant d’où il vient, il me donne des boutons.

  11. FAUX DEBAT.
    Unutile et dangereux.

    Jihad vs Crusades
    Aug 17 2014 | by Bill Warner
    http://www.politicalislam.com/jihad-vs-crusades/

    La première croisade a eu lieu de 1096 à 1099. http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=218
    À lire : “Historiquement correct, Pour en finir avec le passé unique” de Jean Sévillia. http://www.herodote.net/articles/article.php?ID=205

    De plus l’exemple de Mahomet encourage au viol, au vol, au meutre.
    L’exemple de croisés encourage au sens de l’honneur.

    Il y a des viols dans toutes les guerres mais il est incorrect d’affirmer que les croisés sont des violeurs comme les djihadistes.

    • je ne vois pas en quoi il y aurait faux débat,vous dites la même chose qu’EVa

  12. http://worldnewsdailyreport.com/ottomans-were-the-first-to-reach-the-moon-says-turkish-president/, effectivement très cocasse (je traduirais le texte si demande de RR). On comprend mieux la pauvreté de la vie culturelle musulmane. Comme quoi le ridicule ne tue pas. Heureusement que tous les turcs ne sont pas dupes et que beaucoup se souviennent de leurs racines byzantines. J’ai entendu un musulman dire qu’après avoir pris Constantinople le temps était venu de planter le drapeau du califat sur Rome. Il est temps pour l’Occident de retrouver Bysance.
    Christine, je vous ai envoyé une traduction, l’avez-vous réceptionnée ?

    • je veux bien que vous nous le traduisiez en effet ! je viens de voir votre envoi je publierai demain sans doute, mille mercis encore !

      • Génial, on va pouvoir rire un peu !

        L’article d’Eva est parfait…
        … Mais ça devient banal de constater la même chose en permanence, MAIS, cette foutue histoire des Ottomans qui seraient allé sur la lune, EN ANGLAIS… C’était frustrant quand on est pas anglophone.

        J’ai hâte de lire ça !

          • Oui mais quand on entend des Turcs dire que Homère était un Turc, on ne s’étonne plus de rien de la part des Turcs.
            Récemment encore, un Turc m’a dit que la preuve qu’Alexandre le Grand était un Turc est que de nombreux Turcs se prénomment Alexandre.
            Je lui ai répondu que peu de Turcs se prénomment Alexandre (Iskander en Turc), et ceux qui se prénomment ainsi sont ravis d’avoir échappé à des prénoms typiquement turcs, comme Ertugrul, par exemple.

            Que peut-on attendre d’un peuple qui sanctionne par une peine de prison toute personne soutenant que le génocide arménien a eu lieu ?
            Les Turcs sont affligés d’un énorme sentiment d’infériorité (parfaitement justifié à mon avis) qui les incite à voler l’historie des peuples envahis et génocidés par eux (et islamisés de force dans le cas des survivants).
            Les Turcs ont un énorme orgueil mal placé, mais aucune fierté.
            Quand vous avez votre fierté, vous ne trafiquez pas votre histoire, vous ne mentez pas à vos enfants, vous ne niez pas vos crimes, et vous ne vous attribuez pas le prestige et le génie des peuples supérieurs à vous et que vous avez vaincus par une violence et une cruauté qui dépassent l’entendement.

  13. Il est certain que les croisés avaient un physique et des manières plus séduisants que celles des musulmans et que ces derniers ont des moeurs barbares que les croisés n’avaient pas. Il y a un proverbe qui dit « Quand l’enseigne passe, la femme perd l’honneur « . Malheureusement, les historiens constatent que dans toute guerre, les femmes se font violer (pendant la guerre de Cent ans où les musulmans n’étaient pas partie prenante, ce genre d’horreurs eurent lieu). Cela dit, je suis d’accord avec vous : le Coran encourage ce genre d’exactions alors que le Christianisme non. Le Christianisme respecte les femmes et leur donne l’égalité avec les hommes (dans ses textes fondateurs, moins dans les sociétés où elles doivent encore lutter). Je plains beaucoup les musulmanes de devoir endurer des mariages forcés, la cohabitation avec les épouses et concubines de leur mari, les coups…. même si je pense que si on veut se révolter, on peut. C’est sans doute difficile de s’affranchir de 14 siècles d’asservissement. Elles doivent vivre dans la terreur depuis leur naissance tellement qu’elles ne s’en rendent même plus compte. Elles acceptent leur sort parce qu’elles y ont été conditionnées et que la contrainte familiale et sociale prévient, empêche, annihile toute velléité de révolte. Aujourd’hui, celles qui vivent dans nos pays pourraient, puisque les lois sont favorables aux femmes, prendre leur indépendance. Elles ne le font pas car les rares qui s’y essaient se font massacrer dans l’indifférence générale : les islamocollabos, en encourageant l’islamisation de la France, non seulement nous vendent, nous, à l’Islam mais empêchent également des personnes nées musulmanes voulant s’en libérer de le faire. C’est parce qu’il est extrêmement difficile de revenir en arrière quand on a été islamisé qu’il faut lutter de toutes nos forces contre l’islamisation. Il faut ouvrir les yeux des femmes musulmanes sur leur sort, leur donner les moyens intellectuels et psychologiques de leur libération. La desislamisation ne viendra que d’elles. Je pense donc que pour lutter contre l’islamisation et l’Islam tout court, il faut informer, éduquer encore et toujours les femmes musulmanes pour qu’elles ne croient pas que ce qu’elles vivent est normal. Il faut qu’elles se libèrent du culte de la normalité. C’est la normalité qui tue la liberté.

    • J’ai été surpris d’observer davantage de « convictions » chez les femmes musulmanes que chez les hommes. Je connais une femmes ex-musulmane athée qui ne s’en cache pas. Elle est totalement affranchies des normes islamiques. Elle a été éduquée dans ce sens et suit cet exemple pour éduquer ses enfants. Son discours est le même que celui des hommes. Elle m’a appris qu’en Algérie il existe beaucoup d’athées mais que la société ne les reconnaît pas. Elle a rajouté qu’il ne faut pas toujours croire ce que l’on peut lire sur internet.
      Dans le monde musulman, comme dans toutes sociétés, la transmission des valeurs, surtout religieuses se fait par les femmes. Comme le soulignait Ayaan Hirsi Ali, si les femmes éduquent leurs fils à respecter, et les femmes et le monde dans lequel ils vivent, elles généreront de bons fils. Même si une telle affirmation peut surprendre je l’ai trouvée pleine de bon sens.

      • Sans doute que les femmes savent dans leur chair ce que coûte l’islam aux femmes.. ça les rend forcément déterminées… quand elles ne sont pas de petites soldates de l’islam

      • « Comme le soulignait Ayaan Hirsi Ali, si les femmes éduquent leurs fils à respecter les femmes…elles généreront de bons fils. Même si une telle affirmation peut surprendre je l’ai trouvée pleine de bon sens ».

        Cette affirmation est en dépit du bon sens, à mon avis, car aucune musulmane ne peut enseigner à son fils à respecter les femmes, puisque l’islam autorise le mariage forcé, la polygamie, la répudiation, frapper sa femme, la séquestrer, la violer, déshériter sa fille au profit de son fils…etc…
        Seule une femme qui a quitté l’islam peut enseigner à son fils le respect des femmes.
        Etre musulmane et apprendre à son fils à respecter les femmes équivaut à aller contre le coran et l’exemple du prophète Mahomet.
        C’est pour cela qu’on observe une sorte de clivage dans la personnalité des musulmans qui vivent à l’occidentale: ils traitent les femmes correctement, tout en se réclamant d’un prophète misogyne.

Les commentaires sont fermés.