Deux Bretagnes, deux types de Bretons bretonnants… Par Chatelain

ecriteauenarabe

Le breton  en partie responsable de l’implantation de l’arabe ?

http://resistancerepublicaine.com/2015/finistere-des-ecriteaux-en-arabe-a-lecole-et-si-cetait-la-faute-au-breton/

Il faut être honnête jusqu’au bout. Depuis que j’ai quitté Brest, il y a de cela quelques années, j’ai posé mes valises dans deux terroirs bretons bien distincts.

Le premier dans le nord, en pays Léonard, où je travaillais en maraîchage. Le breton quotidien était parlé par les Anciens, des types avec des mains aussi épaisses que des bastaings de charpente et qui bossaient par tous les temps sans choper le moindre rhume et ce, jusqu’au dernier souffle… La jeunesse autour comprenait globalement ce breton parlé sans le pratiquer vraiment.
Il y avait dans le climat ambiant, outre le crachin habituel, un chauvinisme de territoire qui allait jusqu’à condamner les unions entre gens de terre et gens de mer, parfois séparés les uns des autres par un ou deux arpents seulement. On ne parlait pas de région mais de Pays. On regardait l’étranger pour ce qu’il était : un étranger bien venu à la condition qu’il reste de passage et qu’il ne s’impose pas.

Dans les Monts d’Arrée, davantage vers le centre Bretagne, où je me suis posé dans un deuxième temps, la mentalité, comme d’ailleurs le breton parlé, est toute autre. La jeunesse y est majoritaire et le style du breton bretonnant oscille entre le baba cool coiffé rasta, le néo-paysan libertaire éleveur de chèvres et le chômeur intermittent du spectacle joueur de didgeridoo. Les enfants sont tous à l’école Diwan ( la graine, en breton ) et vivent bercés par une idéologie gauchiste qui rappelle l’initiative prise par l’établissement d’Elliant, petit bourg situé à quelques encablures de Tourc’h où est accueillie une communauté des gens dits du voyage.  Idéologie portée sur l’ouverture sans aucun recul à l’autre et ce besoin compulsif de plaire en montrant combien nous on est les gentils.

Autant dans le nord, il existe une agriculture héréditaire encore paysanne sous bien des aspects mais qui cherche à rester compétitive, autant dans les Montagnes Noires on assiste à une paysannerie reconstituée, nostalgique des méthodes anciennes – voire obsolètes – par effet de mode et esprit de démarcation. Pour les premiers, c’est plutôt chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. Pour les seconds, c’est tous mélangés dans un élan fraternel universaliste où l’homme est citoyen d’un monde où tout n’est qu’amour.

Mais moi, je dis ceci : c’est très équivoque d’annoncer sa capacité à accueillir et s’ouvrir en même temps, si vous voyez ce que je veux dire, à moins, bien sûr, d’aimer ça.

Chatelain

 32 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. La Bretagne étant par définition terre d’accueil, c’est une région ou les musulmans sont encore très très peu nombreux mais pour combien de temps ? les bretons au nom du vivre ensemble se laisseront-ils envahir sans rien dire ? ou bien réagirons t-ils a temps ! pas ceux de gauche en tout cas.

  2. Très surprise par ce constat : une région authentique, l’une des plus belles de notre pays, ultra-conservatrice dans le passé, qui vote maintenant majoritairement à gauche… Une réaction contre ce que certains appellent la « curaille » ? Parce qu’il est vrai que l’emprise du clergé sur la population fut parfois excessive en pays breton. Espérons que le bon sens reviendra dans ces têtes dures (ce n’est pas péjoratif), pour garder à ce pays sa réputation mythique de légendes. L’islam n’a rien de romantique.

  3. La vérité est que la Bretagne a perdu beaucoup de ses attraits ! Et à part une minorité de sa jeunesse voulant rester bretonne dans l’ Ame tout en vivant avec son temps, la grande majorité de sa jeunesse fumeuse de tabac rigolo ( butun drol) est plutôt proche des milieux mondialistes et libertaires !

    • Je ne dirais pas que c’est la majorité de sa jeunesse une partie seulement comme partout en France

  4. Bonjour Deniaud,
    Vous citez les agglomérations de moyennes et grandes importances et vous avez raison lorsque vous les associez à une jeunesse qui n’a rien d’une quelconque chance pour le devenir breton. Des bandes de voyous auto-proclamés issues des quartiers de plus en plus difficiles sévissent en dupliquant, jusque dans leur façon de parler, tout ce qui caractérise la racaille afro-maghrébine. On est loin soudain de la civilité prônée par les Anciens et du vivre ensemble imposé par qui on sait. Est-ce un hasard si, à Brest, la place de la Liberté devient impraticable arrivé à une certaine heure du soir, si Recouvrance s’est métamorphosé en squat hideux pour chômeurs-dealers, si Pontanezen, quartier interdit, ode au niqab, n’a pas été traversé par Hollande lors de sa toute récente visite à la cité du Ponant, est-ce un hasard donc, si Brest est obstinément de cette gauche idiote et béate, grande ouverte à qui veut y entrer? Et je ne parle pas de villes comme Rennes. Parce que là, c’est encore d’ une autre dimension…Oui, Deniaud, vous pouvez être pour le moins chagriné devant l’actualité urbaine d’une région que vous aimez, et si, comme vous le dites bien, ce « Pays » mérite notre respect, il lui reviendra de le reconquérir par la force s’il veut éviter la gigantesque et prochaine marée noire.

  5. Retraités et natifs de LA ROCHELLE 17, nous allons souvent en BRETAGNE en louant des gîtes hors pleine saison, peu chers et toujours impeccables et même assez luxueux, à PLOUDALMEZEAU PLESTIN LES GREVES VANNES AUDIERNE ROSCOFF CROZON etc..
    Partout nous sommes reçus chaleureusement, bouteille de cidre et gâteaux bretons en cadeau, pas de caution, pas d’inventaire en partant, parfois c’est nous qui relevons le compteur EDF ( « on fait confiance, les gens ne sont pas des voleurs , non ?… »).
    On remercie toujours les Bretons pour leur accueil, leur courage, leur honnêteté, leur fierté, leur amour des traditions et des valeurs chrétiennes ( je suis athée) et souvent je dis que j’aurais aimé naître dans leur pays, pêcher, nager, plonger, surfer, danser ( même si je ne sais pas trop danser).
    Quand la conversation arrive sur l’invasion des étrangers agressifs, on est toujours d’accord…
    Je suis toujours peiné quand je vois des infos sur les voyous qui règnent à VANNES SAINT BRIEUC RENNES QUIMPER BREST etc….
    Et j’ai du mal à comprendre que les jeunes Bretons des grandes villes ouvrent leurs bras à n’importe quelle « chance pour la FRANCE ».
    En tout cas, ce « pays » mérite tout notre respect, notre amitié et représente même peut-être un espoir, l’espoir qu’ils puissent, eux au moins, réagir avec force un jour ….
    « ma-tre !  » ( j’espère que c’est bien ça ..?).

Les commentaires sont fermés.