« Allah est grand, la République aussi » : l’auteur peut mieux faire !!! Par Eva

allahgrandrepubliqueDans un de ses commentaires de l‘article sur  Eric, qui quitte la France, Olivia nous dit :

« L’espoir peut venir de certains musulmans bien intégrés, aimant la France. »

Les musulmans bien intégrés n’ont de l’islam que l’étiquette, car ils vivent en contradiction avec leur religion. L’islam interdit à ses adeptes d’obéir à des lois autres que celles de la charia, et il leur interdit toute amitié, soutien ou alliance avec des non-musulmans.

Par conséquent, être Français ET musulman est un trop grand écart, psychologiquement parlant. Une acrobatie irréalisable. Il m’est difficile de faire confiance à des personnes qui se réclament d’une religion dont il leur faut bafouer tous les principes pour pouvoir être loyaux envers la France. Car l’islam ne connaît pas de patrie, il ne connaît que la « oumma islâmiyya » (nation musulmane, composée exclusivement de musulmans). 
 
Je considère l’islam comme une prison mentale, car en islam, les apostats sont condamnés à mort. Les musulmans sont donc des prisonniers. Et ceux d’entre eux qui vivent en Occident sont des prisonniers volontaires, car ils bénéficient de la liberté religieuse, et peuvent donc quitter l’islam, mais ils ne le font pas. 
Je n’accepte pas de leçon de laïcité et de liberté émanant de personnes qui s’expriment de derrière les barreaux de leur prison volontaire. 
Dans les pays musulmans, de nombreux nés-musulmans sont actuellement emprisonnés et enchaînés dans une cellule, pour avoir voulu se libérer de l’islam. De nombreux chrétiens croupissent également dans les geôles musulmanes pour avoir refusé la conversion à l’islam.
Les prisons des pays musulmanes sont pleines de gens libres (mentalement parlant), qui refusent la chape de plomb de l’islam au risque de leur vie. 
Et ici, en France, des millions de musulmans sont libres de quitter leur prison mentale, mais ils préfèrent y rester. Ils ne sont donc pas crédibles à mes yeux. 

« Ce matin, dans le rayon librairie d’une grande surface, le titre d’un livre a attiré mon attention : «Allah est grand, la République aussi ».

Je m’en veux de vous décevoir, Olivia, mais le titre en lui-même est déjà une imposture, car il laisse croire que Allah et la République peuvent coexister, alors que cela est impossible, et cela ne s’est jamais vu nulle part depuis que l’islam existe.

« l’auteur, issue de l’immigration, est diplômée de Paris-Dauphine, elle a 29 ans. Son nom est Lydia Guirous ».

Je la connais, j’ai écouté plusieurs entrevues avec elle.
Etant donné que Malika Sorel se fait discrète ces derniers temps, il y avait une place de musulmane pro-laïcité à prendre, et Lydia Guirous aurait tort de s’en priver. Les Français raffolent de ce genre de musulmane: instruite, moderne, pas voilée, clamant son amour pour la France (jusque là tout va bien) et proposant une solution pour le vivre-ensemble avec l’islam, et c’est là que ça se gâte. (1)

Car la seule manière de survivre à l’islam est d’interdire l’islam, qui n’a jamais réussi le moindre vivre-ensemble nulle part, à part de manière provisoire, pour pouvoir bénéficier de la « jizya », l’impôt dû aux musulmans par les non-musulmans, et à la condition que les non-musulmans aient un statut inférieur et précaire.

En France, les massacres de non-musulmans n’ont pas encore commencé pour deux raisons:

1/ Les musulmans sont encore minoritaires, et ne peuvent pas se permettre de déclencher une guerre civile pour l’instant.
2/ Les Français non-musulmans paient la « jizya » aux musulmans, de manière indirecte: il s’agit des sommes faramineuses que coûte l’immigration musulmane au contribuable français (en matière d’insécurité, de déficit de liberté d’expression, de subventions destinées au fumier associatif, de trafics illégaux, de frais judiciaires, d’avocats commis d’office, d’engorgement des tribunaux, de surpopulation carcérale, de système scolaire déliquescent, de policiers sur le qui-vive, de CRS épuisés, de pompiers piégés dans des guet-apens, d’hôpitaux pris en otage, de professeurs et de médecins tabassés, de commissariats assiégés, de policiers blessés au cours d’émeutes, de mobilier urbain fracassé, de transports en commun vandalisés, de banlieues transformées en zones de non-droit, de gouffre de la sécurité sociale, d’allocations diverses, d’habitations à loyer modéré, de fraudes massives à la sécurité sociale comme aux allocations…la suite serait trop longue).
Notre gouvernement le sait: il investit des millions d’euros dans les territoires perdus de la République, pour acheter un « apaisement » provisoire, pour retarder l’explosion inéluctable.

« Elle est la fondatrice de l’association « Future au féminin » et créatrice de la cellule « SOS harcèlement sexuel »…  »

C’est étrange de voir une musulmane lutter pour les droits des femmes alors qu’elle se réclame d’un prophète misogyne !
Ca n’a pas de sens, sauf si cette jeune femme a quitté l’islam. A ma connaissance, Lydia Guirous n’a jamais dit qu’elle était une ex-musulmane.

« Ce qui m’a fait le plus plaisir c’est de lire que cette jeune femme, née peut-être de parents musulmans, s’insurge contre le renoncement de la France à ses propres valeurs, s’incline devant les communautarismes ».

C’est facile de critiquer la France, mais un peu plus difficile de critiquer l’islam. Je n’ai jamais entendu Lydia Guirous critiquer l’islam.
Elle critique le communautarisme, comme le faisait Malika Sorel, alors que c’est l’islam qui est le problème, pas le communautarisme.

Plusieurs communautés d’immigrés vivent entre elles en France (les Chinois par exemple, ou bien les Polonais immigrés de la première génération). Mais les jeunes gens issus de ces communautés ne surpeuplement pas les prisons françaises, ne posent pas de bombes, n’assiègent pas les commissariats, ne caillassent pas les pompiers.
Car ni les chinois ni les Polonais ne vénèrent un prophète pillard, pédophile, violeur de captives, égorgeur de prisonniers de guerre, traître à sa parole, esclavagiste, vicieux, sournois, sadique, misogyne, polygame…

Donc le problème c’est l’islam, pas le communautarisme. Mais Mesdames Sorel et Guirous ne le diront jamais, car les personnes qui le disent, comme Madame Tasin, récoltent des menaces de mort et des assignations en justice.

« Son discours est proche de celui de Malika Sorel ».

C’est justement ça qui est déprimant. Car Malika Sorel a été encensée pour avoir toujours (très adroitement) tourné autour de l’abcès, sans jamais le crever.
Elle mettait le problème du manque d’intégration des Français d’origine maghrébine sur le dos de leur « culture », et non de leur religion. Or les chrétiens et les juifs maghrébins s’intègrent sans problème.
Donc ce n’est pas la culture qui est l’obstacle, mais la religion.

Madame Fawzia Zouari (qui est une Française musulmane d’origine tunisienne) use du même stratagème dans son article intitulé: « Il y a des jours où je regrette d’être née Arabe« . 
Pourtant c’est le fait d’être musulmane qui pose problème, pas le fait d’être née dans un pays arabe. Les chrétiens des pays arabes ne sont pas mal vus, car ils n’égorgent pas leurs apostats, ne lapident pas pour adultère, n’amputent pas pour vol, ne tuent pas leurs filles si elles veulent épouser un non-chrétien, ne sont pas contre la mixité hommes/femmes, ne sont pas polygames, ne voilent pas leurs femmes, et mangent comme les Français de souche sans faire de chichis à la cantine. 
 
Mesdames Sorel, Guirous, ou Zouari peuvent écrire des kilomètres sans jamais évoquer Mahomet ou le coran. Pourtant là est le noeud du problème. Messieurs Kamel Daoud et Tahar ben Jelloun brillent également dans l’art de recenser les symptômes du mal, mais n’aboutissent jamais à un diagnostic. 
Les « patriotes » musulmans refusent obstinément d’appuyer là où le bât blesse. Seuls les patriotes NON-musulmans ou EX-musulmans le font.

Et nous avons tellement envie de croire que la solution à l’islam pourrait venir des musulmans eux-mêmes que nous nous accrochons à la première planche de salut à notre portée.

A mon avis, ce ne sont pas les musulmans qui vont nous sauver du danger de leur religion, mais nous, les non-musulmans, qui allons devoir débarrasser notre pays de l’islam.

Dans les 57 pays musulmans, aucun musulman n’a pu, de manière durable, débarrasser son pays du danger de l’islam. Pour quelle raison devons-nous croire que ce miracle va avoir lieu ici, en France, alors qu’il n’a jamais eu lieu nulle part ?

Cela dit, je dois être honnête, et admettre que Malika Sorel et Lydia Guirous me semblent sincères quand elles disent aimer la France. Mais je trouve qu’elles ne l’aiment pas assez, car ceux qui aiment vraiment la France ne restent pas dans une religion qui leur présente leur pays d’accueil comme une terre de conquête et d’asservissement.
Je sais qu’il existe en France beaucoup de musulmans instruits, bien intégrés, qui se disent musulmans ET pro-laïcité, musulmans ET pro-démocratie. Or ce n’est pas possible, car rien n’est plus opposé à la laïcité et à la démocratie que l’islam.

Comme l’a écrit Monsieur Cassen sur le site de Riposte laïque: 
« Un musulman laïque, c’est comme un cannibale végétarien« .
Je tiendrais le même raisonnement si j’avais un voisin gentil, paisible et loyal, mais qui est inscrit au parti nazi. Tant qu’il s’entêtera à garder la carte de son parti, il sera suspect à mes yeux.
Pascal Hilout et bien d’autres nés-musulmans ont quitté l’islam. Ceux qui veulent inspirer confiance n’ont qu’à faire pareil. 

« Je pense que ses idées pourraient faire qu’un jour elle rejoigne notre combat »

A moins qu’elle ne quitte l’islam, elle ne pourra pas se joindre à notre combat, puisque nous combattons l’islam.
En tant que chrétienne, accepteriez-vous de vous joindre à un groupe qui combat le christianisme ?

« Il ne reste plus qu’à espérer qu’elle fera des émules auprès des siens, que les étrangers seront nombreux à vouloir que la France reste la « Douce France » celle des clochers et non celle d’une multitude de minarets ».

Je crois que ce n’est pas aux étrangers de décider si la France va rester douce. Ce n’est pas aux musulmans, même naturalisés Français, de décider du nombre de clochers et de celui des minarets.

Les Français de souche étaient sur le territoire français de longs siècles avant l’arrivée des immigrés musulmans.
Et la présence chrétienne en France est vieille de 15 siècles.

Donc les nouveaux arrivants, même s’il sont là depuis deux ou trois générations, n’ont pas voix au chapitre si leur but est de transformer la douce France en un enfer qui rappellerait l’un des 57 pays envahis par des musulmans et islamisés par l’épée.

Je suis vraiment désolée de vous décevoir, Olivia, car je vous apprécie beaucoup. Mais justement, je vous respecte trop pour ne pas vous dire le fond de ma pensée.
Mes amis et moi avons écrit plus d’une fois à Madame Sorel sur son blog, pour lui reprocher d’incriminer la « culture » des immigrés musulmans afin de dédouaner l’islam.

Si le problème était d’ordre culturel, comment se fait-il que des personnes comme Raymond Ibrahim (chrétien d’Egypte) Brigitte Gabriel (chrétienne du Liban) Wafa’ Sultan (ex-musulmane de Syrie) et Ayaan Hirsi Ali (ex-musulmane de Somalie) soient bien intégrées en Occident et prennent des risques énormes pour leur sécurité afin de prévenir les Occidentaux du danger de l’islam ? 
Nous lui avons également reproché d’avoir justifié les crimes de Mohammed Merah en invoquant la cause palestinienne, alors que le prophète Mahomet massacrait les juifs par milliers 14 siècles avant la naissance de l’idéologie sioniste et création de l’état d’Israël.

Bien entendu, Madame Sorel s’est bien gardée de nous répondre.

Eva

(1 ) Note de Christine Tasin.

Je ne serais pas aussi sévère qu’Eva à propos de Malika Sorel et Lydia Guirous, authentiques républicaines, laïques, aimant la France et plus françaises que bien de nos compatriotes descendant d’une longue lignée d’autochtones. On le voit par exemple à l’extrait du livre de Lydia Guirous  ci-dessous ainsi qu’à l’interview qu’elle a accordée à propos du repas de substitution et de la laïcité.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/18/31003-20150318ARTFIG00432-lydia-guirous-il-m-est-arrivee-d-etre-persecutee-parce-que-je-mangeais-pendant-le-ramadan.php

allahestgrandextrait

Néanmoins je pense que les arguments d’Eva sont excellents et plus que pertinents. Le problème c’est l’islam, et critiquer le refus d’intégration sans dénoncer le système qui l’empêche, ce sont des voeux pieux. J’ajouterai que l’appartenance de Lydia Guirous à l’UMP m’interpelle. Même si nous avons des adhérents qui appartiennent à l’UMP, comme nous en avons à Debout la France, au MRC ou au FN, tous unis dans la lutte contre l’islam, on peut s’interroger sur l’engagement de femmes publiques, connues, et écrivain. Peut-on sérieusement être féministe, républicaine, anti-communautariste… et appartenir au mouvement de Sarkozy, Fillon ou Juppé ? Sarkozy qui clamait il y a peu que l’islamisation de la France était inéluctable.

http://resistancerepublicaine.com/2014/islam-hors-de-question-de-faire-a-nouveau-confiance-a-sarkozy-par-beate/

 

Fillon qui a inauguré une mosquée aux côtés d’une petite fille voilée et refuse que l’on critique l’islam.

Juppé qui marche main dans la main avec Tarek Oubrou, de l’UOIF, organe des Frères musulmans en France et qui regrette vivement ses prises de position d’il y a 20 ans…

http://resistancerepublicaine.com/2015/juppe-giscard-chirac-sarkozy-il-y-a-25-ans-denoncaient-lincompatibilite-de-lislam-avec-nos-lois-1-2/

Et Sarkozy :

http://resistancerepublicaine.com/2015/ce-faux-cul-de-sarkozy-pretend-etre-contre-les-repas-de-substitution-et-le-voile-a-luniversite/

http://resistancerepublicaine.com/2015/le-traitre-sarkozy-invite-luoif-et-prend-ses-conseils-ump-islamo-collabo/

 29 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Bonjour Antiislam,

    Comme promis, voici le lien vers l’article de Madame Sorel dont je vous parlais dans mon post précédent, suivi du courriel que je lui ai envoyé en réponse.

    http://www.malikasorel.fr/archive/2012/03/22/tu-tues-mes-freres-je-te-tue.html
    ——————————–
    Madame Sorel,

    Je suis en colère car vous imputez continuellement à la culture arabe ce qui est imputable à la religion musulmane.
    Quand vous parlez de sentiment d’appartenance à la “nation arabe”, qui justifie qu’un Français d’origine maghrébine soit révolté par le sort des Palestiniens, ce n’est pas convaincant.
    Les Palestiniens sont traités comme des parias dans la plupart des pays arabes (à part la Jordanie et le Liban) qui ne les reçoivent pas, ou alors au compte-gouttes et à contre-coeur, leur imposant un contrôle sans merci, et leur accordant un statut juridique très insatisfaisant.


    Mais quand il s’agit de trouver un prétexte pour vilipender les juifs, les musulmans mettent en avant la cause palestinienne, dont ils se fichent éperdument le reste de l’année.

    D’ailleurs, si les musulmans d’Occident disent qu’ils détestent les sionistes, les musulmans d’Orient disent qu’ils détestent les juifs, tous courants confondus, et non seulement les sionistes.
 Cette haine des juifs s’exprime ouvertement, dans les conversations en pleine rue, bombée sur les murs sous forme de graffitis, écrite en gros titres dans la presse des pays musulmans. Cette haine s’exprime sans vergogne sur internet, par la bouche des Imams, dans les prêches des mosquées, retransmises à la télé et écoutées par les musulmans de France et d’ailleurs.
    
Il faut être volontairement aveugle et sourd pour ne pas constater que dans les pays musulmans, ce n’est pas l’état d’Israël pose problème, mais l’existence du peuple juif, que les musulmans ont pour mission d’éradiquer avant tout autre peuple de mécréants. S’il est vrai que Mahomet n’aimait pas les chrétiens, force est de constater qu’il détestait les juifs.

    C’est la raison pour laquelle je suis en colère contre vous et contre toutes les personnes qui essaient de trouver des explications (et parfois des justifications) d’ordre politique, culturel et contemporain à une haine professée par l’islam depuis ses débuts. 
L’islam exhorte les musulmans à être solidaires de leurs coreligionnaires, pas de leurs compatriotes. Il n’y a pas de « nation arabe » qui tienne, quand des Maghrébins vont s’entraîner au Pakistan (pays qui n’est pas arabe) font la guerre aux côtés des Bosniaques (qui ne sont pas des Arabes) et sont révoltés par le sort des Tchétchènes (avec lesquels ils ne partagent aucun héritage culturel).

    Elle est où la “nation arabe” quand des Arabes chrétiens sont kidnappés, violés, emprisonnés, torturés, amputés, ou même crucifiés par leurs compatriotes musulmans ?
 Si tous les Palestiniens étaient chrétiens, croyez-vous que leur souffrance aurait révolté les musulmans de France ?
    Lorsque le Pape a fait son discours controversé à Ratisbonne, des Palestiniens musulmans ont brûlé les églises des Palestiniens chrétiens. Comment se fait-il que les similitudes culturelles propres à la nation arabe n’aient pas joué pour préserver les Palestiniens chrétiens de leurs compatriotes musulmans ?

    Parce-que l’Islam exige d’épargner la vie de ses coreligionnaires, pas celle de ses compatriotes.

    Quand vous dites qu’il faut réduire l’immigration, vous faites plaisir aux non-musulmans. 
Et quand vous dédouanez l’Islam en mettant le terrorisme sur le compte de la culture, vous faites plaisir aux musulmans.

    Vous savez où le bât blesse, mais vous choisissez de ménager le chou et la chèvre. 
A quoi sert de recenser les symptômes d’une maladie, tout en refusant d’en divulguer la cause ?

    Ceux qui aiment la France doivent dire la vérité sur l’islam, car l’islam constitue une menace sérieuse pour la France, et il est responsable de la mort de nombreux Français.

    Madame Sorel, si c’étaient vos enfants qui avaient été exécutés à la sortie de l’école, vous auriez détesté que la religion responsable de leur mort soit dédouanée.

  2. @ Eva ,

    Bonjour,

    Tout de même , je persiste à « craquer » pour Malika Sorel.

    D’autant qu’elle place son site sous l’invocation de citations de l' »Etrange Défaite » de Marc Bloch qui est l’un des plus beaux livres que j’ai lu de ma vie et qui m’a réorienté vers l’amour de la France.

    J’en conseille très vivement la lecture à tous les patriotes qui ne l’auraient pas lu !

    Je pense que si l’EN redevenait ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être , nos lycéens devraient en apprendre par coeur des passages entiers …

    • Je vous comprends, Antiislam: vous n’êtes pas le seul à « craquer » pour le discours de Malika Sorel. Je n’ai jamais entendu personne, à part moi-même, critiquer Madame Sorel. De même pour Mesdames Guirous ou Zouari.
      Toutes les trois tournent adroitement autour de l’abcès, et pas une fois elles n’ont tenté de le crever, car elles savent que cela leur vaudrait le même traitement infect que subissent Mesdames Tasin, Sultan ou Gabriel.
      Madame Sorel conseille à ses lecteurs le blog de Madame Tasin, mais elle-même ne prend jamais le risque de s’exprimer avec la franchise de Madame Tasin.

      Toutes les deux tiennent un discours patriotique, mais l’une est encensée, l’autre pestiférée. Cette différence de traitement vient du fait que Mesdames Tasin, Sultan ou Gabriel ne disent pas DU TOUT la même chose que Mesdames Sorel, Guirous ou Zouari.
      Les premières nomment le mal en incriminant l’islam, et les secondent louvoient adroitement, en disant que le problème est culturel, alors qu’il est religieux.
      Incriminer une culture n’a jamais valu une fatwa à quiconque.
      Incriminer l’islam est un exercice risqué.

      Or c’est l’islam qui est le problème, pas la culture des immigrés.
      Que l’on soit musulman Arabe, Kosovar, Tchétchène, Persan, Turc, chinois, on présente le même type de risque pour la sécurité de nos concitoyens non-musulmans.
      Mais si on est né dans n’importe lequel de ces pays mais qu’on n’est pas musulman, on ne grandira pas imprégné de l’idée que la France est une terre de mécréance qu’il nous faut envahir, vaincre, et islamiser.

      Que Madame Sorel ne soit pas à titre personnel un danger pour la France est une chose évidente, puisqu’elle semble aimer la France.
      Mais elle présente quand même un danger qui n’est pas négligeable, car elle tend à convaincre les Français qu’il est possible d’être musulman et intégré, patriote, respectueux de la laïcité.
      Imaginez que des milliers de Français musulmans commencent à se présenter comme des patriotes sachant mettre les impératifs de leur religion en sourdine pour pouvoir coexister avec les non-musulmans. Cette attitude endormira la méfiance des Français, les encouragera à ne pas s’opposer à la construction de mosquées et d’école coraniques. Et vu que l’islam sera respecté, les conversions à l’islam se multiplieront.

      A présent supposons que dans 10, 20 ou 30 ans, ces musulmans (ou une partie d’entre eux) décident de retourner aux principes de leur religion, et de combattre la démocratie, la liberté et la laïcité.
      Ca s’est déjà vu dans différents pays. Il suffit de voir des films égyptiens des années 60 et 70 du siècle dernier, avec toutes ces actrices musulmanes en minijupe ou bikini, avec des scènes d’amour ponctuées de baisers sur la bouche.
      Il suffit de voir les photos du mariage du Shah d’Iran avec sa seconde épouse Soraya, avec toutes les invitées en décolleté. La mariée était vêtue d’une robe-bustier sans bretelles.
      Quelques décennies plus tard, la chape de plomb de l’islam est tombée sur ces deux pays (et sur bien d’autres), car l’islam reste l’islam.
      Comme l’islam n’est pas réformable, ni fiable, il ne peut être vivable que provisoirement. Nous ne pouvons pas jouer l’avenir de nos enfants aux dés. Ce n’est pas parce-que certains musulmans sont modernes, patriotes et pro-laïcité que l’islam pourrait devenir inoffensif, ou que le danger qu’il représente pourrait être jugulé.
      Les musulmans qui nous font miroiter cette possibilité se trompent, dans le meilleur des cas, ou bien nous trompent, dans le pire des cas.

      J’ai lu avec horreur des « recettes » que propose Madame Sorel pour l’intégration (forcée) des écoliers musulmans en France.
      Elle dit que c’est aux professeurs français d’entamer un bras de fer avec les parents de leurs élèves musulmans, de manière à ce que les écoliers musulmans puissent aimer la France malgré le mépris que leurs parents affichent envers les Français non-musulmans.
      Ceci n’est pas réaliste: les enfants croient toujours de préférence leurs parents plutôt que leurs professeurs, qui changent chaque année, et qui dans le cas de nombreux écoliers musulmans, leur sont présentés par leurs parents comme des mécréants indignes de confiance.

      J’avais beaucoup d’affection et d’estime pour mes professeurs, mes aucun d’entre eux n’aurait pu me faire aimer un pays que mes parents rejettent.
      Mais mes parents (chrétiens non-Français) et mes professeurs (chrétiens non-Français) avaient le même discours sur la France. Un discours d’amitié, de respect, de gratitude, et d’alliance.
      Le discours de Madame Sorel sur l’intégration ne tient pas la route. L’école ne peut rien si les parents sabotent le travail des professeurs.

      Mais là n’est pas le pire. J’ai compris que Madame Sorel se fiche des Français quand j’ai lu son article imputant les assassinats de Mohamed Merah à la révolte éprouvée par les Maghrébins face à la cause palestinienne.
      Je vous mettrai le lien vers cet article.

      Bonne soirée Antiislam

      Eva

  3. Bonjour Pouf,

    J’étais sûre qu’on me rétorquerait que Kamal Daoud s’est pris une fatwa par les islamistes, et que cela prouve sa sincérité.
    Cela ne veut rien dire, car Mohammad Sifaoui s’est pris également une fatwa, et a échappé de peu à un attentat à la bombe, qui a tué un de ses collègues, qui ce jour-là avait emprunté son bureau. Mais la bombe était destinée à Monsieur Sifaoui. Malgré cette fatwa et cet attentat, je ne considère pas Mohammad Sifaoui comme une personne suffisamment fiable, car il est toujours musulman.

    Pour Kamel Daoud, je n’ai pas lu tous ses textes, mais ceux que j’ai lus étaient adroits, c’est à dire qu’ils plaisaient beaucoup aux non-musulmans, mais il n’y attaquait pas l’islam directement, mais les islamistes, ce qui n’est pas pareil.
    Dans son dernier texte au sujet d’une femme afghane battue à mort et brûlée, il ne mentionne pas le mot islam une seule fois dans un texte pourtant long.

    Si vous avez un lien à me communiquer pour que je puisse lire un texte où Kamel Daoud condamne clairement l’islam, je vous serais reconnaissante.
    Quant à sa phrase que vous citez de mémoire, elle ne signifie pas qu’il condamne l’islam. Car dire que les musulmans doivent « se retourner contre leurs mosquées » peut signifier que les musulmans doivent changer l’islam, ou le réformer, ou refuser l’islam « politique », comme disent Mesdames Guirous et Sorel.
    Or il n’y a qu’un seul islam, et il est politique, et impossible à réformer.
    Et les musulmans ne doivent pas se retourner contre les mosquées, mais quitter l’islam, tout simplement.

    La question que je me pose est donc la suivante:
    Est-ce que Monsieur Daoud a dit que c’est l’islam qu’ils faut quitter ? A-t-il lui-même quitté l’islam ?
    C’est une information que je n’ai pas, mais si Monsieur Daoud est un apostat de l’islam, qui condamne l’islam sans détour, je suis prête à revoir totalement mon opinion à son sujet.

    Bonne journée Pouf.

  4. Erreur : Kamel Daoud dénonce l’islam, source de tous les mots ! Tant que les musulmans ne se tourneront pas contre les mosquées, il n’y aura pas de printemps arabe ( approximativement le texte, de mémoire )…C’est net et précis…Et d’ailleurs, il a une fatwa en bonne et due forme sur la tête !

  5. Tant qu’ils quittent pas l’Islam, je suis forcé de croire que des Malika et compagnie, qu’ils pratiquent la takkia, pour moi c’est cause toujours, ils savent trop bien chanté la France pour être honnête, ils font avancé l’Islam comme les autres.
    S’ il y à tant d’horreur que çà dans leurs pays, en sachant cela pourquoi ne quittent ils pas l’Islam pour l’amour de la France belle et sans Islam comme elle est, et pourquoi avoir quitté leurs pays, si c’est pour retrouver la même chose un jour, ils savent comment nous sommes.
    Dite à un Juif  » Je suis un Nazi modéré et j’aime Israël et tous les juifs pour voir  » eux ils ont construit des mur pour ce protéger de l’Islam meurtrière, qu’ils savent trop bien pour l’avoir payé très chère, être pigeon avec les musulmans coûte très chère, la gentillesse avec les musulmans à coûté la vie de plusieurs centaines de millions d’innocents dans le monde.
    Pour moi c’est Eva qui à raison, avez vous vu une Malika ou autre soutenir le Pape pour le génocide Arménien, personne!, comme tous les autres ils tueront des infidèles le moment venu et merci aux idiot utile de l’Islam.
    Nous n’avons pas le droit de faire d’erreur avec qui que ce soi de la part des musulmans et faire encore confiance, et une meurtrière comme l’Islam certainement pas, les musulmans sont des pratiquants de l’Islam, pas de la voile bon sang, et beaucoup trop dangereux, et qui serait fatal pour nos génération futur, et nous sommes déjà à un avancement certain avec l’Islam et trop risqué pour laisser courir.
    L’Islam est comme un serpent, ils serrent ses anneaux au fur et à mesure avec sa proie, il ne doit rien rester de l’Islam, rien!.
    Les choses sont simples, avec Charles Martel et bien d’autres c’était  » l’Islamophobie connaît pas, vous êtes musulmans, dehors! et vive la reconquista!
    Ps : pour avoir une idée, regardez et retenez en mémoire les horreurs, et un très lourd contentieux déjà de l’Islam  » Pourquoi avons nous peur de l’Islam? Dr Bill Warner », sous titré en français pour ceux qui ne savent pas l’anglais.
    Pour moi il y à autre chose que seulement de la peur de l’Islam.

  6. Chère Eva, je vous suis reconnaissante pour cette mise au point et je n’en suis pas déçue, bien au contraire. J’attendais des réponses sur l’auteur ; merci de dissiper les doutes… Je ne pense pas différemment de vous pour tout ce qui concerne la France et son héritage. Française de souche, vos ardents plaidoyers en faveur de la France et des Français me touchent toujours énormément.
    Comme vous, je regrette que ces « musulmanes défendant la laïcité » n’aillent pas jusqu’au bout de leurs déclarations d’amour envers la France. Les autres auteurs que vous citez sont régulièrement encensés par les médias. Mais j’ai toujours été méfiante à leur égard pour cette même raison. Lorsqu’on plaît à France Inter c’est qu’on est un « aligné », qu’on ne dérange pas le politiquement correct.
    Maintenant, j’attends que vous publiiez le récit de vos souvenirs de chrétienne d’Orient. Ils viendraient remettre de la vérité là on ne trouve que du mensonge. Je compte sur vous et j’espère que Christine et tous les contributeurs de RR vous y encourageront. Merci à l’avance.

  7. Bonjour,

    Bravo à toutes les deux !

    Sur votre analyse , Eva , je vous suis totalement : sur la djizya que nous payons déjà etc , etc

    Et comme Christine , j’aurais tendance à être beaucoup moins sévère que vous sur Malika Sorel ou Lydia Guirous , bien que je comprenne parfaitement vos arguments …

  8. Je viens de lire l’extrait du livre de Madame Guirous. On dirait du Malika Sorel, ou du Kamel Daoud.
    Ils sont tous désolés de ce qui se passe en France, mais pas un mot sur la cause de tout cela: l’islam.
    Ils aiment tous la France, mais pas au point de nommer le mal.
    Ils sont étonnés par le manque d’intégration qu’on observe chez beaucoup de Français d’origine maghrébine, alors qu’ils savent très bien que l’islam interdit cette intégration.

    Comme ils doivent nous prendre pour des ignorants, pour tenter de nous berner ainsi !
    Les Français ne se lasseront-ils donc jamais d’être menés en bateau par des « musulmans Et laïques » (cannibales Et végétariens) ?

    Madame Guirous nous manipule tout au long de son texte mentionné plus haut, tout en prétendant que la communauté maghrébine est « manipulée ».
    Les Français musulmans ne sont pas manipulés, ils sont musulmans. Et ils ne font qu’obéir à leur religion, qui leur interdit de s’intégrer sur une terre de « mécréance » comme la France, ou même de ressembler à des « mécréants » comme les Français non-musulmans.

    Ca me rappelle Madame Sorel qui se disait ulcérée par les Français musulmans qui refusaient d’être enterrés dans des cimetières non-musulmans. Elle est pourtant musulmane, a grandi dans une famille musulmane, a fait des études universitaires en Algérie, y a vécu et travaillé une quinzaine d’années, et elle ne savait pas que les musulmans ne se font pas enterrer à côté des « kouffar » (1) ?
    Croit-elle que quand un musulman débarque dans un pays non-musulman, il abandonne les principes de sa religion à la frontière ?
    Moi quand j’ai traversé la frontière, je suis restée chrétienne, et ça n’a pas entravé mon intégration en France.
    Etre musulman est un obstacle à l’intégration en France. Jamais Mesdames Sorel, Guirous ou Zouari ne le disent.
    Je suis fatiguée d’observer chez elles cette attitude de pucelles choquées: elles ont toujours l’air de débarquer, après 14 siècles passés dans un placard. Ne sont-elles pas au courant que l’islam méprise tous les non-musulmans, et a pour mission de les convertir, de gré ou de force, à l’islam ?
    Ce sont des musulmanes qui sont vierges de l’islam. Elles le découvrent, effarouchées.
    C’est tout juste si ce n’est pas à nous, les non-musulmans, de les y initier !

    Pour moi, le véritable patriote français est celui qui quitte l’islam, car l’islam lui interdit d’aimer un pays non-musulman.
    Le patriote français est celui qui descend dans la rue quand il y a une manifestation contre la charia qui menace la France.
    Dans ces manifestations, je n’ai vu ni Madame Guirous, ni Madame Sorel, ni Madame Zouari, ni Messieurs Tahar ben Jelloun ou Kamel Daoud.
    Nous ne les voyons pas non plus quand il y a une manifestation contre la construction d’une mosquée ou d’une école coranique.
    Jamais un mot de leur part sur les non-musulmans massacrés ou persécutés dans de nombreux pays musulmans, y compris leur pays d’origine, que Madame Guirous dit avoir fui à cause de la « décennie noire ». Pas à cause de l’islam. Non, c’était une décennie, toute de noire vêtue, qui a égorgé des milliers d’Algériens à elle toute seule.

    En résumé: Jamais un mot sur l’islam, sur Mahomet, sur le coran, qui sont pourtant le noyau du problème.

    Le journaliste français Jean-Pierre Péroncel-Hugoz raconte comment il avait supplié Tahar ben Jelloun, il y a plus de 30 ans, de profiter de sa notoriété pour parler des massacres que subissaient les Libanais chrétiens, pour informer l’opinion publique française.
    Ben Jelloun a promis de le faire, et ne l’a pas fait. Jean-Pierre Pétoncel-Hugoz raconte cela, sur un ton désolé et pas du du tout revanchard, dans son livre « Une Croix sur le Liban ».

    J’aimerais que ces musulmans « laïques et patriotes » nous donnent la recette du clivage qu’ils ont opéré dans leur personnalité pour pouvoir être musulmans et aimer néanmoins un pays de mécréance comme la France.
    Je constate qu’il suffit à ces musulmans d’afficher de bons sentiments envers la France pour qu’ils soient encensés.
    Est-ce un effet de la haine de soi dont souffre la France ?
    Pourtant la France est l’un des pays les plus faciles à aimer.
    ————————–
    (1) Je n’ai pas mis un « s » à la fin de « kouffar », car kouffar est le pluriel de « kâfir » (féminin: kâfirah). Comme c’est un mot étranger, je pense qu’il n’est pas nécessaire de l’accorder suivant les règles de la grammaire française.

    • Pardon pour les fautes d’orthographe, mais il était trois heures du matin…

Les commentaires sont fermés.