Lettre à « La Vie » qui voudrait nous faire pleurer sur le sort des Palestiniens, par Aliza

En complément au témoignage d’Aliza, voici la lettre qu’elle a envoyée à La Vie.
Le 30 octobre, j’ai voyagé depuis Tel Aviv sur le même vol que le groupe que vous avez  constitué. Ayant sympathisé avec quelques personnes, qui ont commenté le programme, j’ai été surprise de constater qu’ils n’ont pas obtenu un aperçu complet  et  impartial de la situation. Un seul intervenant israélien, atypique et peu représentatif de la société. Pourtant, des députés (de tout bord), des journalistes, des hommes d’affaire francophones, cela ne manque pas à Jérusalem et Tel Aviv. Les  Arabes dits  »palestiniens » sont présentés comme des gens pauvres et malheureux souffrant de spoliations et de dérives.  Très étonnant : des musulmans parfaitement intégrés et heureux, cela ne manque pas. Il fallait essayer de les rencontrer.
Il aurait fallu, aussi, faire visiter davantage Jérusalem (Mamilla, Ben Yehuda) et les participants auraient pu rencontrer des  femmes d’une trentaine d’année , belles, élégantes, maquillées  portant un  »voile » de couleur vive, assorti à leurs vêtements. Elles complètent leurs toilettes par de splendides boucles d’oreille formant parure avec colliers, bracelets, bagues, en or sertis de pierres  précieuses.

La plupart portent des jeans très serrés, des tee-shirts ou des tuniques un tantinet moulantes, qui mettent en valeur un joli corps. Of course, toutes possèdent IPhone 5  et/ou baladeurs.

Ces jolies femmes circulent librement dans toutes les artères de la ville moderne, font leurs achats dans  les boutiques à la mode : elles paient par carte bancaire, sortent avec des paquets plein les bras.  Le soir, revêtues en sportswear, elles font du jogging le long de la nouvelle promenade plantée. Elles s’installent dans tous les bars et restos branchés seules (sans homme pour les chaperonner), commandent les meilleurs plats et paient toujours par carte bancaire.
Toujours,  le long de la promenade plantée, des jeunes filles se baladent main dans la main avec leur amoureux. Les jeunes hommes sont eux – aussi habillés à l’occidentale : jeans + tee-shirt.
Il est évident que la plupart de ces femmes ne travaillent pas (on les rencontre à toutes les heures de la journée). Leurs  maris possèdent des entreprises : en général, bâtiment, menuiserie, marbrerie, ferronnerie. Il y a également beaucoup de médecins spécialisés, voire chirurgiens ou chefs de clinique dans les grands hôpitaux du Pays. Vous auriez pu essayer de les contacter pour témoignage. 
La plupart possèdent des voitures, sinon elles voyagent par les moyens de transport en commun :  lignes israéliennes de  bus ou la nouvelle ligne de  tramway qui traverse  la ville d’ouest en est. Cette ligne de tramway  traverse des quartiers où l’on aperçoit de magnifiques demeures, des villas sur deux/trois niveaux. Sont -ce des camps de réfugiés ?? (no comment). Il aurait fallu aller visiter ces quartiers/villages.
Dans les bus, on rencontre souvent des très jeunes filles de 14 -18 ans qui parlent couramment hébreu, puis continuent la  conversation en arabe. Après leur scolarité (les écoles dispensent un enseignement en arabe SUBVENTIONNE par l’Etat d’Israël), beaucoup suivent les cursus standard des universités  israéliennes :  les deux campus de Jérusalem, celui de Bar Ilan, celui de Haiffa, celui de Beersheva……
De plus en plus d’Arabes dits  »palestiniens » effectuent un service civil de deux ans au lieu du service militaire. Beaucoup sont également bénévoles au sein du Maguen David Adom (Croix rouge). Au mois de mai 2013, lors du concours  »the Voice », le premier prix  a été attribué à une musulmane : Lina Mahloul.

La chaîne de télévision  israélienne culturelle  » 33  » diffuse des programmes en langue arabe. Les présentatrices/journalistes : belles  jeunes femmes  au langage libre, vêtues   à la mode occidentale, arborant chevelure flamboyante !!!    Vous auriez pu essayer de contacter l’une d’entre elles. 

Toutes ces Arabes israéliennes habitent aux alentours de Jérusalem  : Beit Safafa au sud, Bethléem, Jabel Mukaber,  Abu tor,Silwan ( en hébreu : » shiloah »  période du Roi Ezéchias ayant régné en Judée  en -700), Tzur Baher, Shouafat ( en hébreu : vallée de Jospahat, du nom du Roi Josaphat ayant régné en Judée aux environs de  – 870)

Récemment, j’ai rencontré – lors d’une croisière de 8 jours à destination de la Grèce – plusieurs familles musulmanes aisées, parlant hébreu, profitant de toutes les activités.

Ils/elles le disent haut et fort, jamais au grand jamais, ils/elles  ne quitteraient Israël pour aller vivre dans  »l’enfer islamique ».

Ces quelques détails vous seront peut-être utiles pour la programmation d’un prochain voyage.

Bien cordialement,

Aliza  

(NDLR Les commentaires postés les 16 et 17 novembre ne seront validés que le 18)

 108 total views,  2 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Votre lettre à « La Vie » est tout un programme d’information à proposer à nos chaînes de télévision française qui pratiquent la désinformation et la déformation des opinions du public français qui, dans son pseudo humanisme bobo (gaucho) cherche à verser des larmes de crocodile sur le sort des « pauvres » palestiniens.
    Il serait judicieux également de rappeler le niveau de soutien matériel (logistique, hospitalier, énergie, eau, transports… ) du peuple Israélien au « pauvre peuple palestinien ».
    Bien vu Aliza. Bon courage

  2. Merci Aliza,
    Pour être allé souvent en Israel je peux absolument confirmer ce que vous dites. Mais la mauvaise foi de nos dhimmis est sans limites.

Les commentaires sont fermés.