L’aide au retour à l’emploi finance-t-elle achat et réparation de voitures ?

L’aide au retour à l’emploi va, dans certains (tous ? ) conseils généraux jusqu’à financer l’achat de voitures d’occasion ou de réparation de voiture…

On le voit clairement expliqué sur le site du Conseil général du Pas de Calais, avec les témoignages sur le forum qui suit la présentation :

http://direccte.gouv.fr/IMG/pdf/4_PAGES_No25_APRE.pdf

Si l’on peut comprendre que l’on aide pour la caution de leur loyer ceux qui viennent de trouver un emploi, les aides à achat et réparation de voiture (et je n’ose pas imaginer ce que nous ne savons pas… ) me semblent inacceptables -sauf à être un prêt, une avance remboursables, ce qu’a priori ils ne sont pas-  parce qu’ils ajoutent une inégalité de plus entre Français ou plutôt entre habitants de notre pays.

Nombre d’adhérents de Résistance républicaine me confient régulièrement avoir dû choisir entre leur voiture et leur frigo ; autrement dit entre rouler ou manger.

Est-il concevable que certains fassent les efforts de prendre les transports en commun, les mobylettes et autres vélos pour se déplacer, actifs ou retraités, salariés ou chômeurs et que d’autres appuient sur le bouton de l’aide sociale pour que tout tombe tout cuit dans leur bouche ?

Je prétends que non et quand je vois circuler des documents comme celui-ci je vois rouge, tout simplement.

réparation véhicule

Christine Tasin

 88 total views,  2 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Bonjour, franchement j’allucine, j’ai beaucoup de mal à croire tout ce je lis. Je pense que vous ne vous êtes jamais retrouvés dans la panade pour tenir de tels propos.
    Depuis toute petite je trime, j’ai grandi en crevant la faim et en me privant pour laisser à manger à mes frères et soeurs, je n’allais pas toujours à l’école mais j’ai quand même appris par moi même, ce que je ne savais pas je le damandais, ce que je ne comprennais je prenais un dictionnaire, j’ai réussi à grandir, à me faire une petite place dans cette socièté qui est très rude.
    depuis que j’ai eu l’âge de travailler, je ne me suis jamais arrêtée sauf pour mes enfants, je pensais qu’en devenant adulte, je pourrais respirer et me dire que la vie est meilleur, mais non finalment, aujourd’hui je travaille toujours mais à la sueur de mon front et si je n’avais pas de voiture pour aller faire les toilettes à domicile ou le ménage ou m’occuper des enfants ou encore des personnes handicapées, je ne pourrais pas travailler car pourune seule famille je peux parcourrir 40 km et je me vois mal les faire à pieds. Tout ça pour vous dire que parfois, oui, nous avons besoin de l’aide de l’état et croyez que si nous pouvions éviter de quémender comme vous dîtes et bien nous le ferions.
    A l’instant ou je vous écris, je n’ai plus de compte bancaire parce qu’on me le clôture, je vais travailler mais parce qu’on m’a prêté une voiture, je suis hébergée parceque je n’ai plus de logement, je travaille pour la peau car c’est la seule fierté qu’il me reste aujourd’hui, pouvoir dire que je travaille même si je suis toujours demandeur d’emploi puisque je suis en cdd faisant le boulot d’une aide soignante mais comme je ne suis pas diplômée, on ne me paye pas au même tarif et on ne me fait pas de cdi, mais je continue à travailler car j’aime ce que je fais et je le fais par amour pour mon prochain.
    Alors je vous le dis, je n’ai aucune aide et ne mettez pas toutes les personnes dans le même panier !!!
    Merci.

    • Bravo Betty pour votre courage et votre détermination. Il me semble que sur ce sujet nous avions été très clairs, il s’agissait de dénoncerles abus, rien de plus et non pas de généraliser !

  2. Nous sommes d’accord …Il y a aussi cette culture de l’effort personnel qui nous fait défaut , mais franchement savoir se passer des aides de l’Etat, quand on touche le RSA peut paraître ( pour certains) un luxe !

    Et puis, il y a aussi le phénomène du vieillissement physique de l’humanité contemporaine qui doit être pris en compte: il est un fait que nos grands parents et nos aïeux, disposaient de ressources vitales qui nous font défaut et ce processus ira croissant, jusqu’à la perte complète ou partielle de facultés qui nous paraissent encore aujourd’hui tout naturellement disponibles et ce sont bien des appareils ou des machines qui feront le boulot à notre place!

    Je suis en contact, fréquent avec des gens qui sont vraiment dans la m….et moi même je l’ai été…Il est vrai que ce sont des amis qui m’ont aidé et parfois mes proches :mais c’était dans un tout autre contexte : en 1973, lorsque l’on quittait un boulot le mardi, il était relativement facile de se faire embaucher le vendredi et le plus souvent pas loin de chez soi, même en milieu rural…Et puis c’était une époque plus…conviviale, non?
    Ne comparons pas cette époque avec la nôtre…Qui ne nous demandait pas d’être si « réactif » avec Internet et dépendant de toutes ces nouvelles technologies qui détruisent encore plus d’emplois qu’elle n’en créent , et ce, pour de nombreuses années encore, et modifient considérablement nos comportements et notre compréhension du monde
    qui nous entoure, que l’on soit ou non dans une détresse financière et morale et quelque soit notre position sociale.
    Voyez-vous, c’est toute l’organisation sociale qui doit être repensée! Nous restons sur les concepts et formes issus pour la plupart du 19è siècle alors que nous nous dotons de technologies « intelligentes » de plus en plus inouïes !

  3. Non, Christine ! Tout ne tombe pas » tout cuit dans la bouche » comme vous le dites…Ces aides sont parfaitement justifiées dans certains cas et comme toutes aides accordées par l’Etat, elles peuvent faire l’objet d’abus…Mais allez donc exprimer vos griefs aux personnes concernées…Surtout dans des régions économiquement sinistrées (même si des alternatives économiques voient le jour ici où là…) Ne soyez pas aussi péremptoire dans vos propos :un véhicule reste malheureusement le seul moyen de se rendre à son boulot ! Tout le monde n’a pas le métro, le tram, le bus à sa porte !!!
    En outre, ne vous y trompez pas : ce que l’Etat donne d’une main , il le reprend de l’autre…Par le biais de ses services fiscaux!
    Le problème est plutôt de savoir comment faire en sorte que de moins en moins de gens aient besoin de ces aides, dans des régions comme le Nord Pas de Calais avec ses légions d’immigrés…C’est plutôt le coût de l’immigration qu’il faut considérer par une vision globale du problème et non pas ponctuelle !

    Service-Public.fr : Le site officiel de l’administration française
    Aide personnalisée de retour à l’emploi (APRE)
    Navigation et services
    Poser une question

    Courriel

    Accéder à mon compte mon.service-public.fr
    Rubriques

    Particuliers
    Professionnels
    Associations

    Services en ligne et formulaires
    Annuaire de l’administration

    Moteur de recherche
    Rechercher

    Argent
    Etranger – Europe
    Famille
    Formation – Travail
    Justice
    Logement
    Loisirs
    Papiers – Citoyenneté
    Social – Santé
    Transports

    Particuliers
    Social – Santé
    Minima sociaux
    Revenu de solidarité active (RSA)
    Aide personnalisée de retour à l’emploi (APRE)

    Réduire la taille du texte
    Augmenter la taille du texte
    Ecouter le texte avec ReadSpeaker Ecouter
    Imprimer

    CTRL+P pour imprimer
    Envoyer

    Navigation interne
    Vos droits et démarches

    Revenu de solidarité active (RSA)
    Conditions à remplir et démarche (6)
    Français de 25 ans et plus
    Français parent isolé
    Français jeune actif
    Étranger de 25 ans et plus
    Étranger parent isolé
    Étranger jeune actif
    Montant et versement (3)
    Calcul du montant
    Conditions d’attribution et de versement
    Suspension et réclamation
    Situation du bénéficiaire (2)
    Droits et obligations
    Aide personnalisée de retour à l’emploi (APRE)
    Comment faire si…
    Tous les dossiers de A à Z
    Agenda des démarches
    Glossaire
    Textes officiels

    Publicité
    Aide personnalisée de retour à l’emploi (APRE)

    Mise à jour le 12.03.2013 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)
    Principe

    Une aide personnalisée de retour à l’emploi (APRE) peut vous être attribuée si vous êtes bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA) soumis à l’obligation de recherche d’emploi. Cette aide a pour objet de prendre en charge tout ou partie des coûts auxquels vous devez faire face lorsque vous débutez ou reprenez une activité professionnelle.

    Bénéficiaire
    Objet de l’aide
    Demande
    Conditions de versement
    Où s’adresser ?
    Références

    Bénéficiaire

    Vous pouvez prétendre à l’aide personnalisée de retour à l’emploi, si vous êtes bénéficiaire du RSA soumis à l’obligation de recherche d’emploi, c’est-à-dire si :

    si les ressources de votre foyer sont inférieures au montant du RSA socle correspondant à la composition de votre famille,

    et si vous êtes personnellement sans emploi ou si votre salaire mensuel moyen des 3 derniers mois est inférieur à 500 €.

    Haut
    Objet de l’aide

    L’aide personnalisée de retour à l’emploi a pour objet de prendre en charge tout ou partie des coûts auxquels vous devez faire face lorsque vous débutez ou reprenez une activité professionnelle.

    La reprise d’activité peut consister en la reprise d’un emploi, l’entrée en formation ou la création d’une entreprise.

    Les dépenses susceptibles de donner lieu au versement de l’aide sont les dépenses :

    de transport (par exemple : prise en charge de titres de transport en commun ou de frais de carburant, …),

    d’habillement (aide à l’achat de vêtements ou chaussures adaptées à l’emploi),

    de logement (aide au déménagement par exemple),

    d’accueil de jeunes enfants (prise en charge de frais de garde),

    d’obtention d’un diplôme, d’une licence, certification ou autorisation professionnelle.

    Chaque conseil général fixe les dépenses susceptibles de donner lieu à l’attribution de l’aide personnalisée de retour à l’emploi et les conditions dans lesquelles cette aide est attribuée (notamment son montant en fonction de chaque catégorie de dépense).
    Haut
    Demande

    Vous devez formuler votre demande d’aide auprès de votre référent unique.

    La demande peut être faite au moment de la reprise d’activité ou dans les premiers mois qui suivent, si certains besoins surgissent (par exemple, besoin de déménager pour se rapprocher de votre lieu de travail, de faire garder vos enfants, etc.).

    Vous devez fournir les justificatifs de votre reprise effective d’activité et des besoins au titre desquels vous sollicitez l’aide (contrat de travail, devis, factures, …).
    Haut
    Conditions de versement

    Soit l’aide vous est versée directement, soit elle est versée à un prestataire, sur la base de justificatifs, selon des modalités et dans la limite de plafonds fixés par chaque conseil général.
    Haut
    Où s’adresser ?
    Ville ou code postal : Mémoriser ce lieu

    Pôle emploi – Pôle emploi – réseau local Pour effectuer la demande d’aide auprès de votre référent unique Pôle emploi

    Bien cordialement BJ

    • Je veux bien ne pas être péremptoire mais tout de même il y a des limites. Mon grand-père, bûcheron de son état, a fait toute sa vie 15 km aller et autant retour matin et soir pour aller travailler et chacun de ses 7 enfants se débrouillait à vélo Je ne suis pas nostalgique, et pour cause, de cette période, mais il y a un juste milieu qui n’est pas respecté. Et « ne vous y trompez pas : ce que l’Etat donne d’une main , il le reprend de l’autre…Par le biais de ses services fiscaux!  » ça pose un autre problème c’est que ceux à qui on paye tout ne payent pas d’impôts et que ce sont les petits, tout petits qui se passent de voiture notamment qui payent pour tout le monde.Il y en a marre. Et je suis une femme de gauche, jusqu’au bout des ongles. Seulement on m’a appris « aide-toi et le ciel t’aidera » ce qui, traduit, signifie : démerde-toi sans penser à appeler l’Etat à l’aide…

      • Non mais, ce qu’il ne faut pas lire !!! J’hallucine, bordel, quand est-ce que ces assistés quémandeurs de toutes sortes vont se voir refuser leurs délires !?! MARRE de payer pour ces bons à rien !!! Pfff, si jamais j’ai la boite de vitesse de ma caisse qui vient de lâcher, je vais aller pleurer au conseil général pour savoir s’il peut régler la facture, 3700€, sympa non ?! Qu’est-ce que je suis Kon, j’allais me démerder pour la réparer moi-même dans le froid avec les moyens du bord, et les bons filons d’occasion… HONTEUX !

Les commentaires sont fermés.