Morale laïque selon Peillon : « la neutralité est celle des agents et non celle des élèves »


Voilà ce que l’on lit page 30 du rapport commandé par Peillon qui veut créer un enseignement de morale laïque.

Cette phrase fait froid dans le dos et relativise tout le reste. Ce que Peillon et la clique Hollande appellent « laïcité » c’est la laïcité anglo-saxonne et non la laïcité à la française issue de  la loi de 1905. Et c’est ce modèle qu’ils veulent imposer à nos enfants : la liberté de penser, de croire mais aussi et surtout la liberté d’afficher ses croyances, ses superstitions et la nécessité pour autrui de les respecter, voire de s’y conformer.

C’est monstrueux.

Mais logique. Les socialistes au pouvoir veulent nous imposer une autre civilisation, dans laquelle règne le relativisme. Il faut lire ce passage, terrible, qui dénigre la morale traditionnelle, celle que nos parents et grands-parents écrivaient et répétaient chaque jour à l’école : « La morale commune ne peut plus, à l’image de la morale laïque du passé, prescrire et imposer la conception d’une vie bonne, ce qui reviendrait à imposer une conception du bien parmi d’autres, en violation de la neutralité laïque, et pourrait mettre les élèves et leur famille dans une situation délicate. Le principe et le fait du pluralisme doivent être respectés. « (page 23).

Vous avez bien lu. Le bien en soi n’existe plus. Le kalos kagathos (beau et bon) des Grecs n’existe plus. Les dix commandements de l’Ancien Testament, principes de respect de l’autre et de soi plus qu’application d’un ordre divin, n’existent plus. La morale contenue dans les fables et les contes de fée n’existe plus non plus, forcément.   

Tout ça, ça dépend.  Dire que tuer est mal serait imposer une conception du bien parmi d’autres. Dire que l’égalité homme-femme c’est bien serait imposer une conception du bien parmi d’autres. INTERDIT  ! Et puis, après tout, la belle-mère de Blanche-Neige a raison de l’empoisonner puisqu’elle lui fait de l’ombre. Et puis, après tout, le loup a raison de manger les moutons, ces imbéciles qui se laissent faire…

La conclusion, c’est que si les enfants défendent les attentats terroristes, le voile, les prisons ambulantes portées par les femmes, cela ne pose aucun problème, et chacun doit accepter, entendre et ne pas critiquer. Elle est pas belle la morale laïque de Peillon ?

Ils avaient déjà fichu en l’air nos héros fondateurs, avaient persuadé nos enfants qu’il était raciste de parler de « nos ancêtres les Gaulois », les avaient contraints à passer des heures à parler de l’esclavage et de la colonisation dont leurs ancêtres s’étaient rendus coupables, mais cela ne suffisait pas, il faut, à présent, que nos enseignants forment des millions de petits monstres, des petits Cohn Bendit prêts à tout, sans science ni conscience.

Je ne comprends pas que les Frigide Bardot, capables de mettre un million de personnes dans la rue contre le mariage unisexe ne lèvent pas le petit doigt contre cette ignominie qui se prépare et qui devrait conduire tous les parents à aller camper devant le ministère de l’Education nationale avant de se faire porter pâles pour rester à la maison et éduquer leurs enfants, parce que les laisser à l’école de Peillon-Hollande, c’est les mettre en danger.

Je passerai sur le reste, toutes les tartes à la crème des pédagogistes, les heures enlevées aux apprentissages fondamentaux pour faire « vivre ensemble », « causer ensemble » nos enfants.

Je gloserai en passant sur les incohérences du système, qui prétend que  » L’enseignement de la morale doit former le jugement moral, c’est-à-dire la capacité des élèves d’apprécier et de discuter les jugements moraux » au moment où  on n’enseigne plus la dissertation ni même la discussion ni même l’argumentation au collège et que même des élèves de lycée peuvent passer à travers les gouttes pour ne jamais faire un devoir de réflexion quand leurs enseignants, afin de les préparer au choix du bac leur donnent systématiquement le choix entre dissertation, commentaire et sujet d’invention. Il y a de quoi hurler quand on voit le vide sidéral, les heures à ne rien faire qui vont être utilisées pour soi-disant former le jugement et en fait créer du vide là où il y avait un tant soit peu de morale.. Il n’y a pas de meilleure façon de former le jugement que la dissertation et tout le reste n’est que littérature ou plutôt… animation creuse.

Comment un jeune qui ne s’est jamais battu contre les arguments opposés, à qui on dit que ce qu’il pense et ressent est le must peut-il savoir choisir, comment saura-t-il faire des choix dans sa vie adulte ? Parce qu’émettre un jugement moral c’est aussi ou plutôt c’est d’abord ça et cela suppose,  forcément,  qu’on ait réfléchi à la notion de bien commun et d’individualisme

Enfin, est-il besoin de commenter ces phrases : «  L’enseignement laïque de la morale devrait être articulé autour de deux grandes dimensions : une dimension d’enseignement proprement dite et une dimension « vie de la classe » et « vie scolaire » pour favoriser une culture de la responsabilité, de l’égalité, de la coopération, de la solidarité. »

Bref,  les Athéniens et leur idéal de formation au beau, au bon, à l’équilibre, par la culture, par la connaissance, par l’effort, jetés aux oubliettes.

Les nouveaux Spartiates sont arrivés. Ils n’ont pas encore réussi à nous enlever nos enfants dès l’âge de 7 ans pour les élever collectivement dans l’ignorance et la loi de la débrouille mais ils ont commencé leur travail de démolition de leur cerveau et de notre culture.

Les bons Spartiates étaient très doués pour chasser les Hilotes, chez nous les Spartiates s’appellent Peillon, Taubira, Valls, Hollande… et les Hilotes, pourchassés et mis à mort sont l’humanisme, la connaissance, le respect de l’autre… et le Français d’origine.

Je hais ces salauds.

Continueront-ils leur œuvre de mort jusqu’en 2017 ? Le peuple laissera-t-il faire ?

La première étape, pour défendre nos enfants, c’est le 22 juin. Tous à 13h30 place Denfert-Rochereau.

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


8 thoughts on “Morale laïque selon Peillon : « la neutralité est celle des agents et non celle des élèves »

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Cher Laurent j’ai transformé votre commentaire en post, avec votre aimable permission, je pense qu’il paraîtra mercredi !

  1. AvatarFOURCADE

    Avant d’attendre l’application de cette décision sur la moral laïque à l’école pour en connaitre les dérives possibles que l’on peut supposer.,il serait,judicieux que vous donniez des exemples flagrants de ces dérives concernant « la neutralité est celle des agents et non celle des élèves »
    Car cette notion me parait très vague vu toutes les particularités des agents et des élèves.concernant le public et le privé notamment.Ex:crèche Baby Loup

    1. Avatarresistancerepublicaine

      C’est simple, on demande aux enseignants de ne pas faire de prosélytisme mais on accepte celui des élèves… On est juste dans le cas de figure éducation nationale donc pas dans le domaine Baby loup

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Coco, je suis perplexe devant cet article, ça ne sent pas l’objectivité, mais le sujet est en effet important. A approfondir

Comments are closed.