A propos de Ries, le chantre de la fusion alsacienne,par Apocalyptus

Publié le 10 avril 2013 - par - 4 commentaires

Pour défendre cette fusion, il n’y avait pas plus zélé que Roland Ries, maire de Strasbourg et sénateur socialiste. Mais ce personnage, sans doute grand défenseur de l’alsacianité, n’apparaît-il pas quelque peu trouble quand par ailleurs on apprend qu’il fait partie d’une liste de 36 sénateurs « socialistes » qui, actuellement, veulent promouvoir l’anglais, langue du globalitarisme, au sein des universités?

D’après ces politiciens, l’enseignement, les examens et concours, mémoires et thèses devraient pouvoir se faire dans une langue autre que le français. Nous ne parlons pas ici des départements de langues, mais de l’enseignement supérieur dans son ensemble. Et, à moins d’être totalement naïf, chacun sait pertinemment que cette langue « autre » est l’anglais, certainement pas l’italien et encore moins le breton.
Alors, vis-à-vis des Alsaciens en particulier et des Français en général, on est en droit de se demander quelle identité réelle peut bien défendre ce « rassembleur alsacien » chantre du tout-anglais! La défense de l’identité, c’est bien; la vigilance face à des têtes de Janus qui récupèrent et dévient des aspirations identitaires légitimes a priori, c’est encore mieux.

sur les 36 sénateurs « socialistes », voir
article « chou-fleur breton et langue française », sur:
www. avenir-langue-francaise.fr

Apocalyptus

Print Friendly, PDF & Email

4 réponses à “A propos de Ries, le chantre de la fusion alsacienne,par Apocalyptus”

  1. Avatar thierry1354 dit :

    Il y a eu l’ordonnance de Villers-Coteret en 1539 édictée par François 1er qui promulgua que le français devenait la langue officielle et obligatoire dans tout le royaume de France. Tous les documents rédigés en latin quels qu’ils soient devaient être traduits en français pour être reconnus et validés. Et cela n’a jamais été abrogé. Dans le Préambule de notre Constitution il est bien dit que le français est la langue de la République. L’anglais est un supplétif linguistique et culturel très utile et valable en soi mais ne peut pas se substituer au français.

  2. Laurent Laurent dit :

    Thierry a raison. j’ajouterai que les médias sont les grands responsables d’abord de pratiquer l’anglicisme car »ça fait bien ».
    Hors, il faut se rappeler que le français était utilisé dans les actes notariés…..anglais, car cette langue est plus précise. L’anglais s’est introduit surtout avec la généralisation de l’informatique – mes premiers bouquins IBM étaient tous en anglais car ils coûtaient trop chers en français – mais aussi avec la vulgarisation des musiques Rock, twist etc.
    Par contre, il faut reconnaître que les langages de programmation en anglais sont plus pratiques!

  3. Avatar apocalyptus dit :

    Je viens de découvrir une autre information sur Roland Ries, maire de Strasbourg, qui cadre encore mieux le personnage.
    A propos des cantines scolaires à Strasbourg il a eu cette phrase mémorable, confondante de surréalisme:
    « Nous servons de la viande halal par respect pout la diversité,
    mais pas de poisson le vendredi par respect pour la laïcité ».

Lire Aussi