Comment on maltraite nos enfants à l'école, par Muriel

En tout début d’année ma fille est entrée en classe de 3ème et s’est retrouvée  dans une classe où elle est la seule élève à avoir un cours de Grec ( cours en option non obligatoire ).- L’ancien professeur de latin-grec que je suis vous donne à lire avec un terrible serrement de coeur ce témoignage, emblématique de ce qui se passe pour ceux de nos enfants qui voudraient en savoir, en faire un peu plus que les autres…  et qui explique en partie pourquoi on fait de moins en moins de latin-grec dans nos établissements scolaires (NDLR C. Tasin)-.  

 

Les emplois du temps sont distribués et les élèves demandent à ce qu’un cours de français soit déplacé sur l’heure de midi, de façon à ce qu’ils puissent sortir plus tôt du collège le vendredi après midi. Le professeur principal répond à toute la classe que c’est impossible à cause de Lea ( ma fille ) qui a son cours de Grec le midi. Les enfants le prennent très mal et de suite s’en prennent à ma fille, lui disant que par sa faute le vendredi ils sortiront plus tard quand ils auraient pu sortir plus tôt… – La violence et la haine, n’ayons pas peur des mots, que peut susciter la perspective de rester une heure de plus au collège un soir alors que, sans l’autre, sans les autres, on pourrait aller discuter une heure sur le trottoir avec les copains est quelque chose de démentiel, que j’ai vu. Tant qu’un enseignement est obligatoire et que l’heure de 16 à 17 concerne tout le monde, pas de problème. Mais si un individu fait le choix de faire  ce qui n’est pas obligatoire et oblige donc le groupe tout entier à  décaler sa sortie,  on assiste à un phénomène archaïque, une cristallisation des frustrations qui renvoie à la pratique du bouc émissaire. Sans oublier qu’il faut faire payer à l’autre le fait que ce soit une « intello », qui vous renvoie à votre niveau, adepte du moindre effort et des petits plaisirs faciles...(NDLR C. Tasin)-.  
Pendant des mois elle a subi de la part de ses camarades, brimades, harcèlement, dégradation de son matériel, humiliations et même une gifle en plein cours !! Ma fille ne m’a rien dit elle a endurée tout ceci dans le silence !!

Son comportement à la maison était devenu très agressif envers nous et sa soeur . Bien entendu je n’y comprenais rien, mais je me doutais qu’elle vivait des trucs pas cool au collège et malgré mes nombreuses demandes elle n’a jamais rien dit, jusqu’à Noël !! Là je reçois une de ses amies et sa maman à la maison et c’est la maman qui m’a dit ce qui se passait… Comme j’avais l’email du professeur principal j’ai écrit de suite lui demandant pourquoi elle avait dit aux enfants que, par la faute de ma fille la demande du déplacement de cours ne pouvait être acceptée. Je lui ai dit que je ne trouvais pas ça malin et je lui décris ce que ma fille endure depuis… Peu de temps après je reçois sa réponse dans laquelle, elle me dit qu’elle a très bien fait !! Que si c’était à refaire elle recommencerait,  que c’était comme ça et que ce n’était pas à moi de lui dire comment faire avec sa classe !! Elle me demande le nom des élèves les plus virulents et me dit qu’elle ne s’occupera pas de toute la classe car elle « craignait » que cela soit pire pour ma fille !! Je donne les noms des 5 pires élèves donc en précisant que si elle ne faisait rien pour les autres la situation
ne changerait pas pour ma fille !! Elle refuse catégoriquement et s’occupe que des 5 élèves… – Sans connaître exactement le contexte, sans savoir qui est le professeur principal, on peut penser que celui-ci, dépassé par l’indiscipline, affolé à la perspective de mal commencer l’année et de ne pas réussir à s’imposer à une classe hostile et donc menaçante a choisi, consciemment ou inconsciemment, de faire explicitement porter sur les épaules de Léa les difficultés, déplaçant ainsi l’agressivité, ce qui lui permet de faire cours dans de meilleures conditions…(NDLR C. Tasin)-

 

Le calme a duré quelque temps puis… Ma fille n’en pouvant plus me raconte à nouveau tout ce qu’elle doit endurer en classe sous le regard des profs qui font semblant de ne pas voir ni entendre !! Elle est en détresse totale, je décide de me déplacer et je demande un rdv avec le cpe .Il dit qu’il va s’en occuper que tout ceci va cesser etc. Seulement voilà je ne sais même pas si il s’en est occupé, toujours est-il que 10 jours plus tard le collège m’appelle, me demandant de venir chercher ma fille, ils disent qu’elle a été giflée et qu’ils ont peur que celle qui a giflé ne soit à la sortie pour continuer de frapper !! J’arrive au collège et je file directement dans le bureau de la directrice. Elle dit n’en avoir entendu que vaguement parler et ne pas savoir plus que cela. – L’impuissance des profs, des principaux et de toute l’administration apparaît parfaitement dans cette histoire. C’est aux parents de venir mettre à l’abri leur fille… On se demande pourquoi le principal n’a pas appelé les parents de la fille qui a giflé et n’a pas pris les mesures nécessaires pour qu’elle ne soit plus en état de nuire… Plus on est violent plus on nous respecte et plus les victimes sont écrasées, même à l’école. (NDLR C. Tasin)-
Tout à commencé en cours de SVT, la prof dit aux élèves qu’ils vont faire un exposé à thème et qu’ils devront se mettre en groupe et que chaque groupe devra avoir un sujet différent. Elle n’impose rien, laisse le choix aux élèves et commence par ma fille, qui voulait travailler seule, elle en a marre de servir de bouc émissaire et la prof le lui autorise, elle choisit son thème. Puis le reste de la classe choisit son thème et hélas un groupe voulait celui de Léa. La prof rappelle les règles et leur dit « débrouillez- vous !!! ». Voici donc comment elles se sont débrouillées :  Ma fille reçoit une gifle de la part d’une gamine du groupe et se fait tirer les cheveux !!! Ma fille cède le thème tout de suite et en choisit un autre. Selon vous qu’a fait la prof pour la gifle et les cheveux ?? RIEN ABSOLUMENT RIEN !! Elle s’en défend aujourd’hui accusant ma fille de menteuse et moi même !! L’académie m’a même dit : croyez vous vraiment que le professeur aurait laissé une telle chose se faire dans sa classe ?? Nous mentons donc, c’est bien plus commode pour eux…

Plus tard à la récré la gamine qui a giflé et tiré les cheveux va se plaindre auprès de ses amies d’une autre classe de 3ème. Là-dessus à la récré une gamine arrive en trombe sur ma fille lui demandant pourquoi elle avait volé le thème de sa copine et ne laisse aucune chance à ma fille de s’expliquer, lui colle une énorme gifle en pleine figure et s’en va…Ma fille va donc au bureau du cpe, il n’y était pas, elle le trouve dans le bureau de la directrice et leur raconte à tout les deux la gifle. Le cpe lui demande de faire une déposition écrite et qu’il s’en occuperait le lendemain !!!!! Les cours reprennent et ma fille à l’occasion de pourvoir écrire sa déposition entre temps et à la fin des cours, elle se dépêche pour l’apporter au cpe. Et là dans le couloir elle croise la gamine de la récré qui lui a mis une gifle, elle se dépêche donc de filer mais trop tard l’autre gamine la rattrape !!! Elle la jette violemment sur un banc de la cour, elle immobilise ma fille avec une de ses jambes et l’étrangle à moitié avec son coude !!! Puis elle s’acharne et cogne, coup de poing, gifles, arrachage de cheveux elle cogne et cogne pendant que les gamins s’attroupent, regardent et rigolent !!! Personne dans la cour aucun adulte n’est là, ils n’entendent rien, ne voient rien !!! C’est un ami de ma fille qui a vu cela de sa classe et qui est sorti en courant du cours pour les séparer et croyez moi elle était tellement déchaînée qu’il a eu du mal à l’arrêter. Ce n’est qu’à partir de ce moment que les adultes sont arrivés comme par miracle !! Eux aussi ont eu beaucoup de mal
à calmer l’agresseuse !!!

A la suite de cette agression ma fille à été contusionnée pendant plusieurs jours !!! Le médecin a même donné 4 jours d’itt, qu’elle na pas pu prendre puisque le stage en entreprise commençait et ma fille veut réussir ses études
elle y est donc allée !!! J’ai déposé plainte contre l’agresseuse, et écrit un courrier recommandé à l’académie qui a répondu que j’avais menti parce que le collège prétend qu’il y avait des adultes pour les séparer et que ma version des faits n’est pas la bonne…

Muriel

 60 total views,  3 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. Je partage la vision de Barquisseau en ajoutant que pour moi la seule solution sont les démarches officielles : lettres recommandées avec AR et surtout nominative Mr Dugenou ou Mme Cheville…, puis dépôt de plainte à la gendarmerie, je suis certain que ça va bouger dans le « Landerneau » du collège… Si nécessaire il faut contacter la presse en expliquant que par mesure de sécurité les parents de l’ enfant en danger vont être obligés de le faire changer de collège si rien n’ est fait… belle pub pour ce collège ! … Comme je l’ expliquait plus haut j’ ai eu cette expérience en accord avec les dirigeants du collège de mon petit fils et ça a fonctionné immédiatement après le dépôt de plainte à la gendarmerie… tout n’ est pas forcément pourri…

  2. L’ecole devient un endroit dangereux et infréquentable. Le rôle des parents est d’élever leurs enfants et de les protéger c’est à dire de veiller à leur sécurité. Dans bien des cas aujourd’hui les enfants de souche sont en danger de vie ou de mort dans les écoles. Et plus encore lors des récréations ou à la sortie des écoles.
    Je comprend que c’est une loi de voir à ce que l’enfant reçoive une éducation scolaire. Mais, lorsqu’il y va de la sécurité et de la vie de votre enfant , si personne ne vient en aide, il vous faut trouver une solution d’urgence.
    Plusieurs parents d’enfants de souche vivent dans l’inquiétude qu’il arrive un malheur à leur enfant pendant qu’il est à l’école. Alors voici une idée qui pourrait peut être être développée. Les parents de souche qui sentent leurs enfants menacés pourraient se joindre et trouver un professeur de souche pour donner l’éducation nécessaire à leurs enfants. La classe pourrait se faire en louant un local ou en empruntant une pièce chez l’un des parents et tout le monde cotiserait pour payer le professeur et le local. Personnellement, si j’étais dans cette situation, ce serait une avenue que je n’hésiterais pas à exploiter ou sinon, en dernier recours, j’irais immigrer dans un pays qui offrirait plus de sécurité à mes enfants. Car mon enfant est ce qu’il y a de prioritaire dans ma vie. C’est lui d’abord, le reste ensuite.

    • Pour une solution d’urgence, je suis d’accord avec vous mais ça ne peut ^être qu’une solution d’urgence ! l’école se doit d’être l’école de la République et non pas l’école pour la minorité qui emmer…. tout le monde ! n’est-ce pas une façon de leur laisser le champ libre et de nous chasser ?

      • Oui sur le principe pour nous adultes mais on ne peut pas laisser nos enfants en danger

        • Ce n’est pas ce que je dis Christine ! je comprends qu’il faille protéger les enfants mais encore une fois , nous fuyons devant eux !

  3. je suis siderer de voir cela, que les professeur laisse cela se faire. Mais sa prouve bien que l’ecole devien de plus en plus laxiste devant l’education et la protection des jeunes

  4. Bonjour à tous,
    Je suis la maman de Léa .Merci à Christine d’avoir publier notre histoire et merci à tous pour vos témoignages . Quand ma fille lira tous vos posts elle se sentira moins seule …
    L’attitude de la prof principale à été lamentable mais pire encore son manque de regret et la leçon qu’elle s’est sentie obliger de faire, sur le fait que je n’avais pas à lui dire ce que moi j’aurai fais à sa place …
    L’attitude de la principale est lamentable, car elle sait bien qu’elle ment à l’inspection académie car elle a renvoyée 48 h l’agresseur, elle se garde juste de ne pas le mentionner. Peu lui importe elle préfère laisser ma fille dans la détresse plutôt que de prendre ses responsabilités, même chose pour le cpe qui fait le mort d’ailleurs et qui a refuser tout dialogue avec nous.Ils nous ont refuser aussi tout contact avec la famille de l’agresseur. Bref ils ont tout fait pour étouffer le problème . De la même façon, ils n’ont aucun scrupule à nous pousser à porter plainte contre l’enfant agresseur !! Tout ceci n’a pas été dit à l’academie il n’y a QUE moi qui le dit, mais ce n’est visiblement pas grand chose …
    Il faut savoir que j’aie contactée l’académie parce que la directrice et le cpe ont menti et SURTOUT ILS ONT LAISSER MA FILLE DANS LA GUEULE DU LOUP lorsqu’ils l’ont renvoyée et qu’ils lui ont demander de faire une déposition !! J’ai voulu déposer plainte contre eux pour non assistance à personne en danger, mais la police à refuser ma plainte !!! Ils m’ont dit que cela ne faisait pas, partie de leur travail, que c’était celui de l’académie ..Pourtant la directrice sait que nous disons la vérité, mais si ils devaient enquêter sur place et non pas par simple courrier comme ils ont fait et à sens unique puisque je n’ai pas eu le droit à la parole par la suite.Elle sait la directrice savent qu’elle aurait des problèmes vu le nombres de disfonctionement qu’il y a dans ce collège . Ce n’est pas d’hier que je me bat contre eux, mais jamais cela n’avait été si violent !!
    Nous avons obtenus le changement de classe pour ma fille, mais pas celui d’un autre établissement et puis comme vous le dites cela n’aurait jamais arranger le problème cela l’aurait juste déplacer …Il ne reste que 3 mois et demi avant les vacances et je veille consciensement à ce qu’il n’arrive plus rien et ces amis font bloc autour d’elle, elle n’est plus jamais seule à présent.
    Ma colère a du mal à retombée !! Nous sommes obligés de mettre nos enfants à l’école ( à moins d’avoir les moyens d’avoir un prof à domicile ) Les écoles privées ne sont guère mieux vu les témoignages que j’ai entendu …Et j’estime que nous avons le droit d’avoir nos enfants en sécurité dans les établissements !! Aujourd’hui les adultes ont démissionnés et laisse les situations se pourrir quand ils ne les provoquent pas et personne pour trouver à redire ?? Personne pour se rebeller ?? Personne pour faire savoir à la France entière combien c’est devenue la jungle ?? Je viens d’une époque pas si lointaine, car j’ai 44 ans ou nous étions punis pour une règle en fer tombée par terre !! Ou les punitions et même les coups pleuvaient pour souvent trois fois rien. Pour cette violence quotidienne ?? Alors bien sur il y a une limite à tout et mon époque était guère mieux, forcément il y avait à revoir … Mais pas de cette manière là !! Non pas cette violence ni cette haine, certainement pas !! Et puis j’ai quand même aussi un coup de gueule contre les parents qui ne bougent pas, qui ne disent rien , qui laisse faire !! J’ai entendu des témoignages d’autre parents de l’établissement qui ont beaucoup à dire sur la violence dans ce collège entre enfants mais aussi de la part des enseignants !! Pourquoi me le dire à moi ?? Pourquoi ne pas écrire à l’académie tout comme moi ?? J’ai entendu lors de ma surprise pour leur silence, un homme a dit MOI je ne suis PAS procédurier !!! Alors pourquoi se plaindre auprès de moi ?? Franchement je ne comprend pas car c’est toute seule que je mène ce combat, alors que beaucoup ont tellement à dire …L’union fait la force je leur dis, tous ensemble nous pouvons changer les choses !! Mais non hélas NON personne ne dis rien !!!

    • Vous avez raison Muriel trop de parents se taisent et laissent la parole aux représentants de fédérations de parents d’élèves?… la FCPE étatn majoritaire n’a de cesse d’interdire aux enseignants le peu d’autorité qu’ils auraient encore

      • Pourtant Christine il ne font rien du tout pour défendre les enfants !! Je n’ai d’ailleurs même pas fait appel à eux car ils sont systématiquement du côté du prof ou bien de l’élève violent quand ça se présente …Le monde à l’envers, l’inversion des valeurs …Voilà ce qu’est la France d’aujourd’hui !!

  5. Proprement terrifiant, mais tout comme madame Corbières plus haut je ne suis absolument pas étonné.
    Mais pour moi le problème commence déjà avec le fait que des élèves puissent négocier leur emploi du temps. Plus tard, devenus adultes ils negocieront quoi ? Les limitations de vitesses ? Le respect des feux rouge selon qu’ils soient pressés ou pas ? Bref absurde.
    Et c’est là que l’on vois, hélas, que se comporter de manière civilisée est devenu un tort, puisque désormais on répond à la politesse et la maîtrise par le mépris.
    Moi, deux élèves ont UNE FOIS attrapé chacun un bout de l’écharpe d’une de mes filles et ils ont serré, la différence c’est que le directeur lui est intervenu (un bon point pour lui) mais cela n’a pas empêché les deux mini-terreurs de continuer à faire c**** la classe entière durant encore bien quinze jours. Au final 24 parents d’élèves ont cessé de mettre leurs enfants à l’école, le professeur s’est donc retrouvé avec les deux cas sociaux et eux seuls, la « grève des élèves » à duré une semaine pleine avant que le directeur ne s’engage, par écrit, à imposer un suivi aux deux familles concernées.
    Chance pour nous cela se passait en primaire, il est certain, encore hélas, qu’au collège les choses ne seraient pas si simple, surtout à cette époque de merde (navré pour ma grossièreté)
    Petite anecdote, durant ma 3ème, notre prof de biologie portait un nom d’animal, ca peut faire sourire, d’ailleurs cela faisait sourire à chaque début d’année les nouveaux qui arrivaient. Mais, la surprise passée les sourires cessaient.
    J’ai même eu un prof de musique paralysé au dessous du bassin. Et bien malgré que lui soit donc assis, et donc plus « petit » que ses élèves, la discipline etait parfaite.
    En fait ce qui me révolte aujourd’hui, c’est que si l’on prend le cas des tortionnaires de cette petite Lea dont il est question dans l’article, c’est que ces « gosses » vont avoir un avenir car malgré qu’ils ou elles soient violents, complètement cons…l’éducation nationale va leur offrir une chance, puis deux, puis trois etc etc etc, hors, si j’admet qu’un môme de huit-neuf, voire dix ans puisse avoir des problèmes de comportements (merci à leurs « parents ») à treize ou quatorze ans ont devrait avoir suffisamment de maturité pour être capable de choisir son avenir (même si, là encore, des parents idiots ca n’aide pas)
    En donnant une chance, puis des dizaines d’autres, en ne sevissant jamais, on aide pas ces enfants, on ne les prépare pas non plus à vivre dans une société ayant des règles, des lois…
    Et que dire du temps perdu, qui ne se rattrape jamais, passé à tenter de faire revenir vers des études des gamins qui s’en fichent complètement ?
    J’ai un neveu de quatorze ans notamment, un brave garçon, ses camarades sont plutôt pas mal, mais le niveau général est bas, très bas, les meilleurs, dont mon neveu, hélas, auraient été au milieu du classement à mon époque pas plus.
    Tout ca à cause de quelques idiots mal élevés qu’il ne faut surtout pas laisser parait il.

    • Comme d’habitude Philippe, le bon sens, rien que le bon sens.. et, à retenir : Mais pour moi le problème commence déjà avec le fait que des élèves puissent négocier leur emploi du temps. Plus tard, devenus adultes ils negocieront quoi ? Les limitations de vitesses ?

    • ah ça oui, aberrant de commencer par négocier leur emploi du temps !
      en 5 ème en 1975 /1976, nous avions 1 seule heure de cours le vendredi de 17 à 18 h. Personne n’a eu l’idée de demander de déplacer cette heure.
      des négociations, même apparemment insignifiantes, je dis bien apparemment font le lit de revendications toujours plus importantes.
      entièrement d’accord avec toute votre analyse, Philippe.

  6. L’école n’est plus qu’une entreprise de destruction de nos valeurs ! de lobotomisation des esprits de nos jeunes ! ça commence même à la crèche ! je crois que si j’étais un jeune parent, j’opterais pour la scolarisation à domicile !

  7. Que les quelques bons enseignants qui existent dans ce pays me pardonnent de ma dureté mais j en ai gros sur la patate
    l enseignement (autant public que « privé » ) est un laboratoire pour les Mengélé du fractionnement de cervelles d enfants qui leurs sont remis entre les mains
    Perso je HAIS le corps enseignant ! oui oui je le hais !
    dans mon enfance je n’ai rencontré que ce genre de « personne » obsédée plus par la politique que par son métier et qui règle des comptes personnels avec son égo ou tout autre névrose en s en prenant aux élèves et en les utilisant avec le plus grand sadisme comme exutoire
    selon les souvenirs que j en ai , ils agissent exactement a la manière de ces sales gamins laches qui mériteraient une gifle car ils tyrannisent ou brûlent une fourmilière pour le « plaisir » ou en dressant les fourmis les unes contre les autres
    quant aux langues étrangères , c est comme le reste des matières ! il faut toujours un responsable et le responsable c est de préférence un élève isolé qu’on lance en pâture aux sauvages
    pendant ce temps là les diafoirus de la « méthode globale » ont les mains libres et n ont pas a se faire respecter puisqu ils ne sont PAS RESPECTABLES , vulgaires , hargneux ( s en prennent aux notes des enfants qu ils n aiment pas et a mon époque on se prenait des coups , ainsi un de ces salauds un jour m’a cassé (je dis bien cassé!) un dictionnaire sur la tete parce que j’étais accusé a tort et que je tenais téte )
    non respectables ILS LE SONT puisqu ils se comportent comme des loubards de leur classe ( a une multitude contre un seul désigné comme la bete a abattre )
    vécu :
    aussi loin que je me souvienne (1960 ) les élèves « allogènes » ont TOUJOURS été des problèmes ! perso je dis TOUJOURS ! je ne me souviens pas que des extra européens se soient comportés normalement avec les « de souche »
    nous autres autochtones nous trimions pour tenter d obtenir des bonnes notes et comme les allogènes étaient plus intéressés par « foutre le souk » que par les notes ou le diplôme, ils considéraient que « c’était mal » que nous travaillions et nous avions droit a une ratonnade anti française en règle a la récré jusqu a ce que nos notes baissent au niveau des leurs
    ainsi pas de problème visible (les notes) sur la nullité volontaire de certains car cela avait un effet de nivellement par le bas ! ! !
    (l oisiveté est dit on la mère de tous les vices)
    n en est il pas de même avec les cocos de notre époque , on a élevé cette méthode mafieuse a un niveau étatique
    a présent « il ne faut plus noter les devoirs » c’est ce cher « corps enseignant » qui l exige ! ! ! ( d ailleurs il n y a même plus de devoirs tiens ! ainsi le prof ne sera pas poignardé ou ce sont les élèves peut etre « trop travailleurs » qui sont poignardés ou retrouvés pendus a un porte manteau ?)

    • Merci de votre témoignage mais un petit bémol : même si un emajorité d’enseignants sont des bobos de gauche il en est de vrais qui essaient de faire simplement et correctement leur métier, en se gardant de tout prosélytisme. J’ai été de ceux-là ou du moins je m’y suis efforcée et je connais quelques profs dumême genre; Ne généralisons pas abusivement

      • Christine vous avez raison, surtout ne pas généralisé dans ce domaine c’ est une erreur car les bons profs existent en grand nombre fort heureusement, et j’ en connais beaucoup ceci dit il est nécessaire de préciser ce qui ne va pas pour faire avancer les choses dans le bon sens, en particulier s’ il s’ agit de violence faite aux enfants, la dessus il ne faut pas de laisser aller… Il faut savoir une chose c’ est que les profs gardent pour eux la grande majorité des nombreux problèmes qu’ ils rencontrent et s’ ils nous en informaient nous serions encore plus sur nos gardes car il y a des situations difficiles à imaginer.

  8. C’est TOUT !!!!!!
    Ce récit ne reflète que la vie quotidienne à l’échelle de l’école de ce que subit le vrai peuple de France…..
    N’ayez crainte madame, nos bons bobos de profs de gauche veillent !!!!!! Eux qui ont un tel sens de la grandeur de leur métier, que c’en est devenu un sacerdoce…..devant les caméras, rétabliront la situation si TFI ou BFM TV viennent à l’école.
    Je trouve parfaitement scandaleux ce qui arrive à votre fille et me demande si une plainte pour « non assistance de personne en danger » contre le personnel de l’établissement ne réveillerait pas les esprits.
    Outre les politiques, le corps enseignant est complice de cet état de fait, car s’il s’ s’arrêtait d’enseigner tant que la paix ne soit pas revenue en milieu scolaire, l’état serait bien obligé d’agir…mais je pense que cette violence les arrange bien …
    Vive la Fance Libre

  9. A votre place je n’ insisterai pas je trouverai un autre collège pour mon enfant uniquement dans le but de la protéger contre ces gamins et gamines hyper violents qui de plus se savent épaulés par certains professeurs et le directeur de ce collège. En un premier temps vous pouvez faire une réunion publique avec les parents d’ élèves et contacter la presse pour annoncer que vous ne pouvez prendre le risque de laisser votre fille dans ce collège vu les violences qui lui sont faites et qui continues malgré vos interventions auprès des responsables… seul la sécurité de votre fille est prioritaire, surtout ne pas préciser le nom du nouveau collège.
    En Novembre dernier mon petit fils 13 ans a été agressé par un élève à la réputation de violent qui l’ a menacé avec un couteau… La chance a été que le petit fils en a aussitôt parlé à ses parents, qui ont contacté la direction du collège. Il a fallu porter plainte à la gendarmerie pour qu’ une trace judiciaire permette aux responsables du collège de réagir, ça a été chose faite, le gamin violent est resté en place mais sous contrôle… Il a fallu un second incident par ce jeune délinquant (de parents pas du coin…loin de là…bref rien de surprenant… ) pour qu’ il se fasse virer définitivement du collège, depuis tout va bien pour tout le monde, le problème se trouvant déplacé vers un autre établissement puisque les collèges sont tenus d’ accepter ces individus… violents ou non !

    • Oui Breizatao vous avez entièrement raison, j’ai déjà conseillé à Muriel de changer sa fille d’établissement (et sans doute qu’il y aurait eu moyen de changer les choses si en début d’année on avait pu la changer de classe, tout simplement.) Mais le souci c’est qu’effectivement on ne fait que déplacer le problème puisque les établissements scolaires publics doivent accepter tout le monde ; une chose de plus à changer. On peut très bien imaginer que les parents d’élèves qui mettent les autres en danger aient à se débrouiller avec l’enseignemnt à distance ou des enseignants privés qu’ils paieraient sauf à devoir payer des amendes exorbitantes pour faire instruire leurs enfants… mais dire cela c’est forcément être une affreuse extrémiste

  10. terrible mais pas étonnée du tout.
    l’école est devenue un enfer sur tous les plans. un désastre que nos pourri de politiques ont fomenté depuis longtemps.

Les commentaires sont fermés.