Les poèmes de Nordine pour la pause dominicale (3)

 
Quand la fille d’Aïcha eut atteint ses six ans
Elle épousa le fils de l’imam Ramadan.
Il venait de fêter sa sixième décennie
Et comme le Saint Prophète voulait se voir uni
A une fille pure, préservée du péché,
Afin de pouvoir dire « je fais comme Mahomet ».
L’imam fut consulté et donna rendez-vous
Afin de procéder à l’union des époux.
L’hyménée se tint donc chez le sexagénaire,
Où la fillette choisie devint sa partenaire.
La noce fut suivie d’une lecture divine
Puis l’époux embrassa son infante voisine.
Il promit aux parents d’attendre ses neufs ans
Pour bien « la labourer comme on s’en va au champ »*.
La promesse ainsi faite rassura l’assistance
Qui d’ardeur et de joie entra bientôt en transe.
Les noms du Saint Prophète et d’Allah réunis
Résonnèrent dans la pièce aux murs gris et unis.
La musique et les danses, perverses et sataniques,
Avaient été bannies des noces islamiques.
La fillette qui pour l’heure portait déjà le voile
Regarda son époux remonter son séroual :
Après tant de couscous et de méchoui légal
Son pantalon tombait, c’eût été immoral.
Comme le jour décroissait, on entendit bientôt
Les cris du muezzin monter vers le Très Haut.
La mariée demeura avec son vieil amant,
Cependant que chez eux rentraient ses bons parents.
Ainsi les sains Hadiths et le très Saint Coran,
Eurent à travers ces noces leur accomplissement.
Amis lecteurs laïques, athées ou mécréants,
Ne vous étonnez pas qu’on marie une enfant.
Parangon de tout homme Mahomet nous apprend
Que la charia est bonne, valable de tout temps.
Si vous considérez que le mariage décrit
S’apparente à coup sûr à la pédophilie,
C’est que vous haïssez l’islam incontestable,
Et vous avez raison, il est insoutenable !
 
*citation du Saint Coran, sourate 2 , verset 223
Nordine
 

 125 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Pour de tels faits, en France vous êtes condamnés pour pédophilie et, dans ces pays vous devenez un dieu vivant.

  2. Entre les poèmes de Nordine et recettes de Nini, nous somme bien gâtés ici le Dimanche 🙂 Merci Christine!
    PS: Qu’attendre d’autre d’un fou furieux mégalomane assoiffé de pouvoir et prêt à tout pour se faire « sacrer » prophète!

    • Nini, je ne sais pas si on peut parler de « coutumes ». Fort heureusement l’écrasante majorité des Musulmans ne rejette de telles pratiques. Ce qui m’interpelle, ce sont tous les textes qui fondent l’islam et qui érigent le Saint prophète en modèle… Mon pamphlet dénonce cela avant tout, et le danger que peut représenter la sanctification de tels actes… et encore au-delà la quasi impossibilité d’exclure du canon islamique, ne serait-ce qu’idéologiquement, les passages tout simplement inacceptables. Moi qui ai la chance de bien connaître les Musulmans, je ne peux vous dire qu’une chose, ils sont victimes comme ont peut l’être dans une secte : la distance critique est anesthésiée par le dogme. C’est ce qui amène les Iraniens à pendre des homos sans se poser plus de questions que ça, ou d’autres à lapider des couples « adultères » et amputer des membres. Je suis très remonté contre ceux qui manipulent les Musulmans en élevant des murs entre eux et nous. Mais là, me diriez-vous, les textes sont la source, et vous auriez raison !

Les commentaires sont fermés.