Déchoir de leur nationalité les exilés fiscaux ? Mais surtout pas renvoyer chez eux les assassins et autres délinquants étrangers !

Publié le 16 décembre 2012 - par - 27 commentaires

En marge de l’affaire Depardieu, totalement anecdotique eu égard à la situation de notre pays et de nos compatriotes, on ne peut, une fois de plus, que s’inquiéter et du deux poids deux mesures et de l’hallali que politiques (de la fausse gauche qui prétend nous gouverner) et medias sonnent contre celui qui a de l’argent.

Pour tous ces gens-là, l’argent pue et nécessite excommunications et autres mises à mort sociales. 

Si je suis trop républicaine pour applaudir les exilés fiscaux, par refus de la démesure – et il y a de la démesure à vouloir se mettre à l’abri du fisc quand on a  infiniment plus d’argent qu’on ne pourra en dépenser, même en vivant fastueusement, ce qui est une façon de nier le bien commun – je refuse tout autant la démesure et encore plus la haine pathologique de ceux qui traînent Depardieu à terre pour si peu. Dire son incompréhension et le crétinisme* d’un Depardieu se prétendant « citoyen européen » suffisait largement.

Le lynchage de Depardieu pose de sérieuses questions. L’argent de Depardieu  a-t-il tué ? L’argent de Depardieu a-t-il violé ? L’argent de Depardieu a-t-il entraîné nos enfants dans les bas-fonds de la consommation de drogue ?

La réponse, de toute évidence, est non, et, pourtant, un député socialiste, fût-ce sous le coup de la colère, comme il le dit, a osé proposer la déchéance de nationalité de l’acteur.

On apprécie la subtilité de la haine de ceux qui ont mené une campagne  hystérique contre « la double peine » qui consistait à renvoyer dans leur pays les étrangers ayant commis un crime. Y a-t-il besoin d’ajouter autre chose ?

Tout est bon pour attiser la haine contre les Français, les faire disparaître de leur pays et les remplacer… Ecoeurement.

*IL faut être crétin pour quitter la France et prétendre être citoyen européen, parce que l’Europe n’est pas un pays et ne peut donc donner une nationalité et que… la France fait partie de l’Europe. Quant à cracher sur la France et la renier sous prétexte qu’elle serait provisoirement gouvernée par une clique de haineux et d’incapables, c’est et petit et ridicule.

Christine Tasin

 

Print Friendly, PDF & Email

27 réponses à “Déchoir de leur nationalité les exilés fiscaux ? Mais surtout pas renvoyer chez eux les assassins et autres délinquants étrangers !”

  1. Avatar Breizatao dit :

    Ayant été moi même un entrepreneur je trouve absolument odieux que des fonctionnaires simples ou ministres avec tous les privilèges, avantages en tous genres gardés secrets (qu’ attendons nous pour les rendre public comme la cours des comptes… il est vrai que la France au point de vue corruption est 22ème…) sans parler des somptueuses retraites etc que ces gens osent traiter un homme comme Gérard Depardieux de minable… ils n’ ont jamais fait personnellement une fiche de paye ni d’ avoir à rendre des comptes professionnels à sa propre banque à chaque fin de mois. C’ est tellement facile de critiquer ceux qui réussissent et de faire silence sur ceux qui ont été ruinés et ont eu leurs biens saisis suite à un échec… alors que ces gens ne sont responsables de rien, sont insaisissables et juridiquement intouchables… La France est devenue une dictature administrative que vous votiez à droite ou à gauche rien ne changera… la preuve !

  2. Avatar jeanlou dit :

    Le premier ministre considère comme minable un citoyen qui a payé 85000 € d’impôts alors que ce monsieur, du fait des mandats électoraux, doit être largement éxonéré. Par ailleurs, ayant eu des démêlés avec la justice durant son mandat de maire, il est mal placé pour faire des reproches à un citoyen ! il invoque la solidarité pour justifier son coup de gueule mais se garde bien de réformer les régimes spéciaux en solidarité aux citoyens du régime général, c’est plus facile d’augmenter la cotisation des retraités ! Faites ce que je dis sans regarder ce que je fais.

  3. Alain Alain dit :

    Votre titre est exactement ce que j’ai pensé hier en prenant connaissance de ceci Christine! Comme quoi les exemples ne manquent pas comme quoi ce ne sont tous que des ordures!

    Alors dans ce cas, ajoutons aussi, avec les délinquants étrangers bien évidement, non seulement tous ces délinquants et racailles aussi bien nés sur notre sol que naturalisés, mais aussi les pourris, traîtres et vendus (maires, ministres et compagnie). J’offre quelques noms (gros poissons), mais surtout n’hésitez pas Christine à noircir/retirer ceux qui pourraient vous porter préjudice, car c’est votre site après tout et je tape assez fort. Peut-être pourrions-nous en fait lister sur ce fil ceux méritant de faire dégager du territoire 🙂

    Valls – Hollande – Sarkozy – Taubira – Désir – Aubry ….

  4. Avatar Anton dit :

    De surcroit lorsque l’on voit ou va l’argent de nos impôts, à quoi et à qui il est destiné, on ne peut que s’ériger contre ce racket.

  5. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    Comme dit Zemour, pourquoi l’exil, si ns regardons bien, il y a l’Europe, il est européen, libre circulation des gens et biens. Donc ce qui prouve que l’Europe est mal faite, aucune harmonisation fiscale, sociale. Avant on changeait de région de France, aujourd’hui on change de région mais européene. Quand à Depardieu, sur le fond effectivement il faut être solidaire, mais solidaire pourquoi, pour graisser la patte de ces politichiens. Que font-ils eux pour être civique. Ont-ils baisser leur train de vie, ont-ils fait un geste sur leur avantage fiscaux : NON, Sont-ils bien placés pour donner des leçons de moral : NON. Ce pays n’a jamais eu autant d’associations en tout genre qui coûte un argent fou, avec des détournements à en être écoeuré, on allonge des zéros, zéros, à en attraper le vertige (état, fonctionnaires, europe (bruxelle), etc… on importe de l’immigration à tour de bras, avec tout les inconvénients, sous prétexte que le souchien ne fait que 1,8 enfant alors que cette peuplade en fait de 3,2… à 4,6 selon les pays. Toute l’Europe a la même politique en règle général. Nous sommes dans un monde virtuel, plus aucun politique s’occupe du peuple, engrange pour toi d’abord. Voilà les motivations que l’on ns inculque. Le mariage gay avec la « fabrication des bébés, bientôt à ce rythme on pourra les acheter sur internet sur des sites « discount ». Depuis que je me gave de lectures économique, démographique, oui il y a de quoi de faire comme DEPARDIEU, et ceux d’avant qui vivent en suisse, un NOAH qui vit au US, silence radio. Nous sommes dans la politique du NEANT !

  6. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    Et sur le figaro, un sondage : 32 420 votants c’est plus que ces sondages de m… 82% sont d’accords avec DEPARDIEU. Celà confirme bien mon premier commentaire, la culture engrange pour toi d’abord.

  7. Avatar Aziliz dit :

    Cher Breizatao,
    Voici les émolluments des « profiteurs de la République »
    LE SALAIRE DES POLITIQUES ET DES ÉLUS
    Président de la République : 14 910 € bruts par mois
    Le président de la République ne peut cumuler son indemnité avec aucune autre.© Pascal Wolff – Fotolia
    Traitement mensuel : 14 910,31 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (11 580,82 €), une indemnité de résidence (347,43 €) et une indemnité de fonction non imposable (2 982,06 €).
    Avantages : logement de fonction à l’Elysée, accès gratuit au réseau SNCF, voitures de fonction et chauffeurs, mise à disposition d’une flotte d’avions, bénéfice de plusieurs résidences secondaires.
    Cumul : impossible. Les éléments de rémunération du président de la République sont exclusifs de tout autre traitement, pension, prime ou indemnité, hormis celles à caractère familial.
    Le 19 juillet 2012, les députés ont voté la baisse de 30% du salaire du président de la République et du Premier ministre. Nicolas Sarkozy et François Fillon, les prédécesseurs respectifs de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, percevaient une rémunération mensuelle de21 300 euros, en brut.

    Député : 13 512 € bruts par mois
    L’Assemblée nationale compte 577 députés.© Catherine Burg
    Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Cela représente 5 189,27 € net par mois.
    Indemnité représentative de frais de mandat : 6 412 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d’habillement…).
    Avantages : les députés disposent de 9 138 € bruts par mois sous forme de créditdestiné à rémunérer ses collaborateurs, accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d’un abonnement internet. Le président de l’Assemblée nationale jouit d’une indemnité propre de plus de 14 000 €.
    Cumul : possible. Un député ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d’autres mandats électifs que dans la limite d’une fois et demie le montant brut de l’indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.
    Sénateur : 13 340 € bruts par mois
    Le Sénat compte 343 sénateurs.© L’Internaute Magazine / Cécile Genest
    Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Cela représente 5 388,72 € nets par mois. Le président du Sénat perçoit, quant à lui, une indemnité de fonction de 7 057,55 euros.
    Indemnité représentative de frais de mandat : 6 240,18 € bruts par moispour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d’habillement…).
    Avantages : 7 548 € mis à disposition pour rémunérer ses collaborateurs, dotation micro-informatique, accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, forfait global de communications téléphoniques. Le président du Sénat jouit d’une indemnité propre de plus de 14 000 €.
    Cumul : possible. Un sénateur ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d’autres mandats électifs que dans la limite d’une fois et demie le montant brut de l’indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.
    Premier ministre : 14 910 € bruts par mois
    Le Premier ministre est potentiellement l’homme politique le mieux payé par la République.© L’Internaute Magazine / Benoît Deshayes
    Traitement mensuel : 14 910 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (11 580,82 €), une indemnité de résidence (347,43 €) et une indemnité de fonction non imposable (2 982,06 €).
    Avantages : logement de fonction à Matignon, accès gratuit au réseau SNCF, voitures de fonction et chauffeurs, mise à disposition d’une flotte d’avions, bénéfice de plusieurs résidences secondaires.
    Cumul : possible. Les membres du Gouvernement ne peuvent percevoir au titre de leurs mandats locaux plus de la moitié du montant de l’indemnité parlementaire, soit 2 757,34 euros. Un Premier ministre peut donc toucher jusqu’à 17 667,34 € par mois de la part de l’Etat.
    En prenant la décision d’abaisser de 30% son salaire ainsi que celui de Jean-Marc Ayrault, François Hollande a tenu l’une de ses promesses de campagne. Suite à son adoption en Conseil des ministres, le décret est paru au Journal officiel le 19 mai 2012. Auparavant, le traitement mensuel brut affecté au Premier ministre en exercice s’élevait à 21 300 euros.
    Ministre : 9 940 € bruts par mois
    Un ministre peut toucher dans le meilleur des cas 12 697,54 euros par mois de la part de l’Etat.© L’Internaute Magazine / Cécile Debise
    Traitement mensuel : 9 940,20 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (7 720,55 €), une indemnité de résidence (231,62 €) et une indemnité de fonction non iimposable (1 988,03 €).
    Avantages : logement de fonction ou prise en charge par l’Etat d’une superficie maximale de 80 m² plus 20 m² par enfant à charge, accès gratuit au réseau SNCF, voiture de fonction et chauffeur, quota de déplacements aériens.
    Cumul : possible. Les membres du gouvernement ne peuvent percevoir au titre de leurs mandats locaux plus de la moitié de l’indemnité parlementaire, soit 2 757,34 euros. Un ministre peut donc toucher jusqu’à 12 697,54 euros bruts par mois.
    Secrétaire d’Etat : 13 490 € bruts par mois
    La hiérarchie gouvernementale se traduit aussi sur la feuille de paie.© L’Internaute Magazine / Cécile Debise
    Traitement mensuel : 13 490 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (10 477,89 €), une indemnité de résidence (314,34 €) et une indemnité de fonction non imposable (2 698,05 €).
    Avantages : logement de fonction ou prise en charge par l’Etat d’une superficie maximale de 80 m² plus 20 m² par enfant à charge, accès gratuit au réseau SNCF, voiture de fonction et chauffeur, quota de déplacements aériens.
    Cumul : possible. Un secrétaire d’Etat ne peut cumuler son indemnité ministérielle avec des indemnités de mandats électifs que dans la limite de la moitié du montant de l’indemnité parlementaire. Autrement dit 2 757,34 € bruts par mois. Un secrétaire d’Etat peut donc toucher jusqu’à 16 247,34 € par mois de la part de l’Etat.

    Maire d’un village : de 646 à 1 635 € bruts par mois
    En 2007, l’Etat a dépensé plus d’un milliard d’euros en salaires aux élus des communes.© Jean-Claude Allin
    Commune de moins de 500 habitants : 646,25 € bruts par mois soit 7 755 € bruts par an. Un adjoint gagne 250,90 € bruts par mois soit 3 010,80 € bruts par an.
    Commune de 500 à 999 habitants : 1 178,46 € bruts par mois, soit 14 141,52 € bruts par an. Un adjoint gagne 313,62 € bruts par mois soit 3 763,44 € bruts par an.
    Commune de 1 000 à 3 499 habitants : 1 634,63 € bruts par mois soit 19 615,56 € bruts par an. Un adjoint gagne 627,24 € bruts par mois soit 7 526,89 € bruts par an.
    NB : ces indemnités sont les montants maximums autorisés. Un élu peut y renoncer, le maire peut décider que tout ou partie de ses indemnités soit reversé à ses adjoints.
    Maire d’une petite ville : de 2 091 à 3 421 € bruts par mois
    En 2007, l’Etat a dépensé plus d’un milliard d’euros en salaires aux élus des communes.© Danielle Bonardelle
    Commune de 3 500 à 9 999 habitants : 2 090,81 € bruts par mois, soit 25 089,72 € bruts par an. Un adjoint gagne 836,32 € bruts par mois soit 10 035,85 € bruts par an.
    Commune de 10 000 à 19 999 habitants : 2 470,95 € bruts par mois, soit 29 651,40 € bruts par an. Un adjoint gagne 1 045,4 € bruts par mois soit 12 544,82 € bruts par an.
    Commune de 20 000 à 49 999 habitants : 3 421,32 € bruts par mois, soit 41 055,84 € bruts par an. Un adjoint gagne 1 254,48 € bruts par mois soit 15 053,78 € bruts par an.
    NB : ces indemnités sont les montants maximums autorisés. Un élu peut y renoncer, le maire peut décider que tout ou partie de ses indemnités soient reversées à ses adjoints.
    Maire d’une grande ville : de 4 182 à 5 512 € bruts par mois
    En 2007, l’Etat a dépensé plus d’un milliard d’euros en salaires aux élus des communes.© Photo Benchmark Group
    Commune de 50 000 à 99 999 habitants : 4 181,62 € bruts par mois, soit 50 179,44 € bruts par an. Un adjoint gagne 1 672,65 € bruts par mois soit 20 071,80 € bruts par an.
    Commune de 100 000 à 200 000 habitants : 5 512,13 € bruts par mois, soit 66 145,56 € bruts par an. Un adjoint gagne 2 508,97 € bruts par mois soit 30 107,64 € bruts par an. Et pour les conseillers municipaux, les indemnités s’élèvent à 228,09 € bruts par mois soit 2 736 € bruts par an.
    Commune de plus de 200 000 habitants : 5 512,13 € bruts par mois, soit 66 145,56 € bruts par an. Un adjoint gagne 2 756,07 € bruts par mois soit 33 072,84 € bruts par an. Et pour les conseillers municipaux, les indemnités s’élèvent à 228,09 € bruts par mois soit 2 737,08 € bruts par an.
    Président de communauté urbaine : de 3 421 à 5 512 € bruts par mois
    En 2007, l’Etat a versé 162,5 millions d’euros en salaires aux élus des regroupements de communes.© Nicolas33 – Communauté urbaine ou d’agglomération de 20 000 à 49 999 habitants : 3 421,32 € bruts par mois, soit 41 055,84 € bruts par an. Un vice-président gagne lui 1 254,48 € bruts par mois soit 15 053,76 € bruts par an.
    Communauté de 50 000 à 99 999 habitants : 4 182,62 € bruts par mois, soit 50 179,44 € bruts par an. Un vice-président gagne lui 1 672,65 € bruts par mois soit 20 071,80 € bruts par an.
    Communauté de 100 000 à 199 999 habitants : 5 512,13 € bruts par mois,soit 66 145,46 € bruts par an. Un vice-président gagne lui 2 508,97 € bruts par mois soit 30 107,64 € bruts par an. Les délégués des communes perçoivent eux 228,09 € bruts par mois.
    Communauté à 200 000 habitants : 5 512,13 € bruts par mois, soit 66 145,46 € bruts par an. Un vice-président gagne lui 2 756,08 € bruts par mois soit 33 072,96 € bruts par an. Les délégués des communes perçoivent eux 228,09 € bruts par mois quand la taille de la communauté est inférieure à 400 000 habitants et 1 064,41 € au-delà.
    Député européen : au moins 10 500 € nets par mois
    Le mode de rémunération a complètement été revu en 2009.© iStockphoto / Thinkstock
    Traitement mensuel : 7 956,87 € bruts par mois. Après déduction de l’impôt européen et de la cotisation d’assurance accidents, il s’établit à 6 200,72 €. Il est ensuite intégralement imposé par les États membres.
    Indemnité de frais généraux : 4 299 € par mois. Elle couvre les frais de bureau du député dans son Etat d’élection, de téléphone, d’équipements informatiques et de déplacement. L’indemnité est réduite de moitié pour les députés qui, sans justification valable, n’assistent pas à la moitié des séances plénières d’une année parlementaire. Un député consciencieux gagnera donc 12 255,87 € bruts par mois.
    Avantages : le coût réel des titres de transport pour assister aux réunions leur est remboursé sur présentation des pièces justificatives. Il dispose d’une indemnité annuelle de voyage de 4 243 €. Enfin, le Parlement verse une indemnité forfaitaire de 304 € pour chaque jour de présence aux réunions des organes du Parlement.
    Commissaire européen : 24 374 € bruts par mois
    Il bénéficie en plus de confortables indemnités d’installation lorsqu’il prend ses fonctions.© iStockphoto / Thinkstock
    Traitement de base mensuel : 20 667,20 € bruts par mois. Ce montant correspond à 112,5% du traitement de base d’un fonctionnaire de l’Union européenne de grade 16, troisième échelon (le plus haut grade).
    Indemnité mensuelle de représentation : 607 € bruts par mois.
    Indemnité de résidence : 3 100,08 € bruts par mois. Elle représente 15% du traitement de base mensuel.
    Indemnité de frais d’installations : 41 334,4 € bruts lors de la prise de fonction puis 20 667,20 € lors de la cessation des fonctions.
    Avantages : allocation familiales (jusqu’à 5% du montant du traitement de base soit 1 033,36 € par mois), remboursement des frais de mission, indemnité par journée entière de déplacement, indemnité transitoire après cessation de fonction.
    Président de la Commission européenne : 30 573 € bruts par mois
    Un vice-président de la Commission gagne lui 26 822 € bruts par mois.© iStockphoto / Thinkstock
    Traitement de base mensuel : 25 351,76 € bruts par mois, soit 138% du traitement de base des fonctionnaires de l’Union européenne au plus haut grade. Les vice-présidents de la Commission perçoivent eux 22 963,55 € bruts par mois.
    Indemnité mensuelle de représentation : 1 418, 07 € bruts par mois pour le président de la Commission et 911,38 € pour les vice-présidents.
    Indemnité de résidence : 3 802,76 € bruts par mois pour le Président de la Commission, et 3 440,48 € pour les vice-présidents.
    Indemnité de frais d’installations : 50 703,52 € bruts lors de la prise de fonction puis 25 351,76 € lors de la cessation des fonctions pour le Président de la Commission et 45 927,10 € bruts lors de la prise de fonction puis 22 963,55 € lors de la cessation des fonctions pour les vice-présidents.
    Avantages : allocation familiales (jusqu’à 5% du montant du traitement de base soit 1 267,59 € par mois), remboursement des frais de mission, indemnité par journée entière de déplacement.
    Président du Conseil européen : 30 573 € bruts par mois
    Son salaire est exactement calqué sur celui du Président de la Commission européenne.© iStockphoto / Thinkstock
    Traitement de base mensuel : 25 351,76 € bruts par mois, soit 304 221,12 € par an. Ce montant correspond à 138% du traitement de base d’un fonctionnaire de l’Union européenne de grade 16, troisième échelon (le plus haut grade).
    Indemnité mensuelle de représentation : 1 418, 07 € bruts par mois.
    Indemnité de résidence : 3 802,76 € bruts par mois.
    Indemnité de frais d’installations : 50 703,52 € bruts lors de la prise de fonction puis 25 351,76 € lors de la cessation des fonctions.
    Avantages : allocation familiales (jusqu’à 5% du montant du traitement de base soit 1 267,59 € par mois), remboursement des frais de mission, indemnité par journée entière de déplacement.
    Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères : 28 376 € bruts par mois
    Il gagne un tout petit peu moins que le Président du Conseil Européen.© iStockphoto / Thinkstock
    Traitement de base mensuel : 23 882,09 € bruts par mois, soit 286 585,08 € par an. Ce montant correspond à 130% du traitement de base d’un fonctionnaire de l’Union européenne de grade 16, troisième échelon (le plus haut grade).
    Indemnité mensuelle de représentation : 911,38 € bruts par mois
    Indemnité de résidence : 3 582,31 € bruts par mois. Elle représente 15% du traitement de base mensuel.
    Indemnité de frais d’installation : 47 764,18 € bruts lors de la prise de fonction puis 23 882,09 € lors de la cessation des fonctions.
    Avantages : allocation familiales (jusqu’à 5% du montant du traitement de base soit 1 194,10 € par mois), remboursement des frais de mission, indemnité par journée entière de déplacement.
    Conseiller général : de 1 5201 à 2 661 € bruts par mois
    En 2008, l’Etat a dépensé 120 millions d’euros en salaires aux élus départementaux.© Damien Boucard
    Département de moins de 250 000 habitants : 1 520,59 € bruts par mois et 1 672,65 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Département de 250 000 à 500 000 habitants : 1 900,73 € bruts par mois et 2 090,80 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Département de 500 000 à 1 million d’habitants : 2 280,88 € bruts par moiset 2 508,97 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Département de 1 à 1,25 million d’habitants : 2 470.95 € bruts par moiset 2 718,05 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Département de plus de 1,25 million d’habitants : 2 661,03 € bruts par moiset 2 927,13 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Président de conseil général : 5 512 € bruts par mois
    Le président de conseil général bénéficie aussi de nombreux avantages en nature.© Yves Roland – Fotolia
    Président de conseil général : 5 512,13 € bruts par mois, quelque soit la taille du département. Soit 66 145,56 € bruts par an.
    Vice-président de conseil général : de 2 129 € à 3 725 € bruts par an. Cela dépend de la taille du département. 2 128,83 € pour ceux de moins de 250 000 habitants, 2 661,02 € pour ceux de 250 0000 à 500 000 habitants, 3 193,23 € pour ceux de 500 000 à 1 million d’habitants, 3 459,33 € pour ceux de 1 à 1,25 million d’habitants et 3 725,44 € pour ceux de plus de 1,25 million d’habitants.
    Avantages : dans certains départements, les présidents de conseil général ont droit à un logement de fonction. La plupart d’entre eux dispose d’une voiture de fonction.
    Conseiller régional : de 1 521 à 2 661 € bruts par mois
    En 2008, l’Etat a dépensé 59,3 millions d’euros en salaires aux élus régionaux© Eric Matveeff – Fotolia
    Région de moins de 1 million d’habitants : 1 520,59 € bruts par mois, et 1 672,65 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Région de 1 à 2 millions d’habitants : 1 900,73 € bruts par mois, et 2 090,80 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Région de 2 à 3 millions d’habitants : 2 280,88 € bruts par mois, et 2 508,97 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente.
    Région de plus de 3 millions d’habitants : 2 661,03 € bruts par mois, et 2 927,13 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente
    Président de conseil régional : 5 512 € bruts par mois
    Il bénéficie aussi de nombreux avantages en nature.© E. Pain
    Président de conseil régional : 5 512,13 € bruts par mois, quelque soit la taille de la région. Soit 66 145,56 € bruts par an.
    Vice-président de conseil régional : de 2 129 € à 3 725 € bruts par an. Cela dépend de la taille de la région. 2 128,83 € pour celles de moins de 1 million d’habitants, 2 661,02 € pour celles de 1 à 2 millions d’habitants, 3 193,23 € pour celles de 2 à 3 millions d’habitants, et 3 725,44 € pour celles de plus de 3 millions d’habitants.
    Avantages : dans certaines régions, les pr
    Les pésidents de conseil régional ont droit à un logement de fonction. La plupart dispose d’un véhicule de fonction.
    Conseiller économique, social et environnemental : au moins 3 787 € bruts par mois
    Le règlement intérieur joue sur les textes de loi pour maximiser leurs salaires.© Bruno Bernier – F
    Indemnité mensuelle : 3 786,76 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (1 838,23 €) et une indemnité de résidence (55,15 €).
    Indemnité de frais de représentation : 1 893,38 € bruts par mois. Les 72 membres de section perçoivent une indemnité mensuelle représentative de frais supplémentaire de 946,69 € soit au total 2 840,07 €.
    Président du Conseil économique, social et environnemental : 7 573,52 € bruts par mois. En plus de sa rémunération de conseiller, il perçoit une indemnité spéciale pour frais de représentation de 3 786,76 € bruts par mois.
    Avantages : crédit fixé chaque année pour leurs déplacements métropolitains, remboursement des trajets domicile-Conseil pour les 72 membres de section.

    Maire de Paris : 11 618 € bruts par mois
    En 2008, l’Etat a dépensé 11,2 millions d’euros en salaires aux élus parisiens.© Photo Benchmark Group
    Maire de Paris : 11 617,79 € bruts par mois dont une indemnité de maire (5 046,45 €), une indemnité de président du Conseil de Paris (3 638,01 €) et une indemnité de frais de représentation (1 933,33 €).
    Adjoint au maire de Paris : 5 512 € bruts par mois dont une indemnité d’adjoint au maire (2 851, 10 €) et une indemnité de conseiller général (2 661,03 €).
    Maire d’arrondissement : 6 539,21 € bruts par mois dont une indemnité de maire d’arrondissement (2 851,10 €), une indemnité de frais de représentation (1 027,08 €) et une indemnité de conseiller général (2 661,03 €).
    Conseiller de Paris : 4 186,37 € bruts par mois dont une indemnité de conseiller de Paris, (1 525,34 €) et une indemnité de conseiller général (2 661,03 €).
    Conseil Constitutionnel : de 6 339 à 6 950 € bruts par mois
    Le Conseil constitutionnel siège au Palais Royal.© PI JU YANG – Fotolia.com
    Le président du Conseil constitutionnel perçoit une rémunération brute mensuelle de 6 950,08 €. Elle est égale au traitement afférent à la catégorie la plus haute des emplois de l’Etat classés hors échelle et représente 83 400,96 € bruts annuels.
    Les membres du Conseil constitutionnel reçoivent, quant à eux, une indemnité brute mensuelle de 6 338,88 €. Elle est équivalente au traitement que perçoivent les membres de la deuxième catégorie la plus haute des emplois de l’Etat classés hors échelle, soit 76 066,56 € bruts

  8. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    Le civisme c’est bien mais pour tout le monde et c’est bien loin d’être le cas :
    Face à l’ampleur des dépenses des élus locaux, les Contribuables d’Aubagne se disent « déçus » et « consternés » que les associations locales de contribuables ne soient pas plus nombreuses à déposer un recours devant la justice administrative. Gabriel Lévy, porte-parole des contribuables aubagnais, s’en explique ci-après.
    Le Figaro Magazine annonce sur sa couverture, « les folies de nos élus », un article relatif aux « folles » dépenses des communes, départements, régions.
    Dix pages, un palmarès des « champions de la com », des « élus les plus voyageurs »… et en vrac – il y en a tant ! :
    – le parc de 872 voitures particulières de Marseille, ses 60 chauffeurs,
    – les 30.000 € par an de restaurant pour le maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat (source : Chambre régionale des comptes),
    – les 13 500 € destinés au même usage par celui d’une commune du Nord, commune pour laquelle la CRC estime la « situation préoccupante »…
    Ce ne sont que quelques « anomalies » parmi des dizaines d’autres. Lisez l’article jusqu’à la nausée.
    Notre attention est attirée particulièrement par la rubrique «Contribuables, le saviez-vous ?».
    Le saviez-vous ?
    – « La communauté urbaine de Marseille s’offre des bureaux signés Jean Nouvel » pour installer ses 1.200 fonctionnaires.
    Un bail de 7 an pour 6,4 M€ par an a été signé, que seuls deux conseillers ont refusé de voter.
    La Provence de ce jour nous fait part, elle aussi, presque du bout des lèvres, à moins que ce ne soit honteusement, la fringante « Villa Méditerranée », un bijou d’architecture, surnommé déjà « Villa Vauzella », tant l’éminent président de Région, M. Vauzelles, a « voulu à tout prix ce temple dédié à Mare Nostrum et à sa gloire, allant jusqu’à refuser de contribuer au budget d’Euro Méditerranée », si la réalisation de son caprice lui était refusée.
    Il est vrai que ce dernier n’hésite pas à subventionner, à grands frais, des films étrangers qui ne sont pas à la gloire de la France.
    Pourquoi disons-nous que les contribuables ne doivent plus se taire ?
    Parce que les Chambres régionales ont perdu une partie de leur pouvoir, et qu’elles ne peuvent être sur tous les fronts.
    Or, nous sommes déçus et consternés que des associations locales de contribuables ne soient pas plus nombreuses à recourir devant la justice administrative.
    Nous le faisons pour des sommes minimes, quand elles financent une dépense qui nous semble illégale. Nous sommes également consternés de l’absence, à notre connaissance, d’autres associations que la nôtre dans les Bouches-du-Rhône, voire dans la PACA.
    Car, c’est toujours notre association qui est convoquée par la télévision et la radio, qu’il s’agisse de commenter les subventions, frauduleuses, offertes par le Conseil Régional de la PACA aux « associations bidons », ou qu’il s’agisse des multiples exemples de la gabegie des collectivités territoriales prises dans leur ensemble.
    L’association nationale « Contribuables Associés » dénonce depuis des années, dans ses divers sites, ces pratiques inadmissibles.
    Espérons que la conjonction de « Contribuables Associés » et du Figaro Magazine aboutira à une floraison d’associations vindicatives.
    Gabriel Lévy, Association des contribuables de l’intercommunalité d’Aubagne.
    Le site de Contribuables d’Aubagne

  9. Avatar Breizatao dit :

    Merci AZILIS moi aussi j’ ai une liste mais comme dit Christine elle est plus lisible…
    Salaire Brut par mois sans tenir compte des privilèges et avantages qui sont énormes mais gardés secrets…

    Président de la République : 22 249
    Premier ministre : 21 026
    Ministre : 14 017
    Secrétaire d’ Etat : 13 316
    Sénateur : 13 340
    Député : 13 512
    Député Européen : 8 000 minimum
    Président de région : 5 512
    Conseiller régional : de 1520 à 2 661
    Maire : de 646 à 5 512

    Maintenant on peut faire un jeu pour vérifier s’ il y a des différences… Elle est plus facile à lire n’ et ce pas ?

  10. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    Un excellent article sur l’affaire DEPARDIEU et comparatif avec Ch. de Gaulle sur minurne résistance
    – AFFAIRE DEPARDIEU : QUELQUES PRECISIONS SUR L’EXIL FISCAL ET SES CONSEQUENCES (par Maurice D.)

    Ce député qui prône la déchéance nationale c’est celui qui aussi veut taxer les jeux de hasard sur les gains obtenus par les parieurs ! double taxation au dépard du gain, et puis au rendement !

    Et le rapport Jospin, qui a accepté le rejet du cumul des mandats…. A suivre !

  11. Avatar Aziliz dit :

    Oui, Breizatao, je reconnais qu’elle est plus simple à lire.
    Ce que je trouve intéressant, dans ce que j’ai trouvé, c’est le montant des indemnités des uns et des autres.
    A nous deux nous faisons la paire, on ne pourra pas dire que les RR ne cherchent pas la « vérité et quand ils l’ont à la partager.
    C’est la Résistance.
    Bravo à Gabriel Levy pour ses informations et la lisibilité de ses propos.
    Continuons sans nous lasser.
    Et diffusons, diffusons, diffusons. Il en restera bien quelque chose.
    Si Beaumarchais à bien définit les conséquences de la « calomnie », alors la « vérité » est encore plus puissante car vérifiable.
    Merci Christine, pour ce site qui nous permet de nous exprimer et conforter, du fait de nos échanges avec nos compagnons, tant nos convictions et notre lutte.

  12. Avatar Aziliz dit :

    Oui, Breizatao, je reconnais qu’elle est plus simple à lire.
    Ce que je trouve intéressant, dans ce que j’ai trouvé, c’est le montant des indemnités des uns et des autres.
    A nous deux nous faisons la paire, on ne pourra pas dire que les RR ne cherchent pas la « vérité et quand ils l’ont à la partager.
    C’est la Résistance.
    Bravo à Gabriel Levy pour ses informations et la lisibilité de ses propos.
    Continuons sans nous lasser.
    Et diffusons, diffusons, diffusons. Il en restera bien quelque chose.
    Si Beaumarchais à bien définit les conséquences de la « calomnie », alors la « vérité » est encore plus puissante car vérifiable.
    Merci Christine, pour ce site qui nous permet de nous exprimer et conforter, du fait de nos échanges avec nos compagnons, tant nos convictions que notre lutte.

  13. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    On crie au loup sur DEPARDIEU, mais eux :
    Depardieu mégalomane dit le Nouvel Obs. Antipatriotique ! ajoute la gauche, tellement silencieuse sur Yanick Noah.
    C’est une « forme de déchéance personnelle » lâche Michel Sapin qui en oublie l’appartement somptueux du quartier latin que JP Chevènement occupait pour trois sous depuis 1983.

    Aurélie Filippetti se dit « tout à fait scandalisée », mais reste de glace concernant la famille exilée fiscale propriétaire des éditions du Seuil. Gérard Depardieu, selon elle, n’aurait que des devoirs envers la France et aucun droit, tandis que ses immigrés chéris n’ont que des droits et aucun devoirs. Emmanuelle Béart non plus. Elle vit en Belgique a été décoré par Filippetti !

    « On ne choisit pas son passeport en fonction de sa feuille d’impôt », a lancé le Premier secrétaire du PS Harlem Désir. Son passeport peut-être pas, mais son parrain… Mitterrand n’avait-il pas tiré un trait, en 1992, sur la dette de 80 000 francs de Désir au Trésor public ?

    Ma préférée est de loin Delphine Batho, qui explique sur France Inter « Quand on a les moyens de bien vivre, je pense qu’on doit contribuer au redressement des finances publiques », mais refusait de quitter le logement PLI qu’elle occupait, la profiteuse, depuis 2001 (1) roooooh…*

    Et les ressortissants du Qatar qui investissent en France, c’est normal qu’ils soient exonérés d’impôts ?
    La suite….sur Dreuzinfo : Jean-Patrick Grumberg pour http://www.Dreuz.info

  14. Avatar Dorothée - Paulmest dit :

    Une très bonne vidéo chanté par le pigeon expliquant l’exil de Depardieu :

    http://www.youtube.com/watch?v=0bkmUV8Jrow&feature=player_embedded

  15. Avatar Romuald dit :

    Je ne suis pas particulièrement fan de Depardieu, encore moins de ses régulières frasques, mais le comportement hystérique des socialistes est scandaleux, « minable » (© Ayrault), méprisable.

    Eux qui soudain découvrent les vertus du patriotisme, comme se fait-il qu’ils n’aient jamais blâmé le choix de Fabius qui, lorsqu’il était ministre de l’Economie, a écarté les oeuvres d’art du calcul de l’assiette fiscale, lui dont le père était grand collectionneur… de toiles de maîtres ? Principe toujours en vigueur.
    Pourquoi ces grands « patriotes » ne renoncent-ils pas à leur cumul de mandats, fonctions et donc d’indemnités, au nom de l’« effort national » (© Filipetti) ?

    Pourquoi ces « patriotes » ont-ils acclamé au Bourget Yannick Noah, poursuivi par le fisc pour exil fiscal, lors de la campagne présidentielles, puisque Noah roule pour Hollande ? http://www.citizenside.com/fr/photos/people/2012-01-22/48480/yannick-noah-chante-pour-francois-hollande-au-bourget.html#f=0/362507
    Il fallait écouter les arguments de Noah et Forget, auditionnés par le Sénat à propos de l’exil fiscal précisément; leurs arguments les faisaient limite assimiler à des Cosette en devenir.

    Pourquoi ces « patriotes » du PS s’acharnent-ils sur Depardieu, alors que la liste des exilés fiscaux parmi les artistes, sportifs est impressionnante ? Le Midi Libre publie une liste (non exhaustive ?) http://www.midilibre.fr/2012/09/10/gasquet-hallyday-delon-nos-tres-chers-exiles-fiscaux,560105.php

    Enfin, pourquoi la suggestion de déchoir Depardieu de sa nationalité française suscite moins de hurlements scandalisés que lorsqu’il s’agit de tueurs de policiers binationaux (proposition lancée par Sarkozy, et jamais aboutie par lâcheté) ?

    PS : J’espère pour le gouvernement normal que les soupçons d’exil fiscal frappant l’actuel ministre du Budget, Cahuzac, sont infondées…
    Ce qui est cocasse, c’est de voir Valls défendre son « ami » (sic) Cahuzac, arguant que celui-ci n’a pas à démissionner sur la base de rumeurs infondées; sauf qu’à l’époque de l’affaire Woerth (qui était au Budget), le même Valls réclamait la démission de Woerth au nom de l’exigence morale…

    • Avatar resistancerepublicaine dit :

      Excellentes questions Romuald, en effet !

    • Avatar barquisseau dit :

      Oui c’est vrai , pourquoi , pourquoi ? peut-être une petite vengeance personnelle ? Mr Depardieu n’a peut-être pas roulé pour eux ! lui a peut-être une autre conscience de la France ? et puis, n’a-t-il pas un peu soutenu Mr Sarkozy ? Ceci expliquerait cela !!!!

  16. fevrier fevrier dit :

    je suis franchement degoute de ces chiffres sur les salaires de ces gens…….

  17. Avatar Breizatao dit :

    Bravo Romuald pour la liste de ceux qui sont partis bien avant Gérard Depardieux mais qu’ aucun ministe n’ a traité de « minables »… Vous trouvez que c’ est un exemple de voir Renault entreprise d’ état (en parti) investir dans les pays de l’ Est pour vendre en France ses DACIA LOGAN ? … (Union Européenne = égalité…) Renault entreprise d’ état (en parti) investir dans une usine au Maroc sous prétexte de payer ses ouvriers 250 euros par mois ?… et Renault entreprise d’ état (en parti) investir dans une autre usine en Algérie pour payer ses ouvriers …… euros par mois ? C’ est pas minable ça ? Sont ti pas beaux nos intellectuels diplomés de l’ ENA ?

  18. Avatar Breizatao dit :

    L’ Europe a décidé qu’ il n’ était pas nécessaire de faire des études et tests longues durées pour valider ce nouveau Maïs OGM de Sagyntat ce qui prouve encore une fois que ces services de l’ UE sont aux ordres des multinationales et que la santé des citoyens passe après l’ économie ; en voici la preuve … Nous avons quand même la chance d’ être en France car chez nous ces produits OGM sont normalement interdits. Un conseil Gérard (Depardieux) … ne pas manger de maïs …

    Un nouveau maïs OGM autorisé sur le marché européen

    La décision d’exécution n°2012/651/UE de la Commission européenne du 18 octobre 2012 (JOUE du 20 octobre, L290/14) autorise pour dix ans la mise sur le marché de produits contenant du maïs génétiquement modifié MIR162, identifié sous le numéro SYN-IR162-4. Ce maïs développé par l’entreprise Syngenta et résistant aux lépidoptères (pyrales notamment) est autorisé à des fins de transformation et d’alimentation humaine et animale uniquement (culture non autorisée). Cette autorisation a été délivrée par la Commission européenne, sur la base de l’avis favorable de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) délivré en juin 2012. Or, comme notre fédération l’a rappelé fin septembre, cet avis n’est pas fondé scientifiquement, aucun test d’équivalence n’ayant été pratiqué. Le Comité scientifique du Haut conseil des biotechnologies indiquait en effet dans son avis du 10 novembre 2011 que « le pétitionnaire conclut à l’équivalence du maïs MIR162 et de son comparateur non transgénique sans avoir mis en œuvre les tests d’équivalence et études de puissance appropriés ». FNE

  19. Avatar Breizatao dit :

    Allez comprendre… L’ Europe vient de légaliser la vente d’ un nouveau maïs OGM et décide de faire des études et tests longues durées sous la pression de l’ étude choc du professeur SERALINI qui a duré 2 ans et qui a découvert de multiples cancers sur des rats alors que celles de l’ Europe et des multinationales durent 3 mois… avec les mêmes rats mais en plus petits nombres… Finalement le maïs Sagynta a eu de la chance… Mais ne nous plaignons pas c’ est une bonne nouvelle :

    OGM: après Séralini, l’Europe va mener des études à deux ans
    La Commission reconnaît la nécessité de mener des études sur la vie entière de rats nourris avec des OGM. Elle cherche les crédits nécessaires. Un tournant après l’étude controversée du Professeur Séralini.

    http://www.cyberacteurs.org/quotidien/equotidien.php?id=723

Lire Aussi