Le 6 juin, 274 parachutistes anglais ont dû montrer leurs passeports aux douaniers français

COMMÉMORATION DÉBARQUEMENT : EN FRANCE, LE RIDICULE NE NOUS TUE PLUS… 

Parmi les différents événements organisés le mercredi 5 juin, le parachutage de deux cents soixante-quatorze britanniques, à Sannerville, dans le Calvados.

Un tableau magnifique, et une “cagade” dès que les parachutistes se posent et qu’ils n’oublieront pas… Car, une fois sur la terre ferme : les parachutistes britanniques, encore harnachés, ont dû s’affranchir d’une formalité administrative. Alors que le saut était préparé et que l’identité de chacun des soldats était connue, les militaires anglais ont dû se présenter devant un poste de douane, « un bureau de douane déporté spécialement pour l’événement »,a expliqué le chef divisionnaire de la direction des douanes à Caen. La Grande-Bretagne ne faisant plus partie de l’espace Schengen depuis le Brexit, ses citoyens doivent faire contrôler et tamponner leurs passeports à leur arrivée sur le sol français. Que ces Anglais soient des militaires venus spécialement pour la commémoration du D-Day et pour participer aux festivités, l’administration française s’en fout, elle est stricte. Surtout stricte et ridicule. Alors que les frontières françaises sont de véritables passoires, que des migrants clandestins arrivent chaque jour sur notre sol et que les services de l’État sont incapables de reconduire à la frontière les personnes qui ne devraient pas être en France, comment une telle mascarade a-t-elle pu être organisée pour nos amis et alliés anglais ?…

Note de C.Tasin

Naturellement l’explication est simple : Le simpliste Macron a voulu montrer à tous les Français qui vont voter que sans l’UE il faudrait montrer son passeport pour circuler dans d’autres pays européens… si on est européen. Ceux qui viennent d’Afrique ou d’Asie entrent de toutes manières.

 1,540 total views,  49 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


16 Commentaires

  1. L’inculture fait encore des ravages. C’est la Police de l’Air et des Frontières (PAF) qui contrôle les passeports à l’entrée sur notre territoire et qui évalue l’opportunité d’admettre ou non de l’individu contrôlé. La PAF dépend du MI. La douane contrôle les biens, les marchandises, les devises et est habilitée à relever toutes infractions financières. Elle dépend du ministère des Finances. Dans ce cas il s’agit à l’évidence d’une opération des Douanes, donc ce n’est pas l’admissibilité des Brits qui est en cause, mais peut être qu’ils étaient soupçonnés d’avoir des substances illicites dans leurs bagages. Dans ce cas l’action des Douanes est éminemment justifiée.

    • Certainement que leurs parachutes étaient imbibés d’héroïne et que les paras anglais se sont dépêches de refourguer les toiles afin qu’elles puissent être traitées et récupérer les substances illicites.ces substances ensuite devaient servir aux petits bourgeois parisiens qui votaient Macron?

  2. Si on avait fait la même chose pour les soldats de la Wehrmacht en 1940, on ne serait pas pris la branlée du siècle !

  3. Ben oui, c’est ça le brexit, les brits ont voulu le contrôle des frontières, c’est valable dans les 2 sens, qu’ils assument.

  4. Vous avez raison Christine! Ah quelle intelligence et quel sens de l’à-propos chez foutriquet! Une façon détournée de nous prévenir du danger du frexit…

  5. Quand l’administration devient conne,on flique nos voisins proches et c’est open bar pour ceux qui viennent du sud

  6. Pendant que plus de 1000 clandestins par jour envahissent notre sol sans aucune formalités.
    Bravo nos politiques, bravo le conseil d’état.

  7. Précision: voici le nom du réalisateur du film – Les Français du Jour J – sur le Débarquement rendant hommage à son grand-père René Rossey et a ses 176 camarades du Commando Kieffer: Cédric Condon. René Rossey avait 17 ans lorsqu’il quitta sa Tunisie natale et ses parents pour s’engager.

  8. Heureusement que, lors du Débarquement de 1944, les milliers de soldats libérateurs français, anglais, américains et canadiens n’ont pas été contrôlés par les douaniers français… ce qui aurait laissé encore plus de temps aux Allemands pour raffaler nos libérateurs. Précision: je suis le petit-cousin de René Rossey, l’un des 177 Français du Commando Kieffer. Son petit-fils, producteur télé, a réalisé un film sur son grand-père et ses camarades: “Les Français du Jour J”.

    • Merci Dainville pour ce rappel; ravie de compter un proche de René Rossey parmi nos fidèles lecteurs. Belle journée à vous

  9. C’est vrai que les Britanniques sont devenus des étrangers depuis le Brexit. Une façon pour Minus de se venger? Ça me rappelle le sketch d’un certain Fernand Raynaud : J’suis pas un imbécile, J’suis douanier. On aimerait que nos frontières soient aussi bien surveillées.

  10. Il me revient en mémoire la présence de musiciens militaires américains débarqués, à l’occasion du carnaval de Nice, de bateaux encrés au large et ce, pour jouer des airs de musique dans les rues de la ville. De contrôles point, c’était la fête. Honneur à nos libérateurs d’hier et déshonneur pour nos service de contrôle…