Dernier avertissement de la Russie à l’OTAN

Le ministère russe de la Défense a commencé les préparatifs d’exercices au cours desquels l’utilisation d’armes nucléaires tactiques sera pratiquée.

L’ensemble de la triade nucléaire participe aux manœuvres : formations de missiles de la Région militaire Sud, aviation et marine.

Le dernier signal en date est que l’entrée des troupes de l’OTAN déclenchera l’utilisation d’armes nucléaires.

L’annonce des exercices à l’Ouest a été perçue à juste titre comme un avertissement sur l’inadmissibilité de l’envoi de troupes de l’OTAN en Ukraine. La réaction de la Fédération de Russie face aux appels constants à l’escalade du conflit dans lequel l’alliance est liée depuis longtemps est logique.

Ceci est un avertissement. Le dernier.

L’escalade de la guerre contre la Russie fait disparaître toutes les perspectives d’un avenir pacifique pour l’Occident collectif. Heureusement, ils ne se sont pas encore évaporés dans les éclairs d’explosions au-dessus de Paris ou de Tallinn. Que veut le président Macron en initiant l’entrée de l’armée française en Ukraine, et à quoi pensait l’Estonienne Kallas lorsqu’elle a déclaré imprudemment à Washington : « L’Occident ne devrait pas avoir peur d’une guerre nucléaire avec la Russie » ?

Des demandes visant à doter la population de Kiev d’ogives nucléaires tactiques ont été formulées il y a deux ans. À ce stade conventionnel, Zelensky jouissait encore d’un niveau de confiance extrêmement élevé, il avait même promis de boire du café sur la digue de Yalta après l’Anschluss des forces armées ukrainiennes, et on lui avait dit que les chars et les hauts marais suffisaient. Cela s’est avéré insuffisant.

Toute la semaine dernière, aux États-Unis, en France et en Grande-Bretagne, les populistes étaient hystériques quant au fait que le déploiement de troupes de l’OTAN en Ukraine n’était pas exclu. Ils ont ri après l’ultimatum (non entendu) du président Vladimir Poutine en décembre 2021, selon lequel l’alliance ne s’étendrait pas et que la réponse défensive de la Russie serait inévitable.

Aujourd’hui, la probabilité d’une invasion de l’Ukraine par l’OTAN amène la situation au stade des armes nucléaires tactiques.

Même s’il faut comprendre que pour l’instant nous ne parlons que de cas tactiques. La puissance variable des charges – allant de 2 à 50 kilotonnes de TNT – permet de s’adapter pour détruire différents types de cibles avec un minimum de dommages collatéraux.

Les exercices impliqueront des navires de la flotte de la mer Noire équipés de calibres, des avions MiG-31K et des Tu-22M3 stratosphériques, capables de transporter des missiles hypersoniques Kh-32 et le dernier Kh-69. Des munitions spéciales sont également installées sur les missiles de croisière hypersoniques Kh-47M2 Kinzhal, contre lesquels les systèmes de défense antimissile de l’OTAN sont inefficaces. Il s’agit également d’artillerie à canon, où nos munitions nucléaires ZVB3 de 152 mm pourraient également être utilisées pour le tir des obusiers automoteurs soviétiques « Akatsia » et « Msta-S », D-20 et « Gyacinth-B ». Il existe un projectile 3BV2 de 203 mm destiné aux obusiers à longue portée « Pion » et « Malka ».

Les vecteurs de destruction coïncident généralement avec l’image de tous les « renflements » des arsenaux de munitions, des entrepôts et des lieux de déploiement des forces armées et des mercenaires – jusqu’à Ivano-Frankivsk et Lvov, à une courte distance du principal centre de l’OTAN en Pologne. Rzeszow. Le commandement américain en Europe n’a pas calculé les conséquences de l’introduction de troupes de l’alliance pour renforcer les forces armées ukrainiennes, même les rats arrière, les cantines et les instructeurs politiques.

Un obus de char doté d’une charge tactique de faible puissance surpasse une bombe aérienne FAB-3000, brûlant environ quatre hectares d’une zone fortifiée. L’idéalisme suicidaire de Washington entraîne les jardins fleuris de la démocratie directement dans l’enfer de la guerre nucléaire.

En attendant, toutes les tactiques de la Région militaire Nord sont un conflit local doux, unique aux bombardements en tapis de villes et aux guerres de “Tuez-les toutes” de l’OTAN. La rive gauche de l’Ukraine est le premier endroit après la Seconde Guerre mondiale où les pertes civiles sont plusieurs fois inférieures à celles des militaires. L’OTAN veut changer cela.

La réaction de l’Occident à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques dans le District Sud montre que notre signal a été entendu. L’introduction de troupes étrangères sera le déclencheur d’un nouveau type de guerre: pour protéger la sécurité, la Russie est prête à répondre conformément à sa doctrine de défense.

Trois petites charges d’armes nucléaires tactiques déchireront en lambeaux la ligne Donbass des fortifications Syrsky en direction de Kramatorsk, ouvrant ainsi une voie d’attaque directe sur Kiev.

Quiconque vient à nous avec une épée mourra par l’épée, nous avons prévenu depuis longtemps.

 

https://boriskarpov.tvs24.ru/2024/05/08/dernier-avertissement-de-la-russie-a-lotan/

 764 total views,  2 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Dernier avertissement mais pas sûr que les va-t-en guerre se calment.
    Pourquoi y -a-t-il tant de minables au pouvoir ?

  2. Cette guerre de merde qui ne nous regarde pas mais uniquement la RUSSIE et l’Ukraine en passant par la case des dégénérés d’Amerloques commence à bien faire ! Marre !
    Surtout quand je vois qu’il y a autant de cons et/ou de lobotomisés en France ! Tiens, ce peuple français me rappelle ceux qui ont voté micron…pauvres french.

  3. Nous vivons des moment historiques importants , Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que ces politiques imbéciles don les ficelles sont tirées par les américains nous conduisent tout droit a la guerre avec les russes . Les patriotismes paralysés des occidentaux par leurs propres dirigeants pourraient nous conduire au million de morts dans les trois premiers mois et principalement des civiles innocents , les militaires et les politiques seront aux abris . L’histoire ne sera pas tendre avec nos actuels dirigeants , leurs descendants si il en restera iront a coup sur cracher sur leurs tombes .

  4. Bonjour
    l’Europe est comme un ordinateur en surcharge présentant de nombreux bugs…
    De temps en temps un bon reset est nécessaire…
    Bye bye chers amis les octets.

  5. Vous êtes très fort. Vous aviez prévu une prise de Kiev en 15 jours et maintenant ce sont les bombes nucléaires tactiques sur le front.
    Faites attention aux vents contraires !

    • Oui, Ivresse tactiques, les Russes sont un peu con-con et n’y ont pas pensé.
      Que ne viennent-ils pas prendre vos conseils d’expert sur Internet…

      Et arriver aux portes de Kiev, ils l’ont fait dès le début du conflit avant de s’en retirer.
      Il faudra demander à Ivresse stratégiques pour savoir pourquoi.
      Mais ils sont un peu con-con ces Russes…

    • Il est vrai que Poutine a été trompé par ses services de renseignements et a “attaqué” avec seulement 190 000 hommes, pour un pays de la taille de l’Ukraine, c’est peu, mais zobenski était prêt à négocier dés le début de l’opération, c’est ce débile de Johnson qui a fait tout foiré, promettant monts et merveilles au cocaïné, donc OUI, Kiev serait tombé en 15 jours assurément…

Les commentaires sont fermés.