On n’attend plus le messie… On attend Yehia Sinwar !

Incroyable, mais vrai : Ce n’est ni une plaisanterie, ni un secret, mais en Israël, on n’attend que la réponse de Yehiah Sinwar. Toutes les vies et activités se sont figées dans cette attente cruciale.

Parlez-moi d’une célébrité – d’un triomphe du mal et son apothéose !

Et tout le monde y met du sien, surtout les médiateurs : L’Égypte, le Qatar, la Turquie, l’Arabie saoudite, les USA– qui ont dépêché leur directeur de la CIA, William Burns.

Une délégation du Hamas discute samedi au Caire avec les médiateurs d’une offre de trêve dans la guerre entre le mouvement islamiste palestinien et Israël à Gaza, à l’heure où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu menace de lancer un assaut à Rafah. Le chef de la CIA, William Burns, se trouve dans la capitale égyptienne.

Entre-temps, les médias s’affolent, chacun tisse des diagrammes, des stratégies, des concessions, ce qui rend l’ambiance israélienne beaucoup plus épaisse qu’une soupe de pois londonienne. Et le suspense empêche de dormir, mais aussi de faire une sérieuse analyse des faits et des personnalités impliquées.

En principe, on ne sait plus où est la vérité et quelles sont les concessions proposées par tous les intéressés… Et il y en a beaucoup :

  • L’Égypte est réfractaire à l’invasion de Rafah, source indubitable de revenus, de trafic, d’écoulement d’armes et de ressortissants arabo-musulmans en quête d’opportunité.
  • Le Qatar est le mécène du Hamas qui veut une part de la bande de Gaza comme pied-à-terre. Il y a investi beaucoup de ses pétrodollars, aujourd’hui partis en fumée.
  • La Turquie islamique et pro-palestinienne retient l’objectif de mettre des bâtons dans les roues à Israël, et le rêve inassouvi d’un État palestinien sur les cendres de l’État juif.
  • L’Arabie Saoudite se dit antagoniste au Hamas, mais veut un État Palestinien qui saperait les assises de petit État juif.
  • Les USA avec en tête Jo Biden, perpétuent l’héritage d’Obama et de Soros, l’objectif de démanteler les USA et d’effacer Israël de la mappemonde.

Avec tout ce beau monde, on se demande ce qu’Israël peut ou doit faire… Pas beaucoup, on dirait.

D’un côté, si Israël donne son aval à la création d’un État Palestinien pour plaire à Biden qui veut entraîner l’Arabie saoudite dans son giron, il aura droit à un voisin envahissant qui l’empêchera de vivre, mais aussi, il aura un IRAN Nucléaire. Des deux côtés, il sera foutu. Aucun avenir, aucune lucarne d’où s’échapper.

S’il veut plaire à l’Égypte, il doit s’attendre à la résurrection du Hamas dans toute sa splendeur, et toute cette guerre aurait été inutile.

Pour libérer les otages israéliens, le Hamas veut la fin des représailles, de la guerre, la liberté de tous les terroristes séquestrés en Israël, le départ de l’armée israélienne de la Bande de Gaza et sa restauration… rien que cela – des bagatelles !

Quelles alternatives restent à Israël, hormis celle de fermer la porte à cette bande de faux-jetons et de se lancer à l’assaut de Rafah, du passage de Philadelphie et à l’anéantissement des milices hamassiennes stationnées à Rafah ?

Toute autre alternative rendrait tous ses efforts, ses victimes, ses soldats morts, ses dégâts économiques et autres, nuls et non avenus.

Avec autant d’ennemis, autant de mauvaise foi, autant de haine immonde, Israël va devoir reprendre l’arme et se battre… puisque c’est l’unique alternative qu’il possède, en vérité.

J’ose reprendre ici une phrase célèbre de Winston Churchill :« Le gouvernement avait le choix entre la guerre et le déshonneur ; il a choisi le déshonneur et il aura la guerre »

Mort pour mort, autant mourir l’arme au poing.

Thérèse Zrihen-Dvir

 630 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Mais que font les snipers de Tsahal, ils sont en congés longue durée ?

  2. 3 m2 de terre et quelques petits millions d’habitants ne pouvant vivre en paix : et l’occident de fermer les yeux sur cette évidence qui saute aux yeux et devrait donner honte à ceux qui soutiennent encore les haineux qui martyrisent ISRAEL – jamais ISRAEL n’aurait dû quitter GAZA : voilà le résultat

  3. Thérèse Zrihen-Dvir
    Excellente synthèse!
    Pas d’autre solution: Destruction immédiate du dernier bastion du hamas!!!!
    L’avenir appartient au audacieux, Autrement : c’est no futur!!!!
    Un camouflet à la traîtrise institutionnelle du deep state US!

  4. Merci, Thérèse, pour cet article lucide. Israël n’a pas d’autre alternative, vaincre ou disparaître. Prenez soin de vous.

  5. Bonjour,

    Merci Thérèse.

    Israël ne doit rien céder.

    Nous ne devrions rien céder en France aussi, si nous étions gouvernés.

    Nous sommes en présence d’une idéologie totalitaire qui veut notre asservissement, notre anéantissement.

  6. qu’Israël continue ce qu’il a prévu pour cette vermine barbare, sans se préoccuper de ce que peuvent penser ou dicter les autres pays qui n’ont strictement rien à voir avec ce conflit mais qui s’en mêlent comme si TOUT leur appartenait ! Seulement ce qui arrive à Israël peut aussi bien arriver ailleurs, la vermine coranique s’est installée et pille partout sur la planète, j’ai rêvé (sans blagues) que la réaction d’Israël envers ce peuple barbare, sale, fourbe, nuisible à souhait, entraînait une réaction en chaîne de tout les pays infectés par la secte, c’est ce que tout les adeptes de cette satanée croyance devraient subir pour leurs actes meurtriers !

Les commentaires sont fermés.