AstraZeneca admet officiellement que son vaccin anti-Covid19 peut causer des thromboses

C’est la première fois que le géant pharmaceutique AstraZeneca l’admet officiellement : son vaccin anti-Covid19 peut causer des thromboses et autres problèmes de coagulation. Des effets collatéraux potentiellement mortels. C’est au tribunal de Londres que le secret de polichinelle a été “révélé”.

En avril 2021, un responsable de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) avait déjà évoqué la possible causalité entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero, après que plusieurs personnes aient trouvé la mort. Cela avait donné lieu à une enquête journalistique indépendante que nous avions relayée ici.

De son côté, AstraZeneca avait assuré qu’il n’y avait «aucune preuve de risque aggravé».  Mais au Royaume-Uni, au moins 81 personnes sont décédées de caillots sanguins apparemment liés au vaccin en question, et plusieurs dizaines de familles ont poursuivi la société pharmaceutique en justice. Lors du procès en cours à Londres, les avocats d’AstraZeneca ont reconnu qu’une telle évolution était effectivement possible.

Rien de nouveau sous le soleil. Les admissions, les preuves, les scandales de la gestion catastrophique – pour ne pas dire criminelle – de l’épidémie de Covid-19 ne cessent d’affluer, sans que cela émeuve les foules. Pas même les médecins généralistes, évincés purement et simplement dans la prise en charge de leurs patients, mis sur la touche, se contentant d’un “faites-vous vacciner et prenez du paracétamol” sans ausculter ni même entrevoir le patient affecté.

Rappelons deux des scandales les plus éclatants : en novembre dernier, nous apprenions que l’Agence Européenne du Médicament n’avait pas autorisé les vaccins anti-Covid19 dans le traitement des maladies infectieuses ; et en octobre 2022, que les vaccins Pfizer n’avaient jamais été testés pour prévenir la transmission de la maladie, rendant de fait les passeports vaccinaux et les délirantes mesures de privations de liberté totalement injustifiés.

Mais la liste est longue, très longue, le bateau a pris et continue de prendre l’eau de toutes parts, mais les foules semblent peiner à réagir.

Audrey D’Aguanno

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 665 total views,  4 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Pourra-t-on juger un jour la méchanceté de tous les copains, les cousins, les voisins, les gamins, les crétins qui nous ont critiqué, bafoué, humilié, insulté, persécuté parce que nous refusions de nous faire injecter leur saloperie alors qu’eux, nos proches, refusaient de prendre leurs responsabilités tous seuls, et voulaient y entrainer les autres. Parce que voyez-vous, “si l’on doit crever… crevons tous ensembles”🥶🥶🥶 et qu’aucun n’en réchappe.

  2. Les Français ne réagiront pas, à part quelques individualités, ils se sont précipités en masse vers les abattoirs vaccinaux et en ont même redemandé en se faisant inoculer jusqu’à quatre rappels. Le mêmes d’ailleurs qui font partie des 70% de connards irrécupérables. J’exclue de cette liste ceux qui y ont été obligés pour ne pas perdre leur emploi. Les assassins échapperont au châtiment.

Les commentaires sont fermés.