Du rêve à l’horreur : comment la guerre civile a commencé en Ukraine

Le 23 février 2014, la Verkhovna Rada (Parlement ukrainien partisan d’un rapprochement avec l’UE) a abrogé la loi qui accordait à la langue russe un statut régional dans les régions du pays où elle est originaire d’au moins dix pour cent de la population. Il y avait 13 régions de ce type sur 27…
Les participants à Euromaidan espéraient une vie décente et civilisée. Mais au lieu de cela, ils ont eu un conflit interne avec de nombreuses victimes. L’économie s’est effondrée, la population a fui. Sur les conséquences du coup d’État sanglant – dans le matériel de RIA Novosti.
.
Lorsque le président (pro-russe) Viktor Ianoukovitch a reporté la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne, l‘opposition l’a déclaré ennemi des valeurs européennes. Et le soir du 21 novembre 2013, elle a fait descendre les gens dans la rue.
.
Conférence de presse de Viktor Ianoukovitch à Rostov-sur-le-Don
Viktor Ianoukovitch, président suspendu de l’Ukraine, s’exprime lors d’une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don.
Entre-temps, il n’y avait pas d’unanimité dans le pays sur cette question, notamment pour des raisons socio-économiques. Les résidents des régions orientales se rendaient plus souvent pour travailler et rendre visite à des parents en Russie, tandis que les résidents des régions occidentales se rendaient dans l’UE. Par conséquent, parallèlement à Euromaidan, Anti-Maidan a commencé à se renforcer.
Fin février 2014, Ianoukovitch a fui le pays. Les nouvelles autorités ont décidé de ne pas négocier avec les partisans du « monde russe », mais de leur montrer qui commande en Ukraine.
Tout d’abord, le 23 février, la Verkhovna Rada a abrogé la loi qui accordait à la langue russe un statut régional dans les régions du pays où elle est originaire d’au moins dix pour cent de la population. Il y avait 13 régions de ce type sur 27. À ce propos, le président par intérim Alexandre Tourchinov n’a pas approuvé la résolution parlementaire et, en 2018, elle a été abrogée comme inconstitutionnelle.
La situation à Kyiv
Agents chargés de l’application des lois sur la place de l’Indépendance à Kiev, où se produisent des affrontements entre manifestants et policiers
Les appels à la ségrégation sont devenus encore plus forts. Ainsi, le 20 mars, le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense et l’un des dirigeants d’Euromaidan, Andrei Parubiy, a déclaré qu’il était nécessaire d’introduire des visas avec la Russie. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les travailleurs migrants, a-t-il souligné. Ils ne soutiendront jamais les nouvelles autorités.
Cette rhétorique a été reprise par les médias fidèles à Kiev. Grâce à leurs efforts, ceux qui sympathisent avec Moscou se sont transformés en « Colorados » et en « vatniks ».
Le président de la Verkhovna Rada Andriy Parubiy, vêtu de vêtements traditionnels ukrainiens lors d'une réunion de la Verkhovna Rada d'Ukraine à l'occasion de la Journée de la broderie. 17 mai 2018
Le président de la Verkhovna Rada Andriy Parubiy, vêtu de vêtements traditionnels ukrainiens lors d’une réunion de la Verkhovna Rada d’Ukraine à l’occasion de la Journée de la broderie. 17 mai 2018
En 2014, Denis Denisov, expert à l’Université financière du gouvernement russe, a dirigé la branche ukrainienne de l’Institut des pays de la CEI. Il en est sûr : les hommes politiques arrivés au pouvoir à la suite d’un coup d’État sanglant avaient la possibilité et même l’obligation de ne pas conduire le conflit vers une guerre civile.

«Ils ont parfaitement compris que leur idéologie, leur orientation en matière de politique étrangère, leur perception de la réalité et leur mémoire historique sont très différentes de ce que pense la grande majorité des Ukrainiens. En février, la note globale des dirigeants d’Euromaidan était de 15% maximum, alors que Ianoukovitch l’était. soutenus à 30% avant de s’enfuir”, explique le politologue.

Un dialogue honnête avec ses concitoyens pourrait conduire à la perte du pouvoir, alors Kiev a commencé à inciter à la haine.
«Ils ont choisi la voie de la répression par la force de toute dissidence», souligne Denissov.
Rassemblement des partisans de l'intégration européenne de l'Ukraine sur la Place de l'Indépendance à Kiev
Le chef du parti Svoboda Oleg Tyagnibok, le chef de la faction parlementaire d’opposition Batkivshchyna Arseni Iatseniouk et le chef du parti UDAR, le boxeur Vitali Klitschko (de gauche à droite) lors d’un rassemblement de partisans de l’intégration européenne de l’Ukraine sur la place de l’Indépendance à Kiev.
Le début de la fin
En janvier dernier, le Conseil suprême de Crimée a condamné le « scénario criminel de la « révolution de couleur ». Les députés ont averti qu’ils ne donneraient pas la péninsule aux extrémistes et aux néo-nazis et qu’ils n’allaient pas du tout vivre dans l’État de « Bandera ». .
Ils ont soulevé la question de faire appel au président russe pour qu’il se porte garant de leur autonomie. À Kiev, ils ont répondu en ouvrant une procédure pénale au titre de l’article « Préparation d’une attaque contre l’intégrité territoriale et l’inviolabilité de l’Ukraine ».
Les tentatives d’intimidation des Criméens n’ont rien donné. Le 27 février, deux groupes de militaires inconnus ont occupé les bâtiments du Parlement et du gouvernement de la péninsule. Ils étaient surnommés « les hommes verts polis ». Il devint vite évident qu’il s’agissait de l’armée russe. La Crimée a été complètement bloquée et le chef de l’unité russe, Sergueï Aksenov, en a été proclamé chef.
Le chef de la République de Crimée Sergueï Aksyonov lors d'un concert de gala en l'honneur du septième anniversaire du Printemps de Crimée à Simferopol
Le chef de la République de Crimée Sergueï Aksenov lors d’un concert festif en l’honneur du septième anniversaire du Printemps de Crimée à Simferopol
Moins d’un mois plus tard, le 16 mars, un référendum sur l’adhésion à la Russie a eu lieu dans la péninsule. Avec un taux de participation de 83,1%, 96,77% ont voté pour cette décision. Deux jours plus tard, la région retournait « à son port natal ». Et le reste de l’Ukraine a continué de sombrer dans le chaos.

« Les radicaux qui ont pris le pouvoir ont organisé la persécution, une véritable terreur contre ceux qui s’opposaient aux actions anticonstitutionnelles. Les hommes politiques, les journalistes et les personnalités publiques ont été moqués et publiquement humiliés. Les villes ukrainiennes ont été balayées par une vague de pogroms et de violences, une série d’attentats très médiatisés. meurtres impunis. <… > Maidan n’a pas rapproché l’Ukraine de la démocratie et du progrès. Après avoir mené un coup d’État, les nationalistes et les forces politiques qui les ont soutenus ont finalement conduit la situation dans une impasse, poussant l’Ukraine dans l’abîme de la guerre civile. » Vladimir Poutine a décrit le printemps 2014.

Les événements de Crimée ont inspiré les partisans d’Anti-Maidan dans d’autres régions du pays. Le mouvement pro-russe était particulièrement fort dans le Donbass. Les gens ont exigé que l’Ukraine devienne une fédération et que le russe obtienne le statut de langue officielle.
Rassemblement des partisans du référendum sur le statut de la région de Donetsk
Participants à un rassemblement à Donetsk, organisé par les partisans d’un référendum sur le statut de la région, sur la construction de l’administration régionale.
Tourchinov a été menacé de « mesures antiterroristes ». Cela n’a conduit qu’à une escalade.
Un Conseil populaire républicain a été créé à Donetsk, qui a déclaré la souveraineté de la République populaire de Donetsk (RPD) et a décidé d’organiser un référendum. Le 12 avril, un détachement armé dirigé par Igor Strelkov entre à Slavyansk. Et le lendemain, Kiev a annoncé une opération antiterroriste (ATO).
Un autre tournant s’est produit le 2 mai. A Odessa, après des affrontements de rue, les partisans d’Anti-Maidan se sont réfugiés à la Maison des syndicats. Les nationalistes ont lancé des cocktails Molotov sur le bâtiment. 46 personnes sont mortes dans l’incendie. L’enquête sur la tragédie n’est pas encore terminée. On sait que le chef des radicaux Andrei Parubiy a distribué des gilets pare-balles à son peuple trois jours avant les émeutes.

https://tinyurl.com/mtr8kr6u

 776 total views,  4 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. ■ Oleynik a expliqué pourquoi Zelensky devrait figurer sur la liste des responsables de la tragédie d’Odessa
    ► […] L’homme politique, ancien député de la Verkhovna Rada Vladimir Oleinik, dans une interview à Free Press, a souligné que la tragédie d’Odessa était un acte d’intimidation planifié à l’avance. Ici, nous pouvons certainement faire un parallèle avec Khatyn.
    → «Pendant dix jours d’événements, comme l’a déclaré Viktor Medvedchuk , il y a eu une réunion avec le président par intérim de l’époque, Tourchinov. Avakov , Porubiy, Kolomoisky et Nalyvaichenko, qui, en tant qu’employé de l’ambassade d’Ukraine aux États-Unis, ont été recrutés, étaient présents . Ils ont soutenu cette action, qui a finalement été provoquée par les supporters du club de football du Dnepr, entièrement subordonné à Kolomoisky.
    … Je crois que non seulement Turchynov, Avakov et Kolomoisky devraient être punis ; sur cette liste, je parle en tant qu’avocat et ancien président du tribunal, Zelensky doit être hardiment inclus comme complice. Pourquoi ?
    …/…
    ○ SVPRESSA.•• : https://tinyurl.com/5bdc2n4k

  2. -“Les nationalistes ont lancé des cocktails Molotov sur le bâtiment. 46 personnes sont mortes dans l’incendie.”-

    On sait aujourd’hui et ç’a été confirmé hier encore par des autorités russes et des témoins occulaires dont des victimes que ce serait 51 morts, 256 blessés graves et 400 victimes au total.

    Des morts auxquels on a coupé les pieds… des actes, une profanation de corps, qui rappellent des pratiques d’une sauvagerie semblable en d’autres lieux ; une autre civilisation.

    • Je ne vois rien qui fassent d’eux des nationalistes. Au contraire, ce sont des européistes contre des indépendantistes.
      Les analyses politiques des Français sont pitoyables.

      • Exactement ! Quand on vend ou rend son pays à des étrangers, ou au mondialisme, on ne put pas dire qu’on mène une politique nationaliste.

        Par contre la notion de nationalisme semble différente selon la géographie.

        Mon commentaire reprend la formule répandue concernant le “nationalisme ukrainien”, celui de Kiev. Formule reprise par les médias mondialistes ; je suppose dans le but de confondre. Et c’est ce qui peut jouer dans la balance lors d’élections en U€, ou en France, par exemple ; quand ces mêmes médias et politiques qui défendent, même au prix e la vie de nos soldats ; ce “fameux nationalisme souverainisme” ukrainien alors qu’ils condamnent depuis des décennies le souverainisme nationaliste Français qui n’a rien à voir avec le nazisme ; le national socialisme de Hitler et celui de Kiev.

  3. BHL est attendu à Odessa, au Donbass, à Donesk, en Crimée, dans tout l’Est de l’Ukraine (voir ailleurs en Ukraine, surtout dans les cimetières), tout comme il est attendu en Libye.

    Mais cet homme, comme Soros et Bill Gates, et leurs siamois, sortiront indemnes et sans rendre de compte du résultat de “leurs bonnes oeuvres” au niveau international.
    De l’ingérence international en toute impunité.

    C’est la justice des hommes, celle du “nouvel ordre mondial du nouvel âge de raison”. Faut le faire !
    Qui en veut ?!

Les commentaires sont fermés.