Où vont les milliards payés par les contribuables américains ?

Qui finance le Hamas ? Oui, grâce à Old Joe

Quand tu ne connais pas de honte.

 

Tout est au grand jour maintenant. La Chambre a voté samedi par 366 voix contre 58 pour envoyer 9,1 milliards de dollars à Gaza, ce qui signifie 9,1 milliards de dollars pour le Hamas. Ce n’est pas la première fois que le régime Biden indique clairement de quel côté il se situe, et ce ne sera probablement pas la dernière. Mais cette fois, Old Joe et ses acolytes subissent des représailles.

Les 9,1 milliards de dollars sont bien entendu destinés à « l’aide humanitaire », mais cette ruse trompe de moins en moins de gens. Just The News a rapporté vendredi que le projet de loi est « à l’étude » en premier lieu parce que le montant que Gaza recevra est « nettement supérieur au produit intérieur brut annuel de la bande de Gaza », et qu’aucune garantie n’est en place pour garantir que l’argent ne tombera pas entre de mauvaises mains : « les critiques disent que les États-Unis financent essentiellement le Hamas par le biais de ce projet de loi ».

Officiellement, cette dépense massive est destinée à « l’assistance aux migrations et aux réfugiés » et à l’« assistance internationale en cas de catastrophe ». C’est si massif, en fait, qu’il représente « plus de quatre fois le montant du PIB annuel de la bande de Gaza, qui était d’environ 2 milliards de dollars l’année dernière, selon les Nations Unies ». La bande de Gaza est sur le point d’être inondée d’argent américain, ce qui signifie que même si le Hamas a déjà dépensé les 10 milliards de dollars que le vieux Joe Biden et ses acolytes ont envoyés aux financiers du Hamas à Téhéran le mois dernier, d’autres milliards sont en route. .

Le régime Biden ne veut pas que vous vous inquiétiez de cela. Le projet de loi « appelle le secrétaire d’État à établir des mesures de surveillance pour garantir que l’aide ne soit pas détournée par le Hamas », mais en réalité, que peut-il faire sans établir une présence militaire américaine à Gaza ? Le Hamas contrôle Gaza. Il n’existe à Gaza aucune force suffisamment forte pour tenir tête au Hamas. Ainsi, les réserves inscrites dans la législation rédigée et adoptée dans la lointaine Washington, DC, sont une chose, mais la réalité sur le terrain à Gaza est tout autre, et le régime Biden doit le savoir.

Morton Klein, président de l’Organisation sioniste d’Amérique, l’a déclaré clairement : « Biden et cette administration savent que la quasi-totalité de l’aide, c’est-à-dire l’aide, est volée par le Hamas ». Cela conduit à une conclusion incontournable : « Nous finançons le Hamas. Réalisez-vous le cauchemar que cela représente ? Nous finançons le Hamas avec ces 9 milliards. Qu’est-ce qui ne va pas avec cette administration ?

Eh bien, il faudrait plus de temps à répondre à cette dernière question qu’il n’y a d’espace sur Internet, mais Klein a raison : le régime Biden finance le Hamas, ce qui signifie que les contribuables américains sont détrempés pour subvenir aux besoins des terroristes du jihad. Klein a également souligné qu’en renonçant aux sanctions contre l’Iran et en veillant à ce que des milliards affluent dans les coffres des mollahs, le régime Biden « finançait le plus grand bailleur de fonds du terrorisme islamique au monde ».

Morton Klein n’est pas le seul à remarquer où va l’argent. Ramzi Awda, qui, en tant que secrétaire général de la Campagne internationale de lutte contre l’occupation et l’apartheid, n’est pas un ami d’Israël, a déclaré qu’une « milice armée du Hamas » vole l’aide qui arrive à Gaza. Il a ajouté : « La majeure partie de l’aide est volée – plus de 60 à 70 % de l’aide va aux entrepôts de certains mouvements, de certaines factions, de certaines tribus. » Les djihadistes du Hamas, dit-il, « revendent ensuite les produits au peuple à des prix exorbitants ».

Klein a conclu : « Cette administration devrait avoir honte de financer le Hamas et le plus grand bailleur de fonds du terrorisme au monde, l’Iran. C’est tout simplement ahurissant. Oui, en effet, M. Klein, mais pour que les fous du régime Biden aient honte d’eux-mêmes, il faudrait qu’ils soient capables d’avoir honte. S’il ressort clairement de la tragi-comédie des trois dernières années, c’est que la honte n’est pas un concept familier aux apparatchiks du régime. Ils affirment sans ambages que les hommes peuvent devenir des femmes, que ces prétendues femmes devraient pouvoir concourir dans les sports féminins, même si elles tournent en dérision les sports féminins. Ils affirment que la frontière sud est sécurisée. Ils insistent sur le fait que le vieux Joe Biden est énergique et vif comme un vireur, laissant les gens des décennies plus jeunes épuisés après avoir essayé de suivre son tourbillon d’activité. Honte? Le régime Biden ne connaît pas le sens du mot.

Traduction google

Who Funds Hamas? You Do, Thanks to Old Joe

Photo d'avatar

Robert Spencer

Robert Spencer est directeur de Jihad Watch et Shillman Fellow au David Horowitz Freedom Center. Il est l’auteur de 28 livres, dont de nombreux best-sellers, tels que Le Guide politiquement incorrect de l’Islam (et des croisades) , La Vérité sur Mahomet , L’Histoire du Jihad et Le Coran critique . Son dernier livre est Muhammad : Une biographie critique . Suivez-le sur Twitter ici . Aimez-le sur Facebook ici

 556 total views,  4 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Nous aussi, nous sommes essorés par la hyène, pour entretenir les Hamassiens et cela depuis des années.
    Les chefs du Hamas, peuvent donc, vivre dans les hôtels 5* à l’année, pendant que des Français , travailleurs pauvres, dorment dans leur voiture.

Les commentaires sont fermés.