“Phares de Russie” : une exposition à Paris

Les Phares de Russie, une expo photo à découvrir au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe

Photo de l’exposition : le phare Tolboukhine, Golfe de Finlande. Il fonctionne toujours. Sa lumière est visible à une distance de 19 miles nautiques.

Construit en 1719 sur ordre du tsar Pierre le Grand, le phare Tolboukhine est l’un des plus anciens (si ce n’est le plus ancien) de Russie.

Durant près de 300 ans, ce phare a été le premier à accueillir les navires alliés et ennemis se dirigeant vers Saint-Pétersbourg. Il a récemment été entièrement modernisé et, en dépit de son âge avancé, continue de remplir à merveille ses fonctions.

Photos d’articles divers (hors exposition) : 
Le phare d’Aniva est situé sur le cap homonyme au sud-est de l’île russe de Sakhaline, dans l’océan Pacifique nord. Il est situé sur un rocher inaccessible à la fin de l’étroit promontoire rocheux d’Aniva, sur le côté nord de l’entrée est du détroit de La Pérouse.

Le phare Ossinovetski, situé sur le lac Ladoga, dans l’oblast de Léningrad

Il s’agit de l’un des plus hauts phares du monde, s’élevant à 70 mètres.

Ce bâtiment a joué un rôle significatif dans la Seconde Guerre mondiale, servant de repère important pour celle que l’on appelait la Route de la vie, seule voie possible pour approvisionner la ville de Léningrad (actuelle Saint-Pétersbourg) assiégée, à travers le lac Ladoga gelé.

Phare-église de Saint-Nicolas, Crimée

Phare de Derbent, Daghestan

Contrairement à la majorité des phares, celui-ci n’est pas situé au plus près de l’eau, mais en plein cœur de la ville, à 500 mètres de la mer Caspienne. Certains chercheurs avancent que le niveau de la mer était en réalité plus haut il y a plusieurs siècles.

Il s’agit par ailleurs du phare le plus au sud du pays. Construit en 1853, il est toujours en service et son faisceau lumineux est si puissant qu’il peut être vu jusqu’à 33 kilomètres.

Le phare de Yalta…construit par un Français :

 870 total views,  3 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Magnifique article, d’autant plus que pour moi les phares m’ont toujours impressionné. Je les vois comme des symboles d’isolement positif, de méditation, de retrait du monde, et de services aux autres pour les navires.
    Les phares russes que tu nous montres dans cet article sont vraiment splendides et magnifiques. Il y en a d’autres aussi dans le monde qui ont les mêmes qualités. Mais pour les phares russes, on est toujours dans l’esprit artistique slave, et ça c’est très émotionnel.
    Quel dommage que j’habite sur la Côte d’Azur car je ne peux pas faire l’aller-retour pour voir uniquement cette exposition. Merci ami Jules de nous l’avoir fait connaître.

  2. Si le phare est le symbole d’un homme porteur de lumière, Macron n’est qu’une vulgaire loupiote. Merci Jules Ferry pour cet article.

    • Loupiote ? Tu es bien indulgent avec le dictateur, ami Argo ! Une loupiote dégage encore un peu de lumière. Macrocescau n’incarne que la nuit, l’horreur, la haine et la traîtrise. Dur, dur de trouver un peu de lumière là-dedans 😄

Les commentaires sont fermés.