Arnaud Lagardère : la démographie est défavorable, c’est implacable, on va être ensevelis

Libé pas content accuse Lagardère d’être vampirisé par Bolloré., carrément. Il est vrai qu’il n’y a que la vérité qui fâche… Et Libé se fâche facilement dès qu’on évoque les méfaits de l’immigration. Il faut dire que la dite immigration est le fond de commerce de Libé depuis des décennies… Ça plaît aux gauchos, aux anti-France… une vraie rente ! De là à enlever le droit à Lagardère de penser par lui-même, il y a un pas, un gouffre, mais Libé n’est pas gêné par si peu, plus c’est gros plus ça excite la meute de dégénérés qui se sent exister en lisant cette presse gauchisto-wokiste.

Comme il semble ravi d’avoir tout abdiqué. Le voilà, en ce jeudi printanier, mi-avril, costume baskets, bondissant dans son palais déserté de la rue de Presbourg, face à l’Arc de Triomphe. 9 heures, Arnaud Lagardère au taquet comme jamais, café serré, CNews et sa sombre logorrhée matinale sur écran géant. Il prend soin de l’éteindre, dialogue cash, jovial, sans conditions, après avoir textoté drôlement : «Pas sûr que mon portrait vous vaudra beaucoup de lecteurs mais bon…» Il affiche, à 63 ans, un visage tout épanoui, comme élargi, et dans son bureau beige passé qui fut l’antre de son père, les mots volent. «Une résurrection, lance-t-il, en évoquant son existence depuis qu’il a cédé son groupe à Vivendi, l’empire médiatique de Vincent Bolloré. Je ne vous raconte pas des salades, je n’ai jamais été aussi heureux.»

Lagardère junior a toujours eu un singulier rapport au réel, cocktail de résilience et d’insouciance. «Nono», l’appelle depuis toujours le Tout-Paris, halluciné de le voir au fil des ans dilapider l’héritage de son père Jean-Luc, disparu en 2003 ; vendre les activités stratégiques, accumuler les projets, les erreurs, les outrances ; jouer l’amoureux benêt a

 445 total views,  3 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Si tu ne vas pas à Lagardère…. Lagardère ira à toi. Je ne connais pas l’origine de ce dicton mais il semble approprié bien que ce ne soit pas de ce Lagardère qu’il s’agit. En tous cas ils s’aperçoivent tous les uns après les autres qu’il y a le feu à la maison France après l’avoir bien démolie. Ces gens soi-disant si intelligents pouvaient pas s’apercevoir de leurs erreurs avant ? Ça nous aurait évité les emmerdes quotidiens de la sauvagerie musulmerde.

Les commentaires sont fermés.