Découverte d’un livre écrit en 1695 par Hadrian Relandi : il n’y avait pas de peuple palestinien

 

Palestina, un Ouvrage Historique de 1695

Note introductive : Découverte pour nous qui ne le connaissions pas, mais il semble qu’il y ait des exemplaires dans plusieurs musées par le monde, mais dommage, non traduits.
La présentation est bien sûr reprise, et j’espère, fidèle au contenu…

Ce “Voyage en Palestine”, a été écrit en 1695 par Hadrian Relandi et traite de la population qui composait alors le pays.

Il n’existait pas de “peuple palestinien”, Gaza était alors à 50% juive et à 50% chrétienne.

Par Raphael Aouate

Terredisrael.com –20 mai 2009, texte repris le 30 décembre 2012.

A une époque où il est de bon ton de remettre constamment en question la légitimité juive en Israël, la découverte d’un ouvrage historique capital sur cette question, écrit au 17ème s. apporte un nouvel éclairage de la plus haute importance.

Voyage en Palestine“, est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Relandi, cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais.

Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en Latin, s’intitule : “Monumentis Veteribus Illustrata” Edité en 1714 aux Editions Brodelet, cet ouvrage raconte une belle histoire qui commence de façon quasi anecdotique, dans un rayon d’une librairie de Budapest, renfermant des antiquités littéraires, dont une partie concerne le judaïsme : d’anciennes reliques, usées par le temps mais de grande valeur historique (et monétaire), parfois manuscrites, probablement dérobées, issues d’anciennes synagogues.

Cette pièce peut aujourd’hui être consultée à l’Université de Haïfa et sur sur Google*.
* : pour les amateurs de latin et autres langues.

L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues hébraïque, arabe et grecque (ancien).

En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique : recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte du Tanakh (Bible) ou de la Michna, dans leur appellation d’origine.

A chaque fois, Relandi y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Relandi y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien. Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée, en commençant par des considérations d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors était très peu peuplée, pratiquement déserte.

La majorité de ses habitants se concentrait alors dans les villes de Jérusalem, Akko (Acre), Tsfat (Safed), Yafo, Tveria (Tibériade) et A’za (Gaza).

Le constat établi par le géographe conclut surtout à une présence juive dominante sur cette terre, quelques chrétiens et très peu de musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.

Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

– Aucune localité d’alors ne propose de nom arabe ou de source arabe

– La grande majorité des villes et villages possèdent un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou Latin-Romain

– Pratiquement aucune ville — qui porte aujourd’hui un nom en arabe – ne le  portait à l’époque, ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shkhem), Gaza ou Djénine.

– Dans les recherches de Relandi, il n’y a aucune trace de sources historiques ou philologiques établies avec des noms arabes, qui sont beaucoup plus tardifs, comme Ramallah, Al Khalil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem)

– En 1696, Ramallah s’appelle “Beteïlé” (du nom hébreu “Bet El”)

Hébron s’appelle “Hévrone” ou “Méa’rat Hamakhpéla” (Caveau des Patriarches). Le nom tardif d’Al khalil correspond au nom donné à Avraham Avinou en arabe.

– La plupart des villes étaient habitées par des Juifs, à l’exception de Naplouse (Shkhem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les “Natashe”, ainsi que 70 Samaritains

– Nazareth, en Galilée, est une ville entièrement chrétienne  avec 700 Chrétiens.

– A Jérusalem, plus de 5000 habitants, la grande majorité de la population est juive, avec quelques chrétiens.

Relandi n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction.

– A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les oliviers et le blé (Goush Katif). Les chrétiens s’occupaient davantage de commerce et de transport des différents produits de la région.

– Tibériade et Safed étaient des localités juives.

– On sait surtout que la pêche sur le Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque.

– Une ville comme Oum El Fah’em par exemple, était entièrement chrétienne  avec 10 familles.

Un résumé image que vous pouvez utiliser dans vos tweets ou ailleurs… 

L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive et rédhibitoire apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un “peuple palestinien”.

On en veut pour preuve le fait même qu’un nom latin, celui de “Palestina”, ait été repris à son compte par le camp arabe.

 1,116 total views,  2 views today

image_pdf

29 Commentaires

  1. Je diffuse tout de suite, cette perle qui fera taire les ânes qui braient pour gaza.

  2. Population par colonie ????… Il n’y a pas de colonie juive en Israel pour la bonne raison qu’ils sont chez eux.

  3. Le grand Empereur Romain HADRIEN, fatigué par toutes les innombrables exactions auxquelles se livraient toutes sortes d’agitateurs et de groupuscules juifs fondamentalistes à travers toute la Palestine…décida de frapper un grand coup! Il mit hors d’état de nuire toute cette vermine terroriste, très “pré-islamiste” par bien des côtés…et mit à sac, sans trop de manière, la ville “sainte” de Jérusalem… ce que bien des Juifs modérés de l’époque applaudirent des deux mains, étant parfaitement conscients des bienfaits, de la liberté et de la stabilité que leur apportaient la grande Civilisation Impériale Gréco-Romaine de l’époque!…

  4. Édifiant. Et pan! Dans les dents ! Entre ça et le coran qui n’est pas écrit à l’époque du trousseur d’une gamine pré-pubère. En fait ! Tout ce qu’ils voient et touchent leur appartient à ces tarés congénitaux.

  5. Il faut défendre notre FRANCE terre chrétienne,elle doit le rester
    coûte que coûte.Partout où ils vont ils sèment le desastre.Ils ont des pays à eux l’Afrique et l’Algérie et l’Iran où ils font ce qu’ils veulent.Les mondialistes font des catastrophes en voulant faire vivre ensemble des populations hostiles les unes aux autres.Le problème c’est qu’il y a des personnes qui choisissent les pays chauds muzzs pour avoir du “soleil” il y en a d’autres qui ne sont pas muzzs……….

    • Effectivement, au sein de l’Empire ottoman.
      Des écrits plus récents indiquent une région aride.
      Les ottomans ne se sont pas opposés à l’arrivée de juifs, ne voyant pas d’inconvénient à l’enrichissement de la région par ces gens travailleurs. Cela dit, ils ne les ont pas encouragés…
      Par contre très vite les arabes ont été jaloux des juifs les voyant réussir, ceci dès le début du XXè siècle…

    • Définition de la Palestine dans mon Quillet/Flammarion de 1959 :
      Contrée de l’Asie occidentale traversée par le Jourdain. Berceau du Judaïsme et du Christianisme …

      • Bonjour,

        Utile à rappeler, en effet, merci !

        A une époque où tout le passé hébraïque millénaire de ce pays est carrément nié : à commencer par les déments de l’ONU …

        Au catéchisme, dans les années 60, on nous faisait dessiner la carte de l’emplacement des douze tribus d’Israël, comment peut-on accepter le négationnisme actuel ?

        Dans le même ordre d’idée, dans le Larousse de mon grand-père de ces années 50, on peut lire :

        islamisme : religion des musulmans :=)

  6. “palestine” un concept artificiel inventé de toutes parts – ces tribus arabes ont envahi l’état HEBREU et tous les antisémites clament que cette terre est celle de ses tribus qui squattent l’état HEBREU depuis des siècles : à noter que les pays arabes qui devraient recevoir ces individus dont ce n’est pas la place en terre d’ISRAEL, n’en veulent pas, et pour cause !

  7. Merci pour ce rappel d’une belle vérité historique qui est si différente du narratif musulman, des gauchistes et des organisations internationales.

  8. Bonjour @Jean-Paul Saint-Marc ! Merci pour l’article et la superbe trouvaille !

    Je me précipite pour le téléchargement.

    Si certains préfèrent consulter le livre sans passer par le téléchargement ni la consultation formule moderne ; voici une autre solution, que personnellement j’adopte pour pas mal de titres selon une thématique ; le tout en un seul fichier texte dans ma bibliothèque Google sur PC.

    Si vous préférez, et plus facile, enregistrez dans vos favoris :
    • TITRE :
    Hadriani Relandi Palaestina ex monumentis veteribus illustrata
    By Adrien Reland
    • Adresse d’accès (URL) :
    https://books.google.fr/books?id=puFaAAAAQAAJ&pg=PP9&output=embed

    C’est très commode, pour l’affichage parce que léger et surtout quand on a un PC avec quelques années d’âge ou à faibles ressources.

        • Oui, j’atterris directement sur le livre. En latin évidemment donc le problème est là, mais avec l’article on se débrouille.

          • Vous savez que vous pouvez zoomer au maximum, jusqu’à remplir tout l’espace. avec fluidité en utilisant les petits outils prévus à cet effet, en haut à droite de la page. C’est ce qui permet d’avoir un zoom très important, sans pour autant rien changer à la page web.
            Par ailleurs vous avez aussi la fonction recherche.
            Dans le cas présent, document ancien et en latin il faudra tenir compte es caractères spéciaux comme le “s” qui devra dans votre recherche être remplacé par “ƒ” qui n’est pas un f ; copiez cette lettre si vous voulez.
            Par exemple cherchez :
            – Palaeƒtinae ou Palaeƒtinan
            Et à la page 38 vous tombez sur çà :
            ○ TRAD. GOOGLE : https://tinyurl.com/36vsphtd

    • J’ai testé, ne semble pas fonctionner.
      Cela dépend peut-être des équipements.
      Sur le lien donné dans l’article (le fonctionnement que j’ai) :
      https://books.google.fr/books?id=puFaAAAAQAAJ&printsec=titlepage#v=onepage&q&f=false
      En haut à droite le symbole paramètre, cliquer dessus et apparaît un déroulé qui offre 3 solutions d’enregistrement…
      Bonne chance aux lecteurs du latin, la traduction n’est pas coton et le style doit être fort différent aux habitudes actuelles plus simples !

      • Part 2

        Sinon, l’url entière visible, par exemple et sans code :
        https://books.google.fr/books?id=puFaAAAAQAAJ&pg=PP9&output=embed
        en la copiant dans la barre d’adresse du navigateur c’est excellent ; on peut zoomer à souhait sans déformer la fenêtre du navigateur. Excellente solution pour ceux qui ont une mauvaise vue et qui ne veulent pas être encombrés par divers panneaux.
        Il suffit, pour cette utilisation d’ajouter à l’adresse google du livre, juste après l'”id” : cette formule : ” &pg=PP9&output=embed ”
        Exeemple :
        https://books.google.fr/books?id=puFaAAAAQAAJ
        &pg=PP9&output=embed

        Ensuite réserver dans les favoris ou dans un fichier personnel de liste de titres à enregistrer en format “.txt”.

      • Part 1

        Bonsoir @Jean-Paul Saint-Marc ;

        Ça fait des années que je travaille avec ce procédé et j’en suis très contente.

        Je me fais des fichiers bibliothèque en utilisant 2 trois balises toutes simples de code html et je dresse ma liste de titres. Il m’arrive de préciser la taille qui m’intéresse pour consulter l’ouvrage dans mon éditeur de texte.
        Sinon, aussi, je fais des fichiers à titre unique parce que je travaille sur l’ouvrage plus en détail et en longueur.

        Si vous avez un éditeur qui a la fonction “preview” ; comme NotePad++ ou CuteMarkEd (qui font aussi le langage Markdown) ; c’est le top et ils sont gratuits!

        https://cloose.github.io/CuteMarkEd/
        https://notepad-plus-plus.org/downloads/v8.5.6/

      • Rebonsoir @Jean-Paul Saint-Marc ;

        Il m’est venu à l’esprit la nouvelle version d’affichage des livres google. Ça date de plusieurs années déjà ; et je l’avais complètement oubliée. Je n’ai jamais voulu l’employer. Je tourne donc avec l’ancienne.

        Je ne me souviens plus comment se présente cette nouvelle/ancienne mise en page de google books ; je pensais que peut-être est-ce celle que vous utilisez et que systématiquement, la petite formule que je proposais est retransformée par votre configuration de compte google.

        Je ne sais plus si une fois adoptée cette nouvelle mise en page de google books qui date donc maintenant permet temporairement ou définitivement de revenir à la véritable ancienne, celle que j’utilise.

        Parce qu’en fait, je ne vois pas quel pourrait être le problème d’affichage avec mon petit système débrouille.

  9. Avons nous besoin encore des preuves ?
    Les juifs et les chrétiens sont les peuples les plus anciens, en principe ils devraient les plus nombreux dans le monde puisqu’ils sont les plus anciens.
    Et pourquoi les musulmans sont les plus nombreux aujourd’hui avec 2000 millions d’adeptes et plus de 50 pays dans le monde alors qu’ils sont là seulement depuis 1400 ans. Et pourquoi les juifs ne sont que 15 ou 16 millions seulement dans le monde alors qu’ils devaient être les plus nombreux parce que plus anciens et comptent 5784 ans cette année ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Et qu’est-ce qui se passe aujourd’hui en France, aux USA et en Israël ? Réfléchissons un peu.

  10. Il est des légendes comme ça qui ont la vie dure. Comme celle qui prétend que l’immigration enrichit la France,

Les commentaires sont fermés.