Etats-Unis : un condamné à mort pourra bientôt s’exécuter lui-même à domicile

Chaise électrique à domicile
Chaise électrique à domicile

Il s’agit de « délocaliser » l’exécution au domicile du condamné, a expliqué le ministre américain de la Justice, Merrick Garland. C’est un grand progrès dans la gestion de l’exécution capitale aux Etats-Unis, a-t-il souligné.

L’exécution des condamnés à mort a lieu actuellement exclusivement dans les centres pénitentiaires.

Ce sujet a été, pendant assez longtemps, passé sous silence par l’ensemble des médias américains. Seuls CNN et New York Times se sont hasardés à annoncer, en une poignée de mots, qu’il pourrait y avoir des modifications dans le procédé de la mise à mort des condamnés.

Aujourd’hui, tout le monde en parle. La réforme de la mise à mort a été au cours de tous les débats lors des derniers jours, même si les médias européens ne s’y sont pas vraiment intéressés, vu que la peine de mort est (malheureusement) abolie en Europe.

Les États-Unis se sont rendu compte qu’il y a plus de morts par suicide parmi les détenus en France que par les procédés « classiques » en vigueur chez eux. Ils ont donc commencé à réfléchir à un procédé de mise à mort qui s’apparenterait à un suicide.

Il fallait combiner méthode classique et suicide. Cela paraît bizarre, mais beaucoup d’inventions ingénieuses dans le monde sont nées d’idées farfelues.

On n’arrête pas le progrès en matière de procédés de mise à mort. On a eu la mise à mort dans les arènes romaines, la crucifixion, l’écartèlement, la pendaison, la guillotine (dite « rasoir européen »), le bûcher, la décapitation par le sabre et la lapidation chez les musulmans, le « barbecue » et la noyade pratiqués par ledit État islamique, le peloton d’exécution, la chaise électrique…

Lapidation islamique
Lapidation islamique

Il faut reconnaitre que les musulmans se sont surpassés dans ce domaine.

 

Barbecue islamique
“Barbecue” pratiqué par l’État islamique

 

Décapitation par le sabre en Arabie saoudite
Décapitation par le sabre en Arabie saoudite

On vient récemment d’expérimenter aux États-Unis « l’hypoxie azotée », une méthode de mise à mort qui consiste à forcer le condamné à respirer de l’azote pur. Une exécution a eu lieu le 24 janvier dernier dans l’État d’Alabama et tout s’est bien passé.

Bref, en pensant à la possibilité de combiner méthode classique et suicide, les Américains se sont progressivement acheminés vers la mise en place d’une exécution à domicile appelée « Self-Sentence Execution » (SSE).

Il s’agit de fournir une chaise électrique à domicile au condamné. Le matériel est fourni et installé par les services de la Justice puis démonté et repris après l’opération. Tout cela contre une modique contribution du condamné.

Un guide d’utilisateur en anglais et en espagnol est fourni à l’utilisateur qui a également la possibilité d’avoir une assistance à distance en cas de problème, via un call center opérationnel 24/24.

La justice des États-Unis permet ainsi aux citoyens américains de mourir chez eux, de façon digne, entourés de leurs siens et de leurs chiens…

C’est une exécution sans contrainte, libre et pleinement consentie.

Contrairement à certaines relations sexuelles qui mènent à des affrontements judiciaires entre les deux partenaires, la SSE ne pourra être décriée comme violente. Étant donné qu’elle se passe à domicile, elle est automatiquement considérée comme pleinement consentie entre le couple, le condamné et la machine.

Ce système de mise à mort, s’il n’est pas ouvertement bien accueilli par toutes les couches de la société américaine, ne rencontre pas d’opposition notoire.

Les Démocrates pensent surtout au prix du matériel livré aux condamnés. Pour eux, il faut baisser le prix de livraison et d’installation du matériel, qui n’est pas remboursé par la sécurité sociale, pour le mettre à la portée de tout le monde, d’autant que ce sont surtout des pauvres qui se font zigouiller. Ils estiment qu’un prix modique pourrait inciter beaucoup de condamnés à l’adopter.

L’exécution à domicile doit être démocratique, insiste le sénateur socialiste Bernard Sanders. C’est un service qui doit être entièrement pris en charge par l’État, soutient-il. « Ce sera l’une de mes priorités si jamais je suis élu un jour président », scande-t-il.

Les Républicains approuvent ce procédé peu coûteux et remercient par avance les citoyens condamnés américains qui adhérent à ce projet pour soulager le budget de l’État.

Ils incitent les condamnés à se regrouper à 2, 3 personnes et plus pour une exécution collective. Une seule chaise pour plusieurs personnes. Elles y passeront à tour de rôle. Le prix de livraison et d’installation du matériel pourrait être partagé entre les condamnés. Cette forme d’exécution collective leur serait donc bénéfique.

Selon les commentaires de la presse américaine, dès que le condamné fait la demande de bénéficier de ce procédé, on lui octroie un « congé » de 3 jours sous surveillance pour se rendre chez lui. Une fois chez lui, le matériel est installé. Le condamné a alors 24 heures pour s’exécuter. En cas de retard, il devra s’acquitter d’une amende.

L’appareil est muni de deux boutons. Un vert pour démarrer l’installation et un rouge pour déclencher l’exécution.

Dès que le bouton vert est pressé, une caméra va transmettre les images de l’exécution à la Justice. Le condamné doit confirmer qu’il consent de plein gré à se faire exécuter. On lui demande aussi s’il veut laisser un pourboire aux employés de livraison, d’installation et de récupération du matériel et, le cas échéant, combien.

Si l’installation est correcte, le condamné verra s’afficher ce message sur un écran en face de lui : « Merci d’avoir choisi notre modèle pour une fin calme et heureuse. Bon voyage. »

Des agents vont aussitôt venir récupérer le matériel dès que l’exécution est terminée.

C’est bien dommage que la peine de mort ait été abolie en France. On ne te le pardonnera jamais, damné Badinter. Ce ne sont pas les chaises qui manquent en France. Elles ne sont pas électriques, mais il suffit juste de les brancher. On aurait pratiquement vidé toutes les prisons de France à moindre prix…

Messin’Issa

NB – Cet article a été rédigé par l’IA à la demande de Messin’Issa, à l’occasion de l’accomplissement de ses 2 ans de collaboration avec RR depuis le 1er avril 2022.

Les images dans l’article nous ont été gracieusement fournies par les soins de l’IA (l’Imbécilité Arabe).

 1,077 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Une règle grecque, bien avent Soleil Vert … Socrate en dirait quelque chose. Lui avait le sens de la Cité. Jusqu’au bout !

  2. J’imagine le même système en France avec une guillotine. Après l’exécution la famille aurait le choix:soit la rendre au Ministère de Justice, soit, moyennant une somme modique la garder pour couper le saucisson en tranches..

  3. Cela commence à sentir le poisson grillé sur la chaise électrique

  4. C’est “Soleil Vert” revisité ! Bravo ! Un poisson d’avril pas piqué des vers. En prose ! Merki !

    • Merci, cher Paco, de me rappeler ce merveilleux film. Je l’ai vu quand j’avais 21 ou 22 ans. J’étais alors dans l’armée marocaine. Un jeune Napoléon. Puis j’ai tout quitté et parti pour l’Union soviétique. Un parcours un peu chaotique…

      • Haaaa “Soleil Vert”… je m’en souviens bien ! J’avais invité une jolie gisquette, avec la claire intention et du moins le désir de la voir se réfugier dans mes bras une fois l’épouvante ayant transpercé son petit cœur. Tu parles ! Elle se marrait sans arrêt et moi je faisais dans mon froc, car je me suis dit immédiatement que c’était ce qui nous pendait au nez. Oui, elle m’a raccompagné et je me suis retrouvé seul derrière la porte fermée de chez moi… Tu parles d’un plan…

  5. Je n’ai détecté le poisson d’avril que vers la fin. Bravo le conteur Messin Issa ! Mais au point de dinguerie où on a amené nos sociétés, on a l’impression de vivre dans un 1er avril permanent.
    Mais pour la lapidation “islamique”, ça remonte bien avant comme le rappellent avec leur humour lapidaire les Monty Pythons. N’en jetez plus !
    https://www.youtube.com/watch?v=ffwFXGPRDu4

  6. Vous avez oublié les bûchers de l’inquisition, mais bon prenons cela pour un oubli, toujours est-il, qu’au prix de l’énergie électrique aujourd’hui, c’est un bon moyen pour l’état de faire des économies, un peu comme en chine, ou la famille du condamné paye les balles.

      • ET faire du terreau avec la dépouille ( et ce n ‘est pas 1 poisson ) certains l ‘on suggéré , comme avec nos déchets alimentaires
        Nouvelle loi de recyclage

    • Le bûcher est bien cité dans le texte. Mais le bûcher n’a pas été que de l’Inquisition.
      Ce que je n’ai pas cité (entre autres) est le « supplice du pneu » pratiqué, il n’y a pas longtemps encore, en Afrique du Sud, au Congo et en Haïti.

      • Bonjour @Messin ;

        L’occasion de vous dire :
        Quel talent ! J’adore vos textes, votre écriture, votre style.
        Brillantissime !

      • Dans toute l’Afrique, le collier-pneu. J’en sais quelque chose. Divorcé d’une nafricaine…

Les commentaires sont fermés.