La fête de Maslenitsa (Mardi Gras) en Russie : fin de l’hiver et arrivée du printemps !

Connaissez vous Maslenitsa, la fête des crêpes ?

Joyeuse Maslenitsa et bonne fête de printemps !

Maslenitsa, équivalent russe du carnaval ou du Mardi Gras à l’époque païenne, est l’une des fêtes traditionnelles les plus joyeuses en Russie.

Maslenitsa célèbre la fin de l’hiver : on festoie avec des crêpes et on brûle un épouvantail.

Boris Koustodiev, Mardi de Maslenitsa, 1919.

L’hiver s’achève et le printemps commence alors. N’étant pas parvenue à évincer les traditions associées à Maslenitsa, l’église finit par inscrire cette fête dans son calendrier.

Sacrifice d’une  Dame Maslenitsa

 

La semaine de Maslenitsa précède le Grand Carême, chacun de ses sept jours porte un nom et présente ses propres traditions.

Ces petites filles chau­de­ment habillées bran­dissent avec fier­té leur petite pou­pée de “Dame Maslenitsa”

Fête certes archaïque, Maslenitsa conserve son importance pour les Russes. Plus de 80% de la population russe célèbre Maslenitsa.

Semion Kojine, Maslenitsa. Adieu à l’hiver. La Russie XVIIème siècle. Huile sur canevas. 120 x 205 cm.

À l’époque pré-chrétienne, la Maslenitsa était célébrée le jour de l’équinoxe d’hiver, soit entre le 21 et le 23 mars. Plus tard, la fête a été inscrite dans le calendrier chrétien par l’Église orthodoxe et sa date a commencé à dépendre de la date de Pâques. Concrètement, elle se déroule désormais la 8ème semaine avant Pâques. Cette année : du 11 au 17 mars.

Maslenitsa – Alexander Savin

On considère que c’est là que le printemps arrive et qu’il est temps de faire les adieux à l’hiver.

La semaine de Maslenitsa est suivie du Grand Carême, période de purification spirituelle et de grandes restrictions alimentaires.

On dit que le nom de cette fête remonte aux traditions orthodoxes – durant la période de Maslenitsa, la viande est déjà exclue du régime des fidèles, alors que les produits laitiers restent autorisés. Cela donne de grandes tablées de crêpes à la crème fraîche, de baranki et, souvent, de syrniki.

Les slaves savaient s’amuser, à en juger par l’ampleur des fêtes populaires de la semaine de Maslenitsa. Tout le monde se baladait à cheval, alors que les jeunes couples attelaient des traineaux et participaient aux courses. A cela s’ajoutent les déguisements, les pugilats et les tablées croulant sous les mets. Le rituel de mise à feu de l’épouvantail en paille de l’hiver est la tradition la plus intéressante du dernier jour de Maslenitsa.

A Saint-Petersbourg, un com­bat de Stenka lors de Maslenitsa

 

La balan­çoire est une acti­vi­té tra­di­tion­nelle de Maslenitsa

De nombreux Russes se rendent au cimetière le dimanche du pardon, ayant repris l’habitude des générations antérieures sans la relier en aucun cas à l’ancien culte des ancêtres.  Le culte des ancêtres est réactivé pendant la maslenitsa. Les Slaves s’adressaient aux morts pour qu’ils les aident à arriver jusqu’au printemps. Par conséquent, il y avait de nombreux feux de joie, pour réchauffer ceux qui étaient retournés à la terre. Selon de vieilles croyances, les morts influençaient les récoltes, qui étaient également fournies par la terre.

La Maslenitsa est célébrée dans chaque ville russe. Les fêtes les plus brillantes ont lieu dans les anciennes villes russes – Suzdal, Vladimir, Rostov et Veliky Novgorod … Sans parler de la capitale, où les festivités se déroulent pratiquement partout : dans les musées, les domaines, les parcs, les places, les salles d’exposition … Partout où vous irez, vous rencontrerez des skomorokhi (clowns) avec le gusli (harpe), Petrushka (marionnette traditionnelle), et d’autres personnages favoris des contes de fées russes, et des vendeurs de rue avec des plateaux remplis de souvenirs russes.

 

Vidéo

La fête de Maslenitsa (par Dimitri Boulba).

Le présent article s’inspire largement du travail de notre guide russe francophone Dimitri Boulba que nous remercions chaleureusement  ici !

 912 total views,  2 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Je pense que la Russie s’est inspirée de la fête persane de Norouz, célèbre fête des peuples iraniens qui célèbrent le nouvel an du calendrier persan (le premier jour du printemps). Cette fête est très ancienne, puisqu’elle était déjà célébrée par les Zoroastriens au VIIème siècle avant JC. Elle aussi cultive la tradition des Sept S (“Haft Sîn” en persan), sept objets dont le nom commence par la lettre S. Les peuples turcs ayant très tôt emprunté cette fête auprès de leurs voisins persans, je pense que c’est par eux que leurs voisins russes l’ont adoptée à leur tour.

  2. Revenez à vos racines européennes païennes !
    Fêtez l’Ostara demain, fête du printemps, fête de la résurrection ( de la nature ), fête de l’Œuf et de sa quête ( et pas chasse )
    Retour aux sources, pour le salut de la France – Gaule !

  3. Comme quoi, les traditions russes sont tres proches des nôtres, tout du moins, ici dans le nord de la France! Mais hélas elles disparaissent peu à peu et sont devenues inexistantes par rapport à ce qui se faisait dans les années 60.

Les commentaires sont fermés.