Toilettes, groupe électrogène, braseros… Les agriculteurs s’installent pour un temps certain !

Intéressant, n’est-il pas ?

 693 total views,  3 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Lorsque Macron dit que sans l’UE nos paysans ne vivraient pas, s’il fait allusion aux échanges commerciaux il n’a pas tort. Mais ça sert à quoi d’exporter si c’est pour vendre à perte? Pour qu’on nous refile des produits agricoles importés sans normes européennes ? Pour manger des tomates en hiver? Non. Ceux qui ont organisé tout ça se gavent sur le dos de tous les paysans d’Europe. La PAC c’est une énorme fumisterie. Il y a toujours eu des échanges commerciaux mais au point rendu à présent c’est hors normes. Il faut stopper net tout ça où ça finira très très mal. Au diable les spéculations sur les denrées alimentaires qui affament aussi bien nos paysans que les pays pauvres. Tant pis si tout le monde crève pourvu qu’ils se remplissent les poches.

  2. Voici un principe biblique de circonstance qui n’a rien perdu de son actualité: “Opprimer le pauvre pour augmenter son bien, C’est donner au riche pour n’arriver qu’à la disette.” Proverbes 22-16

  3. Christine, il y aurait peut-être une solution.

    Le contrôle de l’offre, dite loi de la gestion de l’offre au Québec : elle empêche la surproduction qui effondre les prix et garantit un marché.

    J’irais plus loin. Un contrôle des prix par l’ensemble de la filièire alimentaire, doublé d’un cadre de redistribution équitable des recettes et des profits.

    En visée, au plus vite la justice pour les petits agriculteurs. Mais aussi l’ouverture à la variété alimentaire, et qu’elle vienne de partout. C’est possible avec la souveraineté déjà existante et surtout, à Bruxelles, un réajustement important s’impose.

  4. J’ai lu sur un tracteur ce slogan, ô combien d’actualité: QUI SEME LA MISERE, RECOLTE LA COLERE! La Macronie finira-t-elle dans les choux… de Bruxelles! Les agriculteurs ne veulent pas mourir: C’est une plaisanterie? Non, Sire, c’est une Jacquerie*.

    *Jacquerie: mot pour désigner “le soulèvement, bref mais extrêmement violent et meurtrier, des paysans du nord du Bassin parisien” (fin mai-juin 1358). Source Wikipedia.

  5. Les étals des magasins se vident. Certains produits manquent. Au final, ce sont les citoyens de base qui vont encore faire les frais de cette histoire, et non les vrais responsables. Hier, deux heures au lieu d’un quart d’heure pour rentrer chez moi , pour rien , le pharmacien n’avait pas encore reçu mes médocs. Ras le bol. Qu’ils s’en prennent aux vrais responsables. Nous n’y sommes pour rien.

    • Ils se battent pour leur survie, contrairement a pas mal de français,qui attendent les ordres de leurs syndicats, CGT FO et autres. Qui sont gavés par Macron
      Tous avec nos agriculteurs même si on doit souffrir un peut.

      • Souffrir sans mes médicaments, c’est le cas et ce n’est pas qu’un peu. Bloquer les camionnettes urgentes qui arborent une croix verte, ce n’est ni intelligent ni productif. Je ne suis plus solidaire de ces voyous.

      • Ils ont failli lyncher un routier sûrement étranger, qui livrait des marchandises et dont il voulait détruire la marchandise. Heureusement que la police était là. Je rappelle le principe de libre circulation des personnes, des biens et des capitaux dans l’UE . Maintenant si on ne veut plus aucune marchandise importée, plus d’investissements en France, et plus un seul étranger, ne serait-ce que de l’UE, fermons toutes les frontières, vivons en circuit fermé, sans contacts extérieurs. On en reparlera dans six mois. Et si les routiers français se font casser la figure par les agriculteurs du reste de l’Europe, ce ne sera qu’un juste retour des choses.

  6. Les élus corrompus et ignorants n’ont pas compris que tout agriculteur est un pro de la logistique.

    Bravo les agriculteurs. Continuez votre lutte de survie.

  7. Hier, à Paris, Macron sabrait le champagne avec des handballeurs, alors que les agriculteurs étaient dans leurs tracteurs. Aujourd’hui, en Suède, Macron pontifie, pérore, alors que les agriculteurs, fourbus, roulaient vers Paris, mais barrés par des blindés (que l’on ne vit jamais à l’entrée des cités ethniques). Ma crainte, c’est que nos amis paysans se fassent enfumer par la Macronie. On voit ce qui se passe sur les plateaux TV, mais on ignore se qui e passe en coulisses: tratactions, marchandages, promesses, etc. La Macronie est reine de félonie. Certains nous disent, jusqu’à la nausée, qu’il faut manifester, revendiquer, dans le calme. Soit, mais dans le calme, l’on n’obtient jamais rien. La République, fille de la Révolution, est bien née dans le sang. Robespierre, ça vous parle? Aujourd’hui, sans aller jusque là, la seule arme des agriculteurs envers la Macronie doit être la MEFIANCE. Les agriculteurs sont gens naïfs, dans le bon sens du terme: pour eux, la parole, c’est sacré (cf. la poignée de mains lors d’une transaction), mais avec des politicards en général, et la Macronie en particulier, la MEFIANCE doit être un réflexe.

  8. ARNAUD ROUSSEAU pdg du groupe AVRIL une multinationale de l agroalimentaire d origine FRANCAISE operant dans 19 PAYS … ca nous semble une occupation bien remuneree exercable a plein temps non ? ben il est aussi president de la FNSEA durant ses loisirs ! que comprend t il des agriculteurs des exploitations ? pas grand chose ! ils sement et lui recolte les dividendes DU MARCHE FINANCIER ET DE LA SPECULATION ….L AMOUR EST DANS LE PRE MAIS LE VER EST DANS LE FRUIT ..

  9. Les gros de la FNSEA, non seulement ils ramassent le pactole, mais en plus les deniers de la PAC e l’U€.

  10. ■ Arnaud Rousseau, Grand cultivateur et patron d’un géant de l’agroalimentaire, directeur de la FNSEA avec comme mission de protéger le lobby agricole qui siège à la FNSEA -(210.000 adhérents).
    → Rousseau est aussi président du groupe agro-industriel Avril, dont il gardera la tête. Ce géant des huiles (près de sept milliards de chiffre d’affaires en 2021), doublé d’une société d’investissement, est peu connu du grand public, si ce n’est pour ses marques Lesieur et Puget.

    ► Le patron c’est Bruxelles : 30% du budget U€ est consacré à la Politique agricole commune.
    → La conséquence des directives européennes, est que les producteurs privilégiés sont ceux qui s’intègrent dans un modèle agro-industriel, en écrasant les plus petits bénéficiaires.
    Le modèle agro-alimentaire actuel est dominé par l’agro-industrie et les grandes entreprises. Tereos, le géant de la betterave sucrière (1er français et 2e mondial) et propriétaire de Beghin Say, est l’un des plus grands bénéficiaires de la PAC qui représente 10,21 milliards d’euros d’aides agricoles en 2021.
    …/…
    ○ GEOPOLINTEL.fr : http://tinyurl.com/48yw5yhu

Les commentaires sont fermés.