Le loup est dans la bergerie, espérons que les agneaux ne vont pas se faire manger…

Anniversaire : Emmanuel Macron affiche sa proximité avec le groupe Avril dont Arnaud Rousseau est le président et aussi président de la FNSEA depuis le 13 avril 2023

Emmanuel Macron est intervenu par vidéo lors de la soirée d’anniversaire d’un groupe qu’il connaît bien pour l’avoir conseillé. Le président de la République a été la « guest-star » surprise de la soirée d’anniversaire qu’organisait le 30 mai 2023 à Paris le groupe agro-industriel Avril, pour ses 40 ans.

https://www.lafranceagricole.fr/filieres-vegetales/article/840566/emmanuel-macron-affiche-sa-proximite-avec-le-groupe-avril

Diplômé de l’European Business School de Paris, Arnaud Rousseau a commencé sa carrière sur les marchés financiers dans le courtage et le négoce de matières premières agricoles.

https://www.ladepeche.fr/2024/01/25/colere-des-agriculteurs-qui-est-arnaud-rousseau-le-patron-de-la-fnsea-itineraire-dun-courtier-devenu-patron-dun-groupe-agro-industriel-11717005.php

Arnaud Rousseau, 49 ans, a été élu le 13 avril à la tête de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) — premier syndicat agricole français (212 000  adhérents),particulièrement écouté des dirigeants politiques.

Arnaud Rousseau est agriculteur en Seine-et-Marne. Il dirige l’exploitation familiale, installée depuis cinq générations sur la commune de Trocy-en-Multien. Il y cultive principalement le colza, le tournesol, le blé, la betterave, le maïs, l’orge et les cultures légumières de plein champ sur une surface de 339 hectares.

Le céréalier de Seine-et-Marne est aussi le président du 4e groupe agroalimentaire de l’hexagone, Avril. Le groupe Avril contribue, depuis quarante ans, à l’indépendance agricole et agroalimentaire de l’hexagone. Ce bras armé de la filière colza et tournesol constitue un « lobby » très écouté rue de Varenne, au ministère de l’Agriculture. Et sans doute plus encore demain. Le président d’Avril gestion, Arnaud Rousseau, s’apprête à être nommé, ce jeudi 13 avril, à la tête de la FNSEA, le principal syndicat agricole français aux 210 000 adhérents (anciens exploitants inclus).

Numéro 1 sur le marché des huiles alimentaires en France, Avril est aussi connu comme le pionnier, dans les années 90, du Diester®, un biodiesel produit à partir d’huile végétale, par Saipol, sa principale filiale. Des flottes de camions, du fret ferroviaire, tournent aujourd’hui à l’Oléo 100, entièrement substituable au gazole et produit à partir de colza à faible émission de carbone. Les biocarburants durables (colza, carinata) offrent désormais des alternatives au kérosène des avions. « Sans production de biocarburant, on ne cultivera pas de colza pour nourrir notre bétail », rappelle Sébastien Windsor .

Comment Arnaud Rousseau dont le groupe a réalisé un profit record l’année dernière peut-il représenter l’immense majorité des agriculteurs sacrifiés sur l’autel de ce grand corporatisme fasciste dont il est un digne représentant ?

Généralement, c’est à ce moment que l’on entend une sorte de ricanement sadique : de quoi se plaignent-ils ? Le paysans n’avaient qu’à élire quelqu’un d’autre à la tête de leur syndicat majoritaire.

Évidemment…C’est oublier qu’en interne, Arnaud Rousseau était le seul candidat d’une élection à l’africaine n’ayant rien de démocratique.

C’est oublier aussi qu’en externe la FNSEA est le seul syndicat à qui le gouvernement ouvre la porte des négociations. Les autres syndicats sont étouffés par la politique publique de la chaise vide.

Cette fusion de l’État et de la grande corporation qui exigent le sacrifice du peuple : nous avons la définition même d’un corporatisme fasciste dont nous ne sommes pas prêts d’arrêter de crever.

Nous avons les mêmes dérives en finance, les mêmes dérives dans l’industrie (Anne Lauvergeon est d’ailleurs au CA d’Avril).

Nous touchons au mal de notre époque, ce corporatisme étant lui-même une réaction de défense et de prédation face à la baisse tendancielle des marges depuis 1945.

https://lesmoutonsenrages.fr/2024/01/25/blocages-endurcissez-vous-cela-va-etre-feroce/

«Les actions se poursuivent.» Après cinq jours consécutifs de blocage de l’autoroute A64 près de Toulouse, et un mouvement qui s’étend à toute la France, les représentants de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) sont ressortis de Matignon avec une liste de courses. «On a déposé une liste assez longue au Premier ministre», a annoncé le président du syndicat majoritaire, Arnaud Rousseau,

Moi j’ai pas confiance quand un cultivateur industriel dit qu’il va défendre des paysans gagnant 500 euros par mois .

https://www.dailymotion.com/video/x8rs1tu

https://www.liberation.fr/environnement/agriculture/les-agriculteurs-en-colere-recus-a-matignon-pas-de-solutions-concretes-annoncees-le-mouvement-continue-20240122_DSTPEE7FBRGWHJMM7P6PSCK54M/

Je n’ai pas trouvé le salaire de Arnaud rousseau le chevalier blanc défenseur de la paysannerie , mais j’ai trouvé les performances du groupe Avril ; une marge brute passée de 4, 03 K a 29,2K en 4 ans et un résultat net passé de 166K a 503K toujours en 4 ans , Vous pouvez imaginer le salaire en récompense.

https://www.pappers.fr/entreprise/avril-gestion-799403076

Par contre les salaires et collaborateurs dirigeants la FNSEA sont connus le denier datant de 2019 était de 13400€ https://loup.eu/fnsea-cela-paye-tres-bien/

EXPLICATIONS, comment les puissants ou l’état mettent en place des oppositions contrôlées ou “le syndicat jaune”https://lesmoutonsenrages.fr/2024/01/25/lopposition-controlee-ou-le-syndicat-jaune/

On verra bientôt si ce sont les vrais paysans qui porteront des cornes…

 840 total views,  2 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. J’ai appris dernièrement que pour leurs semences, les agris devaient passer par une coopérative agricole qui leur sélectionnait une petite gamme de produits.
    A part ces graines, ils n’ont pas la liberté de semer ce qu’ils veulent.
    Qui décide pour les coopératives ? L’UE certainement.
    La boucle est bouclée.
    Le jour où l’UE voudra imposer les OGM, les agris seront sous la coupe des lobbies.

  2. Enfin un premier ministre digne de ce nom, hier j’ai été subjugué par Gabriel, il a brulé mon esprit, son amour étrangle désormais ma vie, et l’enfer devient comme un espoir car dans ses yeux je meurt chaque soir, oui je veux partager son bulletin dans mon urne. Gaby le magnifique me réconcilie avec les macronneux, bon c’est pas l’tout ma quatrième bouteille de pinard m’attends, et c’est un minimum pour parler avec tendresse du rejeton d’Emmanugite Trognon.

  3. C’est désolant mais les petits et moyens exploitants vont se faire avoir par ce genre d’individus. j’ai du mal à comprendre comment ils acceptent de se faire manipuler.
    Que faire?
    Acheter local.
    Dans ma ville s’est ouvert une petite boutique de légumes locaux. Nous pouvons y acheter pommes de terre, carottes, oignons salades,… de la farine des yaourts de la charcuterie, des œufs.

  4. Les agriculteurs sont surtout satisfaits de la poursuite de l’immigration sans restrictions . Les récoltes de fruits et légumes pourront se faire à bas couts. Un petit coup sur le gaz oïl, quelques subventions et tout le monde rentre à la niche pour recevoir sa pâtée.
    Quoi qu’il en coute , la mondialisation aux mains des financiers poursuit sa route.

  5. Les paysans se disent chefs d’entreprises et ne connaissent rien à la gestion d’une entreprise. Non pas parce qu’ils seraient idiots, mais simplement parce que le système agricole est verrouillé. Les marchés sont verrouillés, il n’ont plus aucune liberté pour écouler leurs productions. Il y a ceux qui verrouillent et ceux qui dérouillent. Point barre! Les soi-disant chefs d’entreprises sont devenus des métayers sur leurs propres terres. Après quand on les voit s’acheter des gros tracteurs avec des remorques dignes d’un semi-remorque (sans besoin d’avoir le permis semi-remorque évidemment), des bâtiments agricoles dignes d’usines de fabrication industrielles (sans besoin de demande permis de construire comme toutes professions ou particuliers évidemment et des taux d’intérêts quasi inexistants, des aides de l’État et de l’UE), on se demande pourquoi tous ses avantages seraient mis en place si ce n’est pour les pousser à produire au profit de groupes agroalimentaires. En attendant, c’est eux qui se suicident. Nos chers “chefs d’entreprises”, les pieds dans le fumier se font plumer en bombant le torse.

  6. Les vrais agriculteurs sont cocus d’avance grâce à des types pareils. La Macronie a tout noyauté. Hitler avait fait de même… Reste la Jacquerie.

  7. La FNSEA comme la CGT ne s’intéresse pas aux petits ! Le corporatisme est le cancer social et économique qui fait sa loi en France depuis bien longtemps!

Les commentaires sont fermés.