J’ai refusé de répondre aux questions de la “journaliste” Daphné Deschamps

La direction de Riposte Laïque a reçu ce matin une demande rédigée ainsi :

Bonjour,
Je suis journaliste pour StreetPress, je cherche à entrer en contact avec Pierre Cassen dans le cadre d’un article. Auriez-vous un moyen de le contacter ?
Merci d’avance,
Daphné Deschamps
Journaliste 

Je porte à la connaissance de nos lecteurs la réponse que je lui ai faite, après que ce message m’a été transmis.

Bonjour Madame,

Je vous remercie de votre intérêt pour ma personne, dans le cadre d’un article que vous êtes en train de rédiger pour Street Press. Je me suis fixé une ligne de conduite, depuis que j’ai créé Riposte Laïque, en 2007, c’est de répondre à tous les journalistes, même les plus hostiles, qui me contactent. Et, en fonction du contenu du reportage ou de l’article qui en découle, de réagir, de manière positive ou négative.

Plusieurs exemples.

https://www.lejdd.fr/Politique/Pierre-Cassen-et-Christine-Tasin-de-la-gauche-a-la-haine-de-l-islam-739326

https://ripostelaique.com/pauline-verduzier-23-ans-journaleuse-deja-mord.html

https://ripostelaique.com/et-si-le-nouveau-facho-c-etait-le-2.html

https://ripostelaique.com/les-journaleux-perrotin-martin-en-rage-la-police-na-pas-arrete-pierre-cassen.html

J’ajoute que j’ai trop souvent rencontré des journalistes honnêtes, qui m’ont fait savoir, fort dépités, que le reportage ou l’article qu’ils se proposaient d’écrire sur moi était retoqué par leur direction, car pas suffisamment à charge.

Mon premier réflexe a malgré tout été de vous répondre que je suis d’accord pour cet entretien, tout en connaissant la nature de vos engagements, et la ligne de Street Press. Je me permets par ailleurs de vous informer que j’avais, à votre âge, des engagements proches des vôtres, mais que je n’étais pas journaliste, bien que travaillant dans la presse.

Et puis, je me suis demandé, si je vous proposais un entretien dans Riposte Laïque, si vous l’accepteriez. Or, je crois savoir que dans votre culture, on ne débat pas avec l’ennemi, on l’écrase. Donc je sais que vous l’auriez refusé, sachant d’autre part qu’y répondre positivement aurait été un suicide professionnel.

Et puis, je me suis rappelé de vos exploits passés. Vous avez quand même été capable, comme journaliste qui se dit indépendante, de voir des saluts nazis chez des militants hostiles à la dictature sanitaire qui faisaient un claping. Vous avez même réussi à piéger le pathétique ministre de l’Intérieur Darmanin, qui a annoncé vouloir déposer plainte contre les manifestants. Vous qui détestez la police, vous seriez presque passée pour une indicatrice, un comble !

https://ripostelaique.com/la-journaleuse-daphne-deschamps-invente-des-saluts-nazis-dans-paris.html

Vous avez été d’autre part été accusée, sans que vous apportiez, à ma connaissance, le moindre démenti, par un de vos confrères, Jordan Florentin, à l’époque au Livre Noir, d’avoir participé à une agression contre sa personne, entourée de vos amis antifas.

https://www.fdesouche.com/2023/01/31/le-journaliste-jordan-florentin-temoigne-avoir-ete-pris-a-partie-son-portable-jete-par-deux-personnes-lors-de-la-manifestation-contre-la-reforme-des-retraites-lune-dentre-elles-serait-une-journ/

J’ajoute que les informations dont je dispose sur vous me confirment que vous êtes davantage une militante politique, par ailleurs adepte de la violence contre ceux qui ont le tort de ne pas penser comme vous, qu’une journaliste.

https://www.bvoltaire.fr/daphne-deschamps-journaliste-independante-ou-militante-dextreme-gauche/

https://www.ojim.fr/portraits/daphne-deschamps/

Dans ces conditions, et pour la première fois de ma vie, je ne répondrai pas aux questions d’une journaliste, tout simplement parce que vous avez une carte de presse, mais ne répondez absolument pas par votre comportement à la charte éthique des journalistes, mise à jour par le SNJ en 2011.

https://www.snj.fr/content/charte-d%E2%80%99%C3%A9thique-professionnelle-des-journalistes

Il aurait d’autre part suffi que, pendant l’entretien, une guêpe me pique, que je crie “aïe”, pour que vous m’accusiez au téléphone d’avoir crié des slogans nazis (humour…).

Je vous souhaite d’être capable de vous remettre en cause un jour, et de comprendre la dérive totalitaire dans laquelle vos pratiques vous entraînent.

Par ailleurs, vous feriez preuve d’élégance en me faisant parvenir l’article pour lequel vous souhaitiez entrer en contact avec moi.

Bien à vous, sans rancune.

Pierre Cassen

 665 total views,  2 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. 99,99% des journalistes sont des prostitués de l’intellec. Les larbins du capital et des rédacteurs en chef qui leur impose leur ligne…. Le reste du pipeau!

  2. Propre net, sans bavure. Merci !
    Par contre rancune il y aura et au rythme ou la gauche retrouve ses fondamentaux de goulags et de miradors il faut rester vigilant.

  3. Pas certain que la dame puisse comprendre vos arguments cher Pierre.
    Les idéologues d’extrême gauche sont les pires censeurs qui soient.
    Mais il fallait essayer ;o)

    • J’ai connus l’URSS bien avant sa chute, c’est un copié/collé des bonnes vieilles méthodes propagandistes qui ont aboutis à des massacres dans les 37 régimes totalitaire de gauche.
      La (seule) bonne nouvelle, c’est qu’on va pouvoir ressortir les blagues de l’époque.
      .
      “Il est trois heure du matin, un homme est soudainement réveillé par des bruits de pas et des cliquetis dans son immeuble, à Moscou. Les bruits se rapprochent, il est paralysé par la peur… mais sa femme comprend et lui dit :
      – rendors-toi, chéri, ce ne sont que des cambrioleurs…”

  4. Le genre d’interview : pile je gagne, face tu perds.
    Ou encore : “tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous”.
    Il importe, lors de ce type d’interview, de filmer soi-même tout l’interview, de manière à pouvoir rétablir la vérité en cas de montage tendancieux.

Les commentaires sont fermés.