Les appels à limiter les importations ukrainiennes se succèdent

On note, et ce n’est pas un hasard, que le ministre de l’agriculture français, non plus que celui de l’Allemagne ne se joint aux demandes de Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Slovaquie. Et cela alors que nos paysans sont dans la rue depuis des mois…

 

MONDE – Le 15 janvier, les ministres de l’Agriculture de la Bulgarie, de la Pologne, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Slovaquie ont réclamé à Bruxelles le rétablissement des droits de douane sur les céréales ukrainiennes. Parallèlement, des organisations agricoles appellent à instaurer des seuils d’importation sur certains autres produits pour protéger l’agriculture européenne. 

Bruxelles a suspendu les droits de douanes sur les importations ukrainiennes depuis mai 2022. Ce qui a conduit à un afflux de marchandises agricoles sur tout marché de l’Union européenne et provoqué une baisse des prix. Malgré cela, la Commission envisage de prolonger d’un an la libéralisation des importations de Kiev après son expiration le 5 juin 2024. 

Demandes de retours de droits de douane et de quotas d’importation 

Cinq états d’Europe de l’Est accusent ouvertement l’Ukraine d’exercer une concurrence déloyale sur le marché des céréales. Lundi 15 janvier, les ministres de l’Agriculture de la Bulgarie, de la Pologne, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Slovaquie ont envoyé une lettre à la Commission européenne demandant le retour des droits de douane sur les produits agricoles sensibles. Ils dénoncent le fait que les exportations de céréales bon marché de l’Ukraine, en raison de la taille plus importante de ses exploitations agricoles, évincent les agriculteurs de l’UE de leurs marchés traditionnels d’exportation. 

Le 10 janvier, cinq organisations de producteurs et d’agriculteurs, dont le Copa-Cogeca (Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne et Confédération générale des coopératives agricoles) ont aussi tiré la sonnette d’alarme. Elles demandent en substance la même chose à la Commission mais, en plus de vouloir réintroduire des droits de douane, les associations souhaitent également imposer un seuil d’importation dans leurs secteurs respectifs. À savoir le sucre, les céréales, les oléagineux, la viande de volaille et les œufs. Elles estiment que la survie des producteurs européens en dépend. Il faut dire que les chiffres donnent le tournis. 

Les marchés des céréales, volailles et betteraves déstabilisés 

Selon des données publiées fin décembre par Bruxelles, les importations de produits agroalimentaires ukrainiens dans l’UE ont gonflé de 11 % en valeur sur la période janvier-septembre 2023 par rapport à 2022, en raison d’un afflux de céréales accru sur la première partie de l’année. Si les céréales et les oléagineux représentent la majeure partie des importations, l’Ukraine étant l’un des plus grands exportateurs de céréales au monde, d’autres secteurs ne sont pas en reste.

Depuis que les droits de douane avec Kiev ont été suspendus, l’importation de volailles ukrainiennes a bondi de 74 %. En France, par exemple, il résulte que pour l’année 2023, près de 55 % des poulets consommés ont été importés. Certes, ils ne sont pas tous ukrainiens, mais le phénomène est inédit. S’agissant du sucre, la Commission sur les marchés agricoles indique que les importations provenant de betteraves ukrainiennes battent un record. D’octobre 2022 à septembre 2023, le pays a expédié 406 800 tonnes de sucre blanc sur le marché européen, contre une moyenne d’environ 21 700 tonnes les trois années avant la guerre ! La Roumanie en a absorbé la plus forte part. La France a de son côté importé pour la première fois du sucre ukrainien en 2022. 

Pas le premier coup de semonce 

Ce n’est pas la première fois que les voisins européens de l’Ukraine montent au créneau. Bruxelles avait déjà autorisé les cinq pays limitrophes à bloquer sur leur sol la commercialisation de céréales ukrainiennes en avril 2023. Mais seulement jusqu’à septembre. Néanmoins, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ont décidé de maintenir l’embargo, ce qui leur a valu une plainte devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de la part de l’Ukraine. 

https://www.francesoir.fr/politique-monde/les-appels-limiter-les-importations-ukrainiennes-se-succedent

 715 total views,  2 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Les agriculteurs commencent à comprendre qu’ils ont misé sur le mauvais cheval.
    Un agriculteur se suicide tous les deux jours, et ça ne date pas d’hier.
    Les technocrates de Bruxelles, du haut de leur tour d’ivoire, exercent d’une main de fer, une dictature aveugle et purement bureaucratique.
    Ruine de notre paysannerie.
    Bruxelles s’attaque maintenant aux pêcheurs.
    FREXIT

  2. Et pour régler les problèmes des agriculteurs, ce minable de françois copé qui ne connaît pas le prix d’un croissant conseille des négociations entre les agriculteurs et la grande distribution. Complètement à côté de la plaque, cet abruti qui vivra jusqu’â la fin de nos vies de nos généreux impôts pendant que nous nous serrons la ceinture et gèlerons dans nos chaumières !

  3. Je vérifie systématiquement l’origine et la provenance de mes achats dont le miel. Exit l’Ukraine !

    • Vous avez raison mais on est trompé par le miel artificiel chinois fabriqué en usine et expédié par tonnes dans des pays laxistes d’Amérique, lesquels le mette en pots ou en petits containers puis nous le vendent avec la mention “Miel d’Argentine ou du Mexique”, ou autres! Aller chez un apiculteur français est plus sûr, sauf peut-être ceux qui vendent en très grande quantité.

  4. En filigrane, c’est le retour de(s) frontières qui est demandé.
    “Bruxelles avait déjà autorisé les cinq pays limitrophes…” Bruxelles n’a rien à autoriser ou à ne pas autoriser. Assez de cette dictature qui va nous affamer et nous rendre dépendants des marchés internationaux quand nous étions non seulement auto-suffisants mais exportateurs, pour notre bonheur. Liberté ! Et pour paraphraser le film “Le parrain 3″ : la vraie liberté ne se demande pas : elle se prend”.

  5. Très bien !

    Mais ceux qui commandent n’en feront démocratiquement qu’à leur tête. Macron le premier qui usera de tous les silences et stratagèmes pour engraisser l’Ukraine au dépens de nos agriculteurs.

    C’est le comble, cette U€ qui a mis sur la paille des dizaines de milliers d’agriculteurs, à provoqué le suicide de beaucoup, et la fermeture d’exploitations par milliers ; plombé notre agriculture et notre économie par obligation de se soumette à ses normes et ses règles.

    Ben voilà qu’on devrait se nourrir de la production agricole ukrainienne, quand déjà ce pays américain plombe notre économie à cause des soutiens divers, militaires et financiers que Macron nous impose.

    Qui plus est ; après avoir imposé aux agriculteurs Français des normes drastiques ; il faudrait maintenant bouffer ce qui nous vient de pays, dont l’Ukraine non soumis à ces normes. Croyez-vous que la production des sols pourris, contaminés de l’Ukraine soit sans danger ?

    • ■ ZELENSKY, L’EMPOISONNEMENT DES TERRES UKRAINIENNES ||Laurent Brayard | 30/11/2023

      ► L’Ukraine est la cible depuis longtemps des appétits américains et occidentaux, via des entreprises intéressées par le pays pour ses ressources et sa corruption. Le Maïdan fut l’ouverture de la boîte de Pandore, avec l’arrivée des entreprises pourvoyeuses de poison et de mort dont nous allons parler dans cet article. Dès la réussite du coup d’État et la main mise du pays par les USA, l’Ukraine fut le théâtre du pillage de ses ressources, vente massive de bonnes terres à culture de céréales, …

      • Monsanto et Cargill, la pieuvre américaine enserre l’Ukraine.
      • Les oligarques corrompus de l’Ukraine également coupables.

      ► Petit dictionnaire des entreprises fossoyeuses de l’Ukraine (enrichi de liens) :
      • Arawak Energy
      • Bayer AG
      • Dow Chemical, aujourd’hui DowDuPont
      • Mosanto
      • Vanguard et BlackRock
      • Vitol

      ○ DONBASS INSIDER.com : http://tinyurl.com/46pm375z

    • Et ce sera, comme les derniers pays entrés en U€, l’un des pays qui nous écrasera, nous soumettra, ardent défenseur des USA, de l’U€, de l’OTAN.

      Les derniers pays années en urgence, ces derniers temps, ne l’ont été que dans le but de l’expansion de l’OTAN et celui d’encerclement de la Russie ; en fait, la protection de l’hégémonie Yankee dans le monde par des positionnement géopolitiques stratégiques.

    • JE NE SAIS PAS ce qu’il s’est passé mon commentaire précédent… Je reformule sur la base de ce qui est lisible et reste.

      Et ce sera, comme pour les derniers pays entrés en U€, l’Ukraine, ardent défenseur des USA, de l’U€, de l’OTAN ; un des pays qui nous écrasera, nous soumettra à ces instances politiques. Les derniers pays entrés en urgence dans l’U€, ces derniers temps, ne l’ont été que dans le but de l’expansion de l’OTAN et celui d’encerclement de la Russie ; en fait, leur mission est la protection de l’hégémonie Yankee dans le monde par des positionnements géopolitiques stratégiques.
      On voit comment les derniers arrivés en impose et c’est le cas déjà de l’Ukraine ; que sera demain ?

  6. SUCRE : l ukraine nous inonde de sucre moins cher et a NETTO , le kg de sucre en poudre est passe de 0,7 a 1,4 le kg … LES CONS C EST NOUS ! VOUS EN DOUTIEZ ?

Les commentaires sont fermés.