Pour Macron, la seule chose qui manque à nos enfants, c’est des cours de théâtre à l’école !

Source de l’illustration

Et d’un trait de plume, il décida. Les cours de théâtre “appelés cours Bri-Bri” devinrent obligatoires…

C’est l’annonce du jour. Tout le reste, comme d’habitude n’est que fumisteries, promesses en l’air, belles paroles…  Je ne sais combien de gens qui s’ennuyaient ce soir ont regardé le sale type mais faut avoir faim. Je n’ai pas jeté un oeil, je ne supporte plus son air infatué, sa fausse détermination, ses mensonges, sa haine pour nous. J’ai juste jeté un oeil sur les titres des journaux.

La seule chose qui a happé mon attention est là :

Vous imaginez sans doute ma colère et mes raisons… Pourtant je sais que, venant du sale type, rien ne doit nous étonner. Il faut, à chaque instant, s’attendre au pire.

Alors juste 2 questions concernant cette annonce, qui, alors que Macron fait semblant d’être méchant sur l’immigration, va lui assurer le vote de quelques gauchistes et surtout des milieux artistiques. Nombre d’artistes, présumés ou accomplis vont en effet être payés avec nos sous pour avoir le plaisir de faire jouer collégiens et lycéens à l’école…  Bref, de la garderie amusante empêchant de savoir, de contester, de progresser.

1 A qui le temps du cours de théâtre va-t-il être volé ? Au prof de français le plus souvent, forcément, qui fera moins d’orthographe, la science des ânes pour Macron et les dégénérés, qui supprimera l’explication de texte de Ruy Blas, Acte III scène 2, se contentant de le faire jouer. 

Je ne résiste pas au plaisir de vous la rappeler, on croirait, à s’y méprendre, que Ruy Blas parle à Macron, Attal et toute la clique de notre pays…

Bon appétit ! messieurs ! —
Tous se retournent. Silence de surprise et d’inquiétude. Ruy Blas se couvre, croise les bras, et poursuit en les regardant en face.
…………………………….Ô ministres intègres !
Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
De servir, serviteurs qui pillez la maison !
Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,
L’heure sombre où l’Espagne agonisante pleure !
Donc vous n’avez pas ici d’autres intérêts
Que remplir votre poche et vous enfuir après !
Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !
— Mais voyez, regardez, ayez quelque pudeur.
L’Espagne et sa vertu, l’Espagne et sa grandeur,
Tout s’en va. — Nous avons, depuis Philippe Quatre,
Perdu le Portugal, le Brésil, sans combattre ;
En Alsace Brisach, Steinfort en Luxembourg ;
et toute la Comté jusqu’au dernier faubourg ;
Le Roussillon, Ormuz, Goa, cinq mille lieues
De côte, et Fernambouc, et les Montagnes Bleues !
Mais voyez. — Du ponant jusques à l’orient,
L’Europe, qui vous hait, vous regarde en riant.
Comme si votre roi n’était plus qu’un fantôme,
La Hollande et l’Anglais partagent ce royaume ;
Rome vous trompe ; il faut ne risquer qu’à demi
Une armée en Piémont, quoique pays ami ;
La Savoie et son duc sont pleins de précipices ;
La France pour vous prendre, attend des jours propices ;
L’Autriche aussi vous guette. — Et l’infant bavarois
Se meurt, vous le savez. — Quant à vos vice-rois,
Médina, fou d’amour, emplit Naples d’esclandres,
Vaudémont vend Milan, Leganez perd les Flandres.
Quel remède à cela ? — L’état est indigent ;
L’état est épuisé de troupes et d’argent ;
Nous avons sur la mer, où Dieu met ses colères,
Perdu trois cents vaisseaux, sans compter les galères !
Et vous osez ! … — Messieurs, en vingt ans, songez-y,
Le peuple, — j’en ai fait le compte, et c’est ainsi ! —
Portant sa charge énorme et sous laquelle il ploie,
Pour vous, pour vos plaisirs, pour vos filles de joie,
Le peuple misérable, et qu’on pressure encor,
A sué quatre cent trente millions d’or !
Et ce n’est pas assez ! Et vous voulez, mes maîtres ! … —
Ah ! j’ai honte pour vous ! — Au dedans, routiers, reîtres,
Vont battant le pays et brûlant la moisson.
L’escopette est braquée au coin de tout buisson.
Comme si c’était peu de la guerre des princes,
Guerre entre les couvents, guerre entre les provinces,
Tous voulant dévorer leur voisin éperdu,
Morsures d’affamés sur un vaisseau perdu !
Notre église en ruine est pleine de couleuvres ;
L’herbe y croît. Quant aux grands, des aïeux, mais pas d’œuvres.
Tout se fait par intrigue et rien par loyauté.
L’Espagne est un égout où vient l’impureté
De toute nation. — Tout seigneur à ses gages
A cent coupe-jarrets qui parlent cent langages.
Génois, Sardes, Flamands, Babel est dans Madrid.
L’alguazil, dur au pauvre, au riche s’attendrit.
La nuit on assassine et chacun crie : à l’aide !
— Hier on m’a volé, moi, près du pont de Tolède ! —
La moitié de Madrid pille l’autre moitié.
Tous les juges vendus ; pas un soldat payé.
Anciens vainqueurs du monde, Espagnols que nous sommes
Quelle armée avons-nous ? À peine six mille hommes.
Qui vont pieds nus. Des gueux, des juifs, des montagnards,
S’habillant d’une loque et s’armant de poignards.
Aussi d’un régiment toute bande se double.
Sitôt que la nuit tombe, il est une heure trouble
Où le soldat douteux se transforme en larron.
Matalobos a plus de troupes qu’un baron.
Un voleur fait chez lui la guerre au roi d’Espagne.
Hélas ! Les paysans qui sont dans la campagne
Insultent en passant la voiture du roi ;
Et lui, votre seigneur, plein de deuil et d’effroi,
Seul, dans l’Escurial, avec les morts qu’il foule,
Courbe son front pensif sur qui l’empire croule !
Voilà ! — L’Europe, hélas ! écrase du talon
Ce pays qui fut pourpre et n’est plus que haillon !
L’État s’est ruiné dans ce siècle funeste,
Et vous vous disputez à qui prendra le reste !
[…]
Les conseillers se taisent consternés. Seuls, le marquis de Priego et le comte de Camporeal redressent la tête et regardent Ruy Blas avec colère. Puis Camporeal, après avoir parlé à Priego, va à la table, écrit quelques mots sur un papier, les signe et les fait signer au marquis.

Le temps du théâtre, ne vous inquiétez pas, ne sera pas volé aux profs de sport. Non, non, il faut aux élèves une tête mal faite et un corps en état de courir, de baiser… pour ne pas s’attarder à penser.

Peut-être sera-ce, dans certains établissements,  la philo qui morflera, tant il faut absolument empêcher notre belle jeunesse de penser, de réfléchir, de mettre en doute, d’argumenter et de contester. Elle doit voter comme il faut, plus que jamais. A moins que l’histoire ne soit sacrifiée sur l’autel du Grand Remplacement,  à l’heure où d’aucuns osent encore parler de Charles Martel bien qu’il ait disparu des programmes !

2 Peut-être que, comme d’habitude, il y a là aussi une façon détournée d’obliger à encore plus de mixité sociale, en mélangeant les classes, les niveaux, les établissements, en mettant ces heures de cours de théâtre entre midi et 2, ou pendant les vacances, ou en interdisant les groupes classe…

Mais sans doute que la petite phrase qu’on va entendre c’est ce que, paraît-il, Macron vient de dire :  les petites frappes font des émeutes, qui gâchent l’école, c’est parce qu’ils ont pas eu la chance d’aller au théâtre et de faire du sport… D’ailleurs ils sont tous français, c’est pas un problème d’immigration”.

Il a dit quelque chose de ce genre à propos des émeutes. Attendons-nous au pire !

Je n’ai pas tout imaginé mais vous pouvez être rassurés, avec Macron, le pire est inimaginable, mais il arrive toujours.

 890 total views,  2 views today

image_pdf

32 Commentaires

  1. Ben voyons, des cours de magie en plus, afin de faire croire aux français peureux, que l’immigration qui nous coute 45 milliard d’euros / an, est une vraie chance pour la France, car en même temps, ces “chances” tuent, violent, volent, en toute impunité; la justice islamo gauchiste est avec eux ! Merci aux soi-disant français d’avoir remis sur le trône, ce merdeux intéressé QUE par cette Europe supranationale, contre les peuples, qui veut en finir avec les nations….et le fameux social à la française !

  2. Notre folle nationale se rend ‘elle sur FDS , car tout les jours c’est un florilège de morceaux choisis qui enchanteraient ses oreilles ; nike ta mère , wallah ta mère la pute, sur le coran de la mecque je vais vous niquer et enchanteraient également ses yeux ;
    ici et là ,x surinages , x viols de jeunes filles et de leurs grands parents , x affrontements avec les forces de l’ordre, x tirs de kalach lors de mariages orientaux , x tabassages de jeunes blancs garçons et filles
    etc. etc. etc. bref que de belles musiques et douces poésies . Qu’ils sont prolixe sur ce site sont ‘ils payé à la pièce toujours est ‘il que les commandes ne cessent d’affluer , bref tout les jours c’est l’horreur .

  3. c est quand meme marrant
    sur cette photo de classe prise en cours de theatre a amiens on voit clairement qu a cette epoque il etait deja completement dejante et pourtant …
    apparemment le medecin scolaire n a pas juge necessaire de lui faire passer un examen psy …

  4. Christine Tasin sait lire et écrire. Macron ne sait que parler. Ah si elle avait été son professeur de lettres au lieu de Trogneux…

  5. A vos ordres,m Macron ! Je propose que soit jouee,dans les ecoles de la Republique, la piece en 5 actes de Voltaire intitulee ” Le fanatisme ou Mahomet”.
    J attends impatiemment le resultat.

  6. —-Et dire qu’il va falloir supporter cette chose pendant encore trois ans et demi, en espérant que le peuple se réveille et qu’il sorte cet imposteur manu militari. Imposteur qui s’est empressé aujourd’hui de ce rendre au sommet de Davos pour récupérer les bons points que les mondialistes lui ont promis pour bonne conduite!——–Il y a quelques années le simple fait de mentionner le nom de Davos faisait passer celui qui en parlait de complotiste d’extrême droite, aujourd’hui tout les médias en parlent!—-

  7. Un psychopathe double d’un menteur pathologique. Être victime d’un(e)pedophile, ça a laissé des traces indélébiles.

  8. Cours de Théâtre (comédie) imposés dans l’Education Nationale.

    Ouverture à la pratique du jeu de rôle.
    Avec la prolifération de l’immersion dans les mondes virtuels ; l’humanité, à commencer par les Français, sera “infiltrée par l’illusion et pataugera dans la schyzophrénie”.

    Encore une fois, je ne renie pas le progrès, je ne suis pas contre le progrès, au contraire ; cela me séduit. C’est l’utilisation du progrès au service de l’oligarchie mondialiste qui m’effraie. L’Humanité sous le joug de la ploutocratie oligarchique internationale mondialiste ; ça, ce n’est pas le progrès pour l’amélioration de la condition humaine et pour l’a condition de l’Homme Libre.

  9. Ahurissant en effet, j’ai relevé une autre ineptie de plus grande gravité qui concerne les émeutes islamiques de l’été dernier, selon l’imposteur cette insurrection est due à l’oisiveté, pour y remédier il faudra à l’avenir que les jeunes “oiseaux” aillent en classe jusque fin juin! Les trois prochaines années vont nous paraître des siècles.

    • Un vrai policier de la pensée… qu’est-ce qu’on en a à foutre que vous soyez d’accord ou pas ?
      Vous venez commenter sur un site dont vous ne partagez pas la ligne politique et vous validez ou pas du haut de votre petit ego sans la moindre argumentation.
      Un bon produit LFI !

  10. ils n’ont qu’à regarder la télé et les débats politiques surtout ces pauvres élèves…. le vrai théâtre est là…..et les cours sont dispensés tous les jours…..

  11. Pas vu en entier mais j’ai aussi noté qu’il voulait augmenter les chambres parents-enfant dans les hôpitaux.
    Cocasse quand, en même temps, il ferme des centaines de lits chaque jour.

  12. Je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose car le théâtre permet d’aider l’expression et lutter contre la timidité. Les gens les plus violents étant ceux qui ont du mal à s’exprimer, cela peut être un plus, a la condition que cela soit ajouter au temps scolaire et non au détriment d’une matière importante.

    • @ Le chti français
      Oui, ça se voit avec manu : tout gentil, tout calme depuis ses cours de théâtre… ou alors cela lui a réussi selon vos dires au-delà de toutes espérances.

  13. Ben voyons, quand on voit ce qui lui est arrivé. Il veut que tous nos gosses se fassent violer par leurs professeurs de théâtre ?

  14. Nouveau nom du palais de l’Elysée: T.N.M – Théâtre National Macron. Directrice artistique: Rachida Dati.

      • Merci Christine,
        Je ne prends pas parti sur la théorie du genre concernant bibi. Ça m’amuse mais je ne le considère pas comme une certitude. Par contre, ce couple présidentiel est assez particulier. Et Bibi a eu de la chance de ne pas subir le sort de Gabrielle Russier. Évidemment elle faisait partie de la bonne société d’Amiens.

  15. Je n’ai pas regardé non plus. Quant à lui, il a dû prendre ses cours au petit théâtre de Guignol.

    • Je me suis évidemment abstenu de regarder la logorrhée de notre gauleiter : pour moi c’est du cinéma et de la communication pure. J’ajoute que je ne l’ai jamais regardé, étant dès le départ hostile à la candidature d’un tel phénomène.

Les commentaires sont fermés.