Filière automobile : liquidation en cours

Durant la liesse de Noël, l’automobile française s’effondre, dans un silence assourdissant, avec un déficit commercial record. Cette filière automobile, qui génère 42% du déficit total des produits manufacturés français, n’en finit plus de plonger, d’année en année, depuis 2010, avec une forte accélération depuis le début du second quinquennat Macron. 11,3 milliards d’euros de déficit commercial sur les six derniers mois et près de 20 milliards pour l’ensemble des acteurs de automobiles.

Il ne peut s’agir en partie, que d’un sabordage. Sur le banc des accusés : l’Europe. Elle empile les normes idiotes les unes derrière les autres, au point que les constructeurs n’en peuvent plus et l’ont fait savoir récemment. La sécurité obsessionnelle, le traçage, conduisent à des aberrations techniques, dont personne n’a l’utilité et qui rendent exorbitant le prix des véhicules neufs. L’arrêt des véhicules thermiques en 2035, ahurissant puisque la zone Euro sera la seule au monde, décrété par les politiciens ineptes en automobile et téléguidés par des idéologues hors sol, se substitue à un vrai travail d’ingéniérie, qui aurait consisté à mettre au point un moyen de déplacement suffisamment attractif pour s’imposer auprès des familles qui, de toute façon, auront toujours besoin de ce moyen individuel, pour tous ceux, et ils sont nombreux, situés en dehors des grands centres urbains. Rappelons à cet effet que les transports collectifs, en France, sont sales, peu ponctuels et surtout peu sûrs. Ils sont même l’un des principaux terrain d’exercice des violences sur voie publique.

La voiture électrique est d’ores et déjà un échec cuisant. La violence du matraquage publicitaire, le coût élevé des aides, montrent assurément que le bazar est invendable, n’intéresse finalement pas grand monde, d’une utilisation très limitée et en plus quasiment pas écologique. Il n’y a guère que quelques bobos pour souscrire à cette option et plutôt que de remettre cette technologie en question, les autorités se contentent d’expliquer que ce sont les Français qui n’ont rien compris, comme d’habitude, pourrait-on dire. Ils ne tarderont sans doute pas à être « d’extrême droite », selon la dialectique habituelle. Pour preuve, les propriétaires de Tesla neuves et globalement des voitures électriques neuves, sont les plus jeunes : 44 ans, quand il est de près de cinquante-six ans en moyenne, toutes marques confondues. Ce qui confirme l’image bobo-CSP-plus-urbaine de la clientèle électrique. Tout le monde ne peut pas être ingénieur dans une start-up à la mode.

Pour les autres, l’équation est simple. « Quand le prix des voitures neuves augmente, l’âge moyen des clients aussi ». Soit 55,3 ans et même 57 ans, pour ceux qui l’achètent « cash ». Et le prix des voitures augmente, boosté par les normes inutiles, là où un pays comme la Russie propose des modèles simples et fiables, accessibles aux familles. Mauvais choix économiques, mauvais choix techniques, mauvaise gestion de la maintenance, mauvaise évaluation de la clientèle, tout se coordonne pour abattre consciencieusement un fleuron industriel autrefois prospère et à ce niveau d’incompétence, il est difficile de penser que ça ne soit pas fait exprès. L’obsession sécuritaire et de surveillance a conduit a des modèles aux prix exorbitants, bourrés de technologies inutiles, mais qui ont l’avantage, pour le législateur à la tentation totalitaire, d’être géolocalisables à tout moment et reprogrammables à distance, en votre absence et surtout sans votre consentement. Ainsi, pour fonctionner, certains modèles doivent être connectés à votre téléphone portable, avec un système de codes, le tout vendu au nom de la sécurité, alors qu’il s’agit de pure surveillance.

Le cahier des charges de la Logan, en Roumanie était simple : quatre personnes, sur 400 kilomètres, avec un sac de patates et un cochon. A-t-on besoin de plus pour emmener ses enfants à l’école, aller au supermarché et rendre visite à ses amis ou sa famille ? Les trajets quotidiens se situent entre 5 et 14 kilomètres, la distance moyenne en voiture s’est réduite récemment de 6,4 km à 6,1 km et plus de la moitié des déplacements automobiles font moins de 4 kilomètres, tous sur des itinéraires connus. On mesure donc l’inutilité de la débauche de technologies actuelles, pour l’utilisation que l’on fait de nos voitures et les dimensions mercantile et de « surveillance » du produit que l’on vous oblige à acheter.

Au 1er janvier 2022, l’âge moyen des véhicules en circulation en France a passé les dix ans, pour atteindre 11 ans, alors que les primes à la conversion en vigueur depuis 2018 ont pour objectif de retirer de la circulation les modèles les plus anciens. C’est le signe que les modèles sont trop chers par rapport aux moyens financiers du plus grand nombre, qu’il est plus économique de garder une vieille voiture que d’en acheter une neuve difficile et ruineuse à faire entretenir et que les constructeurs se sont trompés de cible, encouragé en cela par des autocrates ineptes qui ont décrété tout et n’importe quoi.

Au RPF, avec une vision toute Gaulliste, qui fait de la voiture un outil de travail, de loisir et de liberté, nous préconisons la fin du permis à points, la fin des radars gérés par des sociétés privées, la mise en place de normes nationales moins contraignantes pour les constructeurs, afin de pouvoir proposer des modèles simples et accessibles à tous, permettant à chacun de se rendre à son travail, ou de véhiculer ses enfants, y compris depuis les terroirs les plus reculés.

https://rassemblementdupeuplefrancaiscom.wordpress.com

Pierre Duriot : porte parole du Rassemblement du Peuple Français.

 583 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Bureaucratie, bureaucratie étouffante et totalitarisme.
    L’UE va crever de sa suffisance boursoufflée.

  2. Nos chers élus s’emmerdent c’est l’Europe, colonie américaine, qui dirige tout alors ils font du zèle pour pouvoir justifier de leurs avantages exorbitants et servent l’utopie que la démocratie existe encore en France alors que toutes les élections sont jouées d’avance et les Français qui veulent retrouver leur liberté et celle de leur pays non pas les signatures pour pouvoir se prèsenter comme Mr Asselinau UPR et d’autres patriotes ,ils coulent toutes les industries qui nous reste avec ,les éoliennes,la destruction de EDF ,bref l’industrie américaine se frotte les mains toute la concurrence au tapis !BREXIT ou nous disparaitrons !nos amis les américains nous ont mis sur la paille,Madoff,les Subprimes,la crise bancaire,l’inflation ,la dette pharaonoque,vente de la France a la découpe,évasion fiscale,le mondialisme ,le covid,et les sanctions contre la Russie,le non respect des traités signés avec la Russie ,qui profite l’industrie américaine!

  3. Le cahier des charges de la Logan que vous décrivez n’est rien d’autre que la copie de celui de la 2Cv Citroën à sa création avant guerre.
    Il n’est pas certain que la Logan fasse la même carrière…

  4. Ce sont les dogmes maoïstes qu’on nous impose sous prétexte d’écologie ! Comme dans la Chine de Mao : les “sans-dents” en vélo ou en métro, la nomenklatura en auto dans des rues vidées des autos des prolos ! Rappel : René Dumont était un maoïste dans les années 60. il s’est repeint en vert début 70 (et auto-amnistié d’avoir soutenu le criminel Mao); L’escrologie est autophobe car l’auto est un symbole capitaliste, de réussite sociale et de liberté. 3 choses qui font horreur à la gauche dictatoriale.

  5. Ça ne change pas, les voitures françaises ont toujours eu des problèmes de fiabilité et de qualité. Comme j’achète prioritairement Français, mes premières voitures étaient de grandes marques nationales, mais trop c’est trop! J’ai depuis longtemps changé de crèmerie sans regret.

  6. Notre garde- champêtre et son acolyte ont touché un véhicule électrique pour leur Noël 2022. Ils n’ont eu de cesse de parcourir la commune en long et en large durant des mois, jusqu’à la réception de la facture EDF. Depuis, on ne les voit plus. Sauf avec le tracteur diesel…

Les commentaires sont fermés.