22 : les anti-éoliennes des Côtes d’Armor se mobilisent, ils auraient plus de chance s’ils s’appelaient Mohamed

4 éoliennes de 150 mètres de haut arrivent à grands pas…

Et comme les habitants du coin sont tous des gens de bien, bien élevés, respectueux d’autrui, ils manifestent gentiment, sans rien casser, sans insulter les politiques, sans jouer du couteau ou de l’incendie…

Ils se contentent de mettre de grands panneaux d’information/protestation le long des routes., pour informer leurs concitoyens. Ils leur distribuent aussi des tracts.

C’est bien. Nul ne pourra dire qu’il ne savait pas.

Sauf que, hélas, les dégénérés au pouvoir se moquent et des Français et des gens bien élevés. Ils n’ont peur que des tarés, traduisez antifas, Blackblocs, djihadistes,  islamistes ou simples racailles islamisées ou gauchistes en roue libre.

Alors le deux poids deux mesures se développe…

Les harceleurs, les casseurs, les djihadistes, les voleurs, les violeurs… On les craint. Ils ont un pouvoir énorme, parce qu’ils sont à la tête de toute une population qui déteste la France.

Les gentils, les polis, ceux qui dénoncent les assassins musulmans de Toulouse, du Bataclan, de Nice, de Crépol… on les condamne, on les met même en prison.

Alors,  citoyens de Plouguenast et de La Motte, vous qui êtes dignes, réfléchis, habillés correctement… Je suis désolée de vous le dire, vous n’obtiendrez rien. Vous n’aurez jamais que les yeux pour pleurer. Vous pouvez raconter, témoigner, expliquer, inviter des spécialistes, parler de ces éoliennes qui vous rendent malades, dans tous les sens du mot, qui vous tuent peut-être peu à peu… ils s’en moquent comme d’une guigne.

Voilà où on en est rendus en France, terre de djihad s’il en fut.

Ils entament leur campagne de communication en cette fin d’année 2023. Ils ? Les riverains du projet éolien de La Motte (Côtes-d’Armor), vivants dans les villages de Saint-Théo et Tercia à Plouguenast-Langast et dans les petits hameaux de La Motte, le long de la D 768.

Ces habitants ont installé samedi 16 décembre 2023 de grands panneaux au bord de la route départementale entre Loudéac et Lamballe.

De grands panneaux contre le projet éolien sur 2 km

Ils ont attendu le grand soleil, après une semaine de pluie, pour installer leurs grands panneaux au bord des champs et sur les accotements de la D 768 entre Loudéac et Lamballe, samedi 16 décembre 2023.

Dans la fraîcheur hivernale, ces riverains du projet éolien de La Motte, dans la vallée de la Corcée, qu’ils soient de Plouguenast ou de La Motte, affichent leur opposition en taille XXL sur 2 km, dans les deux sens de circulation.

À lire aussi

C’est le début de leur campagne de communication à grande échelle, les opposants préparent un courrier « pour les instances, pour tous, qui sera diffusé largement prochainement », indique un riverain de Saint-Théo.

Ils vont continuer à distribuer des tracts dans les hameaux des deux communes, concernés par le projet éolien de La Motte.

Où en est-on du projet éolien ?

Depuis avril 2023, ces riverains expriment leurs inquiétudes, leur opposition, face à ce projet éolien qui prévoit l’installation de 4 éoliennes de 150 m de haut.

Une implantation dans la vallée de la Corcée à La Motte, qui se verra des hameaux des alentours (Tercia, Saint-Théo, Bel Orient à Plouguenast ; Le Pignon-Blanc et Le Chenot à La Motte, entre autres) ; un impact visuel qui a été l’étincelle pour les opposants.

Ce projet est porté par le promoteur éolien Gaïa Energy, qui a déjà organisé des permanences d’information à La Motte (à Plouguenast, quand le projet devait porter sur deux éoliennes supplémentaires, rejetées par le conseil municipal).

À lire aussi

Les études d’impact ont commencé : la première lancée a été celle sur l’impact environnemental, le promoteur éolien indiquait le 20 septembre 2023 « un risque modéré » sur la biodiversité présente (réservoirs de biodiversité, notamment la présence de 12 espèces de chauves-souris protégées d’après Gaïa Energy).

Un mât de 90 m qui soulève des questions

Puis, le 27 septembre 2023, Gaïa Energy installait un mât de mesures de 90 m de haut, non loin du hameau du Chenot à La Motte. Les opposants s’interrogent sur l’emplacement de mât, samedi 16 décembre 2023 :

Tout le monde voit le mât, et se pose des questions. Il est l’extrémité des zones d’études du projet éolien, qui sont beaucoup plus bas dans la vallée. Cette installation est payée par le porteur de projet, les études sont faites par des entreprises non certifiées. Nous, nous souhaiterions que l’État fasse attention à protéger les riverains, avec des études neutres…

Des riverains opposés au projet éolien de La Motte

Ce mât de mesures doit rester de 12 à 18 mois, d’après Gaïa Energy.

Quid du comité de suivi ?

Un comité de suivi composé d’élus de La Motte, de représentants du promoteur éolien, de riverains, et d’un membre du collectif d’opposants a été mis en place, en juin 2023.

Mais le collectif d’opposants tempère : « Dans le compte-rendu de la première réunion, pas une seule fois il n’y avait le mot  »riverains »… Pour l’instant, on a eu deux réunions. »

Ces riverains font part de leurs inquiétudes sur leur santé, sur le foncier : « Dans un rayon d’un kilomètre, les maisons perdent de 30 à 40 % de leur valeur... »

Ils s’inquiètent aussi des impacts environnementaux « sur la faune, la flore, les paysages, les sources. La nature n’a pas de prix pour eux. »

Contact : valleesainttheo@gmail.com

 1,019 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. C’est le projet de Bruxelles.
    Ils n’avaient pas à voter macron.
    J’ai aperçu par hasard quelques mn d’info sur Tébéo, une chaine bretonne sur la 3régions.
    La présentatrice était tellement heureuse de souligner que chez eux les Bretons avaient élu macron.
    Tu as voulu macron,
    Tu l’as dans le fion.
    Ils n’auront aucun pouvoir contre l’installation de ces éoliennes, il faut réfléchir avant de voter n’importe quoi.
    Marine est contre les éoliennes.

  2. Excellent article.

    Je confirme, le pouvoir n’a absolument aucun respect pour les gens honnêtes et polis. Mais comme le blanc n’a absolument aucun sens communautaire ils se retrouvent à 10 à manifester au lieu d’être 100000 comme dans des émeutes urbaines ethniques.

  3. Allons, soyons un peu sérieux…! Depuis plus de 12 ans, l’on nous gave des poncifs les plus éculés sur les éoliennes : Celles qui brûlent ou explosent, celles qui tuent les “pôvres” petits oiseaux, celles qui occasionnent l’explosion nucléaire de la Centrale de Penly et bcp plus grave…, celles qui enlaidissent le merveilleux coucher de soleil sur la Baie de Somme…!
    Mais alors…, devrions-nous détruire la centrale nucléaire de Chinon, qui pollue le château…? Détruire l’usine de retraitement de La Hague grâce à laquelle on trouve des moules de tailles gigantesques…, demander à EDF d’enterrer les lignes électriques qui tuent les oiseaux en grand nombre ou interdire les voitures qui causent la mort des pauvres hérissons…?
    Demandez aux habitants de Saint Martin en Campagne s’ils vont admirer le coucher de soleil sur la Centrale de Penly…?
    Tout ça me rappelle le magnifique livre de J-P CHABROL “Les chevaux l’aimaient” dans lequel “La Lébro” pose les poteaux de la “Létricité” en Pays Cévenol et, est confronté aux réactions des habitants…!

    • Les centrales nucléaires assurent notre approvisionnement en électricité. Les éoliennes non loin de mon village , treize, ne marchent qu’un jour sur trois. Que faire les deux autres jours. Nous avons une ferme solaire à vingt kilomètres de là qui ne fonctionne pas où peu les jours de pluie ou de temps couvert. Les lignes électriques font l’objet d’enfouissement de plus en plus mais cela a un coût. Une éolienne a une durée de vie limitée, le bétonnage des terres pour les installer est une hérésie. Les voitures électriques, les pompes à chaleur alimentées par l’éolien, le solaire?

      • Tout à fait d’accord avec vous, mais… nos centrales nucléaires vieillissent vite et très mal…, le “fameux” EPR n’a pas encore vu le jour, mais nous coûte un “pognon fou”…! Et pour le reste… Nada, pipeau, peau de balle et balais de crin…! Alors est-ce vraiment raisonnable de vouloir se passer d’un outil qui nous procure “bon an, mal an” 10 à 11% de notre production d’électricité…? Même si cet outil présente des inconvénients…!

        • Cela fait 20 ans que nos polichinelles ont condamné le nucléaire qui était notre fleuron.
          Nous avons perdu notre avance et nos ingénieurs qualifiés.
          Il ne suffit pas d’avoir de bons ingénieurs si la tête qui dirige est faiblarde.

    • Seulement 1200 signatures, les gens s’en foutent de ce village qui s’est mis tout seul dans la mouise.
      Quand on vote pour faire barrage, et qu’on pense que les merdes vont aller ailleurs, parfois on est déçu.
      Les Bretons qui ont voté macron et le Drian, auront, et les éoliennes, et les MNA, et les CADA pour migrants.
      ON verra si après ça, ils seront encore européistes.

  4. Un buldozer, il paraît que ça brûle avec un simple cocktail Molotov. Une pelleteuse aussi. Un camion-benne aussi. Comme je suis contre la violence, je conseillerais aux entreprises de construction de ne pas prendre de risques et de ne pas prendre ce chantier.

  5. Totalement solidaire de ces manifestants, mais comme vous j’ai peu d’espoir que cela aboutisse à une issue positive.

Les commentaires sont fermés.